Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real Madrid

Quand le Real Madrid s'inclinait en finale de C1 face à Liverpool

Face à la Juventus et son ratio de 25% de victoires en finale de C1, le Real Madrid se présente fièrement du haut de ses 79% de victoires. Histoire de faire mentir ces statistiques, les Bianconeri seraient donc bien inspirés de prendre exemple sur Liverpool, dernière équipe à avoir battu les Merengues en finale de C1, en 1981.

Modififié
27 mai 1981. Alors que le soleil se lève sur la capitale, les Parisiens découvrent de drôles de spécimens venus du nord de l’Angleterre. Bières à la main, écharpes autour du cou, les supporters de Liverpool s’échauffent avant la finale du soir au Parc des Princes. Un échauffement qui tourne très vite à la bagarre pour certains hooligans des Reds, amoureux de la castagne. Après avoir retourné Paris, les supporters se rendent alors au Parc des Princes pour utiliser leur organe vocal, bien moins dangereux. 20h15, le coup d’envoi de cette finale de Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid est donné par l’arbitre hongrois Károly Palotai. Au terme d’une rencontre fermée, où les tacles engagés sont légion, les Reds, dominateurs aux points, finissent par ouvrir le score à la 82e minute de jeu. Touche de Ray Kennedy pour le latéral gauche Alan Kennedy qui contrôle de la poitrine, résiste au coup de pied manqué de Rafael García Cortés, et fusille le portier espagnol Agustín Rodríguez, auteur d’une sortie très hasardeuse. 1-0, score final. Liverpool remporte sa troisième C1 en cinq ans après ses succès en 1977 et 1978.

Poignet cassé et sparadrap blanc


Ironie du sort, Alan Kennedy n’aurait jamais dû tenir sa place ce 27 mai 1981. Lors de la demi-finale aller face au Bayern Munich, le latéral gauche anglais se casse le poignet et ne voyage pas en Bavière pour le retour : « Le médecin du club m’avait dit que j’en avais pour dix semaines d’arrêt. Alors, lorsque le jour du match, le coach me dit que je suis titulaire, c’est un choc pour moi. Je n’étais probablement pas préparé mentalement pour jouer ce match. J’ai joué avec un bout de métal attaché à mon poignet. C’était un peu encombrant et lourd. Ce serait sans doute classé comme dangereux et interdit dans le football actuel. » Titulaire surprise, Alan Kennedy fera bien mieux que tenir son rang, puisque c’est lui qui délivre Liverpool avant de se ruer les bras en l’air vers le Kop des Reds. Un premier coup de génie du coach Bob Paisley, en poste depuis 1974.


Habitué des finales européennes, Bob Paisley était serein sur son banc, souriant et imperturbable. Pourtant, la préparation d’avant-match n’a pas été habituelle. La faute au sponsor Umbro, brodé sur le maillot des Reds, interdit par le diffuseur télé. Résultat, dans le tunnel qui mène aux vestiaires, quelques secondes avant d’entrer sur la pelouse, les joueurs de Liverpool se collent du sparadrap blanc pour cacher le logo de la marque anglaise. « C’était vraiment ridicule et ça n’arriverait plus maintenant. Mais, Bob a réagi de la meilleure des façons. Il nous a dit que nous devrions être encore plus déterminés à gagner. Son attitude était toujours positive. Il nous répétait que si un obstacle se dresse sur notre route, nous passerons au-dessus. Et c’est exactement ce que nous avons fait » , avoue Alan Kennedy.

Prime de défaite et tactique ratée


Alors que les Reds faisaient la bringue au Lido à Paris, avant de parader dans les rues de Liverpool, les joueurs du Real Madrid, eux, accusaient le coup et recevaient une jolie prime de 525 000 pesetas, soit 3200 euros, de la part du président Luis de Carlos Ortiz. Un cadeau qui étonne les Merengues, à l’image du milieu de terrain Vicente del Bosque : «  C’est une des rares fois où j’ai reçu une prime pour une défaite, c’est la seule fois même. » Preuve qu’arriver jusqu’au Parc des Princes était déjà une réussite pour un Real Madrid qui n’avait plus connu de finale de C1 depuis celle remportée en 1966 face au Partizan Belgrade. Malgré le parcours sans faute, avec entre autres l’élimination de l’Inter en demies, le Real Madrid a donc abordé cette finale avec un complexe d’infériorité.



Un sentiment propagé chez les joueurs par l’entraîneur yougoslave Vujadin Boškov. « Tout ce que Boškov a fait, il l’a fait pour contrer Liverpool. Cela n’a pas fonctionné » , se rappelle Del Bosque qui a pu se servir de cette expérience pour sa carrière d’entraîneur personnelle. Attaquant du Real Madrid lors de la finale de 1981, Santillana abonde dans le sens de son coéquipier : « Nous avons effectivement choisi de jouer avec dix hommes, perdant Camacho pour qu’il s’occupe en individuel de Souness. » Premier pari raté par Vujadin Boškov. Son deuxième pari, celui de titulariser le virevoltant Laurie Cunningham à peine remis de sa blessure, ne fonctionnera guère mieux tant l’ailier anglais a traversé la rencontre tel un fantôme pétrifié par l’enjeu. Un coup de poker qui n’a pas non plus eu d’effet sur les adversaires : « Bob Paisley n’était pas inquiet de la titularisation de Laurie. Il nous disait "Oh, il est rapide et technique", mais c’est tout. Liverpool ne s’est jamais inquiété des joueurs adverses. Nous jouions juste notre jeu. » Une philosophie dont s’est inspiré le Real Madrid qui n’a depuis plus jamais perdu la moindre finale de C1, en cinq tentatives.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur la finale de Ligue des champions

    Par Steven Oliveira Propos d'Alan Kennedy tirés de la BBC, ceux de Vicente del Bosque et de Santillana du Guardian.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5