Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Disparition de Francis Smerecki

Quand le Guingamp de Francis Smerecki recevait l'Inter au Roudourou

Il y a vingt-deux ans, Guingamp défiait l'Inter au 1er tour de la Coupe de l'UEFA. Une confrontation qui restera comme le point d'orgue de Francis Smerecki, entraîneur de l'EAG de 1993 à 1999. C'était l'époque de Rouxel, Carnot, de la butte du Roudourou et d'une équipe qui ne respectait rien. Même les grands d'Italie.

Modififié

C'est une époque que les moins de 20 ans ne connaissent pas et ne peuvent même pas imaginer. Une époque où l'on pouvait rentrer du collège un mardi, excité à l'idée de voir des clubs français évoluer en C3, une époque où la Ligue des champions n'avait pas vampirisé toute l'attention médiatique, une époque où Canal + envoyait son duo vedette (Thierry Gilardi – Michel Platini) commenter un 32e de finale de Coupe de l'UEFA entre Guingamp et l'Inter. C'était un 10 septembre 1996. Entre l'équipe de la sous-préfecture des Côtes-d'Armor et un des clubs les plus riches du monde, la rencontre n'aurait jamais dû avoir lieu. Mais la magie d'un tirage au sort avait mis les Bretons rescapés de feu la Coupe Intertoto sur la route d'une Inter où Massimo Moratti avait fait chauffer la carte bleue familiale durant l'été (arrivées d'Angloma, Djorkaeff, Winter, Sforza, Zamorano et quelques autres). Correspondant pour Ouest-France à l'époque, Philippe Perron resitue le contexte de cette rencontre. « Cette équipe de Guingamp venait du National et n'arrêtait pas de défier la logique. Les joueurs étaient dans un état d'esprit où cela devenait normal pour eux. Ils enchaînaient les victoires et, finalement, l'Inter n'était presque qu'une marche supplémentaire dans leur progression.  » Pas de quoi effrayer cependant un des favoris de la compétition, même si Roy Hodgson (alors entraîneur de l'Inter) évoque « un tirage piège » .

Normes UEFA et galette au sarrasin


Les Guingampais sont, eux, surtout remontés contre... l'UEFA. « Les gens ne sont pas trop contents parce que l'UEFA n'a autorisé que 7 000 places au Roudourou, déplore le meneur de jeu Stéphane Carnot avant la rencontre. Les supporters râlent parce qu'ils n'ont pas de billet ou parce que c'est trop cher. » Le Roudourou ne dispose pas encore de tribunes derrière les cages et entasser 3 000 supporters sur une butte en terre n'entre pas vraiment dans les normes érigées pas l'UEFA. «  Je n'ai eu que deux places, n'a pas oublié le défenseur Jérôme Foulon. Une pour ma femme, une autre pour mon fils, c’était vite vu. » Un certain Étienne Didot, alors âgé de 13 ans, parvient à convaincre ses parents de le dispenser d'une sortie scolaire pour ne pas rater l'événement. Philippe Perron doit quant à lui, en tant que syndic de presse, gérer 80 journalistes : « Il y avait une vraie curiosité pour ce match de la part des médias nationaux, mais aussi italiens. Je me souviens que la ville avait prévu un buffet avec des spécialités bretonnes.  » Un voyage placé sous le signe de la gastronomie pour des journalistes italiens qu'on voit découvrir les plaisirs de la galette de sarrasin en terrasse.


Sur le terrain, l'Inter se régale beaucoup moins. Pendant 25 minutes, les Italiens ne voient pas le ballon. Stéphane Carnot et Vincent Candela manquent d'ouvrir le score et Jérôme Foulon sent le bon coup à jouer. « Les Italiens disaient se méfier de nous et étaient assez respectueux. Mais sur le terrain, on a senti qu'ils n'étaient pas dans un grand jour. Inconsciemment, ils ont dû se dire que ça serait un match facile.  » Mais Maurizio Ganz jette un froid sur le Roudourou sur la seule occasion de l'Inter en première période. « C'est peut-être fou de dire ça, mais j'ai le souvenir qu'on s'est baladé  » , assure Foulon préposé au marquage de Youri Djoarkaeff. « J'avais un grand respect pour lui. J'aurais pu lui demander son maillot, mais je n'ai pas osé. Cela se faisait beaucoup moins que maintenant à l'époque.  »

« Comment on a pu perdre ce match 3-0 ? »


Effectivement, les hommes de Francis Smerecki ne sont pas là pour se prendre en photo avec leurs adversaires. Carnot – encensé par le Platini consultant – rate une occasion d'égaliser et son équipe craque en fin de match. Djorkaeff double la mise sur penalty, l'arbitre espagnol de la rencontre ferme les yeux sur une main italienne dans la surface et expulse ensuite le Polonais Jozwiak. En fin de match, Ciriaco Sforza nettoie la lucarne d'Angelo Hugues. Même avec le recul, Jérôme Foulon ne digère toujours pas. « Je ne sais toujours pas comment on a pu perdre ce match 3-0. C'est sans doute le réalisme et l'expérience de la Coupe d'Europe  » , essaye de comprendre l'actuel entraîneur de Maubeuge en DH. Présent au Roudourou, le sélectionneur Aimé Jacquet a mal à son football français. « L'En Avant méritait cent fois d'en mettre un au fond, raconte-il à L'Équipe. Mais c'est ça le haut niveau, ça ne pardonne pas. »



L'Inter a fait le boulot, mais Roy Hodgson a la victoire modeste en conférence de presse. « Si Guingamp vient nous battre 0-4 à San Siro, je n'oserai sans doute pas me présenter devant vous  » , prévient le technicien anglais. Dans un San Siro aux trois quarts vide, les Bretons arracheront le 1-1 grâce à un but de Christopher Wreh.

Par Alexandre Pedro Cet article a initialement été publié en septembre 2014
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 45 minutes Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 3 il y a 1 heure Christian Vieri derrière les platines 3

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 16