1. //
  2. // 1re journée
  3. // Athletic Bilbao/FC Barcelone

Quand le Barça remportait la première Liga

Vainqueur de la 84e édition du championnat espagnol, le Barça a également remporté la toute première. Un premier titre qui, balbutiement du football professionnel oblige, s'est déroulé dans des conditions abracadabrantesques. Retour en 1929.

Modififié
219 1
Le FC Barcelone aime les symboles. Le 17 mai dernier, il l'a une énième fois prouvé. Défait un an plus tôt en son antre par l'Atlético de Madrid, il avait dû céder sa couronne de champion aux hommes de Diego Simeone. Un bien qu'il récupère donc au Vicente-Calderón la saison suivante grâce à un unique but de sa majesté Lionel Messi pour porter son total à 23 championnats domestiques. L'Argentin, plus grand joueur de l'histoire plus que centenaire du fanion blaugrana, n'était pourtant pas là lors du premier sacre. Un sacre qui remonte à l'année 1929. Alors en plein balbutiement, le football espagnol se cherche une compétition phare. Les joueurs, sans un kopeck en poche, demandent expressément la constitution d'un championnat national. Car avant cette année, «  il n'existait que les championnats régionaux et la Coupe  » , précise un Alfredo Relaño, journaliste historique de As et du Pais, qui poursuit : « Il fallait compléter les seuls revenus des matchs amicaux et des tournées à l'étranger. La seule solution était la mise en place d'une Liga, avec un calendrier fixe et un autre titre en jeu que la coupe. »

Minimalistas, dictature et la Finale de l'Eau


Les soubresauts sont pourtant nombreux avant de voir un réel consensus des clubs les plus importants du Royaume. Le premier projet à être mis sur la table ne prend en compte que les vainqueurs de la Coupe. Au nombre de six, Barcelone, Athletic Bilbao, Real Madrid, Real Sociedad, Real Union de Irun et Arenas de Guecho s'accordent pour créer une compétition dont ils seront les seuls participants. Ce projet se heurte pourtant aux désirs d'autres clubs en quête d'émancipation. De fait, l'Atlético de Madrid, l'Espanyol, l'Europa de Barcelone, le Celta, l'Iberia de Saragosse, Murcie, Racing Santander, Séville FC, Sporting Gijón et Valence souhaitent se greffer au groupe des six. « Ces six clubs pionniers se faisaient surnommer les "minimalistas", et les autres les "maximalistas" » , détaille Alfredo Relaño. Mais l'accord tarde à tomber et, en septembre 1928, chacun des deux groupes entame son propre championnat. Cette situation perdure jusqu'aux prémices de l'année suivante. Les « minimalistas » ouvrent alors leur compétition aux trois vice-champions de la Coupe - Atlético, Espanyol et Europa de Barcelone -, ainsi qu'au Racing Santander, vainqueur du barrage.

Comptant dix participants, la première Liga s'entame donc le 10 février, soit quelques jours après la finale de la Coupe. Une Copa qui passe à la postérité. Les deux finalistes, Espanyol et Real Madrid, s'entendent pour que la rencontre se déroule à égale distance entre les deux villes. Valence et son climat tempéré en période hivernale sont désignés d'un commun accord. Au matin, premier hic : le ciel, chargé de nuages, envoie des trombes d'eau se fracasser sur la cité méditerranéenne. « Et il y a eu un grave incident politique, éclaire Alfredo Relaño. Durant la matinée, un bateau à vapeur en provenance de Sète, le Onsala, accoste au port. Parmi les passagers se trouvait José Sánchez Guerra. » Entre autres ancien président du Congrès et président du Conseil des ministres, il était un fervent opposant à la dictature de Primo de Rivera. Au vent de cette venue, la police de la dictature l'arrête dès son arrivée et craint des débordements populaires. Les organisateurs de la finale, voulant déplacer la finale suite aux intempéries, sont pressés de faire jouer la rencontre. Jouée sous une pluie diluvienne, cette victoire de l'Espanyol est plus connue comme La Final del Agua.

Un titre sous les yeux de la vache d'Ibaiondo


La Coupe terminée, la Liga prend enfin ses droits. Première rencontre de l'histoire, l'Espanyol défie Irun et s'impose 3-1, José Prat devenant par là même le premier buteur de la compétition. Les rencontres se déroulent et, au soir de la 18e journée, le 23 juin, le FC Barcelone se trouve à égalité de points avec le Real Madrid. Toutefois, malgré un coefficient supérieur aux Merengues - la règle en vigueur -, les Blaugrana ne sont toujours pas sacrés, la faute à un match reporté contre Guecho. La rencontre devait se dérouler le 19 mai, mais, pour cause de décès du président local José Maria Acha, père fondateur de la Liga, avait dû être reportée. En cas de défaite, le FCB verrait son coefficient baisser et offrirait le premier titre au Real. Alfredo Relaño, toujours : « Le match s'est joué sur le vieux terrain d'Ibaiondo où l'on raconte qu'une vache regardait tous les matchs. Certaines expressions découlent de cette fameuse vache : "Ne crois pas que celui qui a vécu beaucoup de matchs connaisse forcément le football. La vache d'Ibaiondo en a vu plus que tous, mais n'y connaît rien." » L'ailier barcelonais Parera s'y connaît en football et claque deux buts synonyme de premier titre en Liga pour le Barça. Le début d'une longue histoire.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Merci de m'avoir fait découvrir cette fameuse vache d'Ibaiondo.

Je suis à présent en mesure de tracer l'arbre généalogique de Pierre Ménès.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
219 1