1. // Les pelouses du Tour
  2. // Étape 2 : Düsseldorf → Liège

Quand la guerre politique ravageait le kop d'Aix-la-Chapelle

Au kilomètre 142, le peloton traversera Aix-la-Chapelle, terre de l'empereur Charlemagne et berceau d'une vieille équipe qui n'a rien de légendaire. À l'ombre des cadors de la Ruhr, l'Alemannia brille surtout par son record de saisons passées en D2, ses faillites à répétition et l'un des conflits internes les plus violents de ces dernières années. Ou comment une bande de supporters néo-nazis a fini par se payer le scalp de leurs homologues anti-racistes dans l'indifférence générale.

Modififié
Nous sommes le 12 janvier 2013. Dans la Ruhr, un froid piquant enveloppe le Flughafenstadion de Cologne. Dans cette modeste enceinte de la métropole rhénane, trois mille courageux ont bravé la rudesse hivernale pour assister à un obscur match de coupe régionale entre le Viktoria Cologne et l'Alemannia Aix-la-Chapelle. La partie s'achève sur un piteux score nul et alors que l'on se dirige vers la séance de tirs au but, l'émotion gagne un petit groupe resté en retrait du reste du parcage. Ce sont les Aachen Ultras, un collectif de supporters créé une quinzaine d'années plus tôt, en 1999. L'émotion les gagne, car ils savent qu'ils vivent leurs derniers instants. Ensuite, le groupe prononcera sa dissolution. La raison ? Impossible de supporter davantage la pression exercée par la faction rivale, la Karlsbande, qui leur rendait la vie impossible depuis plusieurs années.

Apolitisme de façade contre engagement antiraciste

Il ne suffit pas de soutenir le même club pour forcément s'entendre. Beaucoup de supporters hexagonaux peuvent en témoigner, mais rares sont les exemples où un tel degré de violence a été atteint. Pour comprendre, il faut remonter à l'aube de l'an 2000. À l'ombre des mastodontes de la région que sont Dortmund, Schalke ou Mönchengladbach, l'Alemannia ronronne en deuxième division en accumulant les échecs sportifs et les faillites à répétition. La situation est tellement critique que les joueurs en viennent à faire la quête dans la rue pour tenter de récolter des fonds pour le club, tandis que Jörg Schmadtke (aujourd'hui à Cologne) propose ses services de directeur sportif par voie de presse. Autant dire que dans une telle galère, la création d'un groupe ultra est loin d'être une priorité.

RFC Liège : Le géant endormi

Pourtant, les Aachen Ultras naissent la même année, sous la forme d'un groupe semi-hooligan, adepte de fights organisées dans les bois alentours ou en tribune. L'usage répété de violences physiques et verbales leur attire les foudres des supporters plus classiques qui voient d'un mauvais œil ces jeunes fauteurs de troubles. En 2006, la question politique conduit le groupe à vivre son grand schisme. On découvre en effet des images de membres des Aachen Ultras portant les couleurs du groupe lors de rassemblements pas ouvertement néo-nazis, mais clairement connotés à l'extrême droite. Un choc pour ceux qui vivaient leur vie de hooligan de manière réellement apolitique. Les responsables du groupe choisissent de lui faire adopter une ligne antirasciste. La situation durera quatre courtes années au cours desquelles le collectif va progressivement se scinder après que les sympathisants de la droite radicale se regroupent sous une nouvelle appellation : la Karlsbande (en français, la bande à Charles, une référence à Charlemagne, qui fait figure de symbole de la ville). De longues années de galère et de solitude s'annoncent alors pour la structure originelle.



De 2010 à 2013, la Karlsbande va progressivement imposer sa loi : celle de la terreur. La proximité avec les milieux néo-nazis est revendiquée et assumée et si les deux groupes continuent de se tenir côte à côte dans le kop, les Aachen Ultras vont progressivement être contraints de s'exiler dans un autre bloc au vu des agressions à répétition dont ils sont victimes. Le temps n'arrange rien à l'affaire. Au contraire, la situation se dégrade progressivement, et l'engagement contre les discriminations des Aachen Ultras leur vaut nombre de critiques négatives venant d'un public qui révèle un visage plutôt conservateur. Aux menaces verbales à l'intérieur du stade du Tivoli se joignent bientôt les agressions physiques en dehors de celui-ci. La Karlsbande n'hésite même pas à tabasser certains rivaux à leur domicile, de telle sorte que marcher seul dans les rues de la ville devient une véritable épreuve en soi.

Le silence tue

Le point de non-retour est atteint lorsque les Aachen Ultras sont attaqués en plein match par une horde fulminante de membres de la Karlsbande. Le bloc est pris d'assaut, les coups pleuvent, on entend hurler « Cassez-vous les juifs ! Vous n'avez rien à foutre à l'Alemannia ! » Un membre du NPD, un parti politique néo-nazi, écrit même à la direction pour lui demander d'interdire le groupe, jugé comme un « parasite » , pratiquant un « extrémisme de gauche » , une expression qui vise à désigner l'engagement mené par les Aachen Ultras contre le racisme, le sexisme ou l'homophobie.

Tout au long de ces années de conflit, la direction du club se sera distinguée par son silence assourdissant et son manque de courage pour intervenir et siffler la fin de la partie. En dehors de quelques phrases plates rappelant que le racisme est un délit et que l'Alemannia ne tolère aucune forme d'intolérance, aucune mesure stricte n'est prise à l'encontre de la Karlsbande. Une passivité qui ressemble à de la complicité, d'autant que la plupart des demandes des Aachen Ultras pour associer leur équipe à des campagnes contre les discriminations sont restées lettres mortes. Du côté des dirigeants, on tente alors de se défendre en rappelant que des interdictions de stade ont été prononcées à l'encontre de fauteurs de troubles après des bagarres survenues en déplacement. Sauf que ces interdictions ne font pas de différence entre victimes et bourreaux. Difficile de se sentir soutenu dans ces cas-là. Le combat des Aachen Ultras contre les discriminations s'est lentement transformé en une lutte pour assurer leur propre survie. Isolés, esseulés, méprisés, la goutte d'eau qui fait déborder le vase tombe un jour de janvier 2013.

Trop tard pour réagir

Retour au Flughafenstadion. Tout au long de la partie, les Aachen Ultras ont tenté un dernier coup d'éclat à travers plusieurs banderoles. « Des chants discriminants ? Jamais entendu. Des nazis au Tivoli ? Jamais vu. Des attaques ? Une invention de la presse. » La Karlsbande elle aussi veut marquer le coup de la disparition du groupe ennemi. Mais pas question de le faire dans la dignité. Quelques membres attaquent une dernière fois le bloc des contestataires à coups de pétards et de barres en PVC et tentent d'arracher les banderoles qui leur sont ouvertement destinées. Sur le pré, l'Alemannia s'est imposée lors de la séance de tirs au but. L'arbitre siffle la fin de la partie, les Aachen Ultras ne sont plus. Dans les gradins, on se prend dans les bras, on remercie les quelque 250 ultras solidaires du défunt collectif, venus spécialement pour l'occasion de toute l'Allemagne. Le gros du parcage, lui, répond aux saluts des joueurs et de l'entraîneur, venus les remercier pour leur soutien. Les sportifs feignent d'ignorer ce qui va advenir d'une partie de leur public. Le sentiment de malaise est total.

« Ils abandonnent et je peux les comprendre » , écrivait Martin Endemann après la rencontre. Pour ce responsable du Bündnis Aktiver Fußball-Fans (BAFF), un collectif national de supporters qui lutte contre les discriminations dans le football, la dissolution des Aachen Ultras s'apparente à « un signal qui fait froid dans le dos : on peut parvenir à ses fins en menaçant, pourchassant et harcelant certains fans. » On ne les reverra plus au stade, dégoûtés de ce trop-plein de maltraitance, dépités de l'absence de soutiens locaux, malgré des messages de solidarité provenant de plusieurs groupes ultras classés à gauche. Quant à la Karlsbande, elle hante toujours le Tivoli et règne plus que jamais sans partage dans le kop.

À la fin de la saison 2012-2013, le club est rétrogradé administrativement par la DNCG allemande et repart une division plus bas, à l'échelon régional – où il évolue toujours. Entre-temps, les campagnes contre le racisme et les autres formes de discriminations ont fleuri peu ou prou et aujourd'hui, l'Alemannia n'est plus qu'une petite équipe de province que l'anonymat menace chaque jour d'engloutir un peu plus. Son stade est une cathédrale dans le désert qui sonne désespérément vide au rythme des rencontres face à des réserves de clubs pros ou des petites villes alentours. Quelque chose de grave s'est produit le 12 janvier 2013. Quelque chose qui aurait pu être évité, si les responsables avaient fait montre de courage. Mais il est trop tard. Et la guerre politique remportée par l'extrême droite n'est pas un point de détail de l'histoire des Jaune et Noir.



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Les pelouses du Tour - Étape 2 : Düsseldorf —> Liège




Note : 3
C'est terrible. C'est un putain de fléau.

Cà me rappelle que près de 8 millions de Français ont voté pour l'extrême droite à ces présidentielles.

Le mouvement a de très beaux jours devant lui.

Quand je lis ce genre d'histoire ma première réaction est de me dire qu'il faudrait tous les buter mais çà c'est leur raisonnement, la haine, la violence, le néant.

Nous progressistes et humanistes devons lutter pacifiquement et raisonnablement mais comment faire quand les instances privées et publiques ne font rien ? Eux mêmes ont en leur sein une chiée de néo demeurés.

Faut garder espoir cependant. Cà reste une minorité même si elle est importante.
Malheureusement quand tu vois que la violence l'emporte quasiment tout le temps sur le pacifisme , tu te dis qu'il faut en effet abattre tous les néonazis. Surtout quand les autorités sont complices. Parce que se taire dans ce cas-là c'est un crime. Et je suppose que si les antifascistes avaient osé riposter par les mêmes méthodes que les adversaires ça aurait rapidement fait les gros titres des journaux un peu partout en Europe.

Comme dit en rigolant à moitié un de mes amis : "Pour lutter contre le fascisme la violence n'est pas une solution c'est LA solution!"

Je me suis levé du pied gauche et pire j'ai plus de café.
Pour moi ces mecs sont perdus... On ne les changera pas donc je rejoint la phrase du pote du mec qui a posté plus bas c'est LA solution...
mais pour les générations suivantes c'est vraiment l'éducation qui doit être la priorité pour que ces mouvements régressent jusqu'à devenir marginaux voire disparaître
mais les responsables du club de Aix sont pour moi aussi responsables que ces enc*ulés de néonazis. Dans ce cas la, ne rien faire c'est approuvé...
respect pour les mecs qui ont lutté
Approuver dsl je ne me suis pas relu
4 réponses à ce commentaire.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Cette chute est juste parfaite, n'est ce pas ?

C'est quand même triste que ce club ne fasse parler de lui que pour ça aujourd'hui...
roue doux roux Niveau : DHR
du coup je trouve ça tres bien qu'ils restent dans leur divisions régionales, en leur souhaitant le plus de malchance possible
1 réponse à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Réflexion du soir: partant du principe que la droite, c'est le libéralisme et la non-intervention de l'Etat dans l'économie, l'extrême-droite, ça serait pas plutôt l'ultralibéralisme et le consumérisme à outrance ? Pier Paolo Pasolini disait de la société de consommation que c'était le nouveau fascisme.

Je ne sais pas vraiment comment classifier politiquement ce genre d'individus. Parce ce qu'en ce qui concerne la violence, ils n'ont rien à envier à certains "antifa" qui lynchent et cassent à vue d’œil (certes pas sur des critères ethnico/religieux).

En tout cas, on ne peut que constater une montée des tensions partout en Europe. Et ce n'est pas prêt de s'arranger, surtout dans le football qui est un exutoire.
Raoul de Godewarsvelde Niveau : Loisir
Pour rebondir sur ta réflexion pasolinienne, il suffit de se renseigner un peu pour se rendre compte qu'il ne s'agit une fois de plus d'une histoire entre gentils antifas et méchants néonazis. En témoigne cette vidéo où l'inversion accusatoire est manifeste dans les attitudes et codes vestimentaires : https://youtu.be/IykqZFRdRy4

Ces groupuscules alliant violence et politique sont à combattre avec la même fermeté. Quelque soit le bord.
CurvaSudTunis Niveau : District
Ce qui se passe dans les tribunes des stades est à l'image de la société européenne. De plus en plus tournée vers l’extrême droite et les valeurs qu'elle représente.
Les vrais mouvements Ultras sont apolitiques, ceux ci ne sont qu'une pale copie. Faut pas blâmer les Ultras, c'est le monde dont lequel nous vivons qui en est la cause.
Hier à 22:52 Le triplé de Valère Germain 11 Hier à 21:12 La boulette de la gardienne portugaise 14
Hier à 20:09 Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC Hier à 11:03 Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 101
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 27 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2
mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 127 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 19 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 163 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28 lundi 24 juillet Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 33 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66