Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Fiorentina-Lazio

Quand la Fiorentina a entubé le Scudetto à la Lazio

La Lazio retrouvera en fin d'après-midi la Fiorentina et la pelouse du stadio Artemio Franchi. Un déplacement qui risque de ne pas rappeler que des bons souvenirs aux tifosi laziali, puisque c'est là que les hommes de Sven-Göran Eriksson ont abandonné le Scudetto en 1999.

Modififié
Samedi 15 mai 1999. 33e et avant-dernière journée de Serie A. En tête depuis la 21e journée, la Lazio n’a plus qu’un point d’avance sur le Milan AC avant son déplacement sur la pelouse d’une Fiorentina encore invaincue à domicile. Les Rossoneri, eux, ont un programme bien plus tranquille avec la réception d’un Empoli déjà relégué qui a tout de la victime idéale. Et c’est d’ailleurs bien le cas, puisque les hommes d’Alberto Zaccheroni ne font qu’une bouchée des Toscans (4-0). Oliver Bierhoff a mis un triplé, Leonardo a ajouté son nom au tableau d’affichage en fin de match, tout va bien pour les Milanais. Présent en tribune d’honneur de San Siro, Silvio Berlusconi ne pense plus qu’à une chose : s’informer du résultat des Laziali auprès du premier journaliste qu’il croise. Et les nouvelles sont bonnes pour le Cavaliere qui est mis au courant du résultat nul à l’Artemio Franchi (1-1). Tout sourire, Silvio peut savourer le sorpasso de son Milan. La Lazio vient de laisser filer un championnat qui lui était promis un mois plus tôt. Car le Diavolo ne laissera pas passer sa chance d’empocher un seizième Scudetto le dimanche suivant à Perugia (1-2). Un dénouement complètement fou.

Le meilleur championnat du monde


Cette saison 1998/1999 fait indéniablement partie des plus incroyables de l’histoire de la Serie A. Retour en arrière. Au lendemain du sacre des Bleus en Coupe du monde, s’aventurer à des pronostics s’avère déjà bien compliqué. Car, sur la ligne de départ, les favoris jouent des coudes et ils sont nombreux. Championne en titre, la Juve de Zidane – qui sera élu Ballon d'or en cours de saison - repart avec un effectif monstrueux et quasiment inchangé. Deuxième la saison précédente, l’Inter a effectué un gros mercato avec l’arrivée de Roberto Baggio et d’une foule de jeunes prometteurs (Pirlo, Ventola, Spinesi, Cristiano Zanetti, Kallon, Sébastien Frey, Zoumana Camara, Mikaël Silvestre, Ousmane Dabo). Le Milan a, lui, fait le choix de miser sur Zaccheroni qui a emmené dans ses valises Bierhoff et Helveg. Mais c’est surtout la Lazio, qui a gagné la Coupe d’Italie, qui impressionne en dépensant plus de 100 millions d'euros, et pas de n’importe quelle manière : ce sont des noms comme Vieri, Salas, Mihajlović, Stanković, De la Peña, Sergio Conceição ou encore Couto qui débarquent à Rome.

Et la saison commence bien, puisque les Biancocelesti remportent justement la Supercoupe d'Italie sur la pelouse de la Juventus (1-2), prouvant qu'il faudra compter sur eux.

Vidéo

La Lazio débute toutefois son championnat par un nul décevant sur la pelouse de Piacenza. Surtout, derrière, c'est la tuile. Christian Vieri se blesse, rejoignant à l'infirmerie Alessandro Nesta, gravement blessé pendant la Coupe du monde. Deux absences qui vont lourdement peser pendant toute la première saison. De fait, au soir de la onzième journée, la Lazio ne pointe ainsi qu’à la 10e place, après avoir gâché deux buts d’avance dans le derby de Rome (3-3).


C'est alors la Fiorentina de Batistuta et Rui Costa qui mène la danse, devant le Parme de Buffon et Crespo. Derrière, le Milan n’est pas bien loin de la tête, tout comme la Juve et l’Inter. Ce ne sera pas le cas bien longtemps. Désorganisée par la grave blessure au genou de Del Piero, la Vieille Dame va complètement sombrer, au point que Lippi démissionnera et sera remplacé par Ancelotti. Pareil pour l’Inter - pas aidée par les blessures à répétition de Ronaldo - qui ne trouvera jamais la bonne formule et usera pas moins de 4 entraîneurs (Simoni, Lucescu, Castellini, Hodgson).

Le doublé de Henry


Pendant ce temps-là, Sven-Göran Eriksson trouve, lui, enfin le bon équilibre à la Lazio. Nesta fait son retour, et celui-ci correspond au début d'une série de 9 victoires consécutives. Salas n’en finit plus de marquer, Mihajlović enfile les coups francs comme les perles, Mancini s’offre une véritable cure de jouvence, et pour couronner le tout, le retour de blessure de Vieri en janvier est une franche réussite. La Lazio enchaîne ainsi 16 matchs sans défaites en Serie A, avec 13 victoires pour 3 matchs nuls. Avant le derby retour programmé à la 28e journée, les Laziali ont ainsi effectué une incroyable remontée et se retrouvent en tête avec 6 points d’avance sur la Fiorentina, 7 sur le Milan et 8 sur Parme. À sept journées de la fin du championnat, tout le monde promet le titre aux Biancoceleste.


Eriksson sait toutefois que rien n’est encore joué et le rabâche à qui veut bien l’entendre : « Quatre équipes peuvent encore jouer le titre. On se prépare à une guerre chaque dimanche » , calme ainsi l’entraîneur suédois. Un homme averti en vaut deux, mais ça ne suffit pas toujours. La Lazio est d’abord battue par la Roma (3-1). Vieri a eu beau entretenir l’espoir, Del Vecchio et Totti ont martyrisé la défense laziale, et Nesta s’est même fait expulser. Le futur Milanais n’est donc pas de la réception de la Juve, lors de la journée suivante. Sans lui, la Lazio prend à nouveau l’eau (1-3), avec un doublé de Thierry Henry pour les Bianconeri, et une bourde du gardien Marchegiani devenue célèbre. Le Milan AC en profite pour revenir à un petit point après avoir gagné le choc face à Parme (2-1) et battu facilement l’Udinese (5-1). Incroyable, surtout au vu du niveau de jeu moyen affiché tout au long de la saison par les hommes de Zaccheroni, qui ont la particularité d’avoir décroché pas moins de cinq victoires et deux nuls avec un but après la 85e minute. Signe d’une équipe qui y croit jusqu’au bout.

La remontée du Milan, l'erreur de Treossi


Le sprint final peut débuter et il ne met plus aux prises que Biancocelesti et Rossoneri, puisque la Fio - qui a pâti de la grave blessure de Batistuta – et Parme sont désormais largués. Emmenée par un Vieri inarrêtable, la Lazio s’impose à l’extérieur face à la Samp (0-1) et l’Udinese (0-3), puis prend le meilleur à domicile sur Bologne (2-0). Le Milan répond avec une victoire solide à Vicenza (0-2), puis un autre miracle face à la Samp (3-2) avec un but à la 95e minute de Ganz sur une frappe déviée, et enfin et surtout un succès probant au Stadio delle Alpi face à la Juve (0-2) avec un doublé de George Weah. Arrive alors la fameuse 33e journée. La Lazio se déplace chez la Fiorentina, le Milan reçoit l'Empoli. Les matchs ont été avancés au samedi, car le mercredi suivant, les Laziali doivent disputer la finale de la Coupe des coupes face à Majorque.


À Florence, c'est l'inévitable Batigol qui ouvre le score. Mais Vieri remet rapidement les compteurs à zéro. En seconde période, le suspense est dingue. L'arbitre de la rencontre, M. Treossi, oublie de siffler un penalty gros comme une maison pour une faute de Mirri sur Salas. Une grossière erreur que ce dernier reconnaîtra lui-même quelques années plus tard : « Il y avait penalty, et je demande pardon à tous les tifosi de la Lazio pour ne pas avoir réussi à le voir. Je me rappelle très bien de l’action. La Fiorentina était en attaque et avait perdu la balle, ensuite le contre biancoceleste fut très rapide. J’étais en retard et quand la faute a été commise, je n’ai pas pu prendre la bonne décision, aussi parce que je ne fus pas aidé par mon assistant » , a ainsi avoué l’homme au sifflet. Une bonne foi dont les supporters laziali n’ont certainement eu que faire. Surtout lorsque l'on sait que Treossi était, selon certaines rumeurs, ami avec Alberto Zaccheroni, avec qui il aurait même partagé des vacances à Cesenatico... Aussi, dans la foulée de cette erreur, ce même arbitre avait sifflé un penalty limite en faveur des Florentins, que Marchegiani avait toutefois repoussé devant Rui Costa.

Vidéo

De quoi apporter pas mal d’eau au moulin du président laziale Sergio Cragnotti, persuadé à l'époque de l’existence d’un complot anti-Lazio. Une thèse appuyée par ce but injustement annulé pour hors-jeu à Vieri lors de la confrontation directe face au Milan AC, quelques semaines plus tôt. Après avoir déjà soulevé la Coupe des coupes, La Lazio finira par se consoler en remportant la Supercoupe d'Europe en août et, surtout, un historique doublé Scudetto-Coupe d'Italie en mai 2000. Preuve de l'immense qualité de l'équipe biancoceleste à cette époque.



Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 11

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
il y a 6 heures Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 69