1. //
  2. //
  3. // Amical
  4. // Thaïlande/Corée du Nord

Quand la Corée du Nord fait des films de foot

Qu'on se le dise, la Corée du Nord aime le football. Et le cinéma. C'est donc tout naturellement que Kim Jong-il encourage en 1978 la production de Centre Forward, petit bijou de propagande en noir et blanc. À quelques heures du choc face à la Thaïlande, retour sur la genèse « du meilleur film nord-coréen de football de tous les temps » .

Modififié
23 11
Football et cinéma n'ont pas pour habitude de faire bon ménage. Leur collaboration récente se révèle même douloureuse. Les chefs-d'œuvre que sont Trois Zéros ou Les Seigneurs, en passant par les merveilles Goal II, Victory ou Esprit d'équipe, sont autant de preuves de la perversion capitaliste quand il s'agit de capter l'essence même de ce sport subtil et corsé. Or, s'il est un homme à avoir résisté aux règles universelles du marché, c'est bien Kim Jong-il. Dur sur l'homme, leader de vestiaire, l'ancien dictateur était aussi réputé pour son amour démesuré du septième art. Aussi est-ce bizarrement vers la Corée du Nord qu'il faut se tourner pour trouver trace d'un long-métrage au style épuré incluant un joueur et un ballon. Sorti en 1978, le film Centre Forward est une ode en noir et blanc aux crochets courts et aux frappes petit filet. Entre deux scènes de matchs où s'alternent en finesse plans larges et vues rapprochées, on y chante amour de la Patrie, rédemption personnelle et soumission au Juche.

Youtube

Pour bien comprendre la genèse de ce film trop longtemps censuré, il faut remonter au Mondial anglais de 1966. Étrillés d'entrée par l'URSS, les protégés du sélectionneur Myung Rye-hyun sont au bord du gouffre. Fierté oblige, ils vont pourtant signer un exploit mémorable, digne des plus grandes épopées. Grâce à une discipline défensive quasi militaire, ils parviennent à faire déjouer le Chili avant de s'imposer à la surprise générale contre l'Italie, dans un match décisif, grâce à un but légendaire de Pak Doo-ik. Sensation à Middlesbrough, hallucinations collectives à Pyong-Yang. En quarts de finale, une première pour un pays asiatique, les Chollimas prennent feu et mènent 3-0 contre le Portugal, après 25 minutes de jeu. Le moment choisi par Eusébio pour entrer en scène. L'attaquant de Benfica claque un quadruplé monumental en moins de trente minutes, et le Portugal s'impose finalement 5-3, après une belle frayeur. Terminus des rêveurs.

Naissance du projet


Qu'importe, les Nord-Coréens se sont découvert des héros à célébrer. Ainsi qu'un penchant tout neuf pour le ballon rond, que Kim Jong-il compte bien faire fructifier. À l'époque, le « cher dirigeant » n'est encore qu'un fils à papa un peu fêlé, nommé dès 1973 directeur de la propagande, entre autres attributions. Grand amateur de James Bond et de John Rambo, condamné au culte d'Elisabeth Taylor, le puriste possède une collection de 20 000 vidéos. Et a comme lubie de développer l'industrie cinématographique dans son pays isolé. « Kim Jong-il nous a expliqué que ce serait bien de faire un film sur le sport, et en particulier sur les joueurs de football, témoignait Han Yu-il, assistant-cameraman un peu coincé. Grâce aux conseils et à l'inspiration de notre Leader, l'équipe du film a passé plusieurs jours avec de véritables footballeurs dans un complexe sportif. Nous nous entraînions avec eux jusqu'à la nuit tombée. » Ainsi démarre le projet fou « du meilleur film nord-coréen de football de tous les temps » , tel que l'affirme la bande-annonce du DVD.

Youtube

Kim Il-sung supervise et oriente. La réalisation est confiée à Kim Kil-in, à ne pas confondre avec la rappeuse américaine Lil'Kim, et Pak Chong-song, une valeur sûre du cinéma asiatique. Appelés pour la bonne cause, quelques vétérans de 1966 entraînent les acteurs aux pieds carrés à faire trois passes devant la caméra, sous des températures glacées. Après quelques mois, le bijou est prêt. Prévisible, le scénario est centré sur l'ascension au club de Taesongsan de Cha In-son, un attaquant rapide mais maladroit. Pour son premier match professionnel, le jeune remplaçant se rate plusieurs fois devant le but, tel un Pocho Lavezzi. « Il joue comme s'il avait une jambe de bois » , hurle le public coréen, amateur de conciliabules et d'indignation collective. La défaite entérinée, les choses dégénèrent carrément dans le vestiaire. « Tu as été stupide, tu as très mal joué, lui balance un coéquipier, fin psychologue. Tu n'as rien fait, tu as tout mal jugé, tu n'as fait que courir comme un dératé devant le but. Le match était un sacré bordel à cause de toi. »

De zéro à héros


In-son a de la chance : dans la réalité, certains ont été envoyés aux travaux forcés pour moins que ça. Vexé, l'humble buteur va faire amende honorable, et chercher la dure voie du succès dans le travail acharné. La suite n'est qu'un hymne politique à l'effort et à l'entraide de 77 minutes qui séduit par sa qualité photographique, son rythme et sa rareté. Au travers des dialogues, on en apprend davantage sur l'intimité nord-coréenne et l'importance des femmes, sa sœur danseuse, la grand-mère blagueuse, qui soutiennent et inspirent le héros, ainsi que sur le style de vie hiérarchique et formel d'un des pays les plus fermés au monde. Entre lucarnes nettoyées, chansons patriotes et sacrifices personnels, la morale est anachronique et intemporelle : travailler plus pour gagner plus. Certes. Mais le véritable enseignement de cette merveille, c'est qu'une histoire mal engagée peut quand même bien se terminer, au nord du 38e parallèle.

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

JuanSchiaffino Niveau : National
Note : -4
vraiment, pardon pour le HS, mais ce petit à deterrer les tweets de joueurs en formation au psg.. des tweet qui date de plusieurs années pour certains, et franchement, c'est chaud https://twitter.com/BilelAffelay
un exemple parmis mille autres http://medias.mensquare.com/wp-content/ … xojhfd.jpg
Super article, intéressant ... ce qui rend encore plus incompréhensible ce HS vraiment pas au niveau. Osef (jmef si je suis le seul) de ces tweets.
kim jung kill Niveau : CFA
finalement j'ai l'impression que seul les asiatiques arrivent à faire de bon film de foot. Les nord coréens et les chinois avec Shaolin soccer
andreas mollard Niveau : CFA2
the damned united de tom hooper était bien mais certes, c'est une exception........
Note : 2
Bel article. Entre celui-là et celui d'hier sur Martin Jacobson, vous (vous) faites plaisir.

Message posté par kim jung kill
finalement j'ai l'impression que seul les asiatiques arrivent à faire de bon film de foot. Les nord coréens et les chinois avec Shaolin soccer


J'ai beaucoup aimé Goal premier du nom (beh oui, désolé) et Le ballon d'Or, qui est librement inspiré de la vie de Salif Keïfa. Et comme dit au dessus, The Damned United est vraiment bon.

Y'a aussi Goal of the Dead, dans un autre genre...
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Message posté par kim jung kill
finalement j'ai l'impression que seul les asiatiques arrivent à faire de bon film de foot. Les nord coréens et les chinois avec Shaolin soccer


T'es sérieux pour Shaolin soccer ??? L'un des films les plus débiles qu'on m'a jamais fait regarder pour moi !

Autre époque, il y avait à nous la victoire, même si c'est mal joué (avec Pelé et Stalone dans les buts), il y a cette ultime scène où le public chante la Marseillaise <3
La_mangouste Niveau : District
Ce film me paraît déjà bien meilleur que United Passions !
La_mangouste Niveau : District
Sinon au rayon nanar footbalistique français, impossible de dépasser Le Führer en folie, le fond du fond de l'humour franchouillard.
Abdeljames Niveau : DHR
Message posté par kim jung kill
finalement j'ai l'impression que seul les asiatiques arrivent à faire de bon film de foot. Les nord coréens et les chinois avec Shaolin soccer


En bon film de foot t'as The damned united sur Brian Clough
Jed mosly Niveau : CFA2
Message posté par La_mangouste
Sinon au rayon nanar footbalistique français, impossible de dépasser Le Führer en folie, le fond du fond de l'humour franchouillard.


Toi t'as pas vu "les seigneurs"
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par UHP
Bel article. Entre celui-là et celui d'hier sur Martin Jacobson, vous (vous) faites plaisir.



J'ai beaucoup aimé Goal premier du nom (beh oui, désolé) et Le ballon d'Or, qui est librement inspiré de la vie de Salif Keïfa. Et comme dit au dessus, The Damned United est vraiment bon.

Y'a aussi Goal of the Dead, dans un autre genre...

Goal of the Dead, c'est quand même assez nul. Même si l'actrice est mimi.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
23 11