Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Marseille/Lyon (1-1)

Quand l'OM se trompe de combat

Obnubilés par le retour de Mathieu Valbuena et l'arbitrage, Vincent Labrune, les supporters phocéens et le onze de l'OM se sont trompés de combat. Trop excités, trop dissipés, les Marseillais en ont oublié le principal : en jouant au football de la première à la dernière minute, ils auraient gagné haut la main.

Modififié
Avec Mathieu Valbuena, ça a souvent été une histoire de centimètres. À cause d'eux, le gamin de Bruges a failli passer à côté d'une brillante carrière. Grâce à eux, le football français a certainement évité le pire. Car l'amorti de la poitrine est impeccable, tout comme l'équilibre. La volée, elle, se contente de frôler la perfection. Et le poteau de Steve Mandanda. À l'aise dans l'exercice acrobatique, le numéro 19 de l'Olympique lyonnais a failli donner la victoire aux siens dans les ultimes instants d'une rencontre ultra-tendue. C'est là, au pied du Virage Nord, loin d'une poupée le représentant pendu, que Mathieu Valbuena a manqué de faire le plus gros doigt d'honneur que l'on ait jamais fait à des supporters en France. Mais depuis le début de la « polémique » autour de son retour au Vélodrome, l'international refuse de manger de ce pain-là. Entre démagogie et vérité, il n'a cessé de marteler qu'il avait tout donné avec l'OM et que son retour à Lyon était - et il a raison - le juste choix sportif à quelques mois de l'Euro 2016. Pour chercher la merde, il aurait pu dire que le rival historique de l'OM est Bordeaux et non Lyon, mais Petit Vélo a préféré jouer au football. En tout cas, il aura essayé. Car pendant une bonne partie de la rencontre, joueurs et supporters marseillais n'avaient pas envie de ça. Comme guidés par un capitaine parano, le bateau phocéen a été ivre et s'est trompé de combat pendant une bonne partie de la rencontre. Et c'est con, parce que cette bataille olympique, ils auraient dû la gagner.

Gros match face au Dynamo Arbitre et au Torpedo Valbuena


Mais au lieu d'affronter l'Olympique lyonnais, l'OM s'est inventé une poule. Un groupe de la mort dans lequel les Phocéens devaient affronter le Dynamo Arbitres et le Torpedo Valbuena. Deux équipes de l'Est qui complotent contre l'OM. La première depuis des lustres, la seconde depuis l'été. Alors pour s'en sortir, il a fallu montrer les crocs. Et comme souvent, le jeu de main est devenu un jeu de crétins. Alors que même Rudy Gobert n'aurait pas suffi pour contrer les boulettes de papier, bouteilles en plastique et même en verre jetées ça et là dans le stade Vélodrome, certains joueurs ont semblé préférer se saisir du cas Valbuena plutôt que de jouer le choc qui leur était proposé.
Rekik a donné le la, en démontant le meneur de poche le long de la ligne de touche, avant que Barrada, dont la tendance Pedrettienne se confirme journée après journée, ne lui réponde. Comme une mouche autour un excrément, Romain Alessandrini, auteur d'un début de partie horrible, n'a pas pu se retenir. Il a rejoint le combat d'un tacle par derrière inutile méritant le prix Nobel et a logiquement été renvoyé aux vestiaires par monsieur Buquet. Le même arbitre qui avait donné un penalty mérité à Alexandre Lacazette, bousculé par un Mandanda qui, s'il a bien enlevé les mains, percute l'attaquant lyonnais. Logique, donc ? Pas pour Vincent Labrune. «  Des faits de jeu ont conduit à des dérapages, chacun doit se regarder dans un miroir. Je ne sais pas si ce soir, c'était du football ou les jeux du cirque, ce dont je suis sûr c'est que l'OM a une équipe de gladiateurs. Après, ce que je dois dire, c'est qu'il y a des équipes qui jouent plus souvent à 11 contre 11 que d'autres. C'est le cas de l'OL. Il y a des équipes qu jouent plus souvent à 10 contre 11, c'est le cas de l'OM » , a déclaré le président de l'OM, qualifié de « guignol » par Jean-Michel Aulas dans la foulée. Un JMA qui peut être hilare où qu'il soit ce lundi, car l'homme a du métier : s'il regrette certainement le tournant qu'a pris la partie au retour de l'interruption, il sait bien que si un match de foot avait été disputé pendant 90 minutes entre l'OM et l'OL, son Olympique aurait perdu plus que deux points.

Pas un pour rattraper l'autre. Juste Lass.


Là, on se dit que le retour aux vestiaire va être synonyme de retour au calme. Que personne ne serait assez bête pour mettre de l'huile sur le feu. Surtout pas un vieux de la vieille. Du coup, Franck Passi profite du tunnel pour dégainer un « reste debout Mathieu » auquel Petit Vélo répondra un très juste « Franck, ne t'y mets pas aussi » . Comme beaucoup d'autres, l'entraîneur intérimaire de l'OM se trompe de combat. Ce n'est pas sur ce terrain-là que l'OM gagnera, et ça, le patron du onze phocéen, Lassana Diarra, le sait : « On ne va pas parler du carton rouge ou du penalty, ce sont des faits de jeu. L'arbitre a pris sa décision et il faut la respecter. Il faut jouer ! » Jouer, c'est ce que l'OM a fait après l'interruption d'un gros quart d'heure. Et là, même à onze contre dix, les Marseillais ont prouvé que lorsqu'ils disputent la bonne bataille, celle contre Lyon, ils ont largement les moyens de leurs ambitions. C'est là, quand l'OM s'est mis à jouer, que le stade Vélodrome a montré qu'il était bien le plus beau de France. Malheureusement, Vincent Labrune est venu rappeler que le seul qui peut vraiment sortir la tête haute du stade Vélodrome ce soir, c'est Mathieu Valbuena. Mal à l'aise à 11 contre 10, l'OL a fini par se procurer une énième occasion. Trop pressé, Valbuena a préféré la volée du gauche à un contrôle tranquille. Malheureusement, c'est peut-être mieux comme ça. Sinon, les fumis envoyés sur le terrain auraient eu des petits frères. Et c'est bête, parce que le seul a en avoir pris un, c'est Michy. Comme quoi, les centimètres...

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 98
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom