1. // Coupes d'Europe
  2. //
  3. // Seizièmes de finale aller

Quand l'Italie dominait la Coupe de l'UEFA

Cinq clubs italiens disputent les seizièmes de finale de la Ligue Europa. De quoi rappeler l'outrageuse domination transalpine durant les 90's.

Modififié
25 46
L'Italie les a posées sur la table. C'est qui le patron ? Cinq clubs en C3 pour la reprise des hostilités, et que du beau monde : Roma, Inter, Fiorentina, Napoli et Torino. Cela faisait un petit moment que l'on n'avait pas vu ça en Coupe d'Europe, précisément sept ans et un autre quintuplé, allemand cette fois. Les Germains détiennent d'ailleurs un record qui sera difficilement battu : 7 clubs en 16es de la Coupe de l'UEFA 2000-01, Hertha Berlin, VFB Stuttgart, Munich 1860, Hambourg, Werder Brême, Bayer Leverkusen et Kaiserslautern. Deutschland über alles. C'était juste un an après « L'Italia sopra tutti » lorsqu'elle qualifiait cinq clubs à ce stade, Roma, Parma, Udinese, Bologna, Juventus. Mais on était déjà entré dans un nouveau millénaire. Ce qui nous intéresse, ce sont les 90's, la plus belle décennie de football sans aucun doute, sa C1, sa C2, sa C3 (sa C4 aussi avec l'Intertoto) et ses clubs italiens au top niveau.

L'Italie seule au monde


Pendant dix ans, la Serie A empile les trophées sur la scène européenne, de 1989 à 1999, quatre Coupes d'Europe des clubs champions (et cinq de perdues), trois Coupes des vainqueurs de Coupes (et deux de perdues), pour finir avec huit Coupes de l'UEFA (et six de perdues), soit 42 % des places de finalistes occupées. L'ex-milieu de l'Inter Nicola Berti a traversé cette époque et n'y va pas par quatre chemins : « Le championnat italien était de loin le plus relevé avec les joueurs les plus forts, l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne, tout ça, ça n'existait pas ! » Lui s'offre trois coupes de l'UEFA avec les Nerazzurri - « La troisième, j'étais parti depuis six mois à Tottenham, mais j'ai disputé les premiers tours, ça compte quand même ! » - et une finale perdue contre Schalke aux tirs au but. Une compétition où la concurrence était extrêmement dense : « C'était aussi dû au format des coupes d'Europe. À l'époque, une seule équipe allait en Coupe d'Europe des clubs champions, et les quatre suivantes finissaient en Coupe de l'UEFA. Il y avait donc beaucoup de grosses équipes, d'autant qu'elles n'avaient pas gagné de titre la saison précédente et affrontaient la Coupe de l'UEFA avec une grosse soif de victoire ! »

La Coupe d'Italie


Les équipes italiennes se présentaient au départ avec l'intention de gagner la C3. 13 clubs différents arrivent au moins en quarts, même Bologna, le Genoa, Cagliari et l'Atalanta ! Vainqueur en 1999 et finaliste en 1995, à chaque fois avec Parma, Antonio Benarrivo se souvient : « Il existait un certain turnover au début de la compétition, l'équipe type était vraiment alignée pour les matchs importants ou à partir des quarts et des demies. Mais il faut dire que les effectifs étaient très homogènes, il n'y avait pas énormément de différence de niveau entre les titulaires et les remplaçants. » Pour preuve, le duo Asprilla-Balbo comme paire de rechange des titulaires Chiesa-Crespo pour le Parme de 1999. Et plus les équipes italiennes avançaient, plus elles avaient de chances de retrouver leurs consœurs. « Ce n'était pas franchement une bonne nouvelle d'affronter des adversaires italiens puisqu'il s'agissait très souvent des plus forts. En 1991, avec l'Inter, j'ai joué la finale contre la Roma de Völler, Giannini, Aldair, etc » , se remémore Berti. Toutefois, il y avait un petit avantage : « C'était un handicap réciproque, les équipes se connaissaient, c'était plus simple de comprendre quelle tactique mettre en place » , affirme Benarrivo qui a défié la Juve en finale en 1995 lors d'une des huit confrontations fratricides.

Inter et Roma favorites


Cette saison, les clubs transalpins semblent enfin retrouver un intérêt pour cette compétition, et Berti a probablement trouvé pourquoi : « Cela va être une réelle bataille par rapport aux années précédentes puisque le vainqueur se qualifiera pour la prochaine Champions League ! Ça, c'est une idée extraordinaire pour relancer la C3, je vous le dis, ça va être une édition spectaculaire ! » Ainsi, sur les cinq italiens engagés, deux noms ressortent quand il s'agit de désigner un potentiel vainqueur : Benarrivo penche pour la Roma de Garcia, alors que sans surprise Berti choisit l'Inter « qui doit absolument se qualifier pour la prochaine Champions League » . Nicolino, comme on l'appelait, se rappelle volontiers d'une compétition qu'il a marquée de son empreinte : « J'ai eu la chance d'être protagoniste lors des deux finales que j'ai disputées. En 1991, à l'aller contre la Roma, j'obtiens le penalty du premier but et je marque le second pour une victoire 2-0. En 1995, toujours à l'aller, je marque le seul but contre le Casino Salsbourg dans un stade Prater rempli d'interistes ! » Quant à Benarrivo, s'il était absent lors de la finale contre Marseille, il se souvient « d'une domination de la 1re à la 90e minute, une victoire sans contestation aucune. » Les Marseillais aussi s'en souviennent, ainsi que l'Europe entière. 89-99, une Coupe, 11 éditions, 8 victoires et 6 finalistes. C'était le Calcio.

Le but de Berti contre le Casino Salzbourg, appellation moins sexy que la Red Bull.
Youtube


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Faustino Asprilla Niveau : Loisir
c'est tout ce qu'il reste.. des articles sur l'age d'or de la Serie A.
Interet de cet article?
Nul Zero Nada
Note : -6
L'auteur me semble bien naïf : les joueurs italiens étaient chargés comme des mules ! Et il y avait un paquet de matches truqués (achat d'arbitres, offre de prostituées, blanchiment d'argent mafieux, échange de "bons procédés"...).

Maintenant que les protocoles de surveillance sont devenus plus stricts (suivi longitudinal des joueurs, commissions d'éthique et d'antiblanchiment de l'UEFA) et les sanctions fortes, le football italien est aux abonnés absents !
jean mimi hole ass Niveau : DHR
Message posté par Faustino Asprilla
c'est tout ce qu'il reste.. des articles sur l'age d'or de la Serie A.
Interet de cet article?
Nul Zero Nada


Je te rejoins je m'attendais à une explication du problème, apprendre pourquoi ce championnat c'est affaiblie.
Les dirigeants des clubs italiens ont clairement un problème pour créer de nouveaux cycles, je pense au 2 Milan qui après leur victoire en C1 auraient du rester sur leur dynamique, continuer d'attirer de bons joueurs de haut niveau mais au lieu de ca, il ont fait un recrutement catastrophique (Menez, Balotelli, Guarin, Mvila, Honda, Rami...) Il faudrait devenir un véritable concurrent sur le marché des transferts pour réattirer les bons joueurs chez eux, mais sa passe par des résultat en coupe d'Europe, ce qui semble bien parti cette année.
Impressionnant cette décennie !
Impressionnante pour le coup !

En effet on pense tout de suite au dopage quand on regarde le palmarès européen. Celui de la C3 est vraiment surprenant : avant la décenie en question de l'article, il faut remonter à 1977 pour trouver un finaliste italien et depuis 1999 aucun finaliste italien ...
Nelsondelamare Niveau : District
Tiens cela me rappelle qu'il y avait eu le même genre d'article l'année dernière au même stade la compétition où Eric Maggiori se demandait si cette année était la bonne avec la Juventus, le Napoli, la Fio ainsi que la Lazio!
Je vais faire mon casse couille... ;) Le But de Berti n'aurait jamais du être validé, le ballon n'était pas à l'arrêt lorsque le coup franc est frappé.
La juve de zidane qui fait deux finale consécutive m'a vendu du rêve vieri deschamps di livio (mon joueur préféré a l'époque) Boksic Ferrara pessotto del piero, et bien sur l'immense ZIDANE
Une vrai équipe qui était le mixe parfait puissance technique et expérience foutu mijatovic foutu foutu riedel et ce lob de ricken...
quelqu'un a osé parler de déclin?
Nicola Berti a un petit air de Christian Clavier.
Message posté par jean mimi hole ass


Je te rejoins je m'attendais à une explication du problème, apprendre pourquoi ce championnat c'est affaiblie.
Les dirigeants des clubs italiens ont clairement un problème pour créer de nouveaux cycles, je pense au 2 Milan qui après leur victoire en C1 auraient du rester sur leur dynamique, continuer d'attirer de bons joueurs de haut niveau mais au lieu de ca, il ont fait un recrutement catastrophique (Menez, Balotelli, Guarin, Mvila, Honda, Rami...) Il faudrait devenir un véritable concurrent sur le marché des transferts pour réattirer les bons joueurs chez eux, mais sa passe par des résultat en coupe d'Europe, ce qui semble bien parti cette année.


C'est simple tout d'abord problème d'argent le football italien, a vécu principalement sur la base des mécènes milliardaire donc plus de mécène plus d'argent et bien sur la non attractivité du championnat pour le public, stades en ruine violence dans les stades racismes, des phénomènes qui ont d'ailleurs vidé les stades italiens.
Oui en Italie les ultras que certain regrettent en France et en Angleterre ont gagnés résultat le public "normal" a déserté les stades.
La base du renouveau du football italien sera donc de changer son image en vidant les tribunes des pourritures qui les garnissent et en construisant de nouvelles arènes dédier au football en bref tout détruire pour repartir sur de bonnes bases.
Quelqu'un a osé parler de déclin?
Et la suprématie des clubs français on en parle pas? Ah ben non...
Message posté par djetouf
Je vais faire mon casse couille... ;) Le But de Berti n'aurait jamais du être validé, le ballon n'était pas à l'arrêt lorsque le coup franc est frappé.


Carrément non!? But de vautours.
Nelsondelamare Niveau : District
Message posté par Stoichkov
Et la suprématie des clubs français on en parle pas? Ah ben non...


Et pourtant dans la décennie 90's, les clubs français ont eu de très bons résultats seulement concrétisés par 2 victoires:
- C1: 2 finales OM (91-93) + plein de demi-finales OM (91), Monaco (94-98), Nantes (96), PSG (95)
- C2: 1 victoire PSG, 2 Finales (92 Monac' et 97 PSG), plusieurs demi (PSG 94, Monaco 90)
- C3: 2 finales (Bordeaux 96 et OM 99), pas mal de demi aussi
Message posté par lindo
L'auteur me semble bien naïf : les joueurs italiens étaient chargés comme des mules ! Et il y avait un paquet de matches truqués (achat d'arbitres, offre de prostituées, blanchiment d'argent mafieux, échange de "bons procédés"...).

Maintenant que les protocoles de surveillance sont devenus plus stricts (suivi longitudinal des joueurs, commissions d'éthique et d'antiblanchiment de l'UEFA) et les sanctions fortes, le football italien est aux abonnés absents !


Pour le coup c'est toi qui est bien naif....

Parce que tu crois qu'il y a qu'en Italie qu'il y avait des putes, de la drogue et du truquage ?

Pour rappel, la seule LDC Française est entachée par un club qui sera destitué de son titre National la même année et suspendu de coupes d'Europe les deux années suivantes.

Et parce que tu penses que maintenant le foot c'est bisounours land ?

Eh bien...Je comprends pourquoi les mecs hésitent pas à vendre des maillots à 75 euros, ils trouveront toujours preneur.

La corruption, le fait d'être chargé, les petits arrangements c'est dans chaque pays et même en France, si si, je vous assure.

Parce que peut-être que les championnats Russe, Allemand ou Espagnol n'étaient pas truqué dans les années 90 ?

La plupart des mecs qui sortent toujours les mêmes arguments de ce type sur la Série A sont ceux qui sont frustrés du palmares de cette ligue par rapport à la L1 et surtout de la grande naiveté des clubs Français lors des confrontations contre les équipes Italiennes à l'époque.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Ouais, c'était monstrueux, et le plus fou sur cette décennie c'est que l'Italie domine également la LDC : de 89 à 99, 9 finale sur 10 ont un club Italien, avec un total de 4 victoires ! En même temps quelles équipes il y avait à l'époque en Italie... La Samp de Mancini, Vierchowod, Pagliuca et Vialli, l'Inter Allemande du trap, le Milan de Sacchi et Capello, L'inter des Baggio, Ronaldo, Recoba, La Juve de Baggio, la Juve de Lipppi avec Deschamps, Zizou, Davids, ADP, La lazio de Stam, Stankovic, Salas, Nedved, le Parma de Chiesa, Crespo, Cannavaro et Thuram, la Fio de Batistuta et Rui Costa, la Roma de Vollër.... Et encore je dois en oublier

Complètement dingue
"Les équipes italiennes se présentaient au départ avec l'intention de gagner la C3. 13 clubs différents arrivent au moins en quarts, même Bologna, le Genoa, Cagliari et l'Atalanta !"
Dans les 90', mis à part le PSG et l'OM, on avait aussi droit à des Bordeaux, Monaco, Nantes, Lens, et même Auxerre en 1/2 de C1 et C3 ! Putain d'époque. Chose tellement improbable aujourd'hui. A moins que Guingamp...
Message posté par Faustino Asprilla
c'est tout ce qu'il reste.. des articles sur l'age d'or de la Serie A.
Interet de cet article?
Nul Zero Nada


Sais-tu dans quel championnat le joueur dont tu portes le pseudo s'est illustré? Petit indice, ces meilleurs années n'étaient pas sous le maillot de Newcastle.

La Serie A dans les années '90 était le meilleur championnat de tous les temps. C'est un fait et l'article ne fait que le rappeler.

Maintenant , ce que le journaliste omet de préciser, c'est qu'à la différence de ces années, la présence de 5 club en ligue Europa est directement liée à celle d'une seule équipe en 8ème de CL (Napoli sorti en préliminaire et Roma reversée après la fin des poules). Pas de quoi se réjouir.
Faustino Asprilla Niveau : Loisir
Message posté par samotraki


Sais-tu dans quel championnat le joueur dont tu portes le pseudo s'est illustré? Petit indice, ces meilleurs années n'étaient pas sous le maillot de Newcastle.

La Serie A dans les années '90 était le meilleur championnat de tous les temps. C'est un fait et l'article ne fait que le rappeler.

Maintenant , ce que le journaliste omet de préciser, c'est qu'à la différence de ces années, la présence de 5 club en ligue Europa est directement liée à celle d'une seule équipe en 8ème de CL (Napoli sorti en préliminaire et Roma reversée après la fin des poules). Pas de quoi se réjouir.


T'as une culture foot aussi dingue que ton sens de l'humour, c'est incroyable.
Jeu direct Niveau : CFA
Mince, j'ai cliqué sur l'article en voyant la photo de Roberto Baggio...
et pas une référence sur sa Juve de 93, qui remporte la C3!
Les deux Baggio, Möller, Vialli, Sousa, Köhler...j'adorais cette équipe, et Baggio qui élimine le PSG à lui tout seul en demi. Et puis le triomphe contre Dortmund en finale.
Fan de la Juve depuis cette époque, elle était belle cette Vecchia Signora.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Nous allons remonter sur le toit de l'Europe très bientot ! C'est lent besogneux mais le calcio restera le calcio c'est à dire le championnat le plus dur au monde !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
25 46