1. //
  2. // Amical
  3. // France-Italie

Quand l'Italie désaoulait...

Il y a presque dix ans jour pour jour, la France et l'Italie s'affrontaient au Stade de France pour un revival de la finale de Coupe du monde disputée quelques semaines plus tôt. Le meilleur moment pour taper une Nazionale complètement groggy.

1k 16
« Heureusement que Materazzi était suspendu, je n’ose même pas imaginer comment ça se serait terminé. » Franco Semioli possède seulement trois sélections avec l’équipe d’Italie, deux matchs amicaux et une seule rencontre officielle, ce France-Italie. Moins de deux mois après la finale de la Coupe du monde, les deux ennemis se retrouvent pour un match de qualifs de l’Euro 2008 dans un Stade de France blindé et chauffé à blanc. Zidane n’est plus là, car retraité, Matrix, lui, a écopé de deux matchs de suspension pour la fameuse insulte (un de moins seulement que l’auteur du coup de boule), un cas unique dans l’histoire du football. Les joueurs italiens décuvent encore et ne seront jamais dans le match. La France prend sa « revanche » , mais avec de gros guillemets.

Je suis Corchia et je le reste...

Pas de Totti ni de Juventini


« Avec Marchionni et Bonera, je faisais partie des réserves, nous sommes restés avec le groupe jusqu’à la veille du premier match. J’avais compris comment cette compétition se terminerait. Techniquement et humainement, la Nazionale était au top. » L’ailier droit évolue alors au Chievo, à vingt-six ans, il vit ses meilleures années, si bien qu’il est de suite rappelé. « Donadoni avait pris la place de Lippi, il y avait cet amical contre la Croatie à la mi-août, les champions du monde étaient tout juste revenus de vacances et il n’y avait pratiquement que des néophytes. Le coach ne l’a pas dit clairement, mais la volonté était de renouveler l'effectif. » Amelia, troisième gardien en Allemagne, est le seul « rescapé » . Parmi les joueurs alignés, seuls Di Natale et Chiellini intégreront la sélection sur la durée. Il n'y a aucun automatisme et c'est un revers logique 2-0. Deux semaines plus tard, Cannavaro présente le trophée au San Paolo de Naples, les héros de Berlin sont de retour, sauf Totti qui a décidé de prendre sa retraite internationale, tandis que les joueurs de la Juve ont la tête ailleurs suite à la relégation administrative en Serie B. Au fond, le bon Roberto regrette presque déjà d’avoir accepté la faveur de son pote Albertini, vice-président de la fédé. L’environnement est malsain, voire hostile, difficile de bosser dans ces conditions. Il faut un but d’Inzaghi pour arracher un nul face à de modestes Italiens.

Jambes et cerveaux vidés


Le match contre la France tombe au pire moment. « Le championnat n’avait même pas encore commencé, j’étais un des seuls qui avaient disputé une rencontre officielle avec les préliminaires de la Ligue des champions. Nous n’étions pas du tout prêts physiquement. D’ailleurs, on se retrouve menés au bout d’une seule minute de jeu » , remarque Semioli. Une minute et huit secondes, Govou reprenant d'une demi-volée un centre de Gallas. Le Stade de France exulte comme un seul homme et évacue un peu de cette frustration accumulée depuis deux mois. « C’était spectaculaire, je dois l’avouer. On s’attendait à un accueil exécrable, mais ça aurait franchement pu être pire. Je crois que les supporters français étaient plus occupés à soutenir les leurs qu’à nous poudrer. » Disons que le décès de Giacinto Facchetti deux jours plus tôt a permis d’éviter une ambiance délétère. La mémoire de l’ancienne gloire de la Nazionale et de l’Inter est respectée, tout comme l’hymne italien. En revanche, pas de pitié pour les Bleus qui en plantent un second par Thierry Henry dès le quart d’heure de jeu. En plus du manque de condition, le 4-4-2 concocté par Donadoni ne tient pas forcément la route : « Ce n’était peut-être pas le meilleur match pour faire des essais. J’étais très tendu. On attendait probablement trop de moi. » Après la réduction du score de Gilardino, Govou s’offre un doublé en début de seconde période. L'Italie est à terre.

Youtube

Neuf champions du monde sont pourtant présents, la défense titulaire avec seulement Barzagli à la place de Matrix, le trio Gattuso, Pirlo, Perrotta au milieu et donc le joueur de violon. S’y ajoutent notre Semioli et Cassano : « Les mecs n’avaient pas changé depuis que je les avais quittés, mais j’ai bien perçu qu'ils avaient moins la dalle. Ils venaient de remporter le Mondial, c’est presque normal. Ça se voit dans les petits détails, les repas, la vie de groupe tout ça. Les motivations étaient différentes. » Et la Nazionale le paye cher face à une équipe remontée à bloc. « Une sale défaite, on n’avait presque rien créé. C’était le match le plus compliqué pour faire mes débuts en match officiel, j’ai traîné ça pendant quelques mois. » On ne le reverra plus qu'une fois en sélection. En attendant, l’Italie a pris un petit point en deux matchs dans un groupe qui comprend également l’Ukraine et l’Écosse. Elle risque gros. Seuls les deux premiers passent, pas de barrage au programme. Elle enchaînera par neufs victoires et un nul pour terminer première de sa poule. Le hasard du tirage au sort opposera de nouveau les ennemis intimes lors du dernier match de poules de l'Euro. Le vainqueur passe en quarts et sort son adversaire. Cette fois, ça ressemble un peu plus à une revanche. Loupé.




Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

En parlant de la suspension du double Z, petite question:

Il n'aurait pas dû les purgés maintenant qu'il est coach?
Ça ne s'applique qu'au niveau international?
S'il devient sélectionneur il ne coachera pas les 3 premiers matchs?
perso j'ai jamais compris la branlette mediatique autour de ce match.
On se fait ramoner le fion (Ramon si tu me lis) en finale et la tout le monde se branle sur un match amical en bois ou les italiens s'en battent les couilles.....
PirloVerratti Niveau : DHR
Message posté par fuibanez
perso j'ai jamais compris la branlette mediatique autour de ce match.
On se fait ramoner le fion (Ramon si tu me lis) en finale et la tout le monde se branle sur un match amical en bois ou les italiens s'en battent les couilles.....


Ce n'était pas un match amical mais un match de qualif. Mais oui complètement inutile on est d'accord.
Chenipan sauvage Niveau : District
Message posté par YNWA#
En parlant de la suspension du double Z, petite question:

Il n'aurait pas dû les purgés maintenant qu'il est coach?
Ça ne s'applique qu'au niveau international?
S'il devient sélectionneur il ne coachera pas les 3 premiers matchs?


Non il les a déjà purgé fin il a fait des TIG à la place.
L'équipe championne du monde avait une moyenne d'age assez élevée, de toute façon ça marquait la fin de l'age d'or du foot italien, ça s'est confirmé avec le flop en Afrique du sud, c'est des mecs comme Totti ou Nesta ont fait leur adieux à la sélection ce n'est pas pour rien.
Moi qui a grandi avec la série A (depuis l'époque de baggio) et qui regarder les matchs de l'Italie même si je ne suis pas italien, c'est triste de voir le niveau des joueurs italiens, faudra pas compter sur eux pour finir se frotter avec l'Espagne, L'Allemagne et la France, Italie, Pays-bas même combat
DivinCodino Niveau : DHR
Je l'avais oublié Semioli, depuis. Il avait en effet été complètement hors-sujet.
Un des buts français est vicié par un hors-jeu.
Ribéry avait été excellent dans l'axe, poste pour poste à la place de Zidane dans le 4-2-3-1 du Mondial. Domenech ne remettra un 4-4-2 que plus tard.
L'ambiance était un peu tendue quand même à l'époque, suite évidemment aux circonstances de la finale, mais surtout à cause de Domenech qui depuis l'Italie-France Espoirs de 99 je crois, gardait une dent personnelle contre l'Italie et Gattuso, et ne perdait pas une occasion de la ramener.
Plus tard ça se tassera, un 0-0 dégueulasse lors du retour en qualifs, à l'époque il y avait eu des échos comme quoi la Marseillaise avait été sifflée, un pote qui était au stade m'a juré que c'était parce que la tronche de Domenech était sur écran géant à ce moment-là.
Au moins une belle image à la fin du match retour, quand Cannavaro et Thuram, partenaires historiques, se sont courus derrière hilares lors de l’échange de maillots.
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par PirloVerratti
Ce n'était pas un match amical mais un match de qualif. Mais oui complètement inutile on est d'accord.


Euh je sais pas si vous vous souvenez vaguement de cette campagne d'éliminatoires mais l'Ecosse avait été chiante jusqu'a&u bout, notamment grâce à ce Diable de Mc Faden..

Au final on termine avec 2 pts d'avance sur les Chardons.. Une défaite contre les ritaux aurait donc pu nous priver d'Euro 2008 (ce qui aurait entraîné le licenciement de Domenech donc un mal pour un bien)..
Message posté par zinczinc78
Euh je sais pas si vous vous souvenez vaguement de cette campagne d'éliminatoires mais l'Ecosse avait été chiante jusqu'a&u bout, notamment grâce à ce Diable de Mc Faden..

Au final on termine avec 2 pts d'avance sur les Chardons.. Une défaite contre les ritaux aurait donc pu nous priver d'Euro 2008 (ce qui aurait entraîné le licenciement de Domenech donc un mal pour un bien)..


Oui, les écossais finissent 3èmes avec 8 victoires et 4 défaites, dont une défaite à la con contre la Géorgie qui les oblige à battre l'Italie lors de la dernière journée... où ils perdront 2-1.
McFaden... Vu en direct à la télé avec mon popa, il a insulté tous les ancêtres de Landreau je crois.

https://www.youtube.com/watch?v=hsEzr0fGApE
JestroGoal008 Niveau : DHR
"Il faut un but d’Inzaghi pour arracher un nul face à de modestes Italiens."
Qui marque déja pour les modestes Italiens? Je me souviens plus trop..
Ah, en parlant des poules de l'Euro, ça me rappelle avec émotion Lucatracteur Toni le qui prend de vitesse Abidal, défenseur latéral de formation pour un magnifique combo rouge-pénalty.

Merci pour ce moment Ray
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par Polo11
Ah, en parlant des poules de l'Euro, ça me rappelle avec émotion Lucatracteur Toni le qui prend de vitesse Abidal, défenseur latéral de formation pour un magnifique combo rouge-pénalty.

Merci pour ce moment Ray


Abidal en défense centrale, toute une époque.. Il maitrisait aussi bien le combo "je laisse partir l'attaquant dans mon dos + penalty-rouge pour Lloris"
C'est beau un latéral de formation qui se fait prendre de vitesse par une flèche comme Toni, j'en suis encore tout émoustillé.
Il n'est pas central de formation, d'ailleurs Abidal? Je crois que c'est sur le tard qu'il passe à gauche.
Pragmatique Niveau : CFA2
Petit match de reprise.Soit 1-0 pour l'Italie, soit 1-1 avec égalisation de la France.

J'écoute le somptueux Fratelli d'Italia et j'éteints tout.
adebayorsheyi Niveau : District
Quel match! Pas tant inutile que ça, étant donné que retrouver les italiens, à peine 2 mois après cette finale tragique pour les français, et gagner a eu un effet cathartique pour bons nombre de supporters hexagonaux (dont moi).

Donc merci pour ce super article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 16