Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Quand l'Iran est passé chez Sosha

En Iran, une photo de smartphone peut avoir de grandes conséquences. Sosha Makani, gardien de 29 piges du Persepolis FC et accessoirement troisième gardien de la Team Melli (3 sélections), en fait les frais aujourd'hui. Arrêté le 3 janvier dernier et incarcéré depuis à la prison Evin - vil lieu connu pour ses 15 000 âmes en attente d'une exécution ou d'un procès -, l'homme est accusé par la cyber police iranienne de « corrompre et heurter » la société iranienne.

Modififié
À des années-lumière de la sextape, ou d'un sexto, Sosha Makani s'est laissé photographier en bonne compagnie. Des photos contraires aux mœurs de la charia de la République islamique iranienne qui interdit aux hommes de poser en compagnie d'une tierce autre que l'épouse ou extérieure à la famille. Or, Sosha Makani est, aux yeux de l'État, toujours un homme célibataire. Véritable figure d'une jeunesse iranienne toujours plus décomplexée et occidentalisée, l'homme traîne derrière lui la réputation d'un cupidon, le romantisme en moins, les paillettes en plus. Chahla Chafiq, sociologue iranienne, exilée en France depuis 1983, a suivi de près l'évolution des mœurs de la jeunesse de son pays. « Presque tout leur est interdit sur la scène publique. Donc ils la désertent. Les soirées underground sont nombreuses et beaucoup développent une sorte de contre-culture pour lutter contre l'ennui. »

Joueur dépravé


Le 2 janvier, peu après les fêtes de fin d'année, célébrées en Iran par quelques parties privées, Sosha Makani devient l'attraction majeure des réseaux sociaux. Notamment sur Telegram, bien plus populaire que Facebook en Iran. Les photos de sa petite soirée en bonne compagnie font le tour du net. Alors histoire de dégonfler l'affaire, Sosha fait une vidéo où il explique ignorer la provenance des clichés et l'identité du photographe. En vain, la Gasht e Ershad, dite « police de la vertu » , mise au parfum par la cyber police, ouvre une enquête et défère le gardien international iranien en détention provisoire. Peu ménagé par la justice, ni par les médias locaux, qui se régalent de « l'affaire Sosha » , le natif de Bandar-e Anzali perd le soutien de son club. Souvent sanctionné en interne pour ses frasques, son énième mésaventure prend cette fois une autre dimension. Sans doute bien trop politique pour une prise de position franche de la part du Persepolis FC. Au lendemain de l'affaire, Shoot, populaire magazine de football iranien, signe un saignant édito titré : « Nous ne voulons pas de joueurs dépravés. » Et histoire d'en rajouter une couche, toujours selon le même canard, le Persepolis FC activerait, en ce moment même, la piste pour un nouveau gardien. Contacté pour en savoir plus sur l'affaire, le téléphone de l'attaché de presse du club de Téhéran sonne désespérément dans le vide.

« À Evin, une star comme lui, on la chouchoute »


Le bad boy devrait cependant ne pas rester longtemps derrière les barreaux d'Evin. Son avocat passe la seconde. Aux juges, il justifie la photo par un vilain hack de son Telegram Messenger tout en balayant cependant la rumeur d'un maître chanteur. « Ils planifiaient de se marier incessamment sous peu » , a-t-il déclaré aux médias. Autre soutien de poids, la supposée prétendante de l'intéressé, présente sur la fameuse photo. Cette dernière vient de riposter sur son compte Instagram, déterminée à sortir son « futur mari » de prison. Roozbeh*, jeune Iranien de 24 ans, a connu la taule pour la même raison. Quelques photos avec sa petite amie, et paf, la colère de sa belle-famille : « Résultat : trois mois de prison, au milieu de criminels et de voleurs. Ça va, mes conditions de vie n'étaient pas mauvaises. Mais je sais que Sosha a sa cellule pour lui. À Evin, une star comme lui, on la chouchoute. »

Si elle ressemble à un mauvais épisode de Plus Belle la Vie à la sauce persane, « l'affaire Sosha » rappelle que la Team Melli reste sous les radars de la République islamique d'Iran. Le 17 juin 2009 déjà, alors que la sélection affronte la Corée du Sud lors d'un match crucial pour la Coupe du monde 2010, d'immenses manifestations ont lieu partout en Iran pour protester contre la réélection d'Ahmadinejad. Six joueurs de l'équipe portent alors des bracelets verts en soutien à la protestation. Lors de la mi-temps du match, au vestiaire, les joueurs sont sommés de retirer leurs bracelets. L'affaire sera étouffée et on prétextera « un hommage à l’imam chiite Hossein » , mais la star Ali Karimi, le capitaine Mehdi Mahdavikia et leurs quatre autres camarades seront radiés à vie de la sélection. Les anciens internationaux Ali Daie et Ali Parvin n'ont certainement pas oublié ce mois de juin 2009. Les deux légendes du football iranien ont apporté publiquement leur soutien à Sosha Makani. Contre vents et mollahs.


*Son nom a été modifié

Par Quentin Müller, avec Sam Bozorgi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 48 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain