1. // Tactiques de légende – Milan AC vs Manchester United (C1 2007)

Quand Kaká et Gattuso faisaient voler le sapin de Carlo

L'Italie et l'Angleterre sont deux pays lointains, culturellement, géographiquement et footballistiquement. D'un côté, la terre du football réfléchi, calculé, tactique. De l'autre, là-haut sur l'île, on aime les rythmes fous, l'engagement physique et une attaque ressemble à une prise d'assaut d'un navire. Dans les années qui suivent le drame du Heysel, l'Italie place neuf finalistes en C1 jusqu'à ce que Manchester United rafle la mise en 1999. La hiérarchie est bousculée dans les années 2000 : depuis 2004, quinze demi-finalistes anglais contre quatre italiens, mais trois victoires partout ! Premier épisode des rencontres Italie-Angleterre : le choc Milan AC - Manchester United en demi-finale de la C1 édition 2007.

Modififié
66 37
Évidemment, les deux styles se rejettent. Les uns insultent les autres de « simulateurs » , ces autres qualifient les premiers d' « analphabètes tactiques » . On se souvient de la panenka de Pirlo à l'Euro. On se souvient surtout du Heysel en 1985 : Juventus-Liverpool et la descente aux enfers des Anglais. En 2003, quand la Juventus et le Milan AC se retrouvent pour une finale 100% italienne à Old Trafford, les deux camps semblent presque prendre un malin plaisir à livrer le pire spectacle possible en finale de C1. « Vous détestez notre football calculé ? Vous allez en bouffer. » Ils font durer le plaisir : 0-0, prolongation, tirs au but. Liverpool vengera la Reine avec style en 2005, avant que le Milan…

Le Milan était traditionnel, Manchester n'a jamais changé

En cette saison 2006-2007, Cristiano et Rooney dominent enfin le Chelsea de Mourinho, tandis que le Milan est plongé dans une saison difficile, au cours de laquelle Yoann Gourcuff et Nelson Oliveira jouent plus de matchs que Maldini et Nesta. Deux semaines avant le grand rendez-vous des demi-finales, Ferguson en met sept à Spalletti. L'Europe tremble. Dans le dernier carré, le Milan AC est seul contre trois Anglais. Seul, mais rodé : il s'agit de la quatrième demi-finale de C1 en cinq ans pour les Milanistes. Carletto en joue : « À ce stade de la compétition, c'est la tradition qui compte. » Il le sait, son Milan est alors très « traditionnel » : toujours le même sapin de Noël (4-3-2-1), habillé de ses perles Kaká et Seedorf sous l'étoile Gilardino ou Inzaghi, soutenu par le tronc Pirlo-Gattuso-Ambrosini et des ailiers au rôle capital : Oddo et Jankulovski. Dida, Maldini et Nesta complètent la formation, quand ils ne sont pas blessés.

Car, déjà, on parle d'une « équipe de vieux » . Tout le contraire de la formation de Manchester, pleine de jeunesse, de fougue, mais aussi d'absents dans le 4-2-3-1 du match aller : Van der Sar, Évra-Brown-Heinze-Oshea derrière, Fletcher-Carrick pour tenir le milieu, et enfin Cristiano, Scholes et Giggs derrière Rooney. Une formation typique de Ferguson, habile pour garder le ballon aussi bien que pour contre-attaquer, personnifiée par la polyvalence de Paul Scholes, à la fois 6, 8 et 10.

La cavalerie anglaise va vite, mais Kaká est divin

Manchester fait un début de match très Premier League : une équipe furieuse qui attaque sans relâche, met la pression, joue dur, n'hésite pas à balancer trois ballons dans les nuages, persuadée que le quatrième fera mouche. Rapidement, les Italiens, surpris, plient : Cristiano marque sur corner à la 5e minute. Les hommes d'Ancelotti sont cueillis à froid, et Kaká semble seul contre le reste du monde. Le 4-3-2-1 n'a pas eu le temps de mettre le pied sur le ballon au milieu, ni de lancer ses deux latéraux pour faire reculer les Rouges. Devant, Gila joue en pivot et c'est à Kaká de prendre la profondeur, seul. Le Brésilien insiste, encore et encore. Les Rossoneri laissent passer l'orage du début de match et attendent les éclaircies de son numéro 22. Comme une flèche, il perfore la défense bis mancunienne au bout de vingt minutes. Le Milan s'installe alors et le sapin pousse. Un quart d'heure plus tard, la magie opère. Kaká est seul face à trois Rouges, puis seul contre Évra et Heinze, puis seul contre Van der Sar, puis seul au monde à Old Trafford, les bras au ciel. 2-1, un doublé et le Ballon d'or promis quelques mois plus tard.

Youtube

La pluie et les blessures

À la reprise, les éléments font basculer la rencontre. Ancelotti perd Maldini et Gattuso, il se met à pleuvoir et Manchester frappe de plus en plus loin, arrive toujours plus vite et plus fort. « À la reprise, nous avons arrêté de jouer et défendu trop bas » , observe Nesta. Malgré toute leur expérience, les Milanais encaissent deux buts à deux moments cruciaux : l'heure de jeu et les arrêts de jeu. Nesta a raison, le sapin de Noël est très court en cette soirée pluvieuse. Mais toutes ces jambes milanaises devant la surface ne suffisent pas pour empêcher Scholes d'inventer une merveilleuse louche pour Rooney. Et alors qu'en fin de match, la folie de Kaká pèse à nouveau sur la défense anglaise, une attaque rapide classique du championnat anglais vient perforer les lignes italiennes. Rooney, encore. Deux buts encaissés à domicile, mais cet avantage qui permettra à Ferguson de contre-attaquer à San Siro…

4-2-3-1 contre 4-3-2-1 : le jeu du milieu et l'enjeu des ailes

Match retour à San Siro, là où le Milan n'avait à l'époque jamais perdu contre une équipe anglaise. Manchester récupère Vidić (mais pas Ferdinand), Ancelotti est obligé de remplacer Maldini par Kaladze, et préfère cette fois-ci Inzaghi à Gilardino. C'est au tour de Manchester de subir l'effet du stade. 77 000 personnes, c'est beaucoup. Et à la différence du match aller, l'équipe qui prend l'ascendant psychologique a aussi la maîtrise de la géométrie de son côté. Sur le terrain, on ne croit voir que l'opéra des deux maîtres Seedorf et Kaká, mais l'équipe milanaise l'emporte aussi au milieu et sur les ailes. Ancelotti explique brièvement la victoire tactique : « Les clés du match ont été la grande pression des milieux de terrain et les courses des latéraux. » Rino Gattuso grandit au fur et à mesure de la rencontre, jusqu'à sembler immense au milieu du déjà très grand San Siro. Cristiano n'a plus d'espace, Manchester n'a jamais le temps.

Youtube

Gennaro le raconte : « Je ne pensais qu'à courir, courir et courir, jusqu'à que mes jambes ne s'arrêtent plus. » D'autre part, Pirlo, Seedorf et Kaká ont alors le temps de lancer les latéraux Oddo et Jankulovski. Dans un duel entre un 4-2-3-1 et un 4-3-2-1, la domination est bien souvent décidée par la bataille des côtés : les latéraux du sapin de Noël sont-ils capables de faire reculer les deux ailiers offensifs du 4-2-3-1, à savoir Cristiano et Giggs ? À Milan, oui. Les centres s'enchaînent. Et puis Milan marque rapidement. L'insaisissable Kaká à la 11e minute, le facile Seedorf à la 30e. Manchester perd le fil de la rencontre, commet deux fois plus de fautes que son adversaire (21 fautes à 11), l'absence de la relance de Rio se fait terriblement sentir. Alors que Gilardino jouait dos au but, Inzaghi vit pour la profondeur, jamais gêné de réclamer le ballon. Ironie du sort, c'est Gilardino qui viendra sceller la rencontre sur une contre-attaque en fin de match. Un, deux et trois. Le Milan perdra les deux derbys de la saison et finira tout de même à 36 points de « l'Inter des records » , mais se consolera en passant l'été avec la C1 sous le bras. La cinquième de l'ère Berlusconi (avant 1986, le Milan ne comptait que dix Scudetti et deux C1). Manchester « devait » gagner le triplé. Un an après le Calciopoli, la Serie A est reine d'Europe.

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SO FOOT.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Putain je l'ai attendu ce Kaka au Real ...

A part quelques fulgurances, on l'a malheureusement jamais retrouvé.
Gattuso - Seedorf - Pirlo - Kaka
Quel milieu !
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 3
quelle tristesse de voir ce si grand Milan être tombé aussi bas...

Quelle tristesse de voir un si grand Kaka être tombé aussi bas...
CuoreRossonero Niveau : District
'tin ça fait chialer de voir mon Milan comme ça et de savoir où on en est 6 ans plus tard...
paradoxalement cette défaite à Old Trafford ça reste un de mes plus beau souvenir de foot, ce but de Kakà !!!
floyd pink Niveau : CFA
pffff, Milan avait pas besoin de reprendre kaka, ils ont Robinho.

J'ai fait ma blague, je m'en vais, Aurevoir
Ricardo Oliveira, pas Nelson. Et je signerai des deux mains pour le voir remplacer Matri sur le banc de touche. Sinon quelle confrontation. Le match retour est magique. J'avais adoré le but de Seedorf, cette façon qu'il a de se maintenir en équilibre et de masquer a frappe jusqu'au bout, laissant croire à son vis à vis qu'il a perdu l'instant.

C'était beau. Et 7 ans après on pleure.
Aujourd'hui 3 -0 c'est le score de Caen-Milan au Malherbe. Putain de nostalgie.
evra + heinz... magique !!!
Note : 4
Non mais là c'est trop ce Milan était incroyable, la hargne de Gattuso, la finesse de Pirlo, la technique ou la puissance de Seedorf et la vitesse de Kakà... Ferguson avait sorti "c'est ma plus grosse défaite dans le jeu depuis que je suis à Manchester United" mais ça c'était avant la finale LDC 2011...
Max_Payne Niveau : CFA
J'ai gardé la Une de L'équipe du lendemain du match.
"Ce Milan est un rêve". Quelle équipe merveilleuse, quelle leçon de tactique on avait alors pu admirer!
et le resultat au final c'est quoi????
Juju la Terreur Niveau : DHR
Quel match aller c'était ce Man Utd - Milan !

Je suis dégouté que Manchester n'ait pas un plus grand palmarès Européen... Le Real des Galactiques 1.0 contre le Manchester de Beckham, Giggs et Van Nistelrooy, ça aussi c'était épique ! Le Barca de Guardiola qui était une équipe de cochon ne pourra jamais être dissocié du Manchester de Ferguson (2 C1 contre Man U et personne d'autre)...

La nostalgie me prend mais on doit parler de Ferguson au passé... C'est triste
Toofos
Je ne sais pas ce qui est le plus triste : regarder le Milan avant et après (aujourd'hui) ou voir une belle femme devenue une vieille dame. :-(
Message posté par Toofos
Je ne sais pas ce qui est le plus triste : regarder le Milan avant et après (aujourd'hui) ou voir une belle femme devenue une vieille dame. :-(


Et lorsque la "Vieille Dame" a un regain de forme depuis 2 ans ?
LE match le plus complet du Milan AC sous l'ère Ancelotti à mon sens. MAnchester n'a pas existé une seule minute dans ce match.
Cette équipe était phénoménale. Pourtant, j'ai préféré celle de 2002-2003 avec son milieu hallucinant : Pirlo, Seedorf, Rui Costa, Rivaldo globalement en méforme et Redondo, blessé la plupart du temps, pour la technique puis Gattuso et Ambrosini pour contenir les assauts adverses. Devant deux monstres : Inzaghi et Shevchenko. Et une défense composée de Maldini, Costacurta, Simic, Serginho et Nesta, responsable en partie du niveau affolant de Thiago Silva aujourd'hui. Je la préférais surtout en cela qu'elle n'est pas aussi dépendante de la performance d'un seul joueur, en l'occurrence Shevchenko, que ne fut celle de 2006-2007 avec Kaka. Le jeu de l'équipe grâce à la technique des milieux était stratosphérique (clin d'oeil de l'époque) donc plus dans la possession du ballon que dans la percussion qui venait elle essentiellement de Kaka.
Enfin toujours est il que maintenant nous n'avons ni l'un ni l'autre.
Nerazzurro Niveau : CFA2
Le match aller était exceptionnel putain*, avec le numéro de Kaka et le doublé de Rooney. Mais tu sentais que le Milan était malgré tout supérieur. D'ailleurs, sans les blessures de Maldini et Gattuso, je pense qu'ils gagnaient le match.

Ce Milan de 2007 était très fort, je dois le reconnaître. Mais celui de 2005 était sans doute le meilleur, le plus magique, bien que celui de 2003 était costaud aussi. Enfin, le Milan de 2003-2007 était une putain d'équipe, bien que ça m'arrache le cul de dire ça.
badaboumtiti Niveau : District
Kaka, bordel, il était tellement fort qu'il a réussi à banaliser son prénom.

Quelle humiliation sur Heinze Evra, but inoubliable.
Message posté par OkayP
Cette équipe était phénoménale. Pourtant, j'ai préféré celle de 2002-2003 avec son milieu hallucinant : Pirlo, Seedorf, Rui Costa, Rivaldo globalement en méforme et Redondo, blessé la plupart du temps, pour la technique puis Gattuso et Ambrosini pour contenir les assauts adverses. Devant deux monstres : Inzaghi et Shevchenko. Et une défense composée de Maldini, Costacurta, Simic, Serginho et Nesta, responsable en partie du niveau affolant de Thiago Silva aujourd'hui. Je la préférais surtout en cela qu'elle n'est pas aussi dépendante de la performance d'un seul joueur, en l'occurrence Shevchenko, que ne fut celle de 2006-2007 avec Kaka. Le jeu de l'équipe grâce à la technique des milieux était stratosphérique (clin d'oeil de l'époque) donc plus dans la possession du ballon que dans la percussion qui venait elle essentiellement de Kaka.
Enfin toujours est il que maintenant nous n'avons ni l'un ni l'autre.


A ce moment là je dirais que je préfère la Juve de 2003, le fou relanceur Montero, les arrières latéraux ultra-offensif Thuram-Zambrotta (avec Birindelli pour entrer et mettre la balle pleine lucarne), l'intelligence de Tacchinardi, l'exceptionnel Davids, le super passeur Camoranesi, la furie tchèque Nedved, le génie de Del Piero et la finition de montre de Trezeguet :p

ah ouais j'oubliais : le mur Buffon..
Toofos
Message posté par Mortacci
Et lorsque la "Vieille Dame" a un regain de forme depuis 2 ans ?
Je préfère voir la Roma première du championnat que cette vieille dame-là... ;-)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
66 37