En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Hellas Vérone/Milan AC

Quand Inzaghi devint SuperPippo

Filippo Inzaghi a trimbalé le surnom de SuperPippo toute sa carrière. Ce qu'on ne sait pas, c'est que c'est lors de son passage au Hellas Vérone il y a vingt ans, que l'actuel entraîneur du Milan AC a été affublé de ce sobriquet.

Modififié
On connaît le Inzaghi de la Juventus, buteur prolifique et formant un splendide duo avec Del Piero. On connaît évidemment celui du Milan lors des dix dernières années de sa carrière, les plus intenses avec des records en pagaille. On connaît aussi le Inzaghi de l'Atalanta, une seule saison en 1996-1997, mais suffisante pour être sacré meilleur buteur de Serie A, et pour la seule fois de sa carrière. On connaît même le Inzaghi de Piacenza, son club formateur. Mais en revanche, on oublie souvent un passage-clef de sa carrière : celui au Hellas Vérone, où il est pourtant officiellement devenu Superpippo. C'était lors de la saison 1993-94. Retour dans le SuperPassé.

Pippo le bidasse


Et personne ne le voyait venir. En effet, Inzaghi effectue à l'époque son service militaire, et pas à côté, puisqu'il est assigné à la caserne d'Ascoli, 350 bornes à vol d'oiseau de Vérone. Son entraîneur de l'époque, Bortolo Mutti, se souvient dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. «  Je ne le voyais que du vendredi au dimanche, car en semaine il s'entraînait avec la Nazionale militaire. Mais il arrivait toujours en grande forme.  » Pippo le pistonné ? Disons que Mutti avait de bonnes raisons de lui faire confiance, le connaissant très bien pour l'avoir entraîné l'année précédente à Leffe, en Serie C1 (D3). La première vraie saison pro de la carrière d'Inzaghi avec 13 buts inscrits en seulement 21 matchs.

Ces derniers jours, Mutti a vu son téléphone sonner plus d'une fois. Car il est le mieux placé pour raconter à tous cette saison « oubliée » de la carrière d'Inzaghi. Il en parle également dans les colonnes du journal local de Vérone L'Arena. « C'était un joueur qui avait faim, un grand travailleur, il avait le football dans le sang, mais il devait faire beaucoup de progrès, surtout dans la gestion de l'effort. Et puis il était individualiste, si cela ne tenait qu'à lui, il aurait joué tout seul. » Défaut qui n'a bien entendu pas été gommé au cours des années suivantes. Et grand bien lui en a pris, puisque cela a fait de lui un buteur légendaire.

Pippo le moine, et SuperDingo


Déjà à l'époque, Inzaghi est un exemple de professionnalisme, vertu qu'il pousse à l'extrême. Son régime légendaire est au menu, et tous les jours. « Pasta in bianco e bresaola » , pâtes natures et viande des Grisons. Il passe ses trois jours hebdomadaires à Vérone dans un minuscule T1 au centre-ville, loué par les parents de Carmine Rossi, son ami de l'époque. Inzaghi n'a alors que 20 ans, un âge auquel les garçons tripotent habituellement du croupion entre deux verres d'alcool. Carmine se rappelle lui aussi dans les colonnes du célèbre quotidien rose italien. « Lors des fêtes d'anniversaire, le gin tonic tournait à volonté, et lui rien, pas une goutte, même un moine ne respectait pas autant les règles que lui.  » D'ailleurs, Inzaghi a aujourd'hui 41 ans, boit très peu d'alcool, n'est pas marié, et n'a jamais eu d'enfant.

Sur le terrain, en cette saison 1993/94, Inzaghi est donc titulaire au Hellas. L'équipe veronese réalise un championnat plutôt anonyme, conclu à la 12e position. Une belle génération est pourtant présente puisqu'on trouve des joueurs comme Gianluca Pessotto et Damiano Tommasi, eux aussi à l'orée de leur carrière. Inzaghi, lui, passe une nouvelle fois la barre des 10 buts, 13 précisément, en 36 rencontres. Assurément vitaux pour le maintien puisque les Gialloblù ne finissent que deux points au-dessus de la zone rouge. C'est après un superbe but dans un chaud derby contre Padova, que la Curva Nord du Bentegodi le rebaptise « SuperPippo » . Et ce n'est pas un sobriquet choisi au hasard, la référence est claire et c'est celle de Dingo version super héros dans quelques bandes dessinées de Walt Disney. Pippo étant le nom de Dingo en italien, voici donc notre SuperPippo. Plus qu'un chien (bah oui, on l'oublie souvent, mais Dingo est bien un chien), Inzaghi est déjà un renard avec son style inimitable. En atteste ce doublé lors d'un match contre Pescara. Le premier but évoquera forcément des (bons) souvenirs aux tifosi du Milan AC. Un indice ? Athènes, 2007.


À 1'10 :
Vidéo


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 5 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 6 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27