Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Athletic Bilbao/Atlético

Quand Griezmann devenait un homme

De retour dans un San Mamés qui l’a propulsé en « homme important » , selon les dires de Diego Simeone, Antoine Griezmann plane actuellement sur l’Atlético et la Liga. Une forme resplendissante qui prend, en partie, racine dans l’antre de l’Athletic Bilbao. Retour sur ce difficile passage à l’âge adulte.

Modififié
Diego Simeone n’en démord pas. Malgré son exercice le plus prolifique, sa mue en franchise-player de l’Atlético de Madrid, Antoine Griezmann « ne fait pas partie des meilleurs du monde » : « Je l’invite à ne pas écouter ce qui se dit et de continuer à s’améliorer. Il peut encore progresser, car c’est un jeune joueur qui travaille beaucoup. Quand le moment viendra, tout se concrétisera pour lui. » Cette déclaration date du mois de janvier dernier, suite à un succès limpide face à l’UD Las Palmas et un doublé de sa pointe française (0-3). Généralement avare en compliments individuels, le Cholo ne ménage pas ses meilleurs soldats à l’heure des analyses médiatiques. Une exigence qui lui permet de titiller l’égo de ses troupes et de les garder en alerte. En soi, rien de nouveau sous le soleil du Vicente-Calderón, habitué aux discours tout en motivation de son gourou. Idem pour Antoine Griezmann, étalon et plus forte valeur marchande des Rojiblancos, cible privilégiée des recadrages de Don Diego. Ainsi, en décembre 2014, lors de la dernière visite de San Mamés, Simeone décrète que « le jeune joueur important qu'il est commence à devenir un homme important » . Ou, le passage à l’âge adulte.

Griezmann : « Je manquais d’air, mes jambes étaient lourdes »


Présenté dans un Vicente-Calderón aux deux tiers plein, Antoine Griezmann se rêve en successeur offensif de Diego Costa, lui, parti vers les cieux londoniens. L’attente de l’aficion des bords du Manzanares n’en attend en tout cas pas moins de l’ancien Txuri-Urdin arraché pour 30 millions d’euros. Loin d’être ratés, ses débuts annoncent pourtant une assimilation compliquée des préceptes du Cholo Simeone. Tout en pression et en pressing, le travail des joueurs offensifs de l’Atlético relève du harcèlement perpétuel et de l’ordre tactique. En soi, tout l’inverse du jeu attractif mais frivole d’une Real Sociedad où il s’est construit. Tant et si bien qu’après quelques mois de compétition, le Français alterne entre la guérite et le onze initial. « Son intégration prendra un certain temps, mais il y a une grande prédisposition, prévient en octobre l’entraîneur rojiblanco. Je considère qu'il est beaucoup plus complet qu'un simple ailier. Il est d'accord pour se livrer davantage afin de continuer à grandir et nous devons exploiter toutes ses caractéristiques : les changements de direction, les diagonales courtes, le jeu entre les lignes, le jeu dos au but et un bon tir à mi-distance. »


Des paroles aux actes, cette mue souhaitée par l’Argentin prend du temps. Pour sûr, ailier de formation, il doit s’abreuver des conseils de son mentor pour tenir son rôle de soutien axial de Mario Mandžukić. « Ce qui me demande le plus, c’est de m’adapter au changement de système et de philosophie, confirme le natif de Mâcon dès septembre 2014. À la Real, on ne jouait pas avec autant d’intensité. Au début, je manquais d’air, et mes pieds étaient très lourds après les entraînements. Ce qui m’a le plus surpris, c’est l’intensité et la concentration qu’exige Simeone lors des séances. » De bouts de match en titularisations sporadiques, Griezmann profite de la blessure de la pointe croate pour s’installer dans le onze. Et ce, jusqu’à ce 21 décembre 2014, synonyme de seizième journée de Liga. Dans un San Mamés qu’il a déjà martyrisé avec le fanion de San Sebastián, il se retrouve aligné en numéro neuf, soutenu par les soldats simeonesques Raúl García, Arda Turan et Saúl Ñíguez. La rencontre, entamée par le plus mauvais pied par un Atlético qui rentre à la pause avec un retard d’un pion, n’annonce en rien un second acte décisif dans la croissance du Français.


Vidéo

Simeone : « C’est le joueur qu’on est allé chercher »


Au retour des vestiaires, l’Atlético offre un visage bien plus conquérant. Sans laisser le temps à l’Athletic de se remettre dedans, Griezmann reprend d’un coup de casque un centre brossé de Juanfran. Iraizoz, qui n’accompagne l’égalisation du Français que du regard, entame un calvaire long de 45 minutes. Car aussitôt de retour au contact, les Colchoneros prennent l’avantage sur un penalty inexistant, mais transformé par Raúl García. La suite appartient à l'homme à la crête blonde platine. Du droit, puis du gauche, il s’offre un premier triplé rojiblanco des plus complets. Surtout, il reçoit les louanges de Simeone : « C’est le joueur dont on a besoin, c’est le joueur qu’on est allé chercher. Cela va lui faire du bien et à l’équipe aussi, parce qu’on fait confiance à ses caractéristiques et on en a besoin. J’espère que ce sera un moment important pour sa confiance. Mais le travail paie et cela fait un moment qu’il travaille très bien. » Depuis ce succès, Griezmann n’a pas chômé et s’est installé comme l’étendard des Matelassiers. Mieux, passé à l’âge adulte en cette soirée, il a désormais atteint l’âge de raison, lui le tout récent padre.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 31 minutes Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 2
il y a 3 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 30 il y a 7 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 10
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE