En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // France-Irlande

Quand Domenech a voulu devenir sélectionneur de l’Irlande

Finaliste du Mondial 2006, mais aussi sélectionneur d'une des pires périodes de l'histoire du foot français (2007-2010), Raymond Domenech, ancien coach de Mulhouse, de Lyon et de l’équipe de France espoir, est aujourd’hui le sélectionneur de l’équipe de Bretagne. Raymond avait déjà pensé celtique lorsqu'il avait postulé pour le poste de sélectionneur de l'équipe d'Irlande, en 2002.

Modififié
Nous sommes en novembre 2002. L’équipe d’Irlande revient d’une Coupe du monde que la presse irlandaise de l’époque qualifiait presque de réussie. Éliminée aux tirs au but en huitièmes de finale par l’Espagne, l’aspect sportif ne prêtait pas à d’immenses polémiques. Mais une tension entre Roy Keane, la star de l’équipe, et Mick McCarthy, le sélectionneur de l’époque, avait presque fait passer au second plan la performance honorable des hommes en vert. Obligé de rentrer chez lui, sur ordre de son coach, après avoir critiqué ses méthodes d’entraînement, Roy Keane avait publiquement demandé la tête du sélectionneur pendant et après la compétition. Un souhait exaucé en novembre 2002. Déjà sous pression après avoir manqué les qualifications pour la Coupe du monde 1998 et l’Euro 2000, Mick McCarthy commence les éliminatoires à l’Euro 2004 par une défaite (4-2) en Russie, et une nouvelle face à la Suisse (1-2) à domicile quelques jours plus tard. Très critiqué par les médias, il est obligé d’annoncer sa démission le 5 novembre 2002. Donald Givens assurera l’intérim.

« Les fans irlandais ont toujours un verre et une bonne attitude »


La Fédération irlandaise de football part donc à la recherche d’un nouveau sélectionneur. Plusieurs noms sont alors annoncés pour succéder à celui que Domenech avait fait venir à Lyon en 1989 quand il en était le coach. Parmi eux Bryan Robson, mais aussi le Français Philippe Troussier. Ce que l’on sait moins, c’est que Brendan Menton, alors directeur général de la Fédération irlandaise, reçoit également une lettre de candidature signée Raymond Domenech. En poste depuis 1993 avec l’équipe de France espoir, il dispose alors d’une belle réputation puisqu’il vient d’amener les Bleuets en finale du championnat d’Europe (finale perdue face à la Tchéquie aux tirs au but).

Dans une interview qu’il a accordée au mois de mars dernier au Guardian, Raymond Domenech est revenu sur cette épisode : « J’aurais vraiment aimé le boulot, si je l’avais eu. J’adore l’Irlande et les Irlandais. » La version qu’il donne est un petit peu différente de celle relayée par les médias français à l’époque : « J’ai fait partie d’une short list de trois personnes, et j’ai été interviewé pour ce job à Paris. » On apprend également que Raymond Domenech est amoureux de l’Irlande et de ses fans, et ce, depuis très longtemps : « Je suis toujours vexé quand l’Irlande ne participe pas à une grande compétition, car les supporters irlandais créent tout le temps une atmosphère magique. Je me rappelle être allé à la Coupe du monde 1994, et j’allais partout où les fans irlandais se trouvaient, car ils ont toujours un verre et une bonne attitude. »

Revanche en 2005 sur Brian Kerr


Malheureusement pour lui, c’est finalement Brian Kerr qui sera choisi pour occuper le poste de sélectionneur de l’Irlande. L’homme était particulièrement populaire puisqu’il avait été champion d’Europe des moins de 18 ans en 1998 avec la génération de Robbie Keane et John O’Shea. Un an plus tard, Raymond Domenech obtiendra lui le poste de sélectionneur de l’équipe de France pour remplacer Jacques Santini après l’Euro 2004. Et le nouveau patron des Bleus s’offrira même une mini-revanche sur Brian Kerr. Les deux hommes se retrouveront en effet quelques mois plus tard, pour les qualifications à la Coupe du monde 2006. Après un match nul (0-0) à Paris, la France ira chercher à Dublin, au stade de Lansdowne Road, une victoire (0-1), qui lui ouvrira les portes d’un voyage en Allemagne à l’été 2006, et obligera les hommes de Brian Kerr à regarder la Coupe du monde devant la télévision.




Par Charles Thiallier, à Dublin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 minutes Football Recall Episode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite
il y a 1 heure Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 5
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38