Quand David Beckham s’est annoncé au monde

Il avait déjà la belle gueule, la mèche soignée et le pied droit délicieux. Il y a près de vingt ans, le monde prenait en pleine face le talent d’un certain David Beckham. Un gamin de vingt-et-un ans, marqué au fer rouge de Manchester United qui, d’un coup de patte de soixante mètres contre Wimbledon, devenait quelqu’un. Oui, ce jour-là, a star is born.

Modififié
1k 11
La photographie de ce moment semble presque intemporelle. Une forme d’éternité dont le temps ne viendra jamais à bout. Il n’était personne, si ce n’est peut-être une promesse parmi tant d’autres, mais il y a déjà tout de David Beckham dans cet instant de grâce. Une chorégraphie harmonieuse qu’il ne cessera plus tard de répéter inlassablement, année après année. Le bras droit collé le long du corps et le poing fermé, le gauche comme arrondi et relâché, puis la jambe gauche tendue. Avant de lever la tête, la posture déjà altière et classieuse, pour caresser le cuir depuis la ligne médiane. Et soudain, alors que les dernières secondes s’égrènent une à une, Selhurst Park s’est tu. Près de 25 000 spectateurs suspendus à la trajectoire indécise d’une tentative pleine de culot. « Il y a eu un long moment silencieux quand le ballon a plongé sous la barre, avec 25 000 personnes retenant leur souffle et se pinçant pour y croire, écrira le lendemain Patrick Collins dans le Mail On Sunday. Puis David Beckham a levé les mains en l’air et manifesté sa joie dans un vacarme assourdissant. »

Youtube

Ce 17 août 1996, en ouverture du nouvel exercice de Premier League, Manchester United s’adjuge un succès confortable face à Wimbledon (0-3). Mais la victoire apparaît anecdotique tant le milieu de vingt-et-un ans cristallise l’attention après sa prouesse. « Vous verrez ce but encore et encore » , soufflait sur le coup, quasiment sidéré, Martin Tyler, l’emblématique commentateur de Sky Sports. Des mots qui prendront un peu plus de sens quand, en 2003, le but - synonyme de 300e réalisation en championnat pour les Red Devils - est élu le plus beau de la décennie. C’est aussi celui qui a fait passer le gamin dans une tout autre dimension. « C’est le but qui le révéla réellement aux yeux du monde » , raconte Sir Alex Ferguson dans son autobiographie. David Beckham, bien des années plus tard, ne dira d’ailleurs pas autre chose : « Ce but a changé ma vie. Le ballon semblait être dans les airs pendant des heures et tout était devenu si calme. Puis la balle est rentrée et, là, tout a explosé. J’étais sur un petit nuage. Je voulais juste serrer la main de tout le monde et rester encore sur la pelouse durant une heure. » Pour ne pas oublier. Encore et encore.

Passion rouge, « Sucre d’orge » et Honda Prelude


Scintiller de mille feux, s’annoncer au monde sous la tunique de Manchester United, David Beckham a sans doute chéri l’idée plus que quiconque. Rêvé, même. Parce que depuis ses premiers pas, le Britannique est un enfant marqué au fer rouge. S’il est né à Leytonstone, dans l’est de Londres, avant de déménager à Chingford, le bambin a grandi en admirant les Red Devils. Et cela, malgré l’amour inconditionnel de son grand-père pour les Spurs. « Mon père était un grand fan de leur équipe, il ne parlait que de Manchester United, s’épanchait-il en 2014. Son joueur préféré était Bobby Charlton. À Noël, il m’achetait toujours le nouveau kit du club » . À quatorze piges, le club mancunien le repère et l’intègre à l’académie en juillet 1991. Le jeune Becks ne passe alors déjà pas inaperçu. « Becks est arrivé à United et ressemblait à une mascotte, se souvenait son partenaire Nicky Butt. Il avait tout l’équipement des supporters, des badges Bobby Charlton » . Aux côtés de ce dernier, Giggs, Scholes et des frères Neville, David gravit les échelons et remporte la FA Youth Cup en 1992. Un apprentissage de la vie de footballeur rythmé par les brimades et le son de la voix du boss de l’académie, Eric Harrison, qui harangue à maintes reprises Beckham de la même façon : « Arrête de tirer comme un acteur ! » Dans la foulée de ce premier titre, le milieu honore sa première apparition en pro en septembre, avant de signer son premier contrat en janvier 1993 et d’inscrire son premier but en Ligue des champions face à Galatasaray (décembre 1994, 4-0). Les premiers contours d’une ascension prometteuse et certaine sont alors dessinés. Après un passage éphémère en quatrième division, à Preston North End (janvier-mars 1995) où il prend tout de même le temps de se distinguer avec un corner rentrant, il est titularisé pour la première fois en Premier League contre Leeds (avril, 0-0), mais assiste impuissant à la perte du titre au profit de Blackburn.

Youtube

Ce qui entraîne en partie, lors du mercato estival, la perte de trois éléments majeurs : Mark Hughes, Paul Ince et Andrei Kanchelskis. Alors que tous les observateurs s’attendent à ce que Fergie pallie ces départs de manière conséquente, l’Écossais choisit d’accorder sa confiance à la jeune garde mancunienne. Sauf que la représentation inaugurale des « Fergie’s Fledglings » , lors de la cuvée 1995-1996, accouche d’une débâcle retentissante à Aston Villa (3-1). Et les diatribes les plus véhémentes s’abattent. À l’image de la célèbre sortie d’Alan Hansen qui, sur le plateau de Match of the Day, lâche : « Vous ne pouvez rien gagner avec des gamins » . Bien mal lui en a pris, United boucle la saison en réalisant le doublé championnat-FA Cup. Beckham, lui, en a profité pour se rendre incontournable sur l’aile droite, où sa qualité de passe et sa vision de jeu font merveille. Aussi, son joli minois et son allure soignée ne laissent déjà pas indifférents. « Ce qui m’a frappé très tôt chez lui, c’est son apparence, révélait, il y a deux ans, Gary Neville. On se disait : "Il est trop beau pour jouer au foot." Il voulait être une star. Il voulait se propulser au-delà du football » . Et Giggs de conter une anecdote savoureuse à propos de son compère qu’on surnommait alors « sucre d’orge » ou « pretty Boy » : « Au bout d’un certain nombre de matchs disputés, le club nous accordait le droit d’avoir une Honda Prelude. Celle de Becks était noire. On la prenait tous les jours, car il avait des sièges en cuir. On gardait nos chaussures et on salissait sa voiture. Ça le rendait fou. Il disait : "Quoi que vous fassiez, n’abîmez pas le cuir." Il devait conduire et on détruisait ses sièges en mettant nos pieds dessus » .

Les mots de Cantona et les pompes de Charlie Miller


À l’aube de la saison 1996-1997, c’est donc avec l’étiquette assumée de promesse que Becks se présente. Troquant le numéro 24 pour le 10 autrefois porté par Hughes, le joueur est protégé par son coach qui assurera plus tard que « David était comme un fils pour [lui] » . Mais il doit rapidement assumer ses responsabilités malgré son jeune âge. Pour ouvrir la Premier League, United se déplace à Selhurst Park, afin d'affronter Wimbledon, escouade qui a flirté avec la relégation, lors de l’exercice précédent. Une équipe aussi encore menée par le virulent Vinnie Jones, vestige vivant de la fameuse période du Crazy Gang. Pour l’occasion, les 10 000 fans mancuniens venus faire le déplacement sont d’humeur moqueuse et arborent des tee-shirts avec la formule faussement prophétique d’Alan Hansen. Disposés dans un atypique 3-3-3-1, les Red Devils ne tardent pas à asseoir leur domination. À la 25e minute, Cantona ouvre le score d’une frappe limpide sur un service de Butt. Peu avant l’heure de jeu, c’est Denis Irwin qui conforte l’avance des siens au terme d’une longue phase de possession. Avant la dernière lueur. Le dernier frisson catapulté par Beckham de près de soixante mètres. « Ce but a été important personnellement dans ma carrière, mais j’étais surtout content par le fait qu’Éric Cantona vienne me voir après cela et me dise : "Beau but." C’était mieux que d’avoir marqué pour moi. C’était un homme calme, de peu de mots et quand il vous parlait, c’était toujours spécial » , relatait le bellâtre anglais, il y a quelques années.


Youtube

Le coup de sifflet final retenti, Alex Ferguson peine à masquer sa joie, le regard teinté d’émerveillement après la réalisation insensée du « pretty boy » : « Nous venons déjà d’assister au plus beau but de la saison » . Le boss mancunien avouera toutefois plus tard qu’il n’était pas loin d’étriper son joueur quelques minutes avant ce jour-là. « Avant qu’il ne marque, il avait essayé de faire la même chose dix minutes auparavant et j’avais dit à mon adjoint Brian Kidd : "S’il essaie encore, je le fous dehors", avouait-il en 2013. À l’époque, David s’emportait un peu et j’essayais de lui faire garder les pieds sur terre. Quand il a marqué, Kiddo s’est tourné vers moi et m’a dit : "Nous allons devoir le mettre dehors !" » Quant à la victime de ce but passé à la postérité, elle a également été invitée à le commenter. À l’annonce de la retraite de Becks, il y a trois ans, Neil Sullivan, ex-portier de Wimbledon, est sorti de son silence. Non sans une certaine gêne au moment de revivre ce moment : « Quand il a tiré, je me suis dit que j’étais très loin du ballon. J’ai regardé au-dessus de moi, puis le ballon a plongé sous la barre et au fond des filets. Puis j’ai regardé les fans de United derrière mes buts et ils étaient en train de rire... C’était un joli but » . Et comme derrière chaque but historique, il y a une histoire. Celle de Becks s’avère pour le moins singulière. Avant le match contre Wimbledon, le Britannique, à la suite d’échos positifs à ce sujet, a demandé à jouer avec des Adidas Predator. Mais les seuls crampons disponibles pour sa pointure portaient l'inscription du nom de Charlie Miller, alors modeste joueur des Glasgow Rangers et sponsorisé par la marque à trois bandes. Le Red Devil n’en a eu cure et a tout de même enfilé les pompes de l’Écossais. Pour le résultat que l’on sait. Pour, à son tour, se faire un nom.

Par Romain Duchâteau Tous propos extraits du documentaire Class of 92, du livre Arise Sir David Beckham: Footballer, Celebrity, Legend - The Biography of Britain's Best Loved Sporting Icon, talkSPORT et Absolute Radio
Modifié

David "Coupfranc,costard,colgate" Beckham Niveau : District
Un jouer sous-estimé en raison de son côté people et médiatique

Mais qu'est-ce qu'il était bon, il était le seul joueur de son genre, un ailier lent et qui ne dribble pas

Une patte droite de velour, in qualité de centre et de transversales sans pareil

Je ne parle même pas de coup franc, le type en a marqué tellement et de tellement importants

Il a distribué les caviars à la pelle

Un vrai joueur d'équipe qui jouait collectif et se battait sur le terrain

Et tout Ca avec la classe

Ses centres enroules qui contournent le défenseur pour revenir entre les 6m et le point de penalty et ses corners téléguidés




https://youtu.be/qG4CMKM_3Qo

Ce match est une référence pour moi et montre l'importance de ce joueur
Bon vous le balancez le top 100 des joueurs français ??
Message posté par David
Un jouer sous-estimé en raison de son côté people et médiatique

Mais qu'est-ce qu'il était bon, il était le seul joueur de son genre, un ailier lent et qui ne dribble pas

Une patte droite de velour, in qualité de centre et de transversales sans pareil

Je ne parle même pas de coup franc, le type en a marqué tellement et de tellement importants

Il a distribué les caviars à la pelle

Un vrai joueur d'équipe qui jouait collectif et se battait sur le terrain

Et tout Ca avec la classe

Ses centres enroules qui contournent le défenseur pour revenir entre les 6m et le point de penalty et ses corners téléguidés




https://youtu.be/qG4CMKM_3Qo

Ce match est une référence pour moi et montre l'importance de ce joueur


gros match de becks, face à un barca encore humain/prenable.
Message posté par David
Un jouer sous-estimé en raison de son côté people et médiatique

Mais qu'est-ce qu'il était bon, il était le seul joueur de son genre, un ailier lent et qui ne dribble pas

Une patte droite de velour, in qualité de centre et de transversales sans pareil

Je ne parle même pas de coup franc, le type en a marqué tellement et de tellement importants

Il a distribué les caviars à la pelle

Un vrai joueur d'équipe qui jouait collectif et se battait sur le terrain

Et tout Ca avec la classe

Ses centres enroules qui contournent le défenseur pour revenir entre les 6m et le point de penalty et ses corners téléguidés




https://youtu.be/qG4CMKM_3Qo

Ce match est une référence pour moi et montre l'importance de ce joueur


http://www.dailymotion.com/video/x4jfm_ … kham_sport
laurentlp Niveau : CFA
Je garde de lui son repositionnement au Real où il distillait des caviars depuis le milieu de terrain, rhââââââ que de souvenirs !
Message posté par saviola07
http://www.dailymotion.com/video/x4jfm_sur-le-penalty-de-beckham_sport


C'est vrai. Il faut se souvenir de l'époque où il envoyé des centres enroulés, coté droit, pour Yorke et Cole.
D'ailleurs, une stat confirme ton propos: Quintuple meilleur passeur consécutif en Premiere League.

Meilleur passeur du championnat anglais : 1997, 1998, 1999, 2000 et 2001
Meilleur passeur du championnat espagnol : 2006
Message posté par paranoid
Bon vous le balancez le top 100 des joueurs français ??


1. Ben Arfa
2. Platini
3. Zidane
4. Kopa
5. Fontaine
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Je pense l'avoir découvert lors de la LDC 97/98 (éliminé en 1/4 par Monaco).A cette époque, comme c'était l'année de la Coupe du monde, il y avait beaucoup de curiosité car ça allait être sa première compétition en sélection.Ce qui m'avait marqué indépendamment de ses centres en quantité industrielle/coups-francs/ouvertures, c'est la manière dont sa jambe d'appui était positionnée lorsque le ballon quittait son pied droit.Comme si elle restait plantée un bref moment dans la pelouse.
1- Ginola
2- Platini
3- Dalmat
4- Leroy
5- Giresse
6- Barthez

Le reste, c est de la mandoline
Message posté par David
Un jouer sous-estimé en raison de son côté people et médiatique

Mais qu'est-ce qu'il était bon, il était le seul joueur de son genre, un ailier lent et qui ne dribble pas

Une patte droite de velour, in qualité de centre et de transversales sans pareil

Je ne parle même pas de coup franc, le type en a marqué tellement et de tellement importants

Il a distribué les caviars à la pelle

Un vrai joueur d'équipe qui jouait collectif et se battait sur le terrain

Et tout Ca avec la classe

Ses centres enroules qui contournent le défenseur pour revenir entre les 6m et le point de penalty et ses corners téléguidés




https://youtu.be/qG4CMKM_3Qo

Ce match est une référence pour moi et montre l'importance de ce joueur


Sur ton lien YouTube c'est pas Omar Dafonseca qui commente en espagnole ??

Sinon je te rejoins totalement, sans doute le meilleur pied droit de ces 10 ?15 dernières années ...

Quand M.U obtenait un coup franc les gens réagissaient comme ci il y avait penalty, a juste titre d'ailleurs !!
lemacaque Niveau : DHR
7: Cantona

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 11