Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Quand Boateng pesait 95 kilos et buvait tous les soirs

Modififié
Une vie de prince.

Dans une interview donnée au Guardian, Kevin-Prince revient sur sa carrière quelque peu mouvementée, à mille lieues de celle de son demi-frère Jérôme. Formé au Hertha Berlin, il est transféré à Tottenham en 2007. Il a alors dix-huit ans et compte parmi les grands espoirs du football allemand. Mais une fois arrivé à Londres, tout bascule. Il n'entre pas dans les plans du coach Martin Jol et va commencer à mener une vie de bâton de chaise.

Tous les soirs, jusqu'à six heures du matin, j'étais de sortie. À la fin, je traînais mes quatre-vingt-quinze kilos d'alcool et de junk food. Ça a duré un an » , se souvient l'international ghanéen. Une période durant laquelle il regrette de ne pas avoir été mieux entouré. « Personne ne me disait "Va t'entraîner", [...] j'étais mal et personne ne le voyait. Les fans non plus d'ailleurs. Pour eux, seule la performance compte. Tu n'es qu'un numéro dans ce système. »

La libération viendra deux ans plus tard. Boateng est prêté à Dortmund, où il rencontrera Jürgen Klopp, « le meilleur entraîneur du monde. C'est quelqu'un qui sait te mettre en valeur. Avec lui, même ceux qui ne jouaient que cinq minutes en six mois se sentaient importants » .


La suite sera faste. AC Milan, Genoa, Schalke 04, Las Palmas... un parcours fait de hauts et de bas, aujourd'hui stabilisé. À vingt-neuf ans, Kevin-Prince Boateng pense déjà à l'après, comme agent. « Je veux aider les jeunes joueurs qui, à dix-huit ans, ne savent rien de rien et reçoivent d'un coup dix-huit millions d'euros. Ils ont besoin d'être encadrés, moi je n'ai eu personne. »

Forte tête, mais bon cœur. JD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:07 Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 61 Hier à 12:10 Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 87
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 12 juillet La FIFA veut limiter les plans sur les supportrices 248 jeudi 12 juillet Bruno Alves signe à Parme 9