Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Arsenal-PSG

Quand Arsenal tapait le PSG en 1994

Il y a vingt-deux ans, Arsenal et le PSG s'affrontaient en demi-finales de la défunte Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes. Confiant après avoir tapé le Real Madrid en quarts, Paris allait pourtant subir une leçon amère.

Modififié
La vieille dame interrogée par Téléfoot est formelle, et elle n'a aucun doute. Quand les reporters lui demandent qui, du PSG ou de son équipe de cœur, va atteindre la finale de la Coupe des coupes 1994, elle répond « Arsenal » avec un sourire entendu. Pour elle, l'équipe parisienne n'est que du menu fretin malgré sa victoire au tour précédent sur le Real Madrid. Et le déroulé de la double confrontation lui donne entièrement raison. À l'aller, fin mars, la bande à George Weah est bousculée, et a même un genou à terre quand, peu après la demi-heure de jeu, Ian Wright ouvre le score de la tête après avoir été lâché au marquage par toute la défense. Bernard Lama est furax, harangue sa défense et invoque une réaction d'orgueil. Qui se concrétise au retour des vestiaires, sur une tête de David Ginola au premier poteau, à la réception d'un corner de Valdo. Une égalisation annoncée en avance par Charles Biétry sur Canal+, le compère de feu Thierry Gilardi ayant noté un problème de marquage au premier poteau. Problème pour Paris, Arsenal colmate la brèche et ne s'y fait plus prendre du match. Mieux, les Gunners sont proches d'en remettre une couche, mais se heurtent plusieurs fois à un Bernard Lama des grands soirs. Qui finalement ne fait que retarder l'échéance car, au retour, l'équipe d'Artur Jorge est prise à froid par un pion de Kévin Campbell dès la sixième minute. Mauvais dégagement, centre au cordeau, tête piquée au premier poteau. Rideau. Paris se procure des occasions, mais ne marque pas, et quitte donc la scène européenne sur une réalisation d'un international B anglais. Tout sauf glamour.

Une mauvaise surprise pour Paris


Au contraire de la précédente campagne européenne du PSG, qui avait laissé augurer le meilleur pour cette Coupe des coupes 1994. Naples, Anderlecht et le Real Madrid. Du très lourd à l'échelle européenne, et des matchs intenses où les Parisiens ont su repousser leurs limites. Alors, quand George Weah permet à Paris de sortir la Maison-Blanche une seconde saison de rang, la France du football est forcément très optimiste à l'idée de défier Arsenal. Surtout que le club de la capitale est également en passe d'être champion de France pour la seconde fois de son histoire. Certes l'OM est plombée par l'affaire VA-OM et le fonds de jeu proposé par Artur Jorge n'est pas des plus chatoyants. Mais il s'agit alors du plus bel effectif qu'ait connu le PSG pré-QSI. Un alliage d'expérience, d'agressivité, de talent et de virtuosité qui finalement ne touchera le Graal européen que deux ans plus tard. Sans ses iconiques George Weah, David Ginola ou Valdo. Reléguant donc ce PSG-Arsenal – une leçon probablement cruciale dans la culture européenne du PSG de Michel Denisot – au rang d'anecdote dans les souvenirs continentaux de certains. Charles Biétry, lui, a d'ailleurs totalement zappé l'épisode : « Quelle année vous dites ? Je ne m'en souviens plus, il faut dire que j'en commentais beaucoup des matchs à l'époque. Le PSG de cette époque, je pourrais vous ressortir l'équipe type de tête, mais je n'ai plus de souvenir de ce match contre Arsenal. »

Le dernier grand Arsenal pré-Wenger


Cela s'appelle la mémoire sélective. Or, ce PSG-Arsenal de 1994 doit rappeler à la France ce qu'était le club londonien avant l'arrivée d'Arsène Wenger. Près de dix saisons sous la coupe de l'Écossais George Graham, pour un total de six trophées (deux championnats, une FA Cup, deux Ligue Cups et la Coupe des coupes) et la construction d'une défense à la base des premières équipes de Wenger (Dixon, Adams, Keown, Bould, Keown). Le cycle s'est terminé dans le chaos avec le licenciement du technicien, coupable d'avoir touché des pots de vin sur certains transferts gérés par l'agent norvégien Rune Hauge. Dans la période d'instabilité qui a suivi, tout de même une finale de Coupe des coupes 1995 face au Real Saragosse, au Parc des Princes, achevée par une victoire espagnole sur un but venu d'ailleurs – comprenez du milieu de terrain – signé Nayim au bout du bout du temps additionnel. Autant dire que quand il débarque à Londres un peu plus d'un an plus tard, Arsène Wenger n'arrive pas sur un tas de ruines...



  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Arsenal-PSG

    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 5 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
    Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 il y a 3 heures Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 8
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 5 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 55 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18