Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du monde 2022

Qatar, le printemps des doutes

Mis au ban par les autres grandes monarchies du Golfe en raison de son supposé soutien à des groupes terroristes, le Qatar voit sa gestion de l'organisation du Mondial 2022 largement perturbée, voire menacée. Un vrai coup dur pour la stratégie jusqu'ici savamment huilée que l'émirat avait déployée dans le monde du ballon rond, qui a semblé s'étioler en 2017.

Modififié
Il y a encore deux ans, cela ressemblait presque à une lune de miel. L'argent qatari continuait de remplir les caisses du Paris Saint-Germain, beIN Sports dominait de la tête et des épaules le paysage audiovisuel sportif français et la FIFA fermait les yeux sur les conditions de travail controversées des ouvriers œuvrant à la construction des stades de la Coupe du monde 2022 dans l'émirat. Puis, ce lundi, l’Arabie saoudite, le Yémen, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont décidé d'envoyer un uppercut colossal qui a subitement fait chanceler Doha. Persuadées que le Qatar finance diverses organisations terroristes, les autres monarchies du Golfe ont suspendu leurs liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec Doha. De quoi sérieusement perturber la logistique complexe liée à l'organisation du Mondial qatari.

Autarcie


Pour comprendre l'ampleur du problème qui se pose désormais à Doha, il faut d'abord évoquer la situation géographique qatarie. L'émirat ne partage de frontières qu'avec un seul État, l'Arabie saoudite, ce qui bloque d'emblée toute importation de biens par voie terrestre. L'équation se complexifie encore plus avec la fermeture de l'espace aérien orchestrée par les États voisins de Doha, qui a conduit les compagnies aériennes émiraties Etihad, Emirates, Flydubai et Air Arabia, ainsi que Saudia et Gulf Air (Bahreïn) à suspendre lundi tous leurs vols vers ou depuis le Qatar. De quoi tarir le flux logistique – humain comme matériel – primordial à l'organisation d'un événement de l'ampleur d'une Coupe du monde. « Une fermeture des frontières et des restrictions de l'espace aérien pourraient avoir des conséquences très importantes dans les délais de livraison des stades pour la Coupe du monde 2022 » , analysait pour l'agence Reuters Kristian Ulrichsen, un expert des pays du Golfe. Pour l'instant, l'émirat est largement dans les temps, avec déjà un stade dont la rénovation est achevée depuis la mi-mai (le Khalifa International Stadium), mais la livraison des matériaux nécessaires à la construction des sept autres enceintes pourrait s'avérer plus problématique.

Série noire


Une complication majeure qui vient s'ajouter aux autres revers cinglants encaissés cette année par l'émirat dans le monde du ballon rond. L'échec le plus médiatisé reste bien sûr celui du PSG, humilié par le FC Barcelone et sa remuntada effectuée cette folle nuit du 8 mars dans un Camp Nou incandescent. De quoi faire du PSG version qatari l'avatar ultime de la lose aux yeux de l'Europe toute entière. Mais insuffisant pour perturber sur le long terme le club francilien, dont la valeur a été récemment évaluée à 998 millions d’euros par le cabinet d’audit KPMG, une progression de 18% par rapport à celle estimée l'année dernière. L'impasse diplomatique à laquelle le Qatar doit faire face avec ses pays voisins devrait en revanche impacter plus durablement l'un des pivots de la stratégie de valorisation de l’image du pays à travers le sport : beIN Sports. Les canaux arabes de la chaîne sont déjà touchés, le réseau de beIN Sports n'étant plus accessible via le câble aux Émirats arabes unis. En Égypte, où l'on participe aussi au boycott de l'État qatari, les clubs d'Al-Ahly et Zamalek ont eux annoncé la fin de « toute collaboration » avec les correspondants de la chaîne. Une déconvenue de plus pour beIN, qui semble également dans une phase descendante dans l'Hexagone, après avoir perdu mi-mai les droits de diffusion de la Ligue des champions, acquis par SFR Sport jusqu'en 2021. Une bataille que ne s'imaginait pas perdre Youssef Al-Obaidly, le président de beIN Sports France, qui s'était dit en interne « surpris des conditions dans lesquelles ces droits ont été concédés » . Un échec de taille qui vient donc pourrir un peu plus l'année noire des Qataris dans la sphère footballistique. Même si les difficultés autour de l'organisation du Mondial 2022, elles, ne sont pas insurmontables, à en croire le politologue Hasni Abidi : « Je ne pense pas qu’on ait atteint le point de non-retour. Riyad et Doha partagent une histoire tribale. Il n’est pas dans l’intérêt des monarchies du Golfe d’arriver à une rupture totale. » La FIFA, elle, s'est contentée de déclarer « être en contact régulier avec le comité local d'organisation » . Une façon comme une autre de temporiser, en attendant d'observer les évolutions et les conséquences d'une crise encore complexe à cerner et à anticiper.

Par Adrien Candau Propos de Hasni Abidi issus de Jeuneafrique.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Gasset tire son chapeau à Génésio 15 il y a 2 heures Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 85 il y a 4 heures Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 73 il y a 4 heures Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 20

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 27
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39