Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Retraite de Ronaldinho

Puyol : « Il fallait le laisser tel qu'il était »

Pour le Barça comme pour Carles Puyol, il y aura eu un avant et un après Ronaldinho. La preuve.

Modififié
Qu’a signifié le passage de Ronnie au Barça ?
Il a été l’élément clé dans un moment très compliqué pour le club. À lui tout seul, il nous a rendu le sourire, la joie, l’envie. On s’est accrochés à lui parce que l’équipe était dans une phase de très mauvais résultats et il a changé cette dynamique avec sa façon d’être et son jeu.

Quelque part, on peut dire qu’il a fait renaître le Barça ?
Complètement. Autour de lui, les joueurs étaient aussi très bons bien sûr, mais c’est clair qu’on était dépendants de lui. On le voyait à la fois comme le joueur et la personne idéale pour sortir le club de la situation délicate dans laquelle il se trouvait. Son influence dans le jeu a été très importante, mais son état d’esprit toujours jovial a permis à toute l’institution d’avoir un nouveau souffle.

Ronaldinho a tout de suite compris la philosophie du Barça ?
Oui. Bon, c’est un type très joyeux de base. Depuis le départ, il s’est senti très à l’aise, comme s’il était à la maison. Cela était essentiel dans son rendement. Il n’était pas nécessaire de lui expliquer les choses, tout est arrivé naturellement. On l’a dorloté et puis ensemble, entre les coéquipiers et avec l’aide du public, nous avons pu renverser la situation qui était la nôtre. On a tous compris très vite qu’en unissant la philosophie du club au génie de Ronnie, qui était un leader sur le terrain, on pourrait atteindre des sommets.

Ronnie vous appelle « mon frère » . Pourquoi ?
Je suis une personne très méthodique, très concentrée sur le football. Lui, il abordait les matchs de façon plus détendue. Mais avec cet état d’esprit, il nous a tout donné. Moi, j’ai toujours fait en sorte de veiller sur lui, de le protéger. Entre nous, il y a toujours eu beaucoup de dialogue, une excellente relation et un bon feeling depuis le départ.
« On a tous compris très vite qu’en unissant la philosophie du club au génie de Ronnie, qui était un leader sur le terrain, on pourrait atteindre des sommets. »
J’ai une affection particulière envers lui et je lui serai toujours reconnaissant pour ce qu’il nous a donné. C’est vraiment un super mec, toujours positif, souriant, et ça c’est très important.

Malgré cette nonchalance qu’il dégageait sur le terrain, il était respectueux en dehors du terrain ?
Il l’a toujours été. Il avait toujours un mot, ou une attention pour ses coéquipiers, mais aussi pour les employés du club ou le staff technique... C’est aussi pour cela que les gens l’aiment autant. Il a toujours été affectueux et respectueux. Il était plein d’humilité malgré tout le bien qu’il nous faisait.


En tant que capitaine, vous avez sûrement dû lui tirer les oreilles pour des retards à l’entraînement, non ?
Non, parce qu’on se parlait beaucoup entre nous et il n’y avait aucun problème. On pouvait se dire ce que l’on pensait, aussi bien lui envers moi que moi envers lui. À ce niveau-là, nous n’avions aucun souci.

L’effectif avait compris que pour avoir le meilleur Ronaldinho possible, il fallait aussi lui laisser une certaine liberté d’action sur tous les plans ?
Il était vraiment très, très fort sur le terrain. Ensuite, il avait sa façon de s’exprimer, de vivre, de toujours être heureux. Le mieux qu’il y avait à faire, c’était de le laisser tel qu’il était, qu’il exprime toute sa personnalité sans restriction. Et clairement, on peut dire que cela s’est bien passé.

Tu penses que le fait d’avoir eu Rijkaard comme entraîneur était déterminant dans la performance de Ronaldinho au sein du Barça ?
La chose déterminante, c’est surtout que Ronaldinho a été très bon et qu’il avait d’énormes qualités. Là, nous sommes en train de parler de l’un des tout meilleurs joueurs au monde. Ensuite, il est vrai que la relation avec l’entraîneur est toujours une donnée importante, parce qu’il te comprend et qu’il peut tirer le meilleur de toi. Je crois qu’entre eux deux, la relation était bonne. Ils ont su se comprendre mutuellement.

Vous les défenseurs, ça ne vous énervait pas de le voir faire des gestes techniques dingues avec le ballon à l’entraînement ? Tu lui as déjà mis un petit coup pour le calmer ?
Non, jamais ! J’ai toujours compris que c’était sa manière de jouer, sa nature.
« Il a contaminé tous les Blaugrana par ses sourires, sa façon d’être, sa personnalité. »
Il le faisait toujours et je vivais comme un plaisir de pouvoir profiter de cela et de l’affronter dans les entraînements. Et puis je me disais : « Mais quelle chance on a de l’avoir avec nous pour les matchs officiels ! »

Il s’intéressait au jeu que pratiquait le Barça, ou ce qui lui importait c’était plus d’avoir le ballon dans les pieds et de faire parler son intuition ?
D’un côté, il comprenait parfaitement la philosophie de l’équipe et du club. De l’autre, il démontrait tout son talent pur, qui était immense, au service du collectif. Ensuite, il est clair qu’il voulait toujours avoir le ballon. Il savait où il était, il comprenait son entourage et donnait tout pour l’équipe.


Est-ce qu’on peut dire qu’il a débridé par sa joie de vivre tous les autres joueurs du Barça ?
Ce n’était pas seulement le vestiaire, mais toute la famille culé. Il a contaminé tous les Blaugrana par ses sourires, sa façon d’être, sa personnalité. Il souriait tout le temps, pourtant la pression qu’il a endurée à son arrivée au club était énorme... Peut-être qu’un autre joueur avec un autre caractère n’aurait pas supporté tout ça.

Tu le situerais où dans l’histoire du Barça ?
Ohlala, l’histoire du Barça est si grande... Mais selon moi, il est l’un des joueurs les plus importants de l’histoire de club. Le Barça de Ronaldinho a été fondamental pour la suite. On parle du Barça de 2008 (sextuplé de la Pep Team de Guardiola) comme d'une équipe spectaculaire. C’est vrai. Mais sans le Barça de Ronaldinho, il n’aurait peut-être pas existé. Ronnie nous a redonné foi en nous.

Vous avez la sensation que cette star a finalement peu brillé ? Ou au moins qu’elle aurait pu le faire davantage ?
Oui. Je crois qu’il aurait pu devenir l’un des tout meilleurs joueurs de l’histoire.
« Sans le Barça de Ronaldinho, le Barça de Pep n'aurait peut-être pas existé. »
Il n’a peut-être pas eu cette continuité que nous aurions tous souhaité. Mais cela arrive dans les carrières de football. J’aurais aimé qu’il reste plus longtemps et qu’il garde son rendement initial parce que c’était un joueur sensationnel, un crack.

Pourquoi tu penses qu’après tous ces moments incroyables, Ronaldinho a terminé par sortir du Barça par la petite porte ?
Bon, la situation était difficile, nous avions une excellente équipe, mais nous ne parvenions plus à atteindre les objectifs. Dans un club comme le Barça où la pression est permanente, ce genre de choses peut arriver. Ronnie récupérait tous les éloges quand il gagnait, mais il était aussi le premier à être critiqué quand ça ne tournait pas rond.

Quels souvenirs gardes-tu du 3-0 au Bernabéu ?
Les actions de Ronaldinho, ses buts, c’était spectaculaire. Voir les supporters du Real ovationner un joueur du Barça c’est rare et ça veut tout dire à la fois. Ce soir-là, Ronaldinho a réalisé quelque chose de grand. Il a cassé la dynamique d’une équipe, en l’occurrence notre plus grand rival, le Real Madrid.

Propos recueillis par Aquiles Furlone Pour te procurer le numéro 148 de SOFOOT - 100% Ronaldinho, c'est par ici.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 8 heures OFFRE EXCLU & SANS DÉPÔT : 10€ offerts pour parier ce week-end
il y a 2 heures Le festival de Giroud, qui s'offre un but fantastique ! 31 il y a 3 heures France Télé : Adieu les coupes nationales ? 9 il y a 7 heures Will Grigg monte en Championship et chante « Will Grigg's on fire » 2
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
il y a 9 heures Júlio César met un terme à sa carrière 15 il y a 9 heures Les supporters de l'AS Monaco s'en sont pris aux joueurs 32 il y a 10 heures Nouvelle défaite à domicile pour Ibra et le Galaxy 13 il y a 10 heures Le Mans promu en National 1 19 Hier à 14:57 Les joueurs de Reims fêtent leur titre en vidéo 4 Hier à 14:43 On a volé la Ligue Europa, puis on l'a retrouvée 23 Hier à 10:48 Droits TV : Révolution à venir 41 Hier à 09:50 Usain Bolt peut-il devenir footballeur ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:49 La nouvelle chanson des fans de San Lorenzo (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:45 Arsène Wenger quittera Arsenal en fin de saison (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:44 « Messi, ramène-moi la Coupe! » : le tube du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:43 En Algérie, un fan monte en haut d'un projo pour allumer un fumi (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:42 Un ours dressé forcé de faire le show en D3 russe (via Facebook SO FOOT) Hier à 09:41 10 choses à faire dans une carrière pro (via Facebook SO FOOT)