En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Puydebois casse du sucre sur le dos de Gourcuff

Modififié
La situation de Yoann Gourcuff à l'Olympique lyonnais n'en finit plus de faire jaser entre Rhône et Saône.

Depuis son arrivée à Gerland en 2010, l'ancien Girondin n'a jamais su s'imposer pleinement avec les Lyonnais. Trop souvent blessé, Gourcuff agace et ne semble en faire qu'à sa tête. Interviewé dans l'émission la Cour des Gones, Nicolas Puydebois, portier à Lyon entre 2002 et 2005, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour parler du milieu de terrain français.

« Franchement, à Monaco, Yoann Gourcuff a fait un match quelconque, mais il a été bon commentateur sur Canal+. Pour une question de deux secondes, il a tenu l'antenne cinq minutes. On en fait beaucoup sur lui, alors qu'il a fait un match comme les autres, a-t-il expliqué, agacé. Son attitude est agaçante, il est en sucre, on le sait et il le confirme lui-même à chaque fois qu'il prend un coup. Un footballeur professionnel doit jouer même quand il a mal. Quand on s'entraîne tous les jours, on reçoit toujours des petits coups, on a des petites douleurs… On est toujours dans l'espoir et dans l'attente avec Yoann Gourcuff. »


Vous reprendrez bien un petit morceau de Gourcuff dans votre café ? GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 13 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 15 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6