Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Interview Mark Gevaux

« Putain, j’ai vu West Ham remporter un titre ! »

Mark Gevaux est appelé « The Ribs man » dans l’Est londonien. La raison ? Depuis maintenant dix ans, Mark régale des centaines de fans, à chaque fois que West Ham joue, grâce à ses sandwichs composés de travers de porc. Entretien avec un Hammer sauce piquante.

Modififié
Comment s’est passée ton enfance, Mark ? Tu es devenu apprenti boucher très jeune, c’est ça ?
J’ai une enfance comme beaucoup d’autres gamins. Je viens de la classe ouvrière de Londres, donc il fallait se donner pour rapporter un peu d’argent. Mon père travaillait beaucoup et il a voulu m’inculquer les valeurs du travail. Alors, quand j’avais 15 ans, mon père m’a trouvé un petit boulot dans une boucherie près de là où nous habitions. Quand mon père m’a annoncé qu’il m’avait trouvé une place dans une boucherie, je pensais que c’était une blague. J’aimais la viande, mais je ne pensais jamais devenir boucher. J’y travaillais le samedi après-midi durant quatre heures et j’étais payé deux livres. 50 centimes par heure ! Depuis, ce petit boulot, je me suis dit que ma place était dans une boucherie. J’ai commencé à apprendre la place des morceaux de viande, la gestuelle du bon boucher.

« J’ai perdu une jambe à cause d’une putain de maladie et ça a été un drame pour moi. Pour ne pas sombrer, je suis retourné au boulot. Je devais nourrir ma famille, gagner un peu d’argent, je devais faire quelque chose ! »

Comment tu as découvert le football ?
Quand j’étais petit, je mangeais football, je dormais football, je vivais football ! (Rires) Nous avions un petit jack russell à la maison et je m’entraînais à tirer dans le jardin, alors que lui devait ramener le ballon. On s’entraînait ensemble, en fait ! Je suis tombé amoureux de West Ham quand j’avais six ans. Mon oncle m’a emmené au stade pour mon premier match, après ça, je suis devenu un Hammer devant l’éternel.

Quel est ton souvenir le plus marquant ?
Il y en a quelques-uns, mais l'un restera gravé à vie dans ma mémoire. C’est la finale de la FA Cup 1975 qui se jouait entre West Ham et Fulham. On regardait le match à la maison sur une télé en noir et blanc. À cette époque, c’était le début des télés couleur, sauf qu’on n’avait pas assez de sous pour en acheter une, alors on était tous scotchés devant notre vieux poste. West Ham avait gagné et à la maison, nous étions tous en train de sauter, comme si nous étions à Wembley ! Putain, j’ai vu West Ham remporter un titre !

Ton surnom de « Ribs man » paraît logique, mais comment il est arrivé ?
Ça fait 10 ans maintenant que l’on m’appelle comme ça. C’est une histoire marrante. J’ai perdu une jambe à cause d’une putain de maladie et ça a été un drame pour moi. Pour ne pas sombrer, je suis retourné au boulot. Je devais nourrir ma famille, gagner un peu d’argent, je devais faire quelque chose ! Alors, je suis retourné vendre de la viande, mais différemment. Je suis allé au marché du coin, prendre des Ribs (des travers, généralement de porcs, ndlr), j’ai préparé ma sauce spéciale épicée et je me suis mis à les proposer aux gens. Tout le monde aimait ça, c’était un repas que personne ne proposait avant ! Et au fil des années, des proches ont commencé à m’appeler comme ça et c’est resté depuis.

Avec quel joueur, tu pourrais comparer tes sandwichs ?
Huuuum, pas facile… Allez, je vais dire Bobby Moore. Quand j’étais gosse, Bobby était mon héros ! En revanche, avec l’âge, je dirais plus Julian Dicks ! (Ancien de West Ham et actuel assistant de Slaven Bilić, ndlr) Si je devais te dire un joueur d’aujourd’hui… Allez, ça pourrait être Dimitri Payet ! Ce qu’il fait chez nous, c’est tout simplement incroyable. Je pense que même avec Alexandre Lacazette, la comparaison pourrait se faire. T’imagines, si on arrive à avoir les deux dans la même équipe ? Ce serait fou !

« Sérieux, si des types de Liverpool, Manchester ou d’autres équipes veulent affronter mes ribs, qu’ils viennent ! Mais sois sûr qu’ils vont tous perdre face aux miens, hahaha ! »

En parlant de Payet, qu’est-ce que tu as pensé de la saison de West Ham ? L’équipe n’a pas blagué cette année…
Franchement, ça a été une super saison ! Lors de la victoire des Hammers face à Stoke, on était sûrs de jouer l’Europe, et ça, c’est un bonheur ! Imagine-toi, une équipe encore meilleure que la saison précédente et ça, dans notre nouveau stade. Ça va être quelque chose d’incroyable.


Tu n’as pas l’impression d’être le dernier type à faire vraiment plaisir aux supporters à travers tes sandwichs ?
Je vais te dire franchement, je pense bien ! La saison dernière, quand nous avions Sam Allardyce comme coach, il venait me voir de temps en temps prendre un petit encas. Il en raffolait. Alors, quand il a quitté le club, un jour, je l’ai vu revenir et il m’a dit : « Je suis venu pour une seule raison, tes ribs. » C’était quelque chose d’extraordinaire. Cette saison, avec la qualité de jeu que nous avions produite sur le terrain et mes ribs, les fans ont connu encore plus de bonheur. Mon but, c’est de faire kiffer les gens et mes supporters de West Ham avec ce que je prépare. Je n’ai jamais eu une plainte ou un commentaire négatif sur les réseaux sociaux. C’est que du bonheur, alors je vais continuer à le faire !

Avec le temps, le football a changé, surtout par rapport à celui d’il y a vingt ans. T’en penses quoi, toi ?
Il a changé dans tous les sens du terme. Que ce soit du bon ou du mauvais côté. Dans le bon sens, l’argent de la Premier League permet d’acheter les meilleurs joueurs du monde, de rendre la compétition encore plus relevée. Et ça, c’est magnifique au niveau sportif. En revanche, les mauvais côtés sont toujours les mêmes. Les joueurs sont trop payés, ils ont perdu la passion de ce sport parce que, justement, ils gagnent trop d’argent avec. Ils n’ont plus la notion de plaisir et d’en donner aux supporters. Les joueurs de l’époque jouaient pour le jeu, pour leurs clubs, pour l’amour du maillot et ça, avec le cœur ! À l’époque, si tu demandais : « Pourquoi tu veux devenir footballeur ? » , on te répondait : « Ce serait pour jouer avec le maillot de West Ham sur le dos. Ce serait pour jouer des finales de FA Cup ! » Maintenant, tu poses la même question à des jeunes, ils te répondent : « Parce que je veux devenir millionnaire, avoir une Ferrari ! » C’est quand même trop pour des types qui ne font que jouer au ballon…

Tu penses quoi d’une compétition pour élire la meilleure bouffe des stades de PL ?
Ça pourrait être une bonne idée ! Sérieux, si des types de Liverpool, Manchester ou d’autres équipes veulent affronter mes ribs, qu’ils viennent ! Mais sois sûr qu’ils vont tous perdre face aux miens, hahaha !

Propos recueillis par Gad Messika
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 82
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom
samedi 19 mai Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20 samedi 19 mai Parme est de retour en Serie A ! 48