Putain de politique

0 0
La tragédie togolaise inspire les acteurs de la Ligue 1. Et à Bordeaux, on n'est pas resté insensible au mitraillage du bus de la sélection africaine. «  C'est quelque chose qui m'a un peu refroidi, déclarait sans jeux de mots Lamine Sané. J'ai deux collègues qui sont actuellement en sélection du Togo : John (Jonathan, ndlr), et Floyd Ayité (prêté à Nancy par les Girondins), et des personnes avec lesquelles j'ai grandi. Donc, ça m'a fait très peur sur le coup. Mais comme ils vont mieux, je suis rassuré, ajoutait le défenseur d'origine sénégalaise. J'espère que ça va bien se passer pour la suite » .

La suite, justement, elle se fera (dans un premier temps ?) sans les Éperviers. Une décision qui convient à Laurent Blanc. « Je trouve que l'attitude de la Fédération togolaise est on ne peut plus logique, car des garçons qui ont vécu des moments horribles comme ceux-là, n'ont pas forcément l'esprit à jouer au football. Il faut donc vite qu'ils rentrent chez eux, dans leur famille, pour tenter de gommer tout ça. Mais ce sera difficile à surmonter. C'est dur pour le Togo, mais aussi pour tous les organisateurs du tournoi, constatait encore le « Président » . Je trouve ça très regrettable, très grave... Cela prouve que des problèmes politiques peuvent prendre le sport en otage, parce que ce dernier a un retentissement médiatique très important. Je le regrette, mais c'est la vie qui est ainsi. Le continent africain, qui va organiser pour la première fois la Coupe du Monde, n'avait pas besoin de ça. Il serait dommage qu'il en pâtisse » .

En effet, il est plus beau de voir un monde qui joue...
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0