1. //
  2. // 1re journée
  3. // Nice/Toulouse

« Puel ne fait pas de cadeau à son fils »

Entré et sorti sous les sifflets du public niçois face à Barcelone, Grégoire Puel a bien compris la difficulté d'être un « fils de » dans le football moderne. Surtout quand Papa est l'entraîneur du club. Pour essayer de comprendre ce qui se passe en coulisses, on a demandé à Bernard et Benjamin Genghini leur version de l'histoire.

Modififié
6 29
Comment gère-t-on le fait d'avoir son père comme entraîneur ?
Bernard Genghini : C'est très difficile. J'en avais parlé avec Claude Puel il y a quelque temps. Ce n'est pas évident à gérer à plusieurs niveaux. Le choix est jugé différemment de l'extérieur ou même de l'intérieur. Déjà, les gens se disent qu'il joue au détriment d'un autre, même si le garçon a des qualités. Il y a aussi la pression interne, la jalousie même de l'effectif, d'un concurrent direct au poste par exemple. Après, il faut aussi savoir faire un choix. Puel, il a un effectif devant lui, et je peux vous dire qu'il ne fait pas de cadeaux à son fils. S'il a estimé qu'il pouvait jouer, c'est qu'il le méritait. À lui ensuite de faire étalage de ses qualités. Mais pour moi, sur le court terme, c'est une situation vivable, alors que sur le long terme, c'est beaucoup plus compliqué. Il faut faire sa route.
Benjamin Genghini : C'était un peu bizarre, parce que c'était aussi mon agent. Quand j'ai commencé en Ligue 1, mon père était directeur sportif à Sochaux, et l'entraîneur, c'était Bijotat. C'était compliqué pour lui d'aller voir le coach. Je pense qu'il me fallait quelqu'un d'autre, d'extérieur. Après, quand je descendais en CFA où il entraînait, il n'y avait pas de problème. Les autres me connaissaient, j'étais là depuis longtemps. Je jouais même en CFA avant qu'il n'arrive, donc cela se passait bien.

Est-ce que la voie pour les « fils de » est plus semée d'embûches ?
Bernard Genghini : Il y a évidemment beaucoup d'attente avec ces joueurs-là. C'est vraiment énorme pour eux. La comparaison est inévitable, surtout s'il joue au même poste que son père. Le fils de Giresse fait une bonne carrière, il a connu la Ligue 1, est reconnu en Ligue 2. C'est pas comme son père, mais quand même. Mais souvent, ceux qui réussissent jouent ailleurs sur le terrain. Regardez : Youri Djorkaeff était un grand attaquant, et son père un défenseur d'un bon niveau. Ou chez nous (à Sochaux, ndlr), on a le fils de Thuram, et il joue attaquant. Cela dépend aussi beaucoup de la carrière du père. Après, si vous jouez au même poste que votre père, qui a été un grand joueur et qu'il est l'entraîneur de l'équipe, c'est mission impossible. Le fils Cruijff par exemple. Son père était l'un des tout meilleurs joueurs du monde, et il lance Jordi au Barça. La marche était trop élevée. La pression est terrible pour le fils, qui doit être très fort mentalement. Je dirais qu'à talent égal, c'est plus dur pour eux.
Benjamin Genghini : Je pense aussi que c'est plus dur. J'étais dans le même club que lui. J'ai fait un essai à Sochaux et j'ai signé. Pour moi, c'était plus simple d'un point de vue logistique. Je n'habitais pas loin, mon père était là. Mais au début, c'était un peu difficile. Quand je suis arrivé, j'en ai eu qui m'ont dit que j'étais là à cause de mon père. Alors que j'avais Strasbourg, Nancy… Après, ça allait mieux, les gens ont bien vu pourquoi j'étais là. Mais si c'était à refaire, je ne le referais pas.

Comment cela s'est-il passé pour vous ?
Bernard Genghini : Mon fils avait un peu moins de 20 ans. Il entre pour la première fois contre Rennes, à Bonal, à cinq minutes de la fin du match. Il y a 0-0. Deux minutes plus tard, il marque, et on gagne. Le match d'après, il est resté remplaçant. Bizarre. Il n'a rejoué qu'au suivant, contre Troyes. On était mené 2-0 à vingt minutes. Et c'est tout. Il n'a plus jamais eu sa chance. Normalement, quand le jeune marque pour sa première, on veut le revoir un peu. On lui fait jouer des bouts de match, et s'il est vraiment bon, il s'impose comme titulaire ou candidat. Il n'a plus jamais mis les pieds à Bonal. Je ne dis pas que mon fils était le plus fort du monde, mais je ne pense pas qu'il méritait ce traitement. Son cas était un peu particulier. Je voulais demander des explications à l'entraîneur, mais je ne l'ai pas fait. J'ai plus pensé au fonctionnement du club. J'aurais peut-être dû. Aujourd'hui, je regrette de ne pas être plus monté au créneau. Parfois, il y a des moments clefs dans une carrière. On pensait que cela allait être une sorte de déclic. Sauf qu'il n'a presque plus rien eu derrière. Une carrière, ça tient à peu de choses.
Benjamin Genghini : Ouais, je marque donc pour mon premier match et après, pendant quatre-cinq semaines, je suis sur le banc. Et puis Troyes, une entrée à vingt minutes de la fin. Quand j'ai marqué, je me suis dit : « c'est bon, ça démarre. » Mais j'ai jamais eu cette chance-là. Marquer pour son premier match et ne jamais avoir sa chance, je ne sais pas si c'est arrivé à quelqu'un d'autre dans le monde. Je l'ai assez mal vécu, et j'ai jamais compris d'ailleurs. Mon père n'y pouvait pas grand-chose, alors que peut-être que quelqu'un d'extérieur aurait pu lui rentrer dedans, à Bijotat.

Est-ce qu'après les matchs, vous en parliez ?
Bernard Genghini : Je lui donnais mon sentiment. Ce qui était bien, ce qu'il fallait améliorer, ce qui n'allait pas. Comme d'autres papas aussi d'ailleurs. L'important, c'est d'avoir un avis objectif. Parfois, on est plus dur quand on a été ancien joueur. Surtout quand on est dans le même club. Moi, j'étais revenu à Sochaux, alors je l'ai ramené avec moi quand il a eu l'âge. Mais vous savez, il y avait deux-trois clubs de l'Est qui le voulait aussi. Avec le recul, je le mettrais dans un autre club, avec un autre environnement.
Benjamin Genghini : Il venait beaucoup me voir après les matchs. Il me donnait quelques conseils importants, mais jamais de grands discours. Il a été dur parfois parce qu'il était sur place, parce qu'on était dans le même club. Bon, quand c'est quelqu'un comme mon père, qui a eu la carrière qu'il a eu, on écoute. Il avait souvent raison, mais pas tout le temps non plus. Parfois, j'aurais pu faire des choix, me tromper ou pas d'ailleurs, mais c'est souvent lui qui décidait à ma place. Sochaux, c'était bien, c'était ma décision aussi, mais peut-être qu'à Strasbourg les choses auraient été différentes.

Qu'est-ce qu'on ressent au moment du premier but ?
Bernard Genghini : Cela reste un grand moment de ma vie. C'était en championnat contre Rennes, en novembre ou décembre. On le voit s'échauffer pour la première fois. On a un peu peur qu'il ne soit pas à la hauteur. On est nerveux, sur le qui-vive. Et puis, sur le troisième ou quatrième ballon, il marque. On se dit : « C'est pas possible. » C'est une émotion très forte, qu'on n'oubliera jamais. On se dit aussi que c'est parti pour lui, même si ce n'est jamais vraiment parti en fin de compte. On a eu ces grands moments comme joueur ; mais là c'est plus beau. On a vieilli, on a pris de l'âge, on est passé par là. On a envie comme tous les papas, comme toutes les mamans, qu'il soit heureux. C'est plus fort que quand on marque un but soi-même.
Benjamin Genghini : Quand je l'ai vu rentrer, j'étais déphasé. Heureux, complètement heureux. C'était vraiment mon rêve qui se réalisait. Toute la famille était en tribunes en plus. Je pense que si j'ai un jour un fils qui marque en Ligue 1, je pense que je serai super content. C'est vraiment très beau.


Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

le redempteur Niveau : Loisir
Gregoire puel est juste nul .Y a pas à chercher plus loin.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par le redempteur
Gregoire puel est juste nul .Y a pas à chercher plus loin.


C'est pas un mauvais joueur, encore un peu brut peut-être. Peut-être que s'il coupait le cordon avec son père il parviendrait à se désinhiber un peu plus sur le terrain.

Il n'a que 22 ans, il a le temps de progresser
Ça devait être triste Noël chez les Puel...
Je suis fatigué...
le redempteur Niveau : Loisir
Message posté par Sidney G'Ovule


C'est pas un mauvais joueur, encore un peu brut peut-être. Peut-être que s'il coupait le cordon avec son père il parviendrait à se désinhiber un peu plus sur le terrain.

Il n'a que 22 ans, il a le temps de progresser


Govule t'as l'air sympathique mais faut arreter la guimauve .Tu l'as vu jouer au moins?
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Pour moi c'est pas quelque chose de viable, on dira toujours " c'est le fils de "

Il ferait mieux d'aller tenter sa chance ailleurs
Il n'a tout simplement pas le niveau de la ligue 1,et quand on est "un fils de" on ne peut pas empêcher les supporters d'être encore plus dur.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par le redempteur
Govule t'as l'air sympathique mais faut arreter la guimauve .Tu l'as vu jouer au moins?


Ha ha, bah oui! ^^

Je confirme qu'il n'y a rien d'extraordinaire, c'est pas un espoir en puissance. Mais c'est pas non plus le flûtiste de Pan que beaucoup dépeignent
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par le redempteur


Govule t'as l'air sympathique mais faut arreter la guimauve .Tu l'as vu jouer au moins?


Je ne l'ai jamais vu jouer mais je sais que tu dis de la merde en affirmant avec toute ta nuance qu'il est "nul"

Aucun joueur professionnel n'est complètement nul quand on aime vraiment ce jeu

Au niveau amateur, moi je suis très moyen, mais quand un gars de mon 11 est encore plus faible que moi techniquement, je me demande comment on va pouvoir l'utiliser dans l'équipe, et je suis très loin d'être un bon samaritain, juste pragmatique
Sympa l'interview.

Des fils de... dans le foot, et qui ont assuré, y'en a pas eu beaucoup.

Comme ça me vient : Maldini, Mazzola, Djorkaeff, ..., ?????
On peut rajouter Sanchis et Busquets, mais après... Le meilleur qui me vient après ces deux-là est Gudjohnsen, c'est dire!
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par mario
Sympa l'interview.

Des fils de... dans le foot, et qui ont assuré, y'en a pas eu beaucoup.

Comme ça me vient : Maldini, Mazzola, Djorkaeff, ..., ?????


André Ayew?
kris prolls Niveau : CFA2
Je sais que beaucoup ici déteste l'équipe , mais sur l'année dernière , en prenant la moyenne des notes puel était le plus mauvais joueur de ligue 1 , vs allez dire bla bla c l'équipe et tout mais quand m sa veut dire que le mec est juste mauvais comme son père.
Au fond est ce que Puel senior est pas le dernier entraineur made in ligue 1 (défensif,chiant,sans aucun sens du spectacle etc...)encore en poste cette saison ?
Plus de fernandez,baup, antonetti, lacombe,gillot...
Moi ce qui me fait rire c'est que les gens sont les premiers à vouloir pistonner fifils ou fifille dans leur boite ou la boite x parce qu'ils connaissent untel.

La différence fondamentale, c'est qu'en sport de haut niveau tu es exposé et si tu es nul ça se voit tout de suite.

Alors qu'un boulet pistonné ça peut beaucoup plus facilement se planquer et obtenir des promotions injustement.
Bon, après petite recherche pour pallier à mon inculture, il y a aussi Veron, Lampard, Jamie Redknapp et les frères Ayew.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par kris prolls
Je sais que beaucoup ici déteste l'équipe , mais sur l'année dernière , en prenant la moyenne des notes puel était le plus mauvais joueur de ligue 1 , vs allez dire bla bla c l'équipe et tout mais quand m sa veut dire que le mec est juste mauvais comme son père.
Au fond est ce que Puel senior est pas le dernier entraineur made in ligue 1 (défensif,chiant,sans aucun sens du spectacle etc...)encore en poste cette saison ?
Plus de fernandez,baup, antonetti, lacombe,gillot...


"Mauvais comme son père"?

Le type qui était une pièce essentielle du Monaco des 90's qui a remporté deux championnats de France, deux Coupes de France et qui a atteint la finale de la Coupe des Coupes en 1992 et les demi-finales de la Ligue des Champions en 1994?

L'entraîneur qui a offert le titre de champion de France à l'ASM en 2000 avec un jeu flamboyant? Le gars qui a fait deux podiums avec le LOSC, avec un effectif essentiellement composé de jeunes, et qui les a emmené en huitièmes de finale de la Ligue des Champions? Celui qui a toujours terminé sur le podium avec Lyon et qui les a emmené en demi-finale de Ligue des Champions? Qui a hissé l'OGC Nice à la 4ème place du championnat avec un effectif composé de bric et de broc?

Après, si tu préfères le "sens du spectacle" de Jean-Marc Furlan, libre à toi...
le redempteur Niveau : Loisir
Message posté par Sidney G'Ovule


"Mauvais comme son père"?

Le type qui était une pièce essentielle du Monaco des 90's qui a remporté deux championnats de France, deux Coupes de France et qui a atteint la finale de la Coupe des Coupes en 1992 et les demi-finales de la Ligue des Champions en 1994?

L'entraîneur qui a offert le titre de champion de France à l'ASM en 2000 avec un jeu flamboyant? Le gars qui a fait deux podiums avec le LOSC, avec un effectif essentiellement composé de jeunes, et qui les a emmené en huitièmes de finale de la Ligue des Champions? Celui qui a toujours terminé sur le podium avec Lyon et qui les a emmené en demi-finale de Ligue des Champions? Qui a hissé l'OGC Nice à la 4ème place du championnat avec un effectif composé de bric et de broc?

Après, si tu préfères le "sens du spectacle" de Jean-Marc Furlan, libre à toi...


Bla bla bla bla....
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir


Tu m'as eu.
Geraldo Caribenho Niveau : CFA
Message posté par Torio
On peut rajouter Sanchis et Busquets, mais après... Le meilleur qui me vient après ces deux-là est Gudjohnsen, c'est dire!


Lampard, fils de Frank Lampard et neveu de Harry.Jordi fils de ...
kris prolls Niveau : CFA2
Message posté par Sidney G'Ovule


"Mauvais comme son père"?

Le type qui était une pièce essentielle du Monaco des 90's qui a remporté deux championnats de France, deux Coupes de France et qui a atteint la finale de la Coupe des Coupes en 1992 et les demi-finales de la Ligue des Champions en 1994?

L'entraîneur qui a offert le titre de champion de France à l'ASM en 2000 avec un jeu flamboyant? Le gars qui a fait deux podiums avec le LOSC, avec un effectif essentiellement composé de jeunes, et qui les a emmené en huitièmes de finale de la Ligue des Champions? Celui qui a toujours terminé sur le podium avec Lyon et qui les a emmené en demi-finale de Ligue des Champions? Qui a hissé l'OGC Nice à la 4ème place du championnat avec un effectif composé de bric et de broc?

Après, si tu préfères le "sens du spectacle" de Jean-Marc Furlan, libre à toi...


Jui sup lyonnais pr moi Puel c'est 4 ans sans sourire(sa peut paraitre con mais sa reste un truc léger le foot), 4 ans sans aucun fond de jeu, 4 d'ennui, 4 ans de jean 2 makoun titulaire,4 ans sans émotion quand tu aime un club , c'est long.
Et oui je crois que je préfere Furlan
Estebanana Niveau : CFA
Deux passes décisives ce soir le Puel. Oh l'ironie.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 29