1. //
  2. // Barrages aller
  3. // PSV Eindhoven/Milan AC

PSV-Milan, tiens tiens, comme on se retrouve

Ce soir, le PSV Eindhoven reçoit le Milan AC en tour préliminaire de la Ligue des champions. Les deux équipes ont un compte en suspens : en 2004-05, les Rossoneri avaient éliminé le PSV en demi-finale de C1. Et de manière folle.

Modififié
16 54
La saison s'ouvre officiellement ce soir, pour le Milan AC. Au programme : un sympathique déplacement à Eindhoven, pour y affronter le PSV, en tour préliminaire de la Ligue des champions. Le PSV, pour sa part, a déjà lancé sa saison. Le club rouge et blanc caracole déjà en tête du championnat néerlandais, avec 9 points en 3 journées. Autant dire que les Boeren sont déjà chauds bouillants. Et ils le sont d'autant plus depuis qu'ils connaissent le nom de leur dernier rempart avant la phase de poules de la Ligue des champions : Milan AC. Un nom qui, forcément, évoque de sacrés souvenirs à tous les supporters. C'était en 2004-05. Le Milan AC d'Ancelotti accède à la demi-finale de C1 après avoir sorti Manchester United et l'Inter. Surtout, les potes de Maldini n'ont pas encaissé le moindre but en C1 depuis six matchs, au moment d'accueillir le PSV en demi-finale aller. La rencontre à San Siro se passe bien pour les vainqueurs de la C1 2003, qui s'imposent 2-0 grâce à des buts de Schevchenko et de Tommasson. Mais c'est le match retour qui va entrer de l'histoire. En bien pour les Milanais. En cauchemar pour les Eindhovenois.

Le coup de casque d'Ambrosini

Évidemment, pour ce match retour, les joueurs à l'époque entraînés par Guus Hiddink sont gonflés à bloc. Surtout, ils ont obtenu une qualification miraculeuse, en quarts de finale, contre le Lyon de la belle époque : 1-1 à l'aller avec une égalisation à 10 minutes du terme, 1-1 au retour avec encore une égalisation en seconde période, puis une victoire 4-2 aux tirs au but. Or, on le sait, c'est souvent ce genre d'exploits qui forge une équipe lors d'une compétition. Et puis, après tout, après la défaite 2-0 du match aller à San Siro, le PSV n'a plus rien à perdre. D'autant qu'après 9 minutes de jeu, c'est déjà la folie. Ji-Sung Park, jeune joueur de 24 ans, ouvre le score d'une frappe puissante en pleine course sous la barre. C'est là que le destin parle : quelques jours plus tard, le Sud-Coréen quittera le PSV pour rejoindre Manchester United. Après 8 saisons passées en Angleterre (Manchester United et QPR), il a décidé cet été de rentrer au PSV. Ironie du sort, il va recommencer exactement là où il s'est arrêté : en Ligue des champions, contre le Milan AC. Comme si rien n'avait changé. Bref, pour en revenir au match de 2004, Milan est forcément sonné après cette ouverture du score, d'autant que le PSV ne lâche rien. L'équipe d'Ancelotti serre les dents, et voit surtout se profiler le spectre de la débâcle de La Corogne, la saison précédente, lorsqu'ils avaient été balayés 4-0 après avoir gagné le match aller 4-1. Mais cette fois-ci, Milan tient et arrive à la pause à 1-0.

En seconde période, le PSV va toutefois être transcendé par un homme : Phillip Cocu. Le joueur, qui a pris sa retraite en 2008 après huit saisons passées au PSV (1995-1998 et 2004-2007), sonne la révolte et inscrit le deuxième but d'un coup de tête rageur, à l'heure de jeu. Et devinez donc qui sera sur le banc du PSV ce soir, face au Milan AC ? Phillip Cocu, bien sûr. L'ancien milieu de terrain est désormais l'entraîneur de cette équipe, et a bien l'intention de se venger de 2005. Oui, car après le 2-0, Cocu et ses potes sont persuadés que l'affaire est dans le sac. Que Milan va flancher une troisième fois. Qu'ils vont se qualifier pour la grande finale d'Istanbul. Mais ça, c'était sans compter sur ce bon vieux Ambrosini. Le joueur milanais, qui a quitté cet été Milan pour la Fiorentina, après 17 années au club, inscrit le but du 2-1 dans les arrêts de jeu, envoyant Milan en finale, alors que l'on se dirigeait vers la prolongation. Fini ? Non. 60 secondes, à peine, après le but rossonero, Cocu, encore lui, score encore d'une magnifique reprise de volée du gauche. 3-1. La dernière minute est folle, mais l'arbitre siffle la fin. Le PSV s'arrête à un but de l'exploit. Milan souffle et remercie Ambrosini. Même si, derrière, les Rossoneri perdront la plus invraisemblable des finales de Ligue des champions de l'histoire, contre Liverpool.

La jeunesse du PSV

Huit années se sont donc écoulées depuis ce jour. Quelques mois après cette rencontre, les deux équipes se sont retrouvées lors des phases de poules de la Ligue des champions 2005/06. Le PSV a pris une petite revanche, en allant décrocher le nul à San Siro (0-0), puis en s'imposant 1-0 au match retour. Des scores qui n'ont toutefois pas empêché Milan d'aller jusqu'en demi-finale (éliminé par le Barça, futur vainqueur), et le PSV de chuter face à l'OL (revanche encore) en quarts. Mais cette petite vengeance n'a évidemment pas suffi à faire oublier la cruelle élimination. D'autant que depuis, et hormis une nouvelle demi-finale perdue en 2007, le PSV n'a plus jamais connu de telles soirées d'ivresse. La dernière apparition du club néerlandais en Ligue des champions remonte au mois de décembre 2008. Depuis, rien. De l'Europa League, et c'est tout. Voilà donc pourquoi, ce soir, les joueurs de Cocu veulent chasser les fantômes et se qualifier pour la C1. Pour ce, celui qui avait scoré deux fois contre les Milanais en 2005 s'appuie sur une équipe sous le signe de la jeunesse. Lens, Bakkali, Bruma, Willems, Wijnaldum, Locadia, Narsingh, Hiljemark, Maher, Depay : les joueurs du PSV ont tous entre 17 et 22 ans. Impressionnant. Attention, toutefois, à ce que cette fraîcheur ne se transforme pas en manque d'expérience.

Car en face, Milan l'a, l'expérience. Certes, les cadres de l'époque Ancelotti sont tous partis, hormis le gardien, Abbiati. Milan a fait peau neuve, même si l'équipe est quasiment la même que la saison dernière, avec seulement les recrues Poli et Saponara en plus (en attendant Ljajić ou Honda ?). Le coach, Allegri, a même failli partir, et a finalement décidé de rester, au moins une année de plus. Il s'appuiera essentiellement sur Mario Balotelli, sur qui tous les tifosi rossoneri comptent beaucoup. Milan compte toujours des bons joueurs (Montolivo, Robinho, Nocerino, Mexès, Boateng, Pazzini, El Shaarawy), mais aucun n'est potentiellement aussi décisif que SuperMario. « L'avoir dans l'équipe fait également progresser les autres  » , a même assuré le technicien rossonero. « Le PSV joue bien et a un très bon collectif, avec de jeunes joueurs. Nous devrons faire un match intelligent, en nous servant de nos qualités, surtout sur le plan offensif » , a-t-il ensuite ajouté. Méfiance, toutefois. Le PSV n'a pas oublié 2005. Phillip Cocu non plus. Les supporters non plus. Ils le feront savoir ce soir.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'Entraineur saison 2004-2005: Dida - Cafu Nesta Stam Maldini - Pirlo Gattuso Seedorf - Kaka - Schevchenko Inzaghi. Voila voila.
Attention en 2005-2006, Lyon a battu le PSV en 8èmes et non en quarts, mais en revanche a perdu contre le Milan AC en quarts
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Quand tu compares Milan en 2004-2005 tu te dis aussi que ce n'est plus la même équipe niveau joueurs de classe mondiale !
Déjà à l'aller Milan n'avait rien produit du tout et n'aurait jamais dû avoir ce 2-0. Cette confrontation vu une terrible source de frustration.
"il a décidé cet été de rentrer au PSV cet été."

Et sinon, il a décidé de rentrer quand au PSV? nan parce que c'est pas très clair dans l'article...
@ Eric Maggiori,
Lens est parti, il est au Dynamo kiev
Sinon, incroyable équipe, celle alignée le Week end dernier avait 19.9 ans de moyenne d'âge, du jamais vu!
Et rien que pour ça, vive les PB
Tout ca c'est une blague. le vrai match c'etait contre lyon en quart avec Govou qui vendange et l'arbitre qui siffle pas un attentat du grand gardien chauve.

C'etait le lyon de ben Arfa, cris, Abidal, le duo monstrueux a l'epoque M. diarra-Essien, juninho,Malouda, Wiltord... C'etait grand.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par Ruud04
@ Eric Maggiori,
Lens est parti, il est au Dynamo kiev
Sinon, incroyable équipe, celle alignée le Week end dernier avait 19.9 ans de moyenne d'âge, du jamais vu!
Et rien que pour ça, vive les PB


C'est trop frais Ruud !

Quelle bande de boloss ces yeuvs du Milan, ils vont avoir le seum avec notre équipe trop swag !!

TMTC XPTDR looooooooooooooool
Les années où on pouvait se poser limite avec assurance le mardi ou mercredi soir en sachant qu'il y avait une grosse equipe française en LDC avec des ambitions "partie de rien", ces années où l'apport de 1-2 joueurs de gros calibres en plus suffirait pour "franchir le palier"....
Message posté par juda
Tout ca c'est une blague. le vrai match c'etait contre lyon en quart avec Govou qui vendange et l'arbitre qui siffle pas un attentat du grand gardien chauve.

C'etait le lyon de ben Arfa, cris, Abidal, le duo monstrueux a l'epoque M. diarra-Essien, juninho,Malouda, Wiltord... C'etait grand.


Oui, le lyon de Neymar, qui avait subit cet "attentat" ...
N'etant pas supporter lyonnais mais supportant les clubs francais en LDC, je me souviens avoir eu une deception enorme pour les lyonnais puisqu'ils méritaient 10 fois de passer, Van Bommel avait fait sa pute pendant 180 min, arbitrage pourris, que d'occasions au match aller.
Tres belle equipe de Lyonà cette epoque.
C'est pas trop dans mon genre de venir souligner les fautes d'orthographe, mais là, le papier est méchamment bâclé... Plusieurs erreurs dans le choix des temps et surtout une structure assez absente avec l'histoire des retours de Park et de Cocu qui viennent 2 fois interrompre le récit du match. C'est dommage parce que l'histoire est plutôt intéressante.
J'espère que le PSV va se qualifier, le Milan AC d'aujourd'hui, c'est pas du tout ça, le simple fait de savoir que Constant est titulaire au Milan, mais bon, je veux voir le PSV en Ligue des champions, ça peut être une surprise pour certains
Prit de folie, je me suis mit à mater les matchs de pré-saisons et de début de championnat du PSV (faute de mieux) et ... je suis sur le cul de leur trio d'attaque Wijnaldum, Maher (monstrueusement doué) et Bakkali (je le découvre cette année et mon dieu qu'il me fait éjaculer, on a l'impression qu'il a des roulettes sous les pieds).

PSV a un jeu très fluide avec une jeunesse dorée. Certes en face ça sera le Milan mais ...

Je vous dis que le Milan ne gagnera pas !
"huit saisons passées au PSV (1995-1998 et 2004-2007)"

toi, t'as pas fait math sup
"Après 8 saisons passés en Angleterre" : "saison" est féminin
"Il a décidé cet été de rentrer au PSV cet été" : au moins on saura que ce n'était pas en hiver
Ensuite, je ne savais pas que l'OL avait éliminé le PSV en quarts, pour se retrouver donc en demi saison 05/06, j étais pourtant sûr que la seule fois où ils sont allés en demi c'était après éliminé Bordeaux en quarts. Tiens, je me trompe peut-être.
Trois preuves que vous êtes de grosses feignasses chez Sofoot, et que vous relisez vos articles qu'à la suite de commentaires comme celui ci
Faut absolument que le Milan se qualifie pour la prime de la ligue des champions, ça permettrait de repasser dans le vert !
Message posté par ratmort


Oui, le lyon de Neymar, qui avait subit cet "attentat" ...



Merde, je devais être dans ma faille spatio-temporelle à ce moment là. A part si tu parles de Nilmar ma poule :)
Cette équipe du Milan de 2004 comparée a celle de 2013 pleines de crètes folles, de Zapata, de Yepes etc...on a l'impression que le club a déposé le bilan
Que des montres a toutes lignes ce Milan de 2004, j'aimais cette équipe...ca c'était avant...
Note : 3
Message posté par LaPaillade91


C'est trop frais Ruud !

Quelle bande de boloss ces yeuvs du Milan, ils vont avoir le seum avec notre équipe trop swag !!

TMTC XPTDR looooooooooooooool



C'est une des réactions les plus connes* que j'ai jamais vu...
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Quel sens de la nuance et du second degré, brillant
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
16 54