1. //
  2. // Groupe A
  3. // PSG/Zagreb
  4. // Supporters

PSG-Zagreb ou les limites de l'interdiction de déplacement

Manuel Valls avait pris la décision d’interdire la venue des supporters du Dinamo Zagreb sur le territoire français. Apparemment, son inquiétude n'était pas infondée au vu des violents affrontements qui ont eu lieu hier soir dans le quartier de la Bastille à Paris. De quoi légitimement s'interroger sur la méthode employée ?

Modififié
351 17
Les images tournent déjà en boucle sur le net, les forums, les réseaux sociaux et même les chaînes d'info continue qui ouvrent parfois leur JT avec cette info. Hier soir donc, « Parisiens » (pour l'instant indéterminés) et leur équivalents croates ont eu droit à leur « fight » . Et cela en dépit de mesures exceptionnelles : le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait interdit, par un arrêté publié dimanche au Journal officiel, le déplacement des supporters du Dinamo Zagreb à Paris. En attendant d'en connaître plus sur le déroulé exact de la soirée qui aurait vu presque 200 individus s'affronter (avec à l'arrivée deux blessés croates et 24 interpellations de part et d'autre), il s'impose de décrypter ce qui ressemble à un échec dans la « gestion de la violence autour des match de football » . Un de plus à Paris, pourtant censé être à la pointe sur la question. Un nouveau fait divers qui n'augure rien de bon avant l'Euro 2016.

Pourtant, s'il existe un domaine où la construction européenne ne semble pas ou plus patiner, c'est sans conteste la lutte anti-hooligans. La Préfecture de police, fidèle à ses habitudes désormais bien ancrées, avait refusé d'accueillir le contingent visiteur du Dinamo, tant les supporters des pays de l’Est, et notamment de l’ex-Yougoslavie, traînent une sale réputation (partiellement méritée). Au match aller déjà, les supporters parisiens avaient connu le même sort et les téméraires en furent quitte pour un aller-retour direct, sans pouvoir assister au match ou bien croiser leurs homologues croates. Pour ce match retour, le cran était encore au-dessus. Le ministre de l'Intérieur en personne avait sorti sa plus belle plume pour pondre un arrêté publié le 3 novembre au Journal officiel. Au passage, « considérant qu'en vertu de l'article L. 332-16-1 du code du sport, le ministre de l'Intérieur peut, par arrêté, interdire le déplacement individuel ou collectif de personnes se prévalant de la qualité de supporter d'une équipe ou se comportant comme tel sur les lieux d'une manifestation sportive et dont la présence est susceptible d'occasionner des troubles graves pour l'ordre public » , il avait pu une fois de plus mesurer tout ce qu'il devait à ses prédécesseurs de droite. L'artillerie lourde de la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (ou Loppsi II) a donc été braquée sur les 200 hooligans attendus depuis la capitale croate. En vain !

Les violents « Blue Bad Boys »

Toutefois, cet arrêté ne constituait pas qu'une simple formalité administrative. Un arrêté qui fournissait une notice explicative fort instructive sur la démarche et ses fondements (histoire de prouver également que la DNLH ou Division nationale de lutte contre le hooliganisme sait réaliser de belles notes de synthèse, inversant au passage les mots dans le nom du principal groupe de supporters de Zagreb « Blue Bad Boys » au lieu de « Bad Blue Boys » !). Avec, bien sûr, le savoureux rappel que seule la fermeté paie, preuve à l'appui : « Les autorités croates ont pris un arrêté d'interdiction, opposé aux supporters du club parisien, de pénétrer en voiture sur le territoire de la République de Croatie ; (...) grâce à cette mesure, à laquelle n'ont contrevenu qu'une dizaine de supporters parisiens auxquels l'accès au stade a été refusé et qui ont été reconduits par la police à leur hôtel, le match a pu se dérouler sans incident. » Une note qui prend toute sa saveur à la lueur des évènements de la soirée d'hier.

Il s'agissait certainement de se prémunir de ne pas avoir pris les mesures adéquates, se couvrant de la sorte par avance d'éventuels débordements (d'où peut-être ce choix d'un arrêté ministériel bien plus « médiatique » que la banale annonce de la préfecture de Paris). Car comme le soulignait de manière assez succulente le texte de l'arrêté « considérant qu'à l'occasion du match retour opposant les deux mêmes clubs de graves incidents sont susceptibles d'intervenir si les supporters des deux clubs venaient à se rencontrer ; qu'en effet les autorités croates ont fait part de la venue probable à Paris de 150 à 200 supporters violents, appelés « Blue Bad Boys » (sic donc), de l'équipe du Dinamo Zagreb ; que ces supporters étant démunis de billets pour assister au match et placés dans l'incapacité d'en acquérir, leur déplacement a pour seul objet de provoquer des troubles à l'ordre public ; que les pratiques de ces groupes de supporters consistent en effet à susciter des incidents, dès le début de l'après-midi du match, dans les lieux touristiques de la ville où ils se rendent, avant de les réitérer le soir aux abords du match ; que le refus de ces groupes de supporters d'établir tout contact avec des autorités empêche de programmer, comme les autorités françaises de police le pratiquent avec des supporters de nombreux clubs de football français ou étrangers, leur accompagnement et leur protection tout au long de leur déplacement sur le territoire français. »

L'homo balkanicus

En conséquence de quoi, « du 6 novembre 2012 à zéro heure au 7 novembre 2012 à midi, le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen routier, ferroviaire ou aérien, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Dinamo Zagreb ou se comportant comme tel est interdit entre les points frontières routiers, ferroviaires et aéroportuaires français et les communes de la région d'Ile-de-France. » Sauf que dès lundi, la rumeur courait déjà que plusieurs dizaines de BBB traînaient à Paris. Ainsi, les supporters croates étaient en toute légalité dans les rues de Paname hier soir, démonstration parfaite des incohérences d'un texte qui se voulait ferme sans tenir compte de la réalité du terrain. Les évènements de la veille permettent aussi de mesurer qu'en dépit du plan Leproux, les supporters parisiens et leur frange « indep » restent encore dans le collimateur des forces de l'ordre, et que ces dernières ne sont toujours pas capables de les contenir et de mettre hors d'état de nuire les éléments violents. Tout le monde n'a pas la chance d'habiter à Tarnac !

Dans le camp d'en face, répétons-le, non, l’homo balkanicus n’est pas qu’une grosse baraque tatouée au crâne rasé repérable à des kilomètres (un style qui n’a pourtant pas empêché Ivan Bogdanov d’aller jusqu’à Gênes malgré son casier en plus). Bref, parmi les fans du Dinamo, il y a évidemment des gens lambda, des petits, des maigres, qui n’ont aucun signe distinctif. Alors on fait comment pour empêcher tout fan croate de pénétrer sur le territoire ? Comme la police croate l’a fait il y a deux semaines avec les Français, il y a fort à parier qu’une importante proportion des Croates qui tenteront de pénétrer en France aujourd'hui, même sans avoir aucun rapport avec le match, sera refoulée. Du côté des autorités croates en tout cas, pas de commentaires. On se contente de dire qu’on a transmis aux Français une liste de supporters dangereux et interdits de stade. En fait, c’est d’abord à eux de faire le travail. Ils avaient une liste de gens qui ne doivent pas quitter le territoire. Leur coopération avec les Bulgares et les Slovènes ont pratiquement empêché tout déplacement de groupe lors des tours préliminaires de la Ligue des champions, si bien que les derniers intrépides n’avaient d’autre choix que de tenter le coup en voiture individuelle. Et là, une fois entré dans l’espace Schengen soit par la Slovénie, soit par la Hongrie, si possible avec une plaque non-croate, bonne chance pour les chopper !

Un attirail policier, juridique, voire diplomatique

En généralisant ces interdictions de déplacement de manière aveugle (un peu comme débarquer dans une cité avec trois bataillons de CRS et autant de caméras de télés plutôt que de travailler sur la durée contre les réseaux) sans offrir d'autres mesures, on oublie surtout que les principaux concernés par ce puissant attirail policier et juridique (voire diplomatique) vont forcément se révéler les plus déterminés à trouver des parades ; sans oublier le fait qu'il y ait également d'importantes communautés d'immigrés croates en France ou Allemagne. N'est pas Aurore Martin qui veut !



Par Nicolas Kssis-Martov et Loïc Trégoures
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 8
Est-ce que les Bad Blue Boys vont au Fuckin' Blue Boy ?
Spike Spiegel Niveau : CFA2
On a pensé à la même chose Louison, mais ça ne nous regarde pas.

Sinon pour être sérieux cinq minutes, So Foot faut aussi se regarder dans un miroir. Vos glorifiez ces actions depuis des lustres, je suis d'accord pour dire que la rivalité c'est bien, mais bon là on a juste affaire à une belle bande d'abrutis. Ces mecs en ont juste rien à battre du foot, et la majorité des ultras doit payer pour leur bêtise. Maintenant y a plus qu'à espérer que les mecs prennent chers, et qu'enfin on soit débarrassé de ces "indep". Pour le bien des tribunes parisiennes et des ultras en général, parce que là les mecs font un sale coup à leur image.
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Si seulement ca permettai aux ultras d'arrêter de dire que l'ambiance au parc "c'était mieux avant"!

Sauf qu'il ne faut pas oublier qu'on en est arrivé jusqu'à qu'il y ait un mort pour que les autorités décident d'arrêter ce type de comportement.
Sympathique, si on ne sait pas arreter quelques hools dont l'arrivee est prevu et dont certains sont identifies, ca doit etre chouette quand il faut arreter les vraies menaces..
Tant qu'ils n'auront pas balancé un scooter du haut des tribunes du Parc, ils ne seront personne.
Dis Jean-Bonbeur tu peux m'expliquer le rapport entre les incidents d'hier à Bastille et l'ambiance au Parc ?

C'est pas parceque 50 connards se tapent à l'autre bout de Paris, qu'on a pas le droit de dire que le public familial du parc est pourri... Entre, les "paysans" et les sifflets pour un 0-0 à la mi-temps (alors que l'équipe est leader) ou pour Bodmer, oui le public made in Leproux est pitoyable.

Le fait que 50 indeps se tapent ne changent rien à ça. A la limite ça permet de démontrer que le plan Leproux n'a rien changé à la violence autour du PSG.
Spike Spiegel Niveau : CFA2
Je suis pas d'accord avec toi Lexpat. En tout cas pas sur l'efficacité du Plan Leproux. Clairement c'est pas de la faute du PSG, mais des pouvoirs publics français et croates. Leproux les a dégagé du stade, et c'est déjà pas mal.

Après je te rejoins sur l'ambiance, le plan Leproux était nécessaire (ouai les mecs, des morts et une haine viscérale, fallait faire un truc...), mais on était pas obligé de les remplacer par ce genre de comportement. Moins violent et tout aussi nocif pour l'image du PSG. Les mecs qui sifflent à la mi temps alors qu'il y 0-0, idem pour Bodmer, ça me tue. Je comprends même pas quoi. Pareil on gagne 2-0 contre Sochaux et y a un match de Champions à venir, donc les joueurs font tourner, et là 10 000 connards* qui sifflent. C'est aberrant et tellement frustrant. Parce que les mecs décrédibilisent le plan leproux, comme ces indeps font du mal aux ultras en général.

Bon maintenant faut attendre, un public ne se crée pas un an. Et les Ultras commencent à revenir. On peut toujours espérer.
Note : 1
Il n'y a pas de mal a défendre sa ville !
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
encore des amalgames...

encore des attaques sur SF qui a le mérite de d'approfondir un peu le sujet là où la plupart des media à la con* se contentent de condamner à la hâte...

si vous pouviez juste vous mettre dans vos crânes de jeunes pucelles effarouchées qu'ultras et indép' ne sont pas du tout la même chose, ca ferait peut-être avancer le niveau des commentaires.

Et quand bien même, Toto n'a pas complétement tort : t'as 200 excités croates qui viennent foutre la merde* dans ta ville, t'es bien content que 200 autres abrutis parisiens s'en chargent.

De toute façon, les indép' se bastonnent entre eux : à la limite - sauf ici car en plein centre ville- ca fait chier* personne.

Dans tous les cas, arrêtez de faire la confusion ultras/indép'/hools. Surtout pour justifier la politique de purge actuelle dans les stades.
Apparemment les faits sont avérés, il y a bien un bagarre à Bastille.
Mais ce que je trouve personnellement un peu abusé, c’est lire ou entendre qu’il y a règlement de compte entre supporters parisiens. C’est quoi l’intérêt de relater de tels propos ?
J’ai bien aimé cet article : http://leplus.nouvelobs.com/contributio … hants.html sur le cas Porto un peu similaire à celui-ci.

L’interdiction des croates de venir en France ? Bienvenue en 2012. C’est la mode. On se prend pas la tête, au lieu de combatte le problème, on empêche tout le monde de venir comme ca y en a pas, des problèmes.
si les services de police faisaient correctement leur taf, ils auraient remarqué hier matin l'arrivée place de la nation, entre autre, de p'tits minibus bourrés de mecs "sympathiques" venus faire du tourisme.
ça va se taper dans le VIe cette aprém, et autour de Jean Bouin avant le match, et demain on aura droit à la même vidéo.
De plus, les mecs se pointent au Hideout, et t'as pas de Lav Pivo fraîche,
y pensaient pouvoir pécho d'la putafrange risienne assistante de prod'-graphiste, et v'là que t'as plus que d'la banlieusarde frelatée dans les rades du quartier.
Moi aussi j'aurai foutu l'bordel, s'y j'avais su!
Bastoche la moche..
Et pour l'Euro 2016, on ferme les frontières et on fait remplir les stades par des écoliers ?
Messieurs Nicolas Kssis-Martov et Loïc Trégoures, merci pour cet article intéressant et agréable à lire. Entièrement d'accord avec les problématiques que vous soulevez quant à l'application d'un tel arrêté, du timing choisi..etc, etc

Nous scrutons désormais sur tous les sites d'informations (ou pseudo sites...) le moindre fait divers que les médias imputerons à coup sûr au match de ce soir...
Assez d'accord avec Scotch_OMsoccer, pour la question des amalgames...ou la question récurrente de la schizo française à l'égard de la faune footballistique.
Y'a pas que sur le nom du groupe ultras que les flics se sont plantés. L'arrêté signé par Valls du 3/11 parle du Dynamo Zagreb (avec un Y comme si c'était Kiev alors que Zagreb c'est Dinamo avec un I - cf l'article SF sorti y'a 15 jours sur les noms de clubs casse gueule). Y'avait deux noms à checker, c'était de trop. Bref, aussi pro sur la forme que sur le fond.
Un fighteur restera tjs un fighteur.
Emmanuel Valls a t il visionné l excellent film:
right club ?
Ils ont agressé combien de grands meres a bastille ?
A moins qu ils ont osé dégrader une autolib =D
Le sacrilège.
Mouais enfin tout ca me fait marrer:
les voiture: 4500 morts tout les ans interdisons les
Le bricolage: 19000 accidents domestique mortels tout les ans, il faut fermer tout les brico rama, dépoe, man casto et compagnie:
Les hools en france:
2morts en 20 ans de rivalité parigot marseillaises, et on nous emmerde en province tu peux meme plus boire ta pinte au Stade, en fait c'est juste totalement ridicule...
Ha ouais les baston entre gangs dans les halles à Paris c'est une dizaine de morts par an mais faut surtout pas le dire...
Bref c'est du pognon foutu en l'air...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
351 17