En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 25e journée

PSG, OM, OL : objectif nul

Des leaders qui patinent, Bastia et Guingamp imperturbables, Zlatan qui lutte contre le faim dans le monde : la 25e journée de Ligue 1, sans être la plus prolifique, a su apporter son lot d'animation. À défaut de bouleversements.

Modififié
  • Un point c'est tout


    Ils sont censés être les plus beaux, les plus doués, mais ils ne serrent plus. Pour la deuxième semaine consécutive, le trio de tête a failli dans sa mission, ne rentrant à la maison qu'avec le point du nul. Un simple smack, là où Lyon, le PSG et l'OM espéraient une nuit d'amour passionnée sur la chaise qui sert de trône à la Ligue 1. Pourtant, le coup n'est pas passé loin. Face à Caen, le PSG avait dragué avec classe avant que les éléments extérieurs ne perturbent sa chasse. 5 blessures, un match terminé à 9, et surtout, deux buts dans les derniers instants ont empêché des Parisiens dominateurs de s'enfiler les 3 points. Un scénario rocambolesque, qui doit plus à la malchance qu'autre chose, et qui s'avère d'autant plus dramatique que Chelsea s'avance dès mardi pour le remake de l'an dernier en Ligue des champions. Heureusement, les hommes de Blanc n'ont pas été les seuls à patauger dans la semoule. À Marseille, où les changements défensifs de Bielsa font parler, c'est David N'Gog qui, dans les derniers instants, est venu empocher le beau lot en plaçant sa tête. Dans un silence de mort, le beau Vélodrome n'a pas résisté, abandonnant deux points précieux dans une période où il en aurait bien eu besoin pour rasséréner son égo. Seul motif de satisfaction, le tombeur habituel du championnat, l'Olympique lyonnais, n'a pas profité des échecs de ses potes/concurrents pour s'envoler au tableau de chasse. Un petit nul face à Lorient, des techniques un peu rouillées, et Lyon peut s'en vouloir de ne pas avoir puni les problèmes de conclusion de ses deux adversaires. Ce week-end, la Saint-Valentin a consacré un trio de semi-losers. Mais la semaine prochaine, c'est promis : ils ne rentreront pas seuls.

    Le compte-rendu d'OM - Reims
    Le compte-rendu de PSG - Caen
    Le compte-rendu de Lorient - Lyon



  • Vous avez raté Bordeaux-Saint-Étienne et vous n'auriez pas du


    Pas l'affiche la plus sexy, pas le score le plus fantasque. Pourtant, la rencontre entre deux prétendants à l'Europe a le mérite d'avoir offert un peu de spectacle dans une journée plutôt moribonde. Surtout, elle confirme les enseignements de ces dernières semaines : Sainté n'y arrive plus. 2 points sur 15 possibles, c'est peu, trop peu, pour une équipe qui se rêvait secrètement allant titiller les trois d'en haut il y a quelques semaines. Pourtant, dans le jeu, tout n'est pas à jeter. Mais les problèmes de finition des attaquants verts, Erding en tête, tiennent pour le moment les hommes de Galtier à distance respectable du podium. En face, Bordeaux a fait le dos rond, s'en remettant à Diego Rolán et une frappe de filou au premier poteau pour glaner un avantage définitif. Un semblant d'efficacité au milieu d'une mare d'occasions manquées, ce même Rolan ayant préféré flirté avec le poteau en deuxième mi-temps, tandis que Khazri faisait de même avec les tribunes. Mais titulaires d'attaquants loin d'être racés, Bordeaux et Sainté ont essayé. Et c'est déjà ça.

    Le compte-rendu du match



  • L'analyse définitive : Guingamp finira dans le top 5


    Le bolide breton file à toute vitesse. Grillant toutes les politesses depuis quelques semaines, les Rouge et Noir ont empoché 23 points lors de leurs 10 derniers matchs. Un rythme de prétendant à la Ligue des champions, un jeu qui emballe toujours autant sous la houlette de Jocelyn Gourvennec, et Guingamp pourrait ne pas s'arrêter avant d'avoir conquis le Graal. Certes, l'opposition du week-end n'était que messine, facilitant par avance les nouveaux exploits de Christophe Mandanne et des siens. Une victoire, encore, et une belle huitième place au classement, annoncent une fin de championnat plus que palpitante pour un club qui va en plus jouer la Ligue Europa à fond, la mise au repos de Claudio Beauvue face à Metz en témoigne. Et dieu sait que si les Bretons ne s'épuisent pas trop lors de leurs expéditions européennes, ils y auront encore droit l'an prochain. Une juste récompense.

    Le compte-rendu de Metz - Guingamp



  • La polémique de la machine à café : Que faut-il penser du coup médiatique de Zlatan ?


    Après son high-kick couronné d'un but, à la mi-temps, Zlatan Ibrahimović n'a eu de cesse d'exposer son torse saillant. Egotrip musculaire à la Hervé Renard ? Même pas. Le Suédois voulait simplement exposer ses tatouages, que l'on a appris provisoires, au nom d'enfants souffrant de la faim dans le monde. Fomenté par le World Food Program, le coup de com' auquel s'est ajoutée une vidéo où le Suédois explique sa démarche, peut toutefois laisser perplexe. En enlevant son maillot, Zlatan a écopé d'un carton jaune, qui le privera de la rencontre des Parisiens face à Monaco. Dès lors, pourquoi ne pas avoir attendu la mi-temps, la fin du match ? Certes, le sentiment est louable, l'intention généreuse, mais l'action aurait été tout aussi efficace sans cet excès de zèle qui va à l'encontre de l'intérêt sportif. Évidemment, d'aucuns répondront qu'une telle cause ne doit pas se soustraire aux petites contingences du football, comme l'a expliqué le joueur en conférence de presse. Un argument imparable aux yeux de beaucoup puisqu'emprunté au bon sentiment. Mais le vrai bon sentiment ne serait-il pas d'agir en dehors des terrains de foot ?


  • Le top 5


    - Mathieu Duhamel (Évian) : Débarqué de dernière minute lors du mercato hivernal, il est venu secoué la baraque d'Évian en inscrivant un doublé contre Lens. Duhamel, des hameaux.
    - Óscar Trejo (Toulouse) : Face à Rennes (2-1), Oscar y est allé tout seul. Tout en Funès.
    - Hervé Bazile (Caen) : Féret lui laisse le coup franc, alors il le remercie en bonne et due forme. Bazile poli.
    - Jordan Ayew (Lorient) : 46e, Jordan remplace Abdullah. 50e, Lorient mène 1-0. Sans coïncidence.

    - Aloé (Marseille) : Aloé n'a pas vu N'Gog. Et ça fait bien marrer Dória.



  • Ils ont dit


    - « La réalité, elle est là, comme ça tout le monde va redescendre au niveau que doit être l'AS Saint-Étienne, je dis bien tout le monde. Nous, on est de bons sparring-partners. Les équipes se régalent contre nous, elles ont une très bonne opposition, des gens généreux, des gens qui courent, qui sautent, pas tous, pas mal.  » Christophe Galtier, contre lequel il faut parier lors d'un combat de boxe.
    - « On se fait chier, on se fait chier, on se fait chier.  » La palme de la lucidité est attribuée au public lillois
    - « Ils n'ont rien : ils ont deux actions, ils marquent deux buts. Nous, on veut jouer. On a un terrain de merde.  » Pierrick Valdivia (Lens), vert du gazon maudit du Stade de la Licorne, responsable de la défaite face à Évian (0-2).
    - « L'Olympique de Marseille a des soucis financiers depuis un certain moment, ne peut pas payer certains salaires. » D'où une grève de la victoire pour André Ayew.
    - « On nous enlève un but une nouvelle fois, c'est la deuxième fois après celui valable contre Nantes (0-0), il était valable ce soir, ça fait beaucoup… J'ai des retours comme quoi le but est valable, Pléa ne fait pas action de jeu, le ballon est donné dans une autre dimension… On est sympa à Nice, mais il ne faut pas exagérer !  » Claude Puel, trop bon, trop con contre Lille (0-0).



  • Les stats


    - 13 matchs sans défaite pour Bastia, toutes compétitions confondues (8 en Ligue 1). Maké ce qu'il s'est passé ?
    - C'est la cinquième fois que l'OM et le PSG ne gagnent pas la même journée (1re, 16e, 18e et 20e journée avant cela). À chaque fois, l'Olympique lyonnais s'était imposé. Fin de série.


    Par Raphael Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 9 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    À lire ensuite
    L'équipe type du week-end