1. //
  2. // 27e journée
  3. // PSG/Marseille

PSG/OM : Comment rendre le « classique » intéressant ?

C'est un fait : si un PSG-OM n'est jamais un match comme les autres, celui que nous propose cette 27e journée pourrait bien être l'un des plus déséquilibrés depuis longtemps. Le pire, dans tout ça, c'est que le fossé entre les deux équipes devrait continuer à se creuser. Voici quelques solutions pour rendre la partie à nouveau intéressante.

Modififié
7 12
Faire racheter l'OM par un cousin de Nasser

À l'été 2015, le PSG fête son 3e titre de champion de France consécutif. Pourtant, posté dans son bureau de 1 400m2 sur les hauteurs de la porte d'Auteuil, Nasser fait grise mine. Trop facile, sans adversaire valable pour lui contester le trône de l'Émirat de Ligue 1, le club de la capitale a amputé le championnat d'un suspense indispensable au spectacle. Alors, le président du PSG pianote sur son Vertu : 00974 164597245 : « Anwar ? C'est Nasser. Écoute, il faut un peu de concurrence en France. J'ai pensé que tu pourrais racheter une équipe là-bas, histoire que les gens croient jusqu'en mai qu'on risque de pas gagner le titre. T'es d'accord pour Marseille ? Non, pas besoin de contrat, on checke ça plus tard.  » Quelques jours plus tard et pour 425 millions d'euros, Anwar Al Khelaïfi devient le nouveau boss de l'OM. L'effet est immédiat. Didier Drogba retourne au bercail pour 65 millions d'euros, tandis que Mario Jardel signe enfin sur la Canebière en tant qu'entraîneur des attaquants. Armé comme jamais, l'OM se rend au Parc des Princes le 18 mai 2016 pour y disputer le match du titre. Sur un coup franc du caïd Benoit Cheyrou, l'Ivoirien s'élève plus haut que Verratti pour inscrire le seul but de la rencontre. Une passation de pouvoir.

Juger le match selon la performance artistique

Pour l'OM, battre le PSG est devenu mission impossible. Alors pour relancer l'intérêt sportif et surtout, conserver les audiences accolées à leur Classico, les têtes pensantes de Canal arrivent à une solution : les 3 points ne seront plus accordés selon le tableau d'affichage, mais en fonction des notes artistiques attribuées par un jury d'experts. Dès le début de la rencontre, les Olympiens s'adaptent au nouveau système. Emmené par un Mathieu Valbuena de gala et auteur d'une quadruple galipette avant la 3e minute, l'OM est déchaîné. Mandanda enchaîne les parades sans ballon, Dédé Gignac entame une danse du ventre sous les yeux médusés de Thiago Silva, tandis que sur le banc, Guillaume Gallienne donne ses directives. Mais le nouveau coach des Ciel et Blanc réalise son coup de maître en faisant entrer Jérémy Morel à la 70e minute. Lancé sur son couloir gauche, le latéral adresse une merveille de centre au 3e poteau pour sceller le spectacle. Aurélie Filippetti est debout, Marion Cotillard en pleurs et l'OM décroche la note record de 9,2. En face, et malgré le high kick magistral de Zlatan sur Lucas Mendes qui lui permet de décrocher le prix spécial du public, le PSG plafonne à 7,1. Une victoire proche du chef-d'œuvre.

En faisant en sorte que l'OM et le PSG jouent le maintien

Nasser a tout tenté. Les maillots à 150 euros, l'augmentation de l'abonnement beIN Sport, rien n'y fait. Il n'a plus de bif. Le Paris Saint-Germain est revendu pour un doublé symbolique à Amara Diané, nouveau président du club. « Amara, ce n'est pas que je ne respecte pas Sochaux, mais franchement, le SMIC, c'est pas pour moi » , prévient Zlatan Ibrahimović, premier marin à quitter le navire. Côté phocéen, la donne n'est pas plus flamboyante. Les errements défensifs ont poussé Mandanda, rapidement suivi par Valbuena et André Ayew, à quitter le club. Transféré à Lille, son club de cœur, Thauvin est également parti. Seul André-Pierre Gignac, l'OM dans la peau, est là. José Anigo comme Laurent Blanc, conservé par Diané, se battent pour le maintien à coups de joueurs que l'on n'a vus que dans Football Manager dans la réserve. Les Phocéens se pointent avec Guy Gnabouyou, fraîchement rapatrié, Alexander Ndoumbou, Leyti N'Diaye et Pape Sow au Parc des Princes pour un « classique » entre le 17e et le 18e. Menés 1 à 0 suite à un but d'Ahmed Yahiaoui, les Parisiens s'enfoncent vers la Ligue 2. Redevenu bouillant, le Parc des Princes réclame le président Diané, qui fait son entrée à vingt minutes de la fin. La suite est bien connue. Un second doublé pour l'éternité. Un match pour la légende. On l'aimerait, ce classique pour le maintien.

En compliquant la tâche du PSG comme à l'entraînement

« Ma no, Mister, lé chassouble, ça né sent pas buon.  » Il n'a pas tort, Thiago Motta. Même dans un club comme le Paris Saint-Germain, la chasuble a cette odeur de faux propre, savant mélange de transpiration, d'humidité et de lessive. Bref, un parfum à ne pas mettre Jean-Baptiste Grenouille dehors. Tant pis pour Thiago Motta, qui jouera ce soir, au Parc des Princes, dans le fameux rôle du joker. Non, pas celui de Batman, quoique l'Italo-Brésilien en ferait plutôt un bon. Juste celui du joueur qui jouera « avec l'équipe qui a la balle » . Ça, ça devrait aider les Phocéens à mieux ressortir le ballon. Beaucoup trop efficaces pour la piètre défense de l'Olympique de Marseille, les attaquants parisiens devront marquer dans un des deux mini-buts placés non loin des deux poteaux de corner. José Anigo titularisera donc Samba et Mandanda, pour garder des cages d'un mètre de large. Du hockey sur glace. À l'aise la balle au pied, les Parisiens n'ont pas le droit de faire plus de deux touches de balles, au grand dam de Jérémy Ménez, bon homme du 94 : « Mais coach Blanc, normalement, les entraîneurs font ça pour éviter que les Portugais gardent trop la balle pendant les séances. » « C'est juste pour nous compliquer la tâche, Jérémy. D'ailleurs, pour que ce soit vraiment plus dur pour nous, tu vas débuter la rencontre » , poursuit Blanc. Dès lors, les Parisiens ne cessent de devoir rendre la balle à leurs adversaires, Ménez, Lavezzi et Lucas faisant systématiquement des touches de balle en trop. Mais la partie se termine sur un 0-0 peu sexy et sur un coup de gueule d'André-Pierre Gignac : « C'est pas juste, aussi, à l'entraînement, on dribble des plots, ou au pire, Rod Fanni. Là, il y avait des vrais défenseurs. »

En faisant les équipes à « chou-fleur »

«  Vas-y, Mathieu. Tu as les plus petits pieds. C'est un avantage. » Capitaine Mandanda vient de céder son brassard. Petit Vélo devient Petit Capo, regarde Thiago Silva droit dans le torse, et se lance : « CHOU ! » « Fleur » , répond le meilleur défenseur du monde, dans un français hésitant. L'épreuve de cour de récréation bat son plein et le Parc des Princes se fait de plus en plus bruyant au fur et à mesure que les pieds des deux joueurs se rapprochent. C'est finalement le crampon du Brésilien qui touche le pied du Marseillais en premier. Après intervention du kiné pour une douleur vive au panard écrasé par TS, Valbuena se relève et tend un maillot de l'OM à Zlatan. « Zlatan content d'être sélectionné premier  » , se contente de dire le Suédois, qui enfile la liquette phocéenne sans rechigner. Thiago Silva prend Verratti, Petit Vélo prend Motta et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des joueurs de l'OM à sélectionner. « Yé préfère joué à six contro onze plouto ché être avec Diawara nella charnière, Mathieu » , balance Silva. Le Brésilien finit par mettre un peu d'eau dans son vin et les deux équipes, très équilibrées, offrent au Parc des Princes un 5-5 comme on n'en avait plus vu depuis OL-OM sur un but égalisateur de Zlatan. « Mathieu, la prochaine fois, on fait le tirage au sort aux Pogs. Yé soui plou fort.  »

Jouer un match légendes

Battu par un vulgaire mioche lors d'un match en ligne sur FIFA, Zlatan prend une décision radicale : il jouera désormais à PES. En parcourant les menus sur sa PS4, le Suédois découvre les équipes légendes : «  Nasser, je veux faire comme sur console. Zlatan veut jouer match avec légendes, comme lui.  » Après consultation de la Ligue, le président du club de la capitale obtient l'accord des instances pour organiser une rencontre PSG Classics – OM Classics. Sans le savoir, il vient de redonner un coup de fouet à ce Classico à la dérive. À la sortie des vestiaires, ce sont donc deux effectifs largement remaniés qui se présentent face au public du Parc. Patrice Loukoum donne le start d'un match fou qui voit Laurent Faurniez découper Carlos Mazir et Eric di Mégo parler au creux de l'oreille de Charles-Édouard Corridor. Sorti sur blessure, Fabrizio Rivelino est remplacé par Chris Woodle qui inscrit le seul but de la rencontre avant la pause d'une frappe limpide au fond des filets de Bernard Lima. Paris s'incline sur son terrain 1-0, tandis que c'est un Zlatan vexé qui prend place au micro d'Olivier Tallaron : « PES stop. Maintenant, Football Manager. »

par Raphael Gaftarnik et Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : -2
Vous êtes gonflant avec le "classique". C'est bien beau de prétendre que le "classico", c'est pas un classico, mais faire 50 articles dessus, ça vous rend pas différent de l'équipe et de canal +.

En attendant, on verra aucun article sur Ajaccio-Lille et rien sur Dortmund hier. Par contre, aller nous saoûler avec un Paris-Marseille dont on connaitrait presque le résultat, Swann sera toujours là pour ça..
Looole! !"Mario jardel entraîneur des attaquants"!!!!!!
Edsonarantesdonascimento Niveau : Loisir
En faisant démarrer le PSG à 9 peut-être et encore...
Mettons Montebourg sur le coup, il saura vendre ce classique comme personne
C'est pas une X Box one qu'il a ,Zlatan ?
On peut aussi rendre ce match intéressant en proposant au "valeureux" Thauvin de se faire transférer à la MT du match pour "quelques Dollars de plus"...
...Je voulais dire de se faire transférer de l'OM au PSG, vous aurez compris...
Message posté par ririrou
Article sympa à lire , référence marrante au foot amateur qui me rappelle ma jeunesse.
Trop des barres le passage sur les portugais qui se font des passes entre eux .
Si seulement ils se contentaient d'échanger la balle, ils se refilent aussi toutes les loges de la région Parisienne .
Le seul Portos pas égoïste il a une épée et un chapeau .


Tu n'as pas tout à fait compris. Il ne s'agit pas de se faire des passes entre eux mais de garder trop longtemps la balle. De jouer perso si tu préfères.
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Votre titre suggère-t-il que ce PSG-OM n'est pas "intéressant" à la base ?

Vous craquez ou quoi ?

Aucun match n'était intéressant à vos yeux alors cette saison ? Et la saison dernière ?
Note : 1
Mea culpa pour l'article sur Lille.
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
arretez de vous en prendre à swann les mecs.
deja que sa meuf a preferé prendre son week end plutôt que de prendre des coups ce soir...
Fierté Marseillaise Niveau : Loisir
"Didier Drogba retourne au bercail pour 65 millions d’euros, tandis que Mario Jardel signe enfin sur la Canebière en tant qu’entraîneur des attaquants."

Ahahah c'est vraiment trop ça!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 12