1. //
  2. // Classique
  3. //
  4. // OM/PSG

PSG : le Doha dans l’œil…

Paris, Marseille, on s’en tape ! C’est au Qatar que ça se passe. C’est de là-bas qu’arrive une pression ravageuse qui plombe plus qu’on ne le pense une équipe du PSG normalement supérieure à l’OM. Scénario catastrophe ce soir au Boulodrome ?

Modififié
0 1
Les All Blacks ont le Haka, Paris a le AK. Pas mal, non, comme entame ? En plus y’a vraiment un point commun entre Nouvelle Calédonie et Nouvelle Zélande. C’est le mot « Nouvelle » . Et géographiquement, ces deux îles sont dans le Pacifique... Voilà pour l’analyse tactique.

Pastore se blesse !
Passons au psychologique. Déjà, Antoine a un peu déconné. Balancer à voix haute « c’est le bon moment pour prendre Marseille » , c’est galvaniser Marseille mieux que les Taxis de la Marne. Deschamps n’a même pas besoin de scotcher l’Equipe sur les murs de la Commanderie, Mandanda et Diawara vont faire le boulot eux-mêmes : « Z’avez vu, les gars ? Kombouaré nous prend pour des gonzesses ! On a des couilles, oui ou merde ? On est Marseillais, oui ou merde ? » Donc un point pour l’OM. Deuxième hiatus avec Antoine : il va faire jouer Pastore et Pastore va se blesser. Sur les nouveaux sites de paris en ligne, on devrait aussi pouvoir miser sur les blessures d’untel ou untel, en plus de savoir qui va marquer, à quelle minute, etc. Donc Pastore va se blesser vu qu’il joue trop ! En plus on soupçonne l’animal de choisir ses matchs. Connaissant l’importance des PSG-OM, il va en faire trop et exploser… Non, sérieux ! Sur le cas Pasteur (ou berger, c’est pareil), y’a responsabilité partagée. Antoine abuse un peu en titularisant quasiment tout le temps l’Argentin et en le laissant trop longtemps sur la pelouse. Les Qataris veulent aussi voir sur le pré un joueur qui a coûté bonbon et qui valorise l’image du club dans le monde entier. A ce propos, pour ce OM-PSG, ça devient même du business très sérieux : la chaîne italienne Sportitalia retransmet la rencontre dans toute la Péninsule. Donc début de reconnaissance internationale d’un match (Marseille-Paris), d’une équipe (PSG) et d’un championnat (la L1, dont les Qataris ont acheté les droits de diffusion à l’étranger). D’où la présence obligée de la star Pastore... qui risque bien de tomber au champ d’honneur. L’horreur ! Du coup, réaction catastrophique en chaîne : Pastore sort, remplacé par Bodmer qui se fritte avec Nenê sur le terrain, Paris perd les pédales et paume le match, Leonardo appelle Beckham en le suppliant de venir tout de suite à Paris tandis que les Qataris faxent de Doha le renvoi d’Antoine !

Paris Damoclès
On exagère… Ceci dit, le PSG actuel, c’est quand même ça : une stratégie d’intérêts qui aujourd’hui interfère avec le sportif. Que Paris soit leader et gagne, Doha s’en tape : AK doit gicler ! C’est acté. Même si Paris finira champion. Avec un coach forcément affaibli, ça donne quelque part un climat d’incertitude, de malaise qui touche forcément l’effectif parisien. Même les joueurs commencent à réaliser qu’ils sont eux aussi en sursis : « Nous, joueurs, on doit se dire que ce qui s’est passé avec l’entraîneur peut se passer aussi avec nous » , analyse très lucidement Mamadou Sakho. Le ver est dans le fruit, la pression n’est pas saine : tel est l’état actuel du PSG. Pas encore la « crise » mais les germes de la crise. Tôt ou tard, ça risque de péter… C’est en partie ce « malaise » qui explique aussi la défaite contre Nancy (0-1), dimanche dernier. Et c’est ce PSG-là qui jouera ce soir au Vélodrome. On suivra donc de près le comportement des joueurs parisiens qui, à la base, sont supérieurs à des Marseillais qui ont poursuivi cette semaine leur série noire avec le pitoyable 0-1 en C1 contre Olympiakos et ensuite l’affaire Gignac. Résultat : un Paris pas vraiment serein contre un OM à la ramasse. Maintenant, tout peut arriver : un grand match intense remporté par l’un ou l’autre ou bien un triste 0-0 haché et insipide…

Sur le terrain, pas grand-chose à dire. Dans le 4-2-3-1 parisien, AK devrait associer Matuidi et Sissoko pour blinder et colmater le fameux « manque de boulot défensif » des quatre as de devant (Gameiro, Nenê, Pastore, Ménez). Sinon, en défense centrale, interrogations sur le partenaire de Sakho : Lugano (qui jouerait gros lui aussi en cas de titularisation), qui risque de souffrir avec les rapides A. Ayew et Rémy ? Bisevac et sa meilleure relance mais en mal de temps de jeu ? Ou bien enfin « Zoom Caméra » et ses prestations plutôt clean et bien complémentaire de Sakho ? Antoine Kombouaré a des problèmes de riches. Les Qataris aussi.



PS : Désolé… On n’utilise pas ici le mot espagnol qui qualifie « classiquement » les fameux matchs entre Real et Barça.



Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Un City, deux visages
0 1