En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // PSG/Bastia

PSG, la CFA sans bluff

Après que Laurent a menacé d'envoyer la CFA disputer la finale de la Coupe de la Ligue face à Bastia, le groupe parisien comporte finalement les absents du Barça et les coiffeurs habituels. Pourtant, le message est passé.

« J'attendais le résultat de ce match pour en parler. J'attendais bien sûr un résultat positif. Mais il n'est pas impossible que samedi, on aligne l'équipe de CFA. On peut songer à ça. J'y songe. » Il est sympa, Lolo. Depuis la qualification du PSG face à Chelsea, il peut même tout se permettre. Se fendre d'un sourire, ne plus justifier ses choix d'équipe et même pousser des coups de gueule. Oui, l'ancien technicien un peu coincé a fait place à un coach sûr de lui et rasséréné par les performances de son PSG. Alors, les coups de pression ne lui font plus peur. Mieux, c'est désormais lui qui les met. Et s'il y a quelques mois, la menace d'envoyer la CFA disputer une rencontre aurait fait hurler les partisans du « tout pour un titre  » , force est de constater que l'annonce de Blanc fait presque l'unanimité. Qui mieux que l'entraîneur de la plus grosse machine de L1, encore engagée en Ligue des champions et dans les deux Coupes, connaît son groupe et l'état physique qu'il faut maintenir pour maximiser ses chances ? Le pire, c'est que Lolo a raison. Car si Paris est un grand club, il doit pouvoir se comporter comme tel.

L'accumulation


Évidemment, Laurent Blanc n'est pas plus bête qu'un autre. Sans aucun doute est-il au fait du règlement de la Coupe de la Ligue qui oblige une équipe à aligner au moins sept joueurs ayant disputé l'une des deux dernières rencontres du PSG. Adressé à la Ligue en raison de son refus de déplacer la finale en vue des difficiles échéances à venir (la lutte pour le titre et le Barça), le taquet n'en demeure pas moins symbolique : si Paris veut être compétitif sur l'ensemble des tableaux, il doit être en forme. Et si blocage des instances il y a, le PSG agit en conséquence, en jugeant de l'adversité pour préserver ses cadors selon les opportunités. Cela se passe-t-il autrement dans les autres grosses écuries ? Le Barça de 2011, le Bayern de 2014 n'ont-ils pas également eu recours à un certain turn-over pour remplir l'armoire à trophées ? Plus provocatrice qu'ancrée dans la réalité du terrain, la tirade de Laurent Blanc, au-delà de la critique qu'elle émet, vient également rappeler que la Coupe de la Ligue - quoique ses organisateurs s'en défendent - reste une compétition mineure pour un club de l'envergure de Paris. Un trophée ne se galvaude pas, mais le PSG pourrait désormais l'emporter avec une équipe de jeunes loups entourés de coiffeurs. Vexant pour Bastia, mais peut-être pas inenvisageable.

L'avenir


Nicolas Douchez, Zoumana Camara, Lucas Digne, Serge Aurier, Marco Verratti, Zlatan Ibrahimović, Ezequiel Lavezzi, Lucas. Voilà la liste des joueurs qui ne devraient pas débuter contre le Barça. Soit autant de cadors ou seconds couteaux qui formeront l'ossature du PSG ce soir. D'ailleurs, dans le groupe convoqué par Laurent Blanc, peu ou prou de traces des fameux boys de la CFA évoqués ces derniers jours. Une reculade de Blanc ? Non, simplement une réalité sportive du fait des suspensions et blessures. Alors, et malgré les rares voix qui se sont élevées sur le thème de « Blanc se foutrait de la gueule du monde s'il faisait ça  » , le PSG affichera une gueule plutôt séduisante sur le papier. Ou tout du moins, une équipe largement compétitive pour glaner un titre que personne ne survend, mais que tout le monde prendra avec plaisir. Mais si Laurent Blanc avait pu jouer avec la CFA, aurait-il sacrifié tout espoir de l'emporter face aux Corses ? En l'état actuel de sa réserve, sans doute. Mais à l'avenir, la question pourrait se reposer, tant le PSG a la volonté de s'engager durablement sur tous les fronts. Pour perdurer, en se basant sur le modèle de tous les cadors européens, il devra aussi s'appuyer sur sa formation. Kipembe, Augustin, Bahebeck portent également une responsabilité importante dans le projet parisien qui ne pourra pas éternellement se reposer sur les millions accouchés par sa présidence. Alors, à l'avenir, Laurent Blanc alignera sans doute sa CFA. Avec l'espoir qu'aucune critique ne pointe, puisque celle-ci sera devenue compétitive.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 10 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86