Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

PSG, l'équipe à abattre ?

Avec un recrutement de 82 millions d'euros, le PSG est devenu, en l'espace de quelques semaines, l'équipe dont tout le monde veut la peau. Ajoutez à cela quelques fulgurances lors des matches de préparation, et voilà comment transformer un outsider en véritable favori. Attention au melon ?

Gameiro. Douchez. Bisevac. Matuidi. Menez. Sirigu. Sissoko. Pastore. Voilà les huit noms qui ont réveillé le mercato français. Huit recrues, dont les six dernières ont été permises par les millions de la famille Al Thani. Le PSG a voulu frapper fort. Et vite. L'arrivée de Leonardo à la tête du club, longtemps retardée et repoussée, a finalement eu un impact incroyable sur la stratégie de l'équipe de la capitale. A peine débarqué, Leo a pris en mains les choses, et a utilisé tout son art pour convaincre ses objectifs personnels d'accepter le pari parisien. Certes, les gros chèques l'ont bien aidé. Mais quoi qu'il en soit, les faits sont là. Le PSG a désormais un effectif de qualité, qui, sur le papier, est armé pour aller chercher le titre. C'est du moins ce que souhaitent les nouveaux dirigeants, qui n'ont visiblement pas l'intention d'attendre cinq ans pour soulever un trophée autre que la Coupe de France. Preuves en sont les énormes investissements réalisés dans le club parisien. Mais attention, avec ces 82 millions sortis en un été (c'est plus que le total des sommes déboursées par les 19 autres clubs de Ligue 1), Paris entre dans une nouvelle cour : celle des clubs qui, du coup, n'ont pas le droit à l'erreur. Quand argent et intransigeance vont de paire.

Le Parc des petits princes

Ce PSG nouveau semble avoir une ligne directrice : "tout pour l'attaque". Avec Nenê, Menez, Pastore et Gameiro, le club parisien dessine un quatuor offensif incroyable, qui pourrait bien faire exploser la plupart des défenses de Ligue 1. Avec Hoarau toujours prêt à venir filer un coup de main (ou plutôt un coup de tête), comme il l'a fait lors des amicaux face à la Roma (3-0, un doublé) et à Boca Juniors (3-0, un but). Après, le problème reste toujours le même : acheter des bons joueurs est une chose, les faire jouer ensemble en est une autre. Surtout qu'un véritable problème d'ego risque de se poser pour faire cohabiter habilement tout ce petit monde.

Trois cadres, Coupet, Giuly et Makélélé, ont quitté le vestiaire parisien. Autant dire, trois joueurs habitués à gérer les caractères des uns et des autres. Une tâche qui reviendra donc à Antoine Kombouaré. Le Kanak va en effet devoir faire ses choix. Parfois, même, à contrecœur. Certains joueurs qui ont porté le PSG à bouts de bras la saison dernière risquent de se retrouver sur la touche. Notamment au milieu de terrain, où le problème semble évident. Matuidi, Bodmer, Sissoko et Chantôme : quatre joueurs pour deux places. Vraisemblablement, ce sont les deux “anciens”, auteurs d'une saison plus que respectable l'an dernier, qui vont être les premiers à faire les frais de ce changement sociétaire. L'Europa League, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue, c'est bien aussi, non ?

Une défense au rabais

Or, si les solutions abondent (trop) en attaque et au milieu, on ne peut pas en dire autant de la défense. L'arrière-garde est, clairement, le point faible de ce PSG 2.0. Cinquième meilleure défense de Ligue 1 l'an dernier, avec 41 buts encaissés (seuls Lille, Marseille, Lyon et Monaco ont fait mieux), Paris n'a ajouté que Milan Bisevac à son secteur défensif. Avec tout le respect pour l'ancien Valenciennois, on est loin d'une arrivée pharaonique. D'autant que le PSG ne semble pas faire d'un autre défenseur sa priorité. Luisao avait été un temps évoqué, mais la piste semble avoir été aujourd'hui abandonnée. Leonardo, au fond de lui, rêve toujours de faire signer un défenseur d'envergure internationale, mais sait qu'il sera difficile de le débusquer avant la fin du mercato.

Alors quoi ? Une défense à quatre, avec Jallet à droite, Sakho-Bisevac au centre et Tiéné à gauche ? Probablement. Armand, Céara et Camara devraient servir de réserve pour les autres compétitions. Maigre, trop maigre, par rapport à ce qui se passe devant. En revanche, les cages ont été blindées. Douchez est arrivé alors que Leproux était encore en poste. Sa blessure arrange finalement Leo, qui a pu, du coup, avoir une bonne excuse pour faire venir son petit protégé, Salvatore Sirigu. Le gardien italien, qui pourrait être l'héritier de Buffon dans les buts de la Squadra, a bien l'intention d'être le numéro 1, et ce dès l'ouverture du championnat face à Lorient. Et quand un Sarde veut quelque chose, il l'a.


Jouer sur tous les tableaux

Avoir un effectif aussi compétitif ouvre évidemment de nouvelles perspectives. Qualifié pour les barrages de l'Europa League, Paris va vouloir aller le plus loin possible dans la compétition. Déjà, l'an dernier, sans Pastore, Menez et autres Matuidi, le PSG était parvenu jusqu'aux huitièmes de finale. Et si Jean-Eudes Maurice avait tiré au lieu de glisser, dans les arrêts de jeu du match retour face à Benfica, qui sait jusqu'où l'équipe francilienne aurait pu aller. Surtout que Leonardo est bien conscient d'une chose : si Braga a pu arriver jusqu'en finale, pourquoi pas Paris ? Même si, bien entendu, l'objectif principal restera le championnat de France. Une compétition par rapport à laquelle le PSG n'a plus le droit de se cacher. « Non, on ne joue pas le titre » est une phrase qui, visiblement, ne circulera plus aux alentours du Camp des Loges. Oui, le PSG va jouer le titre. Oui, le PSG s'est donné les moyens de rêver. Oui, le PSG a la dalle depuis son dernier titre de champion, en 1994. Mais surtout, le PSG va devoir garder les pieds sur terre, car une équipe ne se construit pas en deux semaines. D'autant que le Parc n'est jamais à l'abri d'un but tout dégueu d'Ecuele Manga.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34