1. //
  2. //
  3. // Nancy/PSG

PSG, l'axe hâtif

Contre Nancy, le Paris Saint-Germain de Carlo Ancelotti devrait expérimenter une nouvelle charnière centrale. C'est la dixième depuis le début de la saison. Une preuve de plus que l'Italien n'a pas encore trouvé la bonne formule en dépit d'un effectif pléthorique sur ce poste

Modififié
0 7
Sakho-Bisevac, puis Sakho-Camara, avant d'enchaîner avec Lugano-Camara, Lugano-Sakho, Lugano-Bisevac, Bisevac-Camara, Armand-Sakho, Alex-Sakho, pour finir avec Alex-Lugano. En dix mois, Antoine Kombouaré, puis Carlo Ancelotti ont tout essayé en matière de charnière centrale. A neuf journées de la fin du championnat, la paire idéale n'existe pas. Aucun duo n'offre une assurance tous risques. C'est embêtant. Il se murmure même que l'Italien pourrait miser sur une charnière Alex-Bisevac à Marcel-Picot. Une association qui enverrait Mamadou Sakho, capitaine et enfant du club, directement sur le banc. Un signe fort mais presque logique.

Alors que le numéro 3 francilien avait bouclé l'exercice précédent en boulet de canon, il est en souffrance depuis. En étant tatillon, on pourrait même dater ce trou d'air. C'était en juin 2011. Avec les Bleus. Titulaire en Biélorussie, le titi parisien se rate complètement. Moralement, Sakho prend une baffe dans la gueule. Depuis, il oscille entre le très moyen (comme contre Bordeaux, par exemple) et le passable. Sans parler de sa blessure qui l'a éloigné du pré pendant deux mois durant l'été indien. Sortir Sakho du XI, c'est envoyé un message fort. Mais logique.

De son côté, Alex commence à prendre ses marques. Certes, le tank est lent comme un Modem 56k, mais il sait gérer la pression et ne s'en sort pas trop mal pour l'instant. A ses côtés, Ancelotti miserait donc sur Milan Bisevac. L'ancien protégé de Kombouaré revient de loin. Souvent blessé, le Serbe n'a jamais pu enchaîner les matches. Même quand Ancelotti décide d'en faire son arrière droit, l'ancien Lensois se blesse rapidement. Depuis, Christophe Jallet est revenu en forme et le train est passé. Bisevac-Alex, ça tient la route. Ce n'est pas très sexy, mais bon. De toute façon, il n'y a aucune logique avec les défenseurs centraux au PSG. Et c'est bien ça le problème.

Armand et Camara, les cocus

Contre Caen et Bordeaux, la paire Alex-Sakho a perdu pas mal de crédit. Alors qu'Ancelotti éructait sur sa doublette, celle-ci n'a jamais cessé de (mal) jouer le hors-jeu. A d'Ornano, les appels dans le dos de la défense parisienne ont fait mouche à chaque fois. Au Parc, face à Bordeaux, un très mauvais alignement de l'axe central permet à Maurice-Belay de partir seul au but sur l'ouverture du score. Ça, Ancelotti n'en veut plus. Une autre chose dont il ne veut plus, ce sont les anciens. Zoumana Camara, pourtant le meilleur défenseur parisien depuis le début de saison, et Sylvain Armand, passent leur temps en costard. Quelque part dans la corbeille du Parc des Princes. A sourire et siroter des cocas pendant que l'escouade parisienne batifole sur la pelouse.

Une tranche de vie que l'ancien Nantais a du mal à supporter. Mi-mars, il s'était confié dans L'Equipe sur son faible temps de jeu: "En quatorze saisons de professionnalisme, j’avais toujours joué régulièrement. Ce n’est plus le cas. Je ne dirais pas que c’est un choc, mais ça n’a pas été facile à accepter au départ. Le club a aujourd’hui de gros moyens, il recrute de grands joueurs, dont certains sont plus expérimentés que moi, et la concurrence est devenue beaucoup plus forte. Quand on joue beaucoup moins, on a moins le rythme et moins confiance en soi. Mais je ne fais pas la gueule. Je me suis fait une raison. D'autant que je ne l’ai pas vu venir. J’aurais pu le pressentir il y a deux ans parce que j’avais été moins performant pendant la saison 2009-2010. Mais, après la saison dernière, où je m’étais éclaté dans l’axe avec Mamadou Sakho, je pensais repartir avec le même statut".

Le problème est là. La performance sportive n'est pas réellement prise en compte dans les choix parisiens depuis le mois de juillet. Sinon, Armand et Camara seraient sûrement alignés en défense centrale. Et ensemble. D'ailleurs, on ne parlerait même plus de Diego Lugano, véritable mystère ambulant. L'Uruguayen reste une énigme. Son jeu est d'une pauvreté technique affligeante. Par contre, il aime le combat et les maillots adverses. Ça, des opportunités de se monter, il en a eu le Sud-Américain, lui. Franchement, on est en plein brouillard sur cette charnière. Un duo qui doit être l'une des pierres angulaires du PSG. Au final, sur un poste où six mecs se bataillent pour deux postes, Carlo Ancelotti se retrouve obligé de faire des choix par défaut. C'est dire si le chantier est considérable...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

N'importe quoi de bout en bout...

C'est pas enchainant les punchlines sur des noms, sans prendre en compte la dimension tactique une seule seconde qu'on peut espérer écrire un article qui informe sur quoi que ce soit.

Et puis bon, analyser le secteur défensif, celui où le travail collectif est le plus prépondérant en se contentant de passer en revue des individualités, à mon avis, c'est pas la meilleure aprroche.

Surtout quand d'un point de vue factuel,c'est aussi approximatif...

Le problème de la défense, c'est en partie la complémentarité de la paire dans l'axe. Sakho, Lugano et Alex ont tous les 3 des profils relativement similaires: 3 brutasses qui aiment les duels, pour faire simple.

En mettre deux côte-à-côte, c'est prendre le risque de galérer sur les ballons dans le dos de la défense et sur les contres. Théoriquement, par contre, ça assure d'être maitre des airs et d'être plus tranquille sur coups de pied arrêtés.

Or, c'est pas du tout le cas, et c'est l'un des grands paradoxes de cette défense du psg et ça met en cause le travail défensif du reste de l'équipe. Parce que outre les coups de pieds arrêtés, les centres sont l'autre grosse source de buts encaissés (Montpellier, Lyon, Caen). Ce sujet est complètement absent de l'article

Au cas par cas, dire que le train est passé pour Bisevac en arrière droit alors qu'il était encore titulaire contre Caen, c'est aller un peu vite en besogne à mon avis.

Dire de Lugano qu'il a eu toutes les chances de se montrer alors qu'il est le défenseur parisien qui a le moins joué depuis le début de la saison (hors maxwell et alex qui sont deja à 7 matches en 3 mois contre 10 a lugano depuis le début de la saison), c'est n'importe quoi.

On peut pas informer les gens en récitant des stéréotypes.
manouille Niveau : DHR
Je te trouve un peu dur avec Lugano dans les dernières lignes. La dernière fois qu'il a été aligné, aux cotés d'Alex, il a (enfin) fait un bon match. Certes il était catastrophique au début de saison mais cela n'était pas son vrai niveau. On a pardonné 6 mauvais mois à Sakho, on peut faire de meme pour le capitaine de l'Uruguay non ?

Quant à Camara, c'est vrai qu'il a été bluffant en début de saison mais pour moi ca restera toujours un défenseur moyen. Rappelez vous les saisons galères et toutes les bourdes qu'il faisait, les passes à l'adversaire et tout le tralala.
je le trouve pas si mauvais que ca lugano. et puis il a une âme de leader que n'ont pas alex ni sakho
Paris est magic92 Niveau : DHR
Moi ce qui ma choqué c'est entendre euh... le chef de plateau du CFC dire à l'antenne que lugano étais devenue un "tocard" u_U
Bon ben Camara et Armand titulaire ce soir ...
Mario De Napoli Niveau : District
Merci Swaggie pour ton commentaire que j'ai trouvé plus intéressant que l'article initial. Cela dit, SoFoot pourriez-vous vous mettre d'accord sur l'appréciation des performances individuelles ? En effet, après PSG Bordeaux vous aviez noté Sakho d'un 6, ce que j'avais trouvé inapproprié. Et, ici, vous écrivez le contraire pour ce match là précis ...
J'aime beaucoup Lugano. J'ai toujours aimé ce joueur. Il use les attaquants. Ils gagnent pas un duel. Il est pas bon techniquement, il est pas rapide (les autres centraux de Paris non plus...), mais je pense que sans tout ce qu'il a mis à Gomis pendant le match au Parc (en octobre), je pense qu'il plante un doublé. Là, d'accord, il avait eu les occasions, mais à ces moments-là c'était pas à Lugano de le prendre. Et, comme je l'ai dit, vu comment il a dû lutter avec Lugano, il n'avait plus aucune lucidité, une fois arrivé devant le but.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Metz sauve sa tête
0 7