En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nancy/PSG

PSG, l'axe hâtif

Contre Nancy, le Paris Saint-Germain de Carlo Ancelotti devrait expérimenter une nouvelle charnière centrale. C'est la dixième depuis le début de la saison. Une preuve de plus que l'Italien n'a pas encore trouvé la bonne formule en dépit d'un effectif pléthorique sur ce poste

Modififié
Sakho-Bisevac, puis Sakho-Camara, avant d'enchaîner avec Lugano-Camara, Lugano-Sakho, Lugano-Bisevac, Bisevac-Camara, Armand-Sakho, Alex-Sakho, pour finir avec Alex-Lugano. En dix mois, Antoine Kombouaré, puis Carlo Ancelotti ont tout essayé en matière de charnière centrale. A neuf journées de la fin du championnat, la paire idéale n'existe pas. Aucun duo n'offre une assurance tous risques. C'est embêtant. Il se murmure même que l'Italien pourrait miser sur une charnière Alex-Bisevac à Marcel-Picot. Une association qui enverrait Mamadou Sakho, capitaine et enfant du club, directement sur le banc. Un signe fort mais presque logique.

Alors que le numéro 3 francilien avait bouclé l'exercice précédent en boulet de canon, il est en souffrance depuis. En étant tatillon, on pourrait même dater ce trou d'air. C'était en juin 2011. Avec les Bleus. Titulaire en Biélorussie, le titi parisien se rate complètement. Moralement, Sakho prend une baffe dans la gueule. Depuis, il oscille entre le très moyen (comme contre Bordeaux, par exemple) et le passable. Sans parler de sa blessure qui l'a éloigné du pré pendant deux mois durant l'été indien. Sortir Sakho du XI, c'est envoyé un message fort. Mais logique.

De son côté, Alex commence à prendre ses marques. Certes, le tank est lent comme un Modem 56k, mais il sait gérer la pression et ne s'en sort pas trop mal pour l'instant. A ses côtés, Ancelotti miserait donc sur Milan Bisevac. L'ancien protégé de Kombouaré revient de loin. Souvent blessé, le Serbe n'a jamais pu enchaîner les matches. Même quand Ancelotti décide d'en faire son arrière droit, l'ancien Lensois se blesse rapidement. Depuis, Christophe Jallet est revenu en forme et le train est passé. Bisevac-Alex, ça tient la route. Ce n'est pas très sexy, mais bon. De toute façon, il n'y a aucune logique avec les défenseurs centraux au PSG. Et c'est bien ça le problème.

Armand et Camara, les cocus

Contre Caen et Bordeaux, la paire Alex-Sakho a perdu pas mal de crédit. Alors qu'Ancelotti éructait sur sa doublette, celle-ci n'a jamais cessé de (mal) jouer le hors-jeu. A d'Ornano, les appels dans le dos de la défense parisienne ont fait mouche à chaque fois. Au Parc, face à Bordeaux, un très mauvais alignement de l'axe central permet à Maurice-Belay de partir seul au but sur l'ouverture du score. Ça, Ancelotti n'en veut plus. Une autre chose dont il ne veut plus, ce sont les anciens. Zoumana Camara, pourtant le meilleur défenseur parisien depuis le début de saison, et Sylvain Armand, passent leur temps en costard. Quelque part dans la corbeille du Parc des Princes. A sourire et siroter des cocas pendant que l'escouade parisienne batifole sur la pelouse.


Une tranche de vie que l'ancien Nantais a du mal à supporter. Mi-mars, il s'était confié dans L'Equipe sur son faible temps de jeu: "En quatorze saisons de professionnalisme, j’avais toujours joué régulièrement. Ce n’est plus le cas. Je ne dirais pas que c’est un choc, mais ça n’a pas été facile à accepter au départ. Le club a aujourd’hui de gros moyens, il recrute de grands joueurs, dont certains sont plus expérimentés que moi, et la concurrence est devenue beaucoup plus forte. Quand on joue beaucoup moins, on a moins le rythme et moins confiance en soi. Mais je ne fais pas la gueule. Je me suis fait une raison. D'autant que je ne l’ai pas vu venir. J’aurais pu le pressentir il y a deux ans parce que j’avais été moins performant pendant la saison 2009-2010. Mais, après la saison dernière, où je m’étais éclaté dans l’axe avec Mamadou Sakho, je pensais repartir avec le même statut".

Le problème est là. La performance sportive n'est pas réellement prise en compte dans les choix parisiens depuis le mois de juillet. Sinon, Armand et Camara seraient sûrement alignés en défense centrale. Et ensemble. D'ailleurs, on ne parlerait même plus de Diego Lugano, véritable mystère ambulant. L'Uruguayen reste une énigme. Son jeu est d'une pauvreté technique affligeante. Par contre, il aime le combat et les maillots adverses. Ça, des opportunités de se monter, il en a eu le Sud-Américain, lui. Franchement, on est en plein brouillard sur cette charnière. Un duo qui doit être l'une des pierres angulaires du PSG. Au final, sur un poste où six mecs se bataillent pour deux postes, Carlo Ancelotti se retrouve obligé de faire des choix par défaut. C'est dire si le chantier est considérable...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Metz sauve sa tête