1. //
  2. // Interview William Prunier (2/2)

Prunier : « Ferguson était le Guy Roux écossais »

Après une première partie consacrée à ses années françaises, seconde partie de l'entretien avec William Prunier, entre Manchester United, les rues de Naples, Batistuta et sa reconversion d'entraîneur qu'il exerce aujourd'hui sur le banc de la réserve de Montpellier.

Modififié

Comment tu te retrouves à Manchester United ?
J’étais à cette époque aux Girondins de Bordeaux. C’était ma deuxième année là-bas et, au bout de cinq mois, j’ai eu un souci avec une personne dans le club. Je n’ai pas accepté la sanction que j’ai reçue et j’ai décidé de résilier mon contrat. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé sans rien. Mon agent a alors commencé à me parler d’un intérêt du Celta Vigo. C’était un challenge qui m’intéressait. Bam, deux jours après, il me rappelle et me dit : « On va attendre un peu pour le Celta. Manchester United cherche un défenseur. » Ils voulaient me voir à l’essai pendant dix jours. Voilà comment je me suis retrouvé là-bas et, derrière, j’ai signé un contrat de deux mois avec un protocole d’accord où je devais signer ensuite trois ans. J’ai fait mes matchs et il y a eu un problème de pognon.

Tu pensais te retrouver un jour dans un tel club à l’entraînement ?
« Se retrouver à Manchester United... Même Éric Cantona, avec qui j’étais à Auxerre, ne savait pas que j’allais signer. »
Honnêtement, non. Je pensais que j’étais fait pour le football anglais, où j’avais vraiment envie d’aller jouer un jour dans ma vie, et il y a eu cette opportunité qui m’a permis d’y toucher. Mais se retrouver à Manchester United... Même Éric Cantona, avec qui j’étais à Auxerre, ne savait pas que j’allais signer.

Quand il te voit au Cliff, il te dit quoi ?
Il était aussi surpris que moi, mais il était content en même temps. C’est le moment où il revenait de suspension. Finalement, j’ai fait un match avec la réserve, deux en Premier League, plusieurs entraînements, c’était une expérience extraordinaire. C’est dommage que tout ça ait capoté sur une connerie.

Qu’est-ce qui t’a marqué principalement avec Sir Alex Ferguson ?
J’ai eu l’impression de retrouver le même personnage que j’avais connu pendant onze ans. C’était le Guy Roux écossais. Le même, exactement le même, travailleur, rigoureux, avec de la discipline, un mec qui ne pensait qu’au football et qui protégeait toujours ses joueurs. C’était assez fou.

Il voulait te garder ?
Il voulait attendre un petit peu... Mais s’il m’avait fait jouer un match avec les pros, c’est qu’il me faisait confiance.

C’est ce qu’il a souvent expliqué sur ton cas. Tu avais joué contre QPR (victoire 2-1) à domicile pendant les fêtes et il t’aligne ensuite à Tottenham (défaite 4-1) pour voir comment tu réagis à l’extérieur.
Oui, et sur ce match, il modifie toute la défense par rapport au match contre QPR. Il m’avait mis avec les frères Neville dans l’axe. Bon, c’était le football anglais, mais on n’avait pas eu la réussite. C’est comme ça.

Ça t’a fait chier de partir ?
J’ai toujours eu ce petit truc sur le cœur qui m’a gêné, oui. Derrière, j’aurais pu signer à Southampton, mais ça ne s’est pas fait et je me suis retrouvé au Danemark, à Copenhague.
« J’étais le premier joueur français à venir jouer au Danemark. En quelques mois, je suis devenu une idole. »
C’est un pays où le football anglais est très regardé. Mon agent avait alors reçu un coup de fil du président du FC Copenhague pour que je vienne tout de suite. Je n’ai pas hésité, j’ai filé. On parle d’un club qui joue la Ligue des champions, qui joue l’Europe tous les ans, avec un public de malades. À chaque match à domicile, c’était 40 000 personnes. J’étais le premier joueur français à venir jouer au Danemark. En quelques mois, je suis devenu une idole. J’ai fait pas mal de trucs avec la presse là-bas. Les premières photos, on m’avait mis un béret sur la tête et une baguette sous le bras. J’avais fait la une du journal comme ça. Ça m’a fait plaisir d’être reconnu. Malheureusement, ce n'était pas dans mon pays.

Surtout que tu sortais d’une expérience où l’argent avait pris le dessus sur le sportif. C’est un truc qui te dérangeait déjà à ton époque ?
Je n’ai pas joué au football que pour le pognon. Sincèrement, quand je suis parti à Copenhague, j’ai gagné de l’argent, mais ça n’avait rien à voir avec le reste. En fin de saison, ils m’avaient même proposé trois ans de contrat et j’ai refusé. Ma famille m’avait suivi là-bas. Mon objectif était de rentrer en France. J’avais soufflé quelque temps et j’avais le sentiment que je devais revenir. Pour montrer que je n’étais pas fini, surtout que j’étais encore jeune. J’arrive à Montpellier, mais résultat, un an après, je repars (rires).

À Naples.
Un jour, des gens de Naples sont à Montpellier pour superviser Ibrahima Bakayoko. Et ils tombent sur moi parce qu’ils cherchaient aussi un défenseur. De là, ils ont contacté mon agent et je suis parti là-bas. Le président Nicollin m’avait demandé ce que je voulais faire, mais, pour moi, c’était clair. C’était une belle opportunité à saisir, financièrement pour Montpellier aussi même si j’étais bien au club. J’étais, en plus, dans une situation personnelle spéciale vu que ma femme était enceinte.


Tu avais retrouvé à Montpellier un esprit à la Auxerre ?
Exactement. C’est pour ça que j’étais venu et pour une personne comme Nicollin. Quand tu as connu dans le football français Guy Roux, Tapie, après, il te reste qui ?

Nicollin ?
Voilà. J’avais besoin de ça moi. Pour être encore au top, j’avais besoin d’une certaine pression, d’être entouré par certaines personnalités. En tant qu’entraîneur, c’est pareil, je marche à la pression.

C’est ce que tu trouves à Naples ?
Là, c’est particulier.
« J'arrive à Naples. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. Ça m’a fait mal. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. »
J’arrive, on part en stage deux jours après et je me retrouve avec quarante-deux mecs pendant un mois. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. Je venais d’arriver, mais ne pas me laisser rentrer, ça m’a fait mal. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. Pire, l’entraîneur qui m’avait fait venir se fait virer deux mois après. Et après, ça devient l’enfer. Je me retrouve sur le banc, je ne joue plus à l’exception d’un match de coupe. Parfois, je me retrouvais même en tribune. Bon, en revanche, la ville était magnifique, mais c’était chaud en même temps. C’est pour ça que je voulais y aller.

C’est pour ça que tu voulais aussi aller à Courtrai ?
J’étais à la recherche d’un club, j’avais quelques équipes françaises, mais on ne s’est pas entendus. Résultat, après le mercato, je me retrouve sans rien. Michel De Wolf, l’entraîneur de Courtrai, qui était passé par l’OM, me contacte parce qu’il cherche un défenseur. Banco, je pars en Belgique.

Au bout de cette route, en 2004, tu es l’un des premiers à partir finir ta carrière au Qatar. Pourquoi ?
J'avais besoin de me ressourcer. Après la Belgique, je suis parti à Toulouse qui venait d'être relégué en deuxième division. Je vais te le dire honnêtement, j'étais payé au match. Le directeur sportif était Didier Couécou. C'était le deal de départ. Je lui ai dit : « Ok, je vais te montrer que j'ai des couilles. » C'est parti comme ça. Et sur ma première saison, je crois que c'est l'année où je fais le plus de matchs. Puis, il y a eu la montée, la rétrogradation, le dépôt de bilan, je suis resté avec Sadran en National... On est remontés, on est champions, on est de retour en Ligue 1, mais j'ai besoin de souffler. J'avais trente-six ans. Et on m'a demandé de venir au Qatar. Je suis resté six mois. Pourquoi pas ?

C'est quoi ton rôle là-bas ?
Surtout apporter mon expérience. C'est ce que l'entraîneur, Pierre Lechantre, m'avait demandé. J'étais à Al-Sailiya. Je voulais aussi voir comment ça se passait là-bas. Le football était en train de se développer au Qatar et j'ai passé de très bons moments même si le niveau n'était pas très élevé. Il y avait cinq étrangers par club. J'avais rencontré Batistuta, Guardiola...


Du coup, tu t'es retrouvé au marquage de Batistuta ?
Exactement. Je ne sais plus trop comment ça s'était passé, mais c'était sympa. J'ai servi à mon échelle à développer le football au Qatar. Après, je suis rentré en France et je me suis posé la question suivante : qu'est-ce que je vais devenir ? J'ai été sollicité par des clubs de Ligue 2 et de National, mais j'étais cuit. J'étais fatigué de tout ça.

Parce que le foot avait changé aussi ?
Possible... En vingt ans, j'avais connu plusieurs générations. Bien sûr que ça avait changé, ça s'était amélioré dans plein de domaines, il faut s'adapter, mais bon... C'est compliqué. J'étais aussi fatigué parce que j'avais bourlingué. Je suis parti de chez moi, j'avais quatorze ans et je termine à trente-six. J'avais envie de me stabiliser. Ce dont je suis fier, c'est d'avoir pu prendre la décision de m'arrêter, personne ne l'a fait à ma place.

Tu as eu peur de prendre cette décision ?
C'est dur. Tu en profites pendant quelques mois et après, c'est le vide total. On se dit merde, on fait quoi maintenant ? C'est le moment où je me suis rapproché de l'UNFP, où j'ai eu des entretiens et où on m'a conseillé de devenir entraîneur. Pour moi, c'était impossible. On m'a forcé la main et j'ai essayé. C'est parti de là. C'est vrai que j'avais pas mal observé mes entraîneurs – de très bons d'ailleurs –, mais je ne m'étais jamais imaginé dans cette position.

Qu'est-ce qui te plaît dans ce métier ?
Quand j'ai commencé à passer mes diplômes à Clairefontaine et que j'ai rejoint Stéphane Paille en tant qu'adjoint à Cannes en 2007, je me suis rendu compte que c'était un truc de fou. Je retrouvais les mêmes sensations que quand j'étais joueur : la même excitation, la même envie, la même odeur.

Tu es devenu ensuite numéro un, mais surtout dans des clubs de quartier, à la Jeunesse Sportive Cugnalaise, à Marseille Consolat... Qu'est-ce qui fait la différence dans des clubs comme ça ?
On met les mains dans le cambouis putain !
« J'aurais pu, après mes diplômes, filer dans un club professionnel tranquille, prendre une réserve pro comme je le fais aujourd'hui à Montpellier... mais j'avais envie d'en chier avant. »
C'est ça que j'aime bien. C'est pour ça que j'ai fait tout ça, j'aime la difficulté. Tu me parles de Cugnaux, c'est moi qui éteignais les projecteurs à 22h le soir. J'en suis fier. Je fermais les vestiaires, je fermais le stade. Dis-moi quel entraîneur de haut niveau a fait ça ? Aucun. Et moi, j'ai envie de réussir ça : je n'ai que 49 ans, mais j'ai envie d'avoir mis les mains dans le cambouis avant d'atteindre le haut niveau. Pour moi, tout ça, c'était une obligation. J'aurais pu, après mes diplômes, filer dans un club professionnel tranquille, prendre une réserve pro comme je le fais aujourd'hui à Montpellier... mais j'avais envie d'en chier avant.

Qu'est-ce qu'on apprend de plus dans cette période de galère ?
J'ai appris énormément. Tu tombes sur des joueurs qui ne sont pas hyper doués. Tu en as des doués, mais tu en as aussi des pas doués et tu as envie de les faire progresser, de leur apprendre des choses. J'ai encore régulièrement au téléphone des mecs que j'entraînais à Cugnaux. Ils sont fiers d'avoir pu jouer un jour en DH ! Certains ne pensaient jamais y arriver un jour. Après, il y a eu Colomiers pendant trois ans, c'était un niveau supérieur, la CFA. Mon objectif, chaque année, était de se maintenir. La première année, on termine quatrièmes. La seconde, champions. On va en National, on se maintient et je vais à Consolat. C'est un moment où tout le monde m'a dit que j'étais fou. Ce qui m'intéressait, c'était de débarquer dans un club qu'il fallait structurer, où il y avait pas mal de travail à faire, où il faut du temps, mais plus le niveau monte, plus les gens sont pressés. J'aime bosser dans la difficulté, mais il faut du temps pour ça.

Ce que te donne la réserve d'un club professionnel comme Montpellier, non ?
Oui, mais il faut aller vite quand même... Il faut former les jeunes rapidement. C'est aussi comme ça que tu apprends. Le boulot est différent : tu es là pour former, pas pour avoir des résultats. Tu dois former des hommes. En deux ans, j'ai pas mal appris en transformant des gamins en hommes.

Tu leur rentres dans la gueule pour ça ?
Beaucoup de gens disent que je suis un coach assez dur. Je ne le cache pas, mais mes joueurs m'aiment je pense. Je suis dur parce que je suis là pour les faire réussir et progresser. Je sais qu'avec les nouvelles générations, c'est plus difficile, il faut être plus positif avec eux, mais bon, j'essaye surtout d'être juste. Ma force, je pense, c'est que je ne mentirai jamais à mes joueurs. Si un joueur n'est pas bon, je lui dis et je ne vais pas lui faire croire qu'il ira un jour en Ligue 1. C'est des choses qu'on ne dit pas aux joueurs.

Les nouvelles générations travaillent vraiment moins ?
On travaille différemment aujourd'hui. Je pense que dans un club comme Montpellier, où il y a moins de moyens pour récupérer les meilleurs joueurs à cause du marché et où on récupère souvent les deuxièmes choix, on doit plus travailler, c'est normal. Ici, il n'y a que ça qui va payer. Moi, je suis passé en bossant devant de meilleurs joueurs que moi, donc c'est ce que je dis à mes joueurs aussi. Ce n'est pas l'armée non plus hein, mais faut se faire violence. La réussite n'est qu'à ce prix.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Annabella Niveau : DHR
Pas certain que Ferguson ait entendu parler de Guy Roux...
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
 //  14:18  //  Tifoso della AS Rome
Note : 6
Je suis convaincu du contraire.
De même, Guy Roux a quand même réussi à une époque pas si lointaine à placer sa ville sur une carte de l'Europe ! Et Ferguson avait de sacrés connaissances sur les clubs européens.
Si, si ! Guy Roux a même offert du Chablis à Sir Alex, grand amateur de vins français... (Eric Cantona ayant peut-être joué le rôle d'entremetteur d'ailleurs).
Si les palmarès des deux sont incomparables, il ne faut pas pousser... Ferguson a forcément entendu parler de Guy Roux : ne serait-ce que par le biais de comparaisons sur la longévité de l'un et l'autre à la tête de leur équipe respective.
Si si Sir Alex Ferguson connaît plutôt bien Guy Roux, et l'estime, j'ai souvenir d'une interview où il est dithyrambique vis-à-vis de Guy Roux, d'autant que leurs clubs se sont rencontrés une paire de fois...
Je confirme aussi qu'Alex Ferguson connaissait Guy Roux.

Y a une anecdote concernant Cantona (et pas que pour le Chablis). Quand Man Utd le recrute à Leeds, Ferguson est venu voir Guy Roux à Auxerre pour lui demander le "mode d'emploi" pour driver le futur King.

Et puis, ils ont forcément du se croiser lors des tirages au sort des coupes d'europe, l'AJA ayant fait plus de 100 matchs européens et même champion en 96.
Ce commentaire a été modifié.
oue on parle juste de Guy Roux quoi...

Un coach qui a reussi a mettre une petite ville de 40000 habitants sur la carte de l'europe. Qui prend un club en regional et qui va te chercher un doublé coupe-Championnat.

Un coach qui ne connait pas Guy Roux n'a rien a faire dans le foot.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Non mais franchement... Absolument tous les coachs européens connaissent Guy Roux, où alors comme dit plus haut il faut arrêter le foot. Quand il est venu avec le real, Mourinho avait dit connaitre très bien Auxerre et surtout "Monsieur Guy Roux".

D'ailleurs sur Ferguson, quand Roux a battu le record de Firoud de matchs entrainés, Ferguson a été interviewé en direct sur téléfoot pour exprimer tout le bien qu'il pensait de Guy Roux et toute l'estime qu'il avait pour lui, en plus de le remercier pour le bon chablis qu'il lui avait offert.

Et au delà de ça, ils ont eu l'occasion de se connaitre et Ferguson a pu remercier Guytou lors de l'affaire Cantona, qui a pu rejouer en partie grace à son intervention auprès de Mitterrand en personne.
Alex Kid : Effectivement, d'ailleurs apparemment Ferguson avait même voulu visiter la chambre que Cantona occupait au centre pendant sa formation pour mieux le cerner.

Par contre, contrairement à ce qui a été dit il ne me semble pas qu'Auxerre et United se soient déjà affronté en coupe d'europe.
Ce commentaire a été modifié.
Et je rajoute juste qu'on trouve pléthore d'articles anglais traitant de Guy Roux. Si il y a un pays étranger où il est davantage connu qu'ailleurs je pense que c'est en Angleterre.

https://www.theguardian.com/football/20 … t.comment1
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:07  //  Amoureux du Curaçao
Note : 1
Alex Kidd, quelle pure saga ! Mon préféré reste Alex Kidd in Shinobi World sur Master System.
bandinidakar Niveau : CFA2
Shinobi tout court aussi, une tuerie avec les bonus où tu devais balancer des shuriken sur des ninjas... trop de souvenirs ce jeu...et les sons...
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Hahaha, complètement d'accord, c'est le seul de la série que j'ai fini :)
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Shadow Dancer !!!! Qu'est ce que j'ai pu end épenser des tunes pour ce jeu.
Ce commentaire a été modifié.
Note : 2
Quand Canto a fait son mawashigiri, il etait question de prison outre manche et fergie via guy roux avait sollicité un geste de diplomatie du gouverment francais.

Pour les 40 ans de canto, canal avait fait une emission speciale avec sa femme rashida. Fergie et roux etaient la aussi.

Les 2 coach se respectent beaucoup. L'AJA n'a pas la dimension de United mais ce que ces 2 entraineurs ont achevé dans leur club respectif est proportionnellement de la meme envergure selon moi
15 réponses à ce commentaire.
The Buccaneer Niveau : CFA2
Autant la première interview montrait le visage d'un guerrier, autant sur celle-ci on voit un mec qui n'a pas su gérer sa carrière. Quand il est bien il se casse, quand ca se passe mal il se casse. Bref, un mec sympa mais qui a eu la carrière qu'il méritait, sans plus.
Ce commentaire a été modifié.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  14:48  //  Amoureux du Curaçao
Note : 6
The Duke,

il y a un quand même un passage crucial dans cet entretien :

« J’arrive à Naples, on part en stage deux jours après et je me retrouve avec quarante-deux mecs pendant un mois. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. Pire, l’entraîneur qui m’avait fait venir se fait virer deux mois après."

Ça en dit long sur les problèmes de gestion humaine, même - surtout - au plus haut-niveau. Tu ne peux pas traiter un homme comme un marchandise, en faisant l'économie de ses sentiments, et ensuite exiger de lui qu'il se sacrifie pour ta pomme. C'est impensable.

Certes, on me rétorquera qu'il est copieusement payé pour ça, mais on sait tous que le bien-être, les conditions de l'excellence, ne s'achètent pas.
valeureux liégeois 74 Niveau : Ligue 1
C'est clair qu'il n'a pas toujours fait les bons choix, mais le mec facture qd mm pas loin de 600 matches chez les pros. Beaucoup aimeraient en dire autant.
La hyène Niveau : DHR
Je te rejoins. Le mec évoque toujours l'envie de souffler, mais en même temps il fait souvent le choix de partir quand il semble bien.

J'ai bien aimé ses dernières saisons à Toulouse. Le mec a tout connu et c'était un des cadres de l'équipe, du National à la Ligue 1. Il a peut-être pas fait la carrière qu'il aurait pu faire, mais en tout cas sur la fin, il a quand même prouvé que c'était un bon joueur. Avec son parcours, on aurait pu imaginer une fin à la Ibou Ba ou à la Peydros, mais le mec a quand même prouvé qu'il était pas guez'

Ce dont je me souviens, c'est surtout qu'il a semblé payé sa réputation de défenseur dur sur l'homme limite violent, et c'est ce qu'il semble l'avoir grillé.
3 réponses à ce commentaire.
J'aime bien la fin quand il dit que les jeunes qu'il a à Montpellier sont des seconds choix, ça doit les mettre en confiance
Ronnie Gerrard Niveau : District
Superbe interview d'un joueur emblématique de la grande équipe de l'AJA.
Ce commentaire a été modifié.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Titre dyslexique, il fallait lire :
" Guy Roux était le Ferguson français"
"J'ai servi à mon échelle à développer le football au Qatar." Je t'aime bien mais tu ne peux pas dire ça William! C'était pour la tune basta; y'a pas de honte à avoir.
J'ai pas compris ce que stephane vient faire dans cette histoire, en plus Fergie est blond il me semble !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:09  //  Amoureux du Curaçao
Fergie est rouge du maillot jusqu'au bout du nez.
1 réponse à ce commentaire.
"ça t'as fait chier de partir ????"


Le XXI siècle sera littéraire...
Ou ne sera pas.
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 17:12 Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 Hier à 12:55 La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) Hier à 12:04 Une remontée historique des Seattle Sounders 19
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4
mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41
À lire ensuite
Jallet, l'indispensable