1. //
  2. // Interview William Prunier (2/2)

Prunier : « Ferguson était le Guy Roux écossais »

Après une première partie consacrée à ses années françaises, seconde partie de l'entretien avec William Prunier, entre Manchester United, les rues de Naples, Batistuta et sa reconversion d'entraîneur qu'il exerce aujourd'hui sur le banc de la réserve de Montpellier.

Modififié

Comment tu te retrouves à Manchester United ?
J’étais à cette époque aux Girondins de Bordeaux. C’était ma deuxième année là-bas et, au bout de cinq mois, j’ai eu un souci avec une personne dans le club. Je n’ai pas accepté la sanction que j’ai reçue et j’ai décidé de résilier mon contrat. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé sans rien. Mon agent a alors commencé à me parler d’un intérêt du Celta Vigo. C’était un challenge qui m’intéressait. Bam, deux jours après, il me rappelle et me dit : « On va attendre un peu pour le Celta. Manchester United cherche un défenseur. » Ils voulaient me voir à l’essai pendant dix jours. Voilà comment je me suis retrouvé là-bas et, derrière, j’ai signé un contrat de deux mois avec un protocole d’accord où je devais signer ensuite trois ans. J’ai fait mes matchs et il y a eu un problème de pognon.

Tu pensais te retrouver un jour dans un tel club à l’entraînement ?
« Se retrouver à Manchester United... Même Éric Cantona, avec qui j’étais à Auxerre, ne savait pas que j’allais signer. »
Honnêtement, non. Je pensais que j’étais fait pour le football anglais, où j’avais vraiment envie d’aller jouer un jour dans ma vie, et il y a eu cette opportunité qui m’a permis d’y toucher. Mais se retrouver à Manchester United... Même Éric Cantona, avec qui j’étais à Auxerre, ne savait pas que j’allais signer.

Quand il te voit au Cliff, il te dit quoi ?
Il était aussi surpris que moi, mais il était content en même temps. C’est le moment où il revenait de suspension. Finalement, j’ai fait un match avec la réserve, deux en Premier League, plusieurs entraînements, c’était une expérience extraordinaire. C’est dommage que tout ça ait capoté sur une connerie.

Qu’est-ce qui t’a marqué principalement avec Sir Alex Ferguson ?
J’ai eu l’impression de retrouver le même personnage que j’avais connu pendant onze ans. C’était le Guy Roux écossais. Le même, exactement le même, travailleur, rigoureux, avec de la discipline, un mec qui ne pensait qu’au football et qui protégeait toujours ses joueurs. C’était assez fou.

Il voulait te garder ?
Il voulait attendre un petit peu... Mais s’il m’avait fait jouer un match avec les pros, c’est qu’il me faisait confiance.

C’est ce qu’il a souvent expliqué sur ton cas. Tu avais joué contre QPR (victoire 2-1) à domicile pendant les fêtes et il t’aligne ensuite à Tottenham (défaite 4-1) pour voir comment tu réagis à l’extérieur.
Oui, et sur ce match, il modifie toute la défense par rapport au match contre QPR. Il m’avait mis avec les frères Neville dans l’axe. Bon, c’était le football anglais, mais on n’avait pas eu la réussite. C’est comme ça.

Ça t’a fait chier de partir ?
J’ai toujours eu ce petit truc sur le cœur qui m’a gêné, oui. Derrière, j’aurais pu signer à Southampton, mais ça ne s’est pas fait et je me suis retrouvé au Danemark, à Copenhague.
« J’étais le premier joueur français à venir jouer au Danemark. En quelques mois, je suis devenu une idole. »
C’est un pays où le football anglais est très regardé. Mon agent avait alors reçu un coup de fil du président du FC Copenhague pour que je vienne tout de suite. Je n’ai pas hésité, j’ai filé. On parle d’un club qui joue la Ligue des champions, qui joue l’Europe tous les ans, avec un public de malades. À chaque match à domicile, c’était 40 000 personnes. J’étais le premier joueur français à venir jouer au Danemark. En quelques mois, je suis devenu une idole. J’ai fait pas mal de trucs avec la presse là-bas. Les premières photos, on m’avait mis un béret sur la tête et une baguette sous le bras. J’avais fait la une du journal comme ça. Ça m’a fait plaisir d’être reconnu. Malheureusement, ce n'était pas dans mon pays.

Surtout que tu sortais d’une expérience où l’argent avait pris le dessus sur le sportif. C’est un truc qui te dérangeait déjà à ton époque ?
Je n’ai pas joué au football que pour le pognon. Sincèrement, quand je suis parti à Copenhague, j’ai gagné de l’argent, mais ça n’avait rien à voir avec le reste. En fin de saison, ils m’avaient même proposé trois ans de contrat et j’ai refusé. Ma famille m’avait suivi là-bas. Mon objectif était de rentrer en France. J’avais soufflé quelque temps et j’avais le sentiment que je devais revenir. Pour montrer que je n’étais pas fini, surtout que j’étais encore jeune. J’arrive à Montpellier, mais résultat, un an après, je repars (rires).

À Naples.
Un jour, des gens de Naples sont à Montpellier pour superviser Ibrahima Bakayoko. Et ils tombent sur moi parce qu’ils cherchaient aussi un défenseur. De là, ils ont contacté mon agent et je suis parti là-bas. Le président Nicollin m’avait demandé ce que je voulais faire, mais, pour moi, c’était clair. C’était une belle opportunité à saisir, financièrement pour Montpellier aussi même si j’étais bien au club. J’étais, en plus, dans une situation personnelle spéciale vu que ma femme était enceinte.


Tu avais retrouvé à Montpellier un esprit à la Auxerre ?
Exactement. C’est pour ça que j’étais venu et pour une personne comme Nicollin. Quand tu as connu dans le football français Guy Roux, Tapie, après, il te reste qui ?

Nicollin ?
Voilà. J’avais besoin de ça moi. Pour être encore au top, j’avais besoin d’une certaine pression, d’être entouré par certaines personnalités. En tant qu’entraîneur, c’est pareil, je marche à la pression.

C’est ce que tu trouves à Naples ?
Là, c’est particulier.
« J'arrive à Naples. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. Ça m’a fait mal. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. »
J’arrive, on part en stage deux jours après et je me retrouve avec quarante-deux mecs pendant un mois. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. Je venais d’arriver, mais ne pas me laisser rentrer, ça m’a fait mal. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. Pire, l’entraîneur qui m’avait fait venir se fait virer deux mois après. Et après, ça devient l’enfer. Je me retrouve sur le banc, je ne joue plus à l’exception d’un match de coupe. Parfois, je me retrouvais même en tribune. Bon, en revanche, la ville était magnifique, mais c’était chaud en même temps. C’est pour ça que je voulais y aller.

C’est pour ça que tu voulais aussi aller à Courtrai ?
J’étais à la recherche d’un club, j’avais quelques équipes françaises, mais on ne s’est pas entendus. Résultat, après le mercato, je me retrouve sans rien. Michel De Wolf, l’entraîneur de Courtrai, qui était passé par l’OM, me contacte parce qu’il cherche un défenseur. Banco, je pars en Belgique.

Au bout de cette route, en 2004, tu es l’un des premiers à partir finir ta carrière au Qatar. Pourquoi ?
J'avais besoin de me ressourcer. Après la Belgique, je suis parti à Toulouse qui venait d'être relégué en deuxième division. Je vais te le dire honnêtement, j'étais payé au match. Le directeur sportif était Didier Couécou. C'était le deal de départ. Je lui ai dit : « Ok, je vais te montrer que j'ai des couilles. » C'est parti comme ça. Et sur ma première saison, je crois que c'est l'année où je fais le plus de matchs. Puis, il y a eu la montée, la rétrogradation, le dépôt de bilan, je suis resté avec Sadran en National... On est remontés, on est champions, on est de retour en Ligue 1, mais j'ai besoin de souffler. J'avais trente-six ans. Et on m'a demandé de venir au Qatar. Je suis resté six mois. Pourquoi pas ?

C'est quoi ton rôle là-bas ?
Surtout apporter mon expérience. C'est ce que l'entraîneur, Pierre Lechantre, m'avait demandé. J'étais à Al-Sailiya. Je voulais aussi voir comment ça se passait là-bas. Le football était en train de se développer au Qatar et j'ai passé de très bons moments même si le niveau n'était pas très élevé. Il y avait cinq étrangers par club. J'avais rencontré Batistuta, Guardiola...


Du coup, tu t'es retrouvé au marquage de Batistuta ?
Exactement. Je ne sais plus trop comment ça s'était passé, mais c'était sympa. J'ai servi à mon échelle à développer le football au Qatar. Après, je suis rentré en France et je me suis posé la question suivante : qu'est-ce que je vais devenir ? J'ai été sollicité par des clubs de Ligue 2 et de National, mais j'étais cuit. J'étais fatigué de tout ça.

Parce que le foot avait changé aussi ?
Possible... En vingt ans, j'avais connu plusieurs générations. Bien sûr que ça avait changé, ça s'était amélioré dans plein de domaines, il faut s'adapter, mais bon... C'est compliqué. J'étais aussi fatigué parce que j'avais bourlingué. Je suis parti de chez moi, j'avais quatorze ans et je termine à trente-six. J'avais envie de me stabiliser. Ce dont je suis fier, c'est d'avoir pu prendre la décision de m'arrêter, personne ne l'a fait à ma place.

Tu as eu peur de prendre cette décision ?
C'est dur. Tu en profites pendant quelques mois et après, c'est le vide total. On se dit merde, on fait quoi maintenant ? C'est le moment où je me suis rapproché de l'UNFP, où j'ai eu des entretiens et où on m'a conseillé de devenir entraîneur. Pour moi, c'était impossible. On m'a forcé la main et j'ai essayé. C'est parti de là. C'est vrai que j'avais pas mal observé mes entraîneurs – de très bons d'ailleurs –, mais je ne m'étais jamais imaginé dans cette position.

Qu'est-ce qui te plaît dans ce métier ?
Quand j'ai commencé à passer mes diplômes à Clairefontaine et que j'ai rejoint Stéphane Paille en tant qu'adjoint à Cannes en 2007, je me suis rendu compte que c'était un truc de fou. Je retrouvais les mêmes sensations que quand j'étais joueur : la même excitation, la même envie, la même odeur.

Tu es devenu ensuite numéro un, mais surtout dans des clubs de quartier, à la Jeunesse Sportive Cugnalaise, à Marseille Consolat... Qu'est-ce qui fait la différence dans des clubs comme ça ?
On met les mains dans le cambouis putain !
« J'aurais pu, après mes diplômes, filer dans un club professionnel tranquille, prendre une réserve pro comme je le fais aujourd'hui à Montpellier... mais j'avais envie d'en chier avant. »
C'est ça que j'aime bien. C'est pour ça que j'ai fait tout ça, j'aime la difficulté. Tu me parles de Cugnaux, c'est moi qui éteignais les projecteurs à 22h le soir. J'en suis fier. Je fermais les vestiaires, je fermais le stade. Dis-moi quel entraîneur de haut niveau a fait ça ? Aucun. Et moi, j'ai envie de réussir ça : je n'ai que 49 ans, mais j'ai envie d'avoir mis les mains dans le cambouis avant d'atteindre le haut niveau. Pour moi, tout ça, c'était une obligation. J'aurais pu, après mes diplômes, filer dans un club professionnel tranquille, prendre une réserve pro comme je le fais aujourd'hui à Montpellier... mais j'avais envie d'en chier avant.

Qu'est-ce qu'on apprend de plus dans cette période de galère ?
J'ai appris énormément. Tu tombes sur des joueurs qui ne sont pas hyper doués. Tu en as des doués, mais tu en as aussi des pas doués et tu as envie de les faire progresser, de leur apprendre des choses. J'ai encore régulièrement au téléphone des mecs que j'entraînais à Cugnaux. Ils sont fiers d'avoir pu jouer un jour en DH ! Certains ne pensaient jamais y arriver un jour. Après, il y a eu Colomiers pendant trois ans, c'était un niveau supérieur, la CFA. Mon objectif, chaque année, était de se maintenir. La première année, on termine quatrièmes. La seconde, champions. On va en National, on se maintient et je vais à Consolat. C'est un moment où tout le monde m'a dit que j'étais fou. Ce qui m'intéressait, c'était de débarquer dans un club qu'il fallait structurer, où il y avait pas mal de travail à faire, où il faut du temps, mais plus le niveau monte, plus les gens sont pressés. J'aime bosser dans la difficulté, mais il faut du temps pour ça.

Ce que te donne la réserve d'un club professionnel comme Montpellier, non ?
Oui, mais il faut aller vite quand même... Il faut former les jeunes rapidement. C'est aussi comme ça que tu apprends. Le boulot est différent : tu es là pour former, pas pour avoir des résultats. Tu dois former des hommes. En deux ans, j'ai pas mal appris en transformant des gamins en hommes.

Tu leur rentres dans la gueule pour ça ?
Beaucoup de gens disent que je suis un coach assez dur. Je ne le cache pas, mais mes joueurs m'aiment je pense. Je suis dur parce que je suis là pour les faire réussir et progresser. Je sais qu'avec les nouvelles générations, c'est plus difficile, il faut être plus positif avec eux, mais bon, j'essaye surtout d'être juste. Ma force, je pense, c'est que je ne mentirai jamais à mes joueurs. Si un joueur n'est pas bon, je lui dis et je ne vais pas lui faire croire qu'il ira un jour en Ligue 1. C'est des choses qu'on ne dit pas aux joueurs.

Les nouvelles générations travaillent vraiment moins ?
On travaille différemment aujourd'hui. Je pense que dans un club comme Montpellier, où il y a moins de moyens pour récupérer les meilleurs joueurs à cause du marché et où on récupère souvent les deuxièmes choix, on doit plus travailler, c'est normal. Ici, il n'y a que ça qui va payer. Moi, je suis passé en bossant devant de meilleurs joueurs que moi, donc c'est ce que je dis à mes joueurs aussi. Ce n'est pas l'armée non plus hein, mais faut se faire violence. La réussite n'est qu'à ce prix.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Annabella Niveau : DHR
Pas certain que Ferguson ait entendu parler de Guy Roux...
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
 //  14:18  //  Tifoso della AS Rome
Note : 6
Je suis convaincu du contraire.
De même, Guy Roux a quand même réussi à une époque pas si lointaine à placer sa ville sur une carte de l'Europe ! Et Ferguson avait de sacrés connaissances sur les clubs européens.
Si, si ! Guy Roux a même offert du Chablis à Sir Alex, grand amateur de vins français... (Eric Cantona ayant peut-être joué le rôle d'entremetteur d'ailleurs).
Si les palmarès des deux sont incomparables, il ne faut pas pousser... Ferguson a forcément entendu parler de Guy Roux : ne serait-ce que par le biais de comparaisons sur la longévité de l'un et l'autre à la tête de leur équipe respective.
Si si Sir Alex Ferguson connaît plutôt bien Guy Roux, et l'estime, j'ai souvenir d'une interview où il est dithyrambique vis-à-vis de Guy Roux, d'autant que leurs clubs se sont rencontrés une paire de fois...
Je confirme aussi qu'Alex Ferguson connaissait Guy Roux.

Y a une anecdote concernant Cantona (et pas que pour le Chablis). Quand Man Utd le recrute à Leeds, Ferguson est venu voir Guy Roux à Auxerre pour lui demander le "mode d'emploi" pour driver le futur King.

Et puis, ils ont forcément du se croiser lors des tirages au sort des coupes d'europe, l'AJA ayant fait plus de 100 matchs européens et même champion en 96.
Ce commentaire a été modifié.
oue on parle juste de Guy Roux quoi...

Un coach qui a reussi a mettre une petite ville de 40000 habitants sur la carte de l'europe. Qui prend un club en regional et qui va te chercher un doublé coupe-Championnat.

Un coach qui ne connait pas Guy Roux n'a rien a faire dans le foot.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Non mais franchement... Absolument tous les coachs européens connaissent Guy Roux, où alors comme dit plus haut il faut arrêter le foot. Quand il est venu avec le real, Mourinho avait dit connaitre très bien Auxerre et surtout "Monsieur Guy Roux".

D'ailleurs sur Ferguson, quand Roux a battu le record de Firoud de matchs entrainés, Ferguson a été interviewé en direct sur téléfoot pour exprimer tout le bien qu'il pensait de Guy Roux et toute l'estime qu'il avait pour lui, en plus de le remercier pour le bon chablis qu'il lui avait offert.

Et au delà de ça, ils ont eu l'occasion de se connaitre et Ferguson a pu remercier Guytou lors de l'affaire Cantona, qui a pu rejouer en partie grace à son intervention auprès de Mitterrand en personne.
Alex Kid : Effectivement, d'ailleurs apparemment Ferguson avait même voulu visiter la chambre que Cantona occupait au centre pendant sa formation pour mieux le cerner.

Par contre, contrairement à ce qui a été dit il ne me semble pas qu'Auxerre et United se soient déjà affronté en coupe d'europe.
Ce commentaire a été modifié.
Et je rajoute juste qu'on trouve pléthore d'articles anglais traitant de Guy Roux. Si il y a un pays étranger où il est davantage connu qu'ailleurs je pense que c'est en Angleterre.

https://www.theguardian.com/football/20 … t.comment1
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:07  //  Amoureux du Curaçao
Note : 1
Alex Kidd, quelle pure saga ! Mon préféré reste Alex Kidd in Shinobi World sur Master System.
bandinidakar Niveau : CFA2
Shinobi tout court aussi, une tuerie avec les bonus où tu devais balancer des shuriken sur des ninjas... trop de souvenirs ce jeu...et les sons...
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Hahaha, complètement d'accord, c'est le seul de la série que j'ai fini :)
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Shadow Dancer !!!! Qu'est ce que j'ai pu end épenser des tunes pour ce jeu.
Ce commentaire a été modifié.
Note : 2
Quand Canto a fait son mawashigiri, il etait question de prison outre manche et fergie via guy roux avait sollicité un geste de diplomatie du gouverment francais.

Pour les 40 ans de canto, canal avait fait une emission speciale avec sa femme rashida. Fergie et roux etaient la aussi.

Les 2 coach se respectent beaucoup. L'AJA n'a pas la dimension de United mais ce que ces 2 entraineurs ont achevé dans leur club respectif est proportionnellement de la meme envergure selon moi
15 réponses à ce commentaire.
The Buccaneer Niveau : CFA2
Autant la première interview montrait le visage d'un guerrier, autant sur celle-ci on voit un mec qui n'a pas su gérer sa carrière. Quand il est bien il se casse, quand ca se passe mal il se casse. Bref, un mec sympa mais qui a eu la carrière qu'il méritait, sans plus.
Ce commentaire a été modifié.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  14:48  //  Amoureux du Curaçao
Note : 6
The Duke,

il y a un quand même un passage crucial dans cet entretien :

« J’arrive à Naples, on part en stage deux jours après et je me retrouve avec quarante-deux mecs pendant un mois. Ma femme était enceinte, elle accouche, je demande l’autorisation de quitter le stage et on ne me laisse pas partir. J’ai connu mon fils, il avait déjà une semaine. Je peux te dire que ça, ça m’a chauffé. Pire, l’entraîneur qui m’avait fait venir se fait virer deux mois après."

Ça en dit long sur les problèmes de gestion humaine, même - surtout - au plus haut-niveau. Tu ne peux pas traiter un homme comme un marchandise, en faisant l'économie de ses sentiments, et ensuite exiger de lui qu'il se sacrifie pour ta pomme. C'est impensable.

Certes, on me rétorquera qu'il est copieusement payé pour ça, mais on sait tous que le bien-être, les conditions de l'excellence, ne s'achètent pas.
valeureux liégeois 74 Niveau : Ligue 1
C'est clair qu'il n'a pas toujours fait les bons choix, mais le mec facture qd mm pas loin de 600 matches chez les pros. Beaucoup aimeraient en dire autant.
La hyène Niveau : CFA2
Je te rejoins. Le mec évoque toujours l'envie de souffler, mais en même temps il fait souvent le choix de partir quand il semble bien.

J'ai bien aimé ses dernières saisons à Toulouse. Le mec a tout connu et c'était un des cadres de l'équipe, du National à la Ligue 1. Il a peut-être pas fait la carrière qu'il aurait pu faire, mais en tout cas sur la fin, il a quand même prouvé que c'était un bon joueur. Avec son parcours, on aurait pu imaginer une fin à la Ibou Ba ou à la Peydros, mais le mec a quand même prouvé qu'il était pas guez'

Ce dont je me souviens, c'est surtout qu'il a semblé payé sa réputation de défenseur dur sur l'homme limite violent, et c'est ce qu'il semble l'avoir grillé.
3 réponses à ce commentaire.
J'aime bien la fin quand il dit que les jeunes qu'il a à Montpellier sont des seconds choix, ça doit les mettre en confiance
Ronnie Gerrard Niveau : District
Superbe interview d'un joueur emblématique de la grande équipe de l'AJA.
Ce commentaire a été modifié.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Titre dyslexique, il fallait lire :
" Guy Roux était le Ferguson français"
"J'ai servi à mon échelle à développer le football au Qatar." Je t'aime bien mais tu ne peux pas dire ça William! C'était pour la tune basta; y'a pas de honte à avoir.
J'ai pas compris ce que stephane vient faire dans cette histoire, en plus Fergie est blond il me semble !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:09  //  Amoureux du Curaçao
Fergie est rouge du maillot jusqu'au bout du nez.
1 réponse à ce commentaire.
"ça t'as fait chier de partir ????"


Le XXI siècle sera littéraire...
Ou ne sera pas.
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 2 heures Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 5
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11 Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30
mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4