Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Real Madrid (1-2)

Projet X

L'échec face au Real Madrid est aussi indiscutable que la nécessité de questionner la manière dont Paris veut construire son futur. Le PSG doit-il rajouter une couche de vernis sur cette table qu'il façonne depuis sept saisons, ou doit-il carrément la renverser ?

Modififié
Qu’il est dur de voir une bête agoniser. Comme il fut dur de regarder le Paris Saint-Germain, aussi hagard et sonné qu’il l’était après le but de Casemiro, attendre un coup de sifflet pour abréger ses souffrances. Mais dès les secondes suivantes, et une fois passé le deuil d’un parcours anoblissant en Ligue des champions, doit se poser la question de la crédibilité du projet parisien et de la légitimité des dirigeants qatariens.


Les déceptions sportives doivent amener une vraie réflexion sur la viabilité des caps tels qu’ils sont fixés aujourd’hui. Car Paris ne pourra récolter une nouvelle fois de cette saison que les lauriers nationaux, au risque de se faire rembarrer d’un gotha européen qu’il ne regarde que de loin. La prestation du Real Madrid, et sa (ses ?) classe(s) d’écart avec le club français, ne peuvent qu’en attester.

Redescendre sur terre...


La défaite ce mardi soir face aux Madrilènes n’est peut-être pas aussi traumatisante que celle concédée face aux Barcelonais l’an dernier au même stade de la compétition. Le 6-1 venu de nulle part au Camp Nou hantera les esprits des supporters parisiens pendant plusieurs décennies encore. Mais ce match au Parc, ce mardi, risque de peser encore plus lourd à long terme. Face au Barça, les Parisiens avaient au moins montré leur force à l’aller, capables d’écraser un cador continental (4-0). La claque au retour, qui n'a existé qu'à la faveur d'un écroulement dans les ultimes minutes, fut aussi violente et cruelle que porteuses d’un vrai message pour le futur : Paris devra s’armer pour grandir.


En 2018, Paris est reparti frustré de Madrid, puni par le réalisme maximal des coéquipiers de Cristiano Ronaldo. Pire, il n’a même pas pu lutter chez lui face à une équipe remaniée d’un Real dans une mauvaise année. Même pas la possibilité de croire rien qu'un instant à l'exploit. La leçon n'a clairement pas été retenue et rien ne peut empêcher la remise en cause du niveau et des promesses de l'élève parigot. Ou quand les cauchemars succèdent au « Dream Bigger » .

... Pour ne pas creuser


Et au-delà du constat qui peut être fait à l’échelle d’un match, c’est clairement une stratégie sportive et managériale que Paris doit aujourd’hui complètement retravailler. Les masques mis sur les visages des hommes recrutés lors des derniers mercatos sont tombés ce soir. Unai Emery, investi parce qu’il avait déjà remporté trois coupes européennes, semble très loin du compte et n'a plus aucune ressource sous la main. Dani Alves était également censé apporter son expérience lors des soirées de gala, mais au poids des ans s’est ajoutée une suffisance qui paraît irrémédiable quant à son avenir dans ce projet. Mbappé n’a pas encore les épaules assez larges pour justifier à lui seul le coût de son transfert et doit encore mûrir avant d’être considéré comme un joueur majeur de sa formation. Lassana Diarra ? Il a débarqué cet hiver pour combler un besoin dans l’entrejeu parisien, sans qu’on fasse véritablement appel à lui lors de cette double confrontation. Tous ne sont pas forcément grillés par cet échec. Mais il faudra dès demain cravacher pour s’en relever, et les discours protecteurs ou évasifs de Nasser Al-Khelaïfi ne suffiront plus pour protéger ses ouailles.


Un seul échappera directement aux critiques cette semaine : Neymar Junior. Le Brésilien n’a certes pas répondu à toutes les attentes au Bernabéu. Mais il fera son retour une fois la tempête retombée, le championnat et une coupe en poche, et une Coupe du monde dans le viseur. Mais quand s'esquissera la saison suivante, lui aura-t-on donné suffisamment de garanties pour que Paris puisse devenir celui qu’il était censé être ce printemps ? Au moment d’aller signer un gros chèque pour recruter le prochain joueur censé faire entrer le PSG dans une nouvelle dimension, les dirigeants ne seront-ils pas à court d’arguments ? Tant d’interrogations qui flottent cette nuit au-dessus de la capitale et qui devront être rapidement clarifiées, avant que le convoité dernier carré ne soit qu’un trou creusé dans le sol.

Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10