1. //
  2. // Éliminatoires Euro 2016
  3. // Angleterre/Estonie
  4. // Portrait

Prince Alli, oui c'est bien lui

Inconnu il y a trois mois, le jeune milieu de terrain de Tottenham Dele Alli profite de son début de saison en boulet de canon pour s'inviter en équipe d'Angleterre pour les deux derniers matchs de qualification en vue de l'Euro 2016. À 19 ans, le longiligne box-to-box n'a pas froid aux yeux.

Modififié
187 9
« Mais c'est qui, ça, Dele Alli ? » Lorsque les compositions du match de Ligue Europa entre Monaco et Tottenham tombent au Louis-II la semaine dernière, certains joueurs de la Principauté s'étonnent de voir le CV du milieu de terrain de 19 ans au milieu de Lloris, Kane, Lamela ou Eriksen. 90 minutes plus tard, la chanson est tout autre. « Il a enfoncé nos lignes plusieurs fois, balle au pied, le danger était permanent dès qu'il avait la balle » , se souvient un joueur de l'ASM. Même si le résultat nul est logique (1-1), la France découvre Dele Alli, milieu de terrain des Spurs. Un type qui enfonce des lignes avec la même aisance que deux parents amoureux. Quelques heures avant la rencontre, Roy Hodgson avait fait appel au natif de Milton Keynes pour affronter l'Estonie et la Lituanie avec l'équipe d'Angleterre. Le hasard ? Sûrement pas. En trois mois, l'ancien milieu de Milton Keynes Dons a retourné le Royaume-Uni.

16 buts, un transfert et une mise en garde


Tout commence durant la tournée estivale des Spurs. Opposé au Real Madrid dans l'enceinte de l'Allianz Arena de Munich, Alli n'est pas là pour enjamber les flaques d'eau. Il humilie Luka Modrić en seulement 24 minutes de jeu. Un petit pont et une accélération plus tard, le Croate retrouve le jeune Anglais dans le couloir du stade bavarois. Les 70 000 spectateurs ont vu le milieu madrilène, ancien de la maison Spurs, se faire secouer sur le pré par un inconnu d'un mètre quatre-vingt-huit. Modrić s'avance vers Alli et le traite de « petit con » . Dans le sens positif du terme. « On en a ensuite rigolé tous les deux » , se souvient Alli dans les colonnes du Guardian. Depuis, les tournées amicales ont laissé place à la Premier League, et Alli s'est incrusté dans le onze de départ de Pochettino. Ce n'était pas gagné au départ avec les concurrences de Bentaleb, Mason et Dier. Mais voilà, pour l'ancien de MK Dons, tout va très vite. Il y a un an, il régalait à domicile avec son équipe de troisième division lors d'un premier tour de Carling Cup contre Manchester United. Victoire 4-0 contre Van Gaal et les siens. Tottenham sent le coup et se rapproche du joueur. L'affaire se conclut en février dernier à hauteur de 5 millions de livres. À ce moment, personne ne se doute que le garçon qui voue un culte de la personnalité à Steven Gerrard sera en équipe d'Angleterre six mois plus tard.

À Milton Keynes, Alli enquille une saison de bonhomme ponctuée par 16 buts et une promotion. Tottenham a flairé le bon coup. Reste à encaisser le combat physique de la Premier League. Et là, son jeu direct, son endurance et son énorme confiance en lui font des différences énormes semaine après semaine. Profitant des blessures de Bentaleb et Mason, Alli se retrouve aligné avec Dier au cœur du jeu. Pochettino confie les clés de son équipe à deux gamins. Deux phénomènes. Réputé pour lancer énormément de jeunes joueurs (jurisprudence Harry Kane), le coach argentin n'est pas déçu d'avoir fait confiance à celui dont le livret de famille décrit en réalité un garçon s'appelant Bamidele Jermaine Alli. Mais qui aurait pu croire que l'équipe d'Angleterre arriverait si vite ? Pour ça, il faut se pencher vers l'adjoint de Roy Hodgson, Ray Lewington. Le fils de Ray, Dean, est capitaine du… MK Dons. Il est même le joueur le plus capé de son histoire. Forcément, le fiston a vu Alli débarquer en équipe première et éclore sous ses yeux. « Mon adjoint m'avait parlé de ce jeune milieu, se souvient le sélectionneur anglais dans les colonnes du Guardian. Pas forcément comme d'un potentiel futur sélectionnable, car il était encore très jeune et évoluait en troisième division, mais comme d'un bon espoir. Mais quand il a signé à Tottenham, j'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le suivre de plus près s'il reproduisait les mêmes prestations qu'avec MK Dons. » Ce fut le cas.

Jurisprudence Harry Kane ?


Du côté des Spurs, la joie de voir le petit prodige en sélection est restée mesurée. À la fois heureux et fier, Pochettino n'a pas caché une certaine appréhension. Il se souvient que l'an dernier, Harry Kane avait eu du mal à enchaîner, une fois devenu international anglais. En avril dernier, l'ancien défenseur du PSG avait d'ailleurs confié à l'Observer sa crainte concernant les jeunes internationaux et le difficile retour sur terre. « En 1999, j'ai été moi aussi appelé en équipe d'Argentine. J'étais jeune. Quand je suis revenu à l'Espanyol Barcelone, je venais de jouer avec Redondo et Batistuta. Je me sentais comme une superstar et c'est un danger. Mes jeunes joueurs anglais ont l'air mature et humble, mais la réalité est parfois difficile. » Juste avant le départ de Delle pour le rassemblement anglais, Pochettino en a remis une couche en conférence de presse. « Il faut faire attention avec les jeunes joueurs qui arrivent en Premier League. C'est n'est pas facile. Vous pouvez voir que Delle est très mature et qu'il a énormément de qualités sur le terrain. Il a une grande personnalité et du caractère. Mais c'est une énorme étape de devenir international anglais. En football, vous devez toujours franchir les étapes une par une. Match après match. » Autant dire que le coach ne veut pas s'emballer. Reste à savoir si Alli sera plutôt un joueur à la Steven Gerrard – son idole – ou un Luke Chadwick.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Plaisir de voir un article sur cette (je l'espère) future pépite anglaise. Je pense qu'il a bien fait de choisir Tottenham, ou Pochetino laisse place aux jeunes et de plus en plus de garçons du centre ont leur place, que ce soit en championnat ou dans les coupes. Mason (méconnu mais de loin mon préféré), Kane, Bentaleb, Carroll, Pritchard, Townsend (en deçà de ce qu'il avait montré) pour les formés. Davies, Alli, Dier, Trippier pour les non formés mais made in UK. Ca me fait penser au grand manchester qui s'appuyait sur une base de joueurs UK an y ajoutant quelques super joueurs venu d'ailleurs : pour tottenham, je pense a Son et Eriksen pour dynamiter cette équipe. Vivement une saison régulière, ça pourrait être beau!
Pas encore lu l'article mais j'ai vu Alli jouer. C'est clair qu'il a un gros potentiel et qu'il peut devenir un tout grand joueur. Mais je crois que les anglais se montrent impatients, souvent. Le gars découvre la PL depuis le début de saison, il montre un gros talent et hop en équipe nationale. La grosse pression d'entrée. Pour un Rooney, combien de Townsend? Je crois pas que ça serve de lancer directement un petit jeune dans le bain, dès qu'il montre un gros potentiel. Si le but est de lancer un message au jeune et l'encourager, un coup de fil suffit. Lui dire qu'il est remarqué, qu'il est dans le radar et qu'il faut qu'il continue parce qu'on peut compter sur lui sur le long terme. Le convoquer maintenant, c'est lui mettre la pression, lui demander d'assumer tout de suite au plus haut niveau son bon début de saison. Et c'est surtout un message pour les medias "regardez, je suis un manager qui fait confiance à la jeune génération". Bref, j'espère qu'il va continuer à grandir, parce que c'est vraiment un beau joueur à voir jouer, hier élégant. Et c'est un supporter d'Arsenal qui le dit!
Tout à fait d'accord avec le 2e pavé encyclopédique dixit Badaboum.
Ber Arfa aurait été séléctionné dés sa première prestation bluffante contre Caen si il avait été Anglais.
C'est peut être une des raisons des failles de cette nation, penser que qu'on peut être séléctionner en se mettant en avant 1 ou 2 matchs. Tout monte à la tête trop vite et une fois appelé en équipe nationale, ça stagne voire regresse (Townsend, Walker, Kane, Wilshere ...)
Arnaud Le Lan Niveau : District
Message posté par rikii
Tout à fait d'accord avec le 2e pavé encyclopédique dixit Badaboum.
Ber Arfa aurait été séléctionné dés sa première prestation bluffante contre Caen si il avait été Anglais.
C'est peut être une des raisons des failles de cette nation, penser que qu'on peut être séléctionner en se mettant en avant 1 ou 2 matchs. Tout monte à la tête trop vite et une fois appelé en équipe nationale, ça stagne voire regresse (Townsend, Walker, Kane, Wilshere ...)


Wilshere nommé 7 fois MOTM sur les 7 derniers match de l'angleterre qu'il a joué
J'ai vu jouer Alli pour la première fois avec MK Dons (que je suivais de loin pour Benik Afobe), d'abord pendant la victoire 4-0 contre United, et après de temps en temps. Avec Afobe il sortait clairement du lot, d'abord par sa technique et ensuite par sa concentration et son sang-froid sur le terrain. Il n'a pas peur de tenter des choses et je ne l'ai jamais vu paralysé par l'enjeu.

Il est vraiment très intéressant. J'étais déçu de le voir signer pour Tottenham mais s'il peut jouer tous les week-ends en PL, c'est une bonne nouvelle pour la sélection. Il faudra voir s'il peut confirmer sur la durée, mais ce gamin est pétri de talent ...
One Night Stand Niveau : DHR
Equipe très prometteuse cette année. Un équivalent à Harry et Dele en défense centrale et on est bon! COYS!
Gratte Un Dos Finnois Niveau : DHR
Encore une fois je pourrais dire grâce à FM : "laisse tomber ça fait 2 ans que je le connaît celui-là"
jean-registre Niveau : CFA2
C'est juste que l'Angleterre fait la même erreur que la France. Dès qu'un jeune enchaîne des bons matchs -la plupart contre des équipes moisies- il est appelé en équipe nationale et se crame. J'espère que ce ne sera pas le cas pour Martial mais que sont devenu les Townsend, Cleverley, Gourcuff, Marvin Martin...
What do you think of shit ? Tottenham!
What do you think of Tottenham ? Shit!

Thank you!!!

COYG
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
187 9