1. // Présidentielles 2012
  2. // Premier tour

Présidentielles, les compos de la finale

Voila, c'est fini. Le mini championnat de la présidentielle 2012 est terminé. On connait le classement final. Reste à savoir comment ils en sont arrivés là.

Modififié
0 3
1 - M. François HOLLANDE : 28,63%

Annoncé vainqueur sans même avoir trop à démontrer ses qualités, le candidat socialiste a su user de la force tranquille pour conserver une faible avance engrangée avant même que les choses sérieuses ne commencent. Taiseux comme Laurent Blanc et sobre comme Gourcuff père, il lui aura suffi d'un bon meeting pour creuser un léger écart. Et de laisser les autres fauter. L'exploit reste malgré tout à venir. Au niveau européen, il faudra acquérir une autre dimension face aux Allemands et aux Anglais pour s'imposer.

2 - M. Nicolas SARKOZY : 27,18%

Être tenant du titre n'est jamais une position facile. Sauf qu'à force de réitérer ses fautes tactiques de toujours (défaite au Crillon après la contre-perf' du Fouquet's, Ndlr) et de rejouer le coup téléphoné du débordement sur l'extrême-droite après avoir viré ses centristes d'ouverture, il va falloir ramer pour remonter le courant et trouver la faille. En priant pour que le talent de renard des surfaces éclipse un néfaste penchant pour la mégalomanie stérile. Et pour que François Hollande décide, à l'instar d'Ancelloti, de tout changer à la dernière minute par peur de la victoire.

3 - Mme Marine LE PEN : 17,90%

Reprendre un maillot, en changeant l'équipe et le style, sans oublier les fondamentaux, le pari était osé mais nécessaire. Il semble réussi, même si cette fois ce score miraculeux ne s'est pas transformé en divine surprise à la Maurras. Aidée par des adversaires qui la sous-estiment, oublient même de la combattre quand il ne lui déroule pas le tapis rouge en l'imitant, elle sera la grande absente de la finale. Et pourtant les deux protagonistes ne penseront qu'à elle. En attendant la saison prochaine, elle rêve déjà de transferts et d'un nouveau Big Four.


4 - M. Jean-Luc MÉLENCHON : 11,11%

Les éloges ne font pas un champion. Alors que personne ne l'attendait si haut, voilà qu'il semble mécontent de ne pas avoir réussi l'exploit auquel personne ne rêvait voici trois mois. Un peu comme si Quevilly faisait la tête après avoir perdu la finale contre l'OL.


5 - M. François BAYROU : 9,13%

Le centre en retrait ? Le mystère absolu. L'Evian-Thonon de la présidentielle. Sans histoire, pas brillant mais sans honte, personne pour le détester vraiment alors qu'il tutoie encore les 10%. La politique, c'est aussi savoir choisir ses amis et ses ennemis.

6 - Mme Eva JOLY : 2,31%

Que va-t-elle devenir ? La pureté et la défense du beau jeu n'ont pas suffi. L'écologie est sans conteste le football corse de la politique : tout le monde se réjouit quand il monte en L1, personne ne s'étonne quand il est relégué.

7 - M. Nicolas DUPONT-AIGNAN : 1,79%

Pour la beauté du geste. Quelque part entre le Red Star et le Stade de Reims, le dernier des gaullistes aura au moins donné l'impression qu'il est encore possible de toute miser sur la formation à la française. Dommage que les droits télé n'aient pas suivi.

8 - M. Philippe POUTOU : 1,15%

Dur d'arriver après un joueur d'exception. Malgré une belle fin de parcours, la relégation semble inévitable. Seul contre tous, c'est classe, mais cela ne provoque pas forcément l'enthousiasme quand la peur paralyse le vestiaire.

9 - Mme Nathalie ARTHAUD : 0,56%

Elle fut la dernière candidate vraiment communiste, à la croire en tout cas. Ultime témoignage d'un jeu collectif qui rêve de dictature du prolétariat. Mais le foot business, c'est comme la démocratie bourgeoise, ce n'est pas là que les vrais de vrais se retrouvent. Rien ne remplace la tribune de la rue.

10 - M. Jacques CHEMINADE : 0,25%

Il voulait combattre la finance internationale et aller sur Mars. Il lui reste Call of duty pour tirer sur Wall street.


Par Nicolas Ksiss-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

gastongaudio Niveau : Loisir
il travaille déja son allemagne-autriche, le hongrois d'apparence...
T'as oublié de préciser pour la 1 : But contre son camp de DSK ;)
L'équipe de France a eu Ribéry et Zahia, le PS a eu DSK et Nafissatou.
Pour une même victoire en 2012 ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3