Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Lyon (2-1)

Prendre Javier par la main

Titularisé pour la quatrième fois consécutive en Ligue 1 dimanche soir face à Lyon (2-1), Javier Pastore a une nouvelle fois porté le PSG dans le rôle qu’a toujours voulu lui offrir Emery : en meneur de jeu, avec un numéro dix dans le dos et entre les lignes, soit la terre des hommes libres. Quatre-vingt minutes dans un fantasme.

Modififié
Entre deux effluves cubaines, Roland Topor aimait dire que théâtre et fantasme sont faits l’un pour l’autre. Dans son cercle privé, le football se joue sur scène et certains hommes sont des artistes plus que des joueurs. Certains aiment être des comédiens formidables, d’autres des héros tragiques. Lui a depuis toujours décidé d’être un penseur de l'espace et un danseur de l'instant. À quoi reconnaît-on un artiste ? À l’émotion qu’il déclenche, d’abord, mais aussi au torse qu’il aime bomber pour avancer sur scène. Quand Javier Pastore est sur scène, souvent, on se tait. La rareté provoque souvent ce type de réactions. On sait l’homme fragile, l’artiste intermittent, donc on capte chaque minute, chaque image, chaque geste. Certains soirs, il est là sans agir. D’autres, il est là pour changer les choses. Dimanche soir, au Parc des Princes, Javier Pastore était titulaire pour la quatrième fois consécutive en Ligue 1.


Pour lui comme pour tous ses potes, c’était un soir particulier. Recevoir Lyon n’est jamais préparer un dîner comme les autres. Le faire onze jours après avoir été saccagé en mondovision à Barcelone et alors qu’on n’a pas encore revu sa famille pour s’expliquer, encore moins. Puis, la soirée a commencé, et Alexandre Lacazette a marché sur les doutes parisiens dès les premières minutes en profitant d’un marquage laxiste sur le premier corner de la partie. À cet instant, le PSG était secoué, contrôlé et sans génie. Pastore a alors décidé de s’élever, de grimper d’un cran pour enfin aller voir ce qu’il pouvait faire entre les lignes lyonnaises et le scénario a été renversé. Et il est assez fou de voir ce qu’un homme peut faire en six minutes.

Charmeur cruel


Car en six minutes, le bordélique argentin a pris le shaker, les platines et la piste de danse pour définitivement lancer la soirée d’un PSG encore traumatisé et où Marco Verratti a dansé entre l’exceptionnel et l’anecdotique. Deux inspirations, deux passes décisives et un sourire, il ne suffit pas de grand-chose pour réchauffer des cœurs. Quand en plus, ensuite, Pastore a défendu, a continué à frapper le rythme de la nuit avec Cavani, Draxler et les autres, sur une ouverture, une talonnade ou un regard, il ne pouvait finalement sortir que face à une foule levée pour hurler l’amour qu’elle lui porte. Homme du match, logique, mais putain, que cet homme est énervant ! Pourquoi un physique aussi susceptible ? Pourquoi un mental aussi faillible ? Pourquoi cette tendance à parfois se surprotéger ? On s’est désormais habitués.


Aimer Javier Pastore, c’est aimer un orgasme, un truc que l’on ne peut pas trouver à chaque fois, mais qu'on se plaît à imaginer tous les week-ends. C’est aussi une histoire du fantasme et du génie. Cette saison, pourtant, devait être la bonne. Unai Emery rêvait de lui offrir les clés du jeu dans un 4-2-3-1 où il a une liberté totale et un numéro 10 dans le dos. Le Basque n’a pu le faire qu’une poignée de fois (toutes victorieuses au passage) et devrait maintenant répéter la chose tant que le corps de son international argentin tient debout. Dimanche soir, Pastore a porté le PSG et a fait lever le Parc, ce devrait être normal, mais on sait que ça ne peut pas l’être, la faute à un physique incertain et à une étiquette d’intermittent impossible à arracher. Sans tout cet ensemble, Javier Pastore ne serait finalement pas Javier Pastore. Alors, quand il est à ce niveau technique, tactique, artistique, il faut savoir s’incliner et en profiter. Qu’on soit spectateur, observateur, partenaire ou supporter. Histoire de pouvoir dire un jour à son gosse : « J’ai vu jouer Javier Pastore, c'était grand. » Un truc rare et cher. Le charme et la cruauté d'un homme libre qui aurait pu, dans un autre monde, peut-être changer l'histoire, une nuit, à Barcelone.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 il y a 3 heures Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 8
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 5 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 55 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18