Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Premier cycle QSI au PSG, l'heure du bilan

Zlatan Ibrahimović jouera son dernier match sous les couleurs du PSG face à Marseille en finale de Coupe de France. Avec son départ, c'est une page qui se ferme à Paris, celle du premier cycle de Qatar Sport Investments dans le club de la capitale. Que penser de ces cinq ans ?

Modififié
Il a quitté la pelouse comme il était arrivé, en début de saison 2012-2013, avec un doublé. Et contrairement à David Beckham qui avait joué la carte « émotion » alors qu'il n'était resté que six mois, Zlatan Ibrahimović est lui parti avec l'arrogance qui le caractérise. Son 38e but de la saison inscrit, il a quitté la pelouse - remplacé symboliquement par deux de ses enfants - alors que Laurent Blanc avait déjà usé de ses trois changements. Rien à carrer du protocole habituel ou de laisser ses coéquipiers à dix, le Suédois a une nouvelle fois de plus imposé ses règles. Au plus grand plaisir des propriétaires qataris qui avaient fait de lui leur tête de gondole depuis quatre ans. Car l'avant-centre n'était pas là que pour marquer des buts, mais aussi faire parler du PSG. Son départ marque la fin d'un premier cycle pour le Paris version qatarie, et donc le début d'un nouveau où les décideurs parisiens vont devoir faire les bons choix pour continuer d'avancer. Pas forcément simple pour un projet déjà significativement avancé et où la marge de progression est ténue.

PSG, club de Ligue des champions et marque internationale


Cette saison, le PSG était le plus gros budget de Ligue 1 avec 490 millions d'euros. Le double de l'AS Monaco, seconde puissance financière du championnat. Ce qui a permis à Laurent Blanc et ses hommes de décrocher haut la main un quatrième titre de champion de rang, ainsi qu'un quatrième quart de finale en Ligue des champions. Sans oublier trois Coupes de la Ligue et une - bientôt deux peut être - Coupe(s) de France. Les détracteurs du projet parisien - ou plus spécifiquement de Laurent Blanc pour certains - minimisent le mérite d'une telle progression sportive à la lumière du changement de surface financière du club.


Si une telle augmentation du compte bancaire du club a forcément facilité l'amélioration des résultats, la direction parisienne - incarnée par le Brésilien Leonardo pendant deux ans - a tout de même eu le mérite de ne pas faire n'importe quoi avec ses énormes moyens. Et bâtir ainsi très rapidement un effectif compétitif avant de l'optimiser avec l'arrivée de stars internationales comme Ibrahimović, Thiago Silva ou Ángel Di María. Les seuls vrais accrocs sportifs du PSG depuis 2011 resteront la seconde place en Ligue 1 2012, face à un Montpellier en mode « Leicester » , et l'élimination précoce en phase de poules de la Ligue Europa au début de cette même saison.

Passer un cap


Antoine Kombouaré était alors aux manettes et disposait d'un effectif clairement suffisant pour ambitionner le dernier carré de l'épreuve, ce qui aurait peut-être permis au PSG actuel d'être mieux préparé pour la C1. Tout en captant une plus grande sympathie dans l'Hexagone. La direction parisienne a néanmoins réussi à faire de son jouet une équipe qui compte sur la scène internationale : depuis quatre ans, le PSG est un club qui sort facilement des poules en Ligue des champions et qui a produit quelques belles prestations contre plusieurs écuries bien mieux rodées comme le FC Barcelone, le Real Madrid ou encore Chelsea, éliminé deux fois sous les coups parisiens. Pas encore aussi glamour que les épopées des nineties, mais respectable. Le PSG, comme l'a indiqué son entraîneur Laurent Blanc, est entré dans la cour des grands, il lui reste à s'y imposer comme un maillon fort, avec la même réussite que sur le plan marketing.


Avec Zlatan Ibrahimović en figure de proue, Paris s'est donné un rayonnement international certes encore loin du Real Madrid ou du FC Barcelone, mais un rayonnement international tout de même. D'un peu plus d'un million de fans Facebook avant la reprise du club, on est passé à 25 millions aujourd'hui, quand l'Olympique lyonnais est à 2,5 millions. Encore loin des 90 millions des deux cadors espagnols, mais suffisant pour donner une force médiatique supérieure au club de la capitale. Ce qui n'est pas seulement accessoire pour les propriétaires qataris, puisque le PSG est un outil de « soft power » censé donner de l'influence et de la visibilité à cette monarchie du Golfe. Mais si celle-ci a réussi à capter l'attention - à défaut d'avoir totalement placé Paris sur une carte, Zlatan l'a fait plus clairement pour Doha -, elle doit encore faire passer un cap à son club de football pour « conquérir » les cœurs, ou tout du moins bonifier la situation actuelle.

Ce PSG a besoin d'un supplément d'âme


Sur le plan sportif, le PSG version QSI est menacé par le syndrôme du Grand Lyon, à savoir vivre en mal-aimé du football français à force de dominer sur la scène nationale avec outrance, sans réaliser un exploit hors des frontières. Le Lyon de Jean-Michel Aulas a tenu sept titres de Ligue 1 sans faire mieux qu'une demi-finale de C1 accrochée une fois son hégémonie mise à mal par les Girondins de Bordeaux en 2010. Avec ce quatrième échec de rang pour Paris - qui plus est contre un Manchester City qui était à sa portée -, le club parisien a consolidé un seuil qui sera toujours plus douloureux à chaque nouvelle élimination européenne.


Or, pour continuer de grandir, le PSG n'a d'autre choix que de briser sa malédiction dans la reine des compétitions européennes, et ainsi honorer - n'en déplaise à ceux qui datent la naissance du PSG à 2011 - l'histoire du club sous l'ère Michel Denisot avec cinq demi-finales de rang dont une victoire en Coupe des coupes 1996. Avec une seconde problématique d'importance : créer une équipe plus représentative de sa base de supporters. Depuis 2011, Paris a pris une coloration internationale et essentiellement sud-américaine. S'il y a toujours eu une vraie tradition de joueurs brésiliens au Parc des Princes, le club a besoin d'une touche plus « française » pour vraiment être accepté de l'ensemble du football français.

Façonner sa future star


Ceci passe par un recrutement des meilleurs joueurs français disponibles - ce qui n'est a priori pas le cas des cibles Anthony Martial et Antoine Griezmann -, mais aussi des plus belles promesses. Sans parler d'ouvrir les portes de l'équipe à davantage de joueurs formés au club, afin d'imiter l'exemple des plus grands clubs comme le Bayern Munich, le FC Barcelone ou le Manchester United de Sir Alex Ferguson, afin d'avoir des joueurs pour qui le PSG est un rêve d'enfance, pas seulement un contrat béton. La direction parisienne l'a visiblement compris en donnant du temps de jeu à Adrien Rabiot - qui, prochainement, pourrait découvrir l'équipe de France -, mais aussi dans une moindre mesure à Christopher N'Kunku. L'exemple Kingsley Coman, qui brille aujourd'hui au Bayern Munich, a peut-être aidé dans cette prise de conscience.


Pour Paris, se recentrer sur la France et sur son centre de formation pourrait traduire une nouvelle stratégie plus sage : être malin plutôt que prodigue. Laurent Blanc l'a d'ailleurs plus ou moins laissé entendre en conférence de presse avant Nantes pour commenter le départ d'Ibra : tout ne s'achète pas. « On perd un phénomène, un joueur qui marquait énormément de buts. Il n’y a pas de joueurs de ce profil-là sur le marché. On ne va pas l’inventer, il n’existe pas. Il faut continuer sur ce chemin-là avec peut-être une voie différente. » Une voie différente qui pourrait être de façonner sa future star à partir d'un gros potentiel. Alors que pour des raisons tout autant sportives que marketing, la direction qatarie cherche actuellement un gros poisson pour incarner son projet et sublimer son équipe, la meilleure stratégie consiste désormais à ne pas chercher à aller forcément vite. Car s'il suffisait de « tirer la manette  » comme l'a si bien imagé René Girard il y a 5 ans, Paris serait déjà champion d'Europe. On ne lui demande pas forcément autant, comme on ne lui demande pas d'être champion de France tous les ans. Rêver plus grand, ce n'est pas qu'une question d'argent.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain