1. // Amical
  2. // Italie/Etats Unis

Prandelli passe son code

Sans Osvaldo et Balotelli, punis pour mauvaise conduite par Prandelli et son désormais célèbre « code de l’éthique » , l’Italie affronte ce soir les USA à Gênes, pour un test plus important qu’il n’y paraît. Surtout qu’il s’agit là du dernier test avant que le sélectionneur ne fasse ses choix pour l’Euro.

0 9
Cesare Prandelli est un homme de valeurs. Quand il dit quelque chose, il s’y tient. Lorsqu'il applique quelque chose, c’est le même régime pour tout le monde. Tu merdes avec ton club ? Tu ne viens pas en équipe nationale. Daniele De Rossi en avait fait les frais il y a quelques mois. Ce coup-ci, c’est au tour de Pablo Osvaldo et de Mario Balotelli, respectivement suspendus en Serie A et en Premier League à cause de vilains gestes de réaction, de faire les frais du code de l’éthique du sélectionneur italien. « Ma décision de ne pas les convoquer a été claire. Cela fait trois mois que je dis que je veux arriver à l’Euro avec une équipe bien préparée. Je ne veux pas qu’un joueur, à cause d’un provocation, laisse notre équipe à dix » assure-t-il, avant d’ajouter qu’il était «  déçu  » que ni Osvaldo ni Balotelli ne l’ait appelé, au moins pour s’expliquer, si ce n’est pas pour s’excuser. En revanche, Gigi Buffon, lui, passe au travers des règles éthiques mises en place par Prandelli. Malgré des déclarations qui vont plutôt à l’encontre de la déontologie footballistique ( « Je n’aurais pas aidé les arbitres même si j’avais vu que le ballon de Muntari avait dépassé la ligne » , référence au « but-fantôme » du Ghanéen lors de Milan-Juventus), Gigi n’est pas sanctionné. « Gigi a une grande crédibilité et n’a même pas besoin d’être défendu. Il n’est même pas question de lui enlever le brassard de capitaine » affirme-t-il. Dommage, Sirigu a bien cru que cela allait être sa chance.

Un milieu tout en élégance

Une fois ces problèmes d’éthique résolus, il s’agit pour Prandelli de penser à cette rencontre contre les Etats-Unis. Un match un peu piège, contre une équipe qui avait tenu en échec l’Argentine en mars dernier (1-1) et qui avait donné du fil à retorde aux Bleus de Laurent Blanc en novembre (1-0). Le sélectionneur italien attend avec impatience ce premier match de l’année 2012. Car 2011 ne s’est pas forcément très bien terminé. La Squadra s’était inclinée au stadio Olimpico contre l’Uruguay (0-1), au terme d’une rencontre très triste. Prandelli avait mis ça sur le compte de la fatigue, et s’était rassuré en regardant le bilan de son année 2011. Un bilan résolument positif : huit victoires (dont une contre les champions du monde espagnols), deux nuls, deux défaites, et seulement six buts encaissés, preuve d’une solidité défensive retrouvée, après le fiasco sud-africain.

En effet, la défense, à quelques détails près, est relativement fixe depuis quelques mois, et il semblerait bien que l’on se dirige vers une arrière-garde à quatre formée de Criscito, Chiellini, Barzagli et Balzaretti, avec Bonucci et Ranocchia prêts à remplacer les éventuels défaillants. Prandelli avait également tenté la défense à trois lors du match amical remporté en Pologne (0-2), avec deux ailiers, sur le modèle du Napoli et de l'Udinese. Mais le vrai point fort de l’équipe, c’est son milieu. Avec des joueurs comme Pirlo, De Rossi, Marchisio ou Montolivo, l’Italie a déjà bien assuré son lot de technique dans l’entrejeu. Pas de soucis à ce niveau là. Le barbu Nocerino, qui réalise une excellente saison au Milan AC (huit pions déjà en championnat), pourrait quant à lui apporter cette grinta qui manque cruellement au milieu de terrain depuis les adieux de Gattuso, au terme du Mondial 2010. Paix à son œil.

Gigi, Bobo, Toto, Balo...

Le gardien. OK. La défense. OK. Le milieu. OK. Alors, elle a un défaut cette équipe d’Italie ? Oui, quand même. Le vrai talon d’Achile de cette nouvelle Squadra, c’est clairement son secteur offensif. Et pourtant, des noms, il y en a. Beaucoup de noms. Mais peu, très peu de certitudes. Osvaldo, Pazzini, Gilardino, Matri, Rossi, Cassano, Di Natale, Borini, Giovinco… Tels sont les noms en circulation pour l’attaque de la Squadra. Pourtant, à l’heure actuelle, aucun n'a réellement les préférences du mister. Cassano est officiellement out jusqu'à la saison prochaine. Giuseppe Rossi devrait être de retour, reste à savoir dans quelles conditions physiques. Les autres devront se battre. A l’heure actuelle, Balotelli semble destiné à un maillot de titulaire, même si Prandelli ne ferme la porte à personne. Récemment, il a même tendu une perche à Di Natale et à Totti. Pourtant, pour ce match face aux Etats-Unis, il a préféré appeler le jeune Borini plutôt que le buteur de l’Udinese. Un choix discutable.

De fait, le premier a inscrit 7 buts en 15 matches de Serie A, compétition qu’il découvre cette saison. Le second en a planté 75 lors de ses 94 derniers matches de championnat, mais se tire derrière lui (à tort?) une tradition « négative » avec la Squadra (10 buts en 36 sélections). Quoiqu’il en soit, la Nazionale manque clairement d’un véritable avant-centre, à l’image d’un Gigi Riva ou d’un Bobo Vieri en leur temps. Prandelli, qui avoue sans vergogne être inspiré par le modèle Barça, se verrait bien proposer une attaque sans réel canonnier. Mais les chiffres sont là pour confirmer qu’il y a peut-être un meilleur système. En 2011, l’Italie n’a inscrit que 17 buts en 12 rencontres, soit autant que la France, souvent critiquée pour sa stérilité offensive. En même temps, l’Espagne (premier adversaire de l’Italie à l’Euro, cela dit en passant) a bien été championne du monde en inscrivant 8 buts en 7 matches. Alors bon, les stats…

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Très bon article Eric, comme d'habitude.

Cela dit je me dois de relever une erreur : concernant la défense, Balzaretti et Criscito sont deux arrières gauches qui se disputeront une place, à droite le duel se fait entre Maggio et Cassani, avec net avantage pour le joueur du Napoli.
Concernant l' attaque, elle était trouvée avant les blessures de Cass et de Rossi, les 2 formant une paire d attaque redoutable avec Balo sur le banc.

Malheureusement pour les italiens, ces 2 là risquent d' être très limite pour l' Euro, c'est dommage de ne pas re-re-re-retenter Di Natale car c'est vraiment un finisseur hors pair !!

Pour la défense, mettre Balzaretti à droite, ça m' étonnerait, je vois plus un Maggio ou un Abate...

Leur milieu de terrain fait assez peur, De Rossi, Pirlo, Aquilani, Marchisio, Montolivo, Nocerino,Motta,...je crois d'ailleurs que c'est l'équipe qui a une des plus fortes possession de balles des qualif pour l'euro avec 26 point sur 30...

L'équipe de Prandelli sera l'un des candidats sérieux aux titres pour l 'euro, grosse défense, plaisante à regarder (ça change :) ) c'est juste dommage qu'ils arrivent sans leurs meilleurs attaquants...

Allez les Bleus, finissez les Bosh :) :) :)
Je comprends pas pourquoi la questions se pose quant à l'arrière droit, alors qu'Abate est dispo pour la selection ?
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
ca joue mieux mais c'est quand même fébrile
pour moi, on va pas au-delà des demis, grand maxi.

Et il me casses les couille* Prandelli à se priver de Balotelli pour des histoires d'éthiques à la con*

ca va, on cherche des joueurs de foot pas des chanteurs de chorales scout!
Bagalight : la question ne se pose effectivement pas : Maggio est tout simplement énorme, de loin meilleur que Abate et Cassani, mais dans un rôle plus défensif que celui dans lequel il évolue à Naples.

Scotch : Fébrilité? Bien au contraire, c'est très solide derrière, surtout quand on voit l'excellente saison de Barzagli (une renaissance) et Chiellini (malgré son apparente bêtise et technique douteuse) (ce qui justifie d'ailleurs le choix de Buffon comme titulaire, derrière les deux centraux qui l'ont accompagné toute la saison). Ca joue mieux, mais, jusqu'à preuve du contraire, c'est pas ça qui fait gagner des titres. Etant italien je ne suis pas objectif, donc je ne me prononce pas sur les chances de victoire finale. Néanmoins l'équipe commence à me plaire (sur le papier) et je trouve le milieu stratosphérique (je vous disais que je ne suis aps objectif ...), pour peu que Montolivo ne joue que 10 minutes par match en remplacement d'Aquilani ou Nocerino.
D'accord avec Scotch. Dommage de se priver du talent de Balotelli! L'éthique c'est bien mais certains génies du ballon en manquent (à commencer au sein de la squadra par Cassano) et l'absence de joueurs capables d'improvisations géniales en attaque est préjudiciable à n'importe quelle équipe!

Et au plaisir du public.

Prandelli se la joue paternaliste avec Balotelli. En bon chrétien. En "juste punisseur". Pas sûr que se soit la bonne méthode!
Par contre sur les peu de match que j'ai vu, il me semble que les USA étaient plus dangereux et jouaient mieux avec Bob Bradley que sous Klinsmann.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
@GiuLas : nan mais moi aussi je trouve qu'on joue mieux et que certains joueurs prennent du coffre.

en fait "fébrile" était sans doute pas le meilleur qualificatif : je l'entendais surtout dans le sens où l'équipe est en transition, tu sens qu'il y a un passage de témoin (par rapp. à 2010) mais qui va prendre un certains temps.
Tout comme l'Allemagne avant nous et qui aujourd'hui est la plus belle équipe mondiale.

Donc il nous faudra encore attendre je pense, et c'est bien pour ça qu'il faut pas griller des jeunes qu'ont la dalle dès le départ comme Balotelli!

@Mario : tu résumes parfaitement! On a besoin de ces profils un peu fantasques, casseurs de reins et provocateurs de défense (et en général^^) dans cette Squadra. Il nous faut un peu de folie dans cette attaque parce que la putain* qu'est-ce qu'on en a chié ces dernières années dans le secteur offensif
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 9