Poyet : « Nous n'avons pas d'identité encore »

Modififié
0 2
Avec 2 petites victoires en 14 journées, le Sunderland de Gus Poyet, arrivé en octobre 2013 au chevet des Black Cats, déçoit toujours autant.

Et l'entraîneur uruguayen ne semble pas encore au bout de ses peines, lui qui a déjà galéré pour maintenir ses chats en Premier League en mai dernier. « Nous n'avons même pas encore joué à 50% de la manière dont je veux qu'on joue. Je ne crois pas que nous ayons une identité de jeu encore, avoue Gus, qui ne se laisse pas abattre. C'est mon défi. L'année prochaine, dans deux ans, nous aurons quelque chose d'unique, quelque chose qui fera que les gens regarderont Sunderland d'une autre manière, mais, actuellement, nous en sommes encore loin en raison de nos forces vives. Je m'adapte plus à l'équipe que l'équipe ne s'adapte à moi, en tant que manager. » Ce qu'on appelle un bel appel du pied, à une petite quinzaine de l'ouverture du mercato hivernal. Mais Poyet ne veut pas faire n'importe quoi, sans se garder de mettre quelques piques aux dernières recrues : « En janvier, c'est de la qualité ou rien. On a trop fait dans la quantité ici, sur les signatures des trois dernières années. Et au bout du compte, l'équipe en a souffert. »

Pas de quoi rassurer l'avenir des recrues des trois derniers exercices. RB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
Il me fait marrer le Gus.
Il aimerait quoi? Une identité à la ManU, Poyet?
lightweight Niveau : Loisir
“I don't think we have an identity yet.”
Poyet : « Nous n'avons pas d'identité encore »

Le stagiaire a utilisé google traductions ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2