1. //
  2. // Quarts
  3. // Bilan

Pourquoi tu restes stérile, la prolongation ?

Quatre prolongations, quatre purges, un seul but. Résolument défensif, l'Euro 2016 confirme depuis son lancement une tendance débutée il y 20 ans par les pays européens : ne pas savoir marquer au-delà des deux premières mi-temps. Démonstration, à coups de chiffres, que Quaresma est un buteur en voie de disparition.

Modififié
343 15
Elles étaient quatre, et elles étaient chiantes. Les fameuses prolongations. Cet exercice qui vient chapeauter 90 minutes d’intenses débats, ou non, et ultime rempart avant la séance de tirs au but. Comme un dernier avertissement, en somme « attention, derrière vous ne maîtriserez plus grand-chose » , semblent énoncer les lois du jeu. Seulement dans cet Euro, c’est à croire que les joueurs aiment les tirages lotos de Vincent Cerutti. Jusqu’ici, quatre rencontres sont allées jusqu’à la prolongation : Suisse-Pologne, Portugal-Croatie, Pologne-Portugal et Italie-Allemagne. Et jusqu’ici… ben ce n’est pas fameux. Niveau buts, c’est un bilan incroyable d'un but marqué, et une qualité de jeu misérable, illustrée par des joueurs qui font tourner la balle sans réelle volonté de créer du jeu. Même concernant les crampes, les types semblent être immunisés. Comme si l’Europe de la grande prolongation était terminé, désormais résignée à passer par les penaltys dans une compétition de toute façon très défensive. À vrai dire, avant le but de Quaresma face à la Croatie, pour trouver trace d’un but en prolongation lors d’un Euro, il fallait remonter… à 2008 et un quart de finale Pays-Bas-Russie (1-3), avec des buts de Dmitri Torbinskiy et d’Andreï Arshavine, encore à Saint-Pétersbourg.

En 20 ans, 6 buts seulement inscrits en prolongation


En fouillant encore un peu, il s’avère que le problème des prolongs’ est un mal typiquement européen. Sur les six dernières éditions – en comptant l’actuelle – 19 rencontres ont continué au-delà du temps réglementaire. Et sur ces 19 rencontres, 6 seulement se sont réglées dans le jeu, sans séances de tirs au but. Trois d’entre elles l’ont d’ailleurs été à l’époque du but en or, soit Allemagne-Tchéquie 1996, France-Portugal 2000 et France-Italie 2000. Cette règle supprimée, il faut aller chercher Grèce-Tchéquie en demi-finales 2004, le Pays-Bas-Russie 2008, et Croatie-Portugal, donc. Trois pauvres matchs en douze ans d’histoire d’une compétition. Un réel souci d’engagement que les joueurs imputeront à la fatigue, à la peur d’en prendre un, au manque de lucidité, de chance, à l’intervention d’un streaker nu… à la différence de la Ligue des champions qui offre souvent des sommets de dramaturgie lors de la prolongation, l’Euro n’a que faire de la règle du but à l’extérieur. Une bonne raison de marquer en moins, déjà. Le plus souvent, le scénario ressemble à celui de Pologne-Portugal : une occasion de chaque côté en début de période, puis plus rien de tranchant. Comme si le boulot était fait, à l’autre maintenant de se découvrir. À ce propos, Sepp Blatter déclarait déjà en 2010 réfléchir « à la disparition de la prolongation lors des matchs du Mondial. Si les deux équipes ne sont pas capables de se battre l’une l’autre, elles pourraient faire face directement à une séance de tirs au but. » Radical, et pas vraiment satisfaisant.

Tirs au but avant prolongation


L’économiste anglais Dario Perkins préconisait de son côté sur son blog une solution beaucoup plus intéressante après la finale de Ligue des champions 2016. Pour lui, les tirs au but devraient être tirés avant la prolongation. Et en cas d’égalité persistante à la fin de ces dernières, c’est l’équipe sortie vainqueur des TAB qui l’emporterait. Ce dispositif obligerait alors la team perdante à jouer son va-tout pour marquer, tout en sachant qu’un but inscrit par les vainqueurs des pénos signifierait la fin du match. Un système de plus qui ne trouvera aucun écho officiel, mais dont l’esprit pourrait intéresser les pays participants à l’Euro. D’autant plus qu’en jetant un coup d’œil aux Coupes du monde 2014 et 2010, tous les buts marqués en prolongation l’ont été lors de rencontres impliquant au moins un pays situé hors Europe (Argentine, Uruguay, États-Unis, Ghana et Algérie). Tous sauf… la finale 2010, et la volée d’Andrés Iniesta à la 116e minute face aux Pays-Bas. Pour rappel, à quoi tient le titre de « match du siècle » d’Italie-Allemagne 1970 ? À sa prolongation. Juste histoire de rappeler que ça peut exciter, de temps en temps.

Par Théo Denmat
Modifié

Dans cet article

zinczinc78 Niveau : CFA
J'aime bien la proposition de faire tirer les TAB avant la prolong.. Après, ça enlèverait l'aspect dramatique qui fait le charme des scéances de TAB.

Une manière plus simple de permettre plus de folie durant ces deux fois 15 minutes serait de donner aux entraineurs la possibilité de faire rentrer un ou deux joueurs en plus, histoire de remettre un peu d'essence dans le moteur..
JimPooley Niveau : CFA2
L'une des plus belles prolongations reste pour moi Allemagne-Italie 2006 : les italiens tiennent les allemands à distance pendant deux heures et les exécutent en deux minutes, un balle dans le buffet et une dans la tête...
Je suis pour la solution de Perkins mais sans le but en or conditionnel, ça fout encore plus la frousse à l'équipe qui a perdu les TAB
Note : 1
Je crois que c'est Ancelotti qui parlait d'une prolongation à la mort subite où tu enlèves un joueur à chaque équipe toutes les 5 minutes. Un combat de gladiateur. Ca n'existera jamais, mais ça serait tellement fun.
Lamottatamère Niveau : District
Message posté par jeremad
Je suis pour la solution de Perkins mais sans le but en or conditionnel, ça fout encore plus la frousse à l'équipe qui a perdu les TAB


Vrai. Mais je pense que ça rendrait majoritairement les choses plus excitantes :-) À lire sur le sujet : http://ecosport.blog.lemonde.fr/2016/06 … -crispees/
Ça se tient, et ça permettrait à certains de jouer de façon plus débridée.
Note : 1
Toutes propositions ont leurs inconvénient :
- Faire tirer les pénos avant les prolongs risquent d'accabler psychologiquement les joueurs qui échoueront et les cramer pour la suite de la rencontre.
- Les tirs aux buts seront toujours vecteurs d'une énorme pression et pas sûr que les joueurs parviennent à se reconcentrer sur leur match après autant d'adrénaline.
- L'équipe qui remportera les tirs aux buts aura la tentation de bétonner derrière et de fermer le jeu au maximum pour tenir son score.
- La rareté des tirs aux buts et la tension particulière en font leur particularité et je trouve ça bien que ce soit l'ultime épreuve.
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par jeremad
Je crois que c'est Ancelotti qui parlait d'une prolongation à la mort subite où tu enlèves un joueur à chaque équipe toutes les 5 minutes. Un combat de gladiateur. Ca n'existera jamais, mais ça serait tellement fun.


euh sur le papier ouais.
en réalité, chaque coach sacrifierait l'attaque petit à petit.
au bout d'une demi heure, t'aurais plus que des défenseurs qui s'affrontent ... chouette
Zvonimir Savicevic Niveau : DHR
Ce qui est certain c'est que le foot doit changer d'époque ...

Y'a des tas d'idées pour cesser ce cirque des prolongations qui ne sont qu'un sas d'attente pour les TAB.
Message posté par Amon
Toutes propositions ont leurs inconvénients

C'est pourquoi je trouve que ce système, bien qu'imparfait, soit le meilleur.

Les mecs sont cramés pendant les prolongations mais offrir 1/3 de temps supplémentaire, çà reste cohérent.

Et puisqu'il faut un vainqueur, les TAB, c'est bien pour en finir.
Message posté par Frenchies
euh sur le papier ouais.
en réalité, chaque coach sacrifierait l'attaque petit à petit.
au bout d'une demi heure, t'aurais plus que des défenseurs qui s'affrontent ... chouette


C'est l'autre équipe qui choisit ton joueur sortant :'D

Plus sérieusement on avait une solution qu'on a déjà retiré qui s'appelle le but en or...
Pas convaincu que ça a un rapport avec le but en or (même si je kiffe ce principe). Les prolongations sont juste la continuité des 90 premières minutes : aucune prise de risque, dès le début du match, t'as les 3/4 des équipes espèrent marquer un but hasardeux, et au pire aller aux TAB.
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Je propose la suppression des tirs au but et une prolongation "infinie" comme dans Olive et Tom avec but en or. Comme cela, la prise de risques minimale sera inutile.

Problème: Les télévisions ne vont pas aimer ma règle car impossible de déterminer quand finira le match donc elles vont la retoquer.
cedoukeita Niveau : DHR
les t-a-b avant les prolong' c'est completement débile, l'équipe vainqueur n'aura plus qu'à jouer la défense, imaginer la situation en finale ...

POURQUOI NE PAS SUPPRIMER LES T-A-B ET CHANGER LES PROLONG'?
_ les prolongation devienne une sorte de hourra football : 15 minute plus de hors jeu.
_ si une équipe marque, elle donne cinq minute à son adversaire pour égaliser.
_si égalisation il y'à le match continue (15 minutes supp') avec but en or.
Afin de ne plus avoir de prolongations ennuyeuse et non prolifique. Il faudrait supprimé la séance de tirs au but et en cas d'égalité après 120', le vainqueur serait désigné sur base des statistiques du genre présence dans le camp adverse (juste cette stat. ce serait déjà pas mal) mais on pourrait ajouter nombre de tirs au but, de corner, possession de balle, ...

Ainsi l'équipe qui a été dominée pendant 90' doit sortir pendant les prolongations. Fini de jouer la défense pendant 120' ainsi.

Vous en pensez quoi ?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
343 15