1. //
  2. // Reprise de la Serie A 2016-17

Pourquoi Sassuolo a tout compris

Sixième de Serie A l'an passé, Sassuolo va se qualifier pour la phase de poules de la C3 et nourrit de belles ambitions.

Modififié
2k 10
En football, tout va très vite. Le 18 août 2006, Sassuolo dispute un premier tour de Coupe d'Italie contre l'Atalanta. Un match de prestige pour cette équipe qui, le week-end, est plongée dans la réalité de la Serie C, avec des matchs face à Sansovino, Gualdo ou Castel San Pietro. Logiquement, Sassuolo se fait fesser par les Bergamaschi, 3-0, et ferme cette parenthèse de Coupe pour retourner au quotidien de la troisième division. Un bon coup de pied dans l'horloge temporelle, l'aiguille du temps qui fait dix tours de cadran et hop, nous voici en 2016. La date est la même, 18 août. Le score aussi est le même. 3-0. Sauf que cette fois-ci, il ne s'agit ni d'un match de Coupe d'Italie, ni d'une défaite. C'est avec ce « troizère » que Sassuolo fait définitivement son entrée dans la cour des grands. En barrages de la Ligue Europa, les Neroverdi donnent une leçon à l'Étoile rouge de Belgrade, et valident à 99% leur billet pour la phase de poules de la C3. Leur première participation à une Coupe d'Europe.

Cyclisme et produits chimiques


L'histoire a déjà été contée de multiples fois, mais elle vaut la peine d'être énoncée à nouveau. Sassuolo ne représentait pas grand-chose dans le paysage footballistique italien jusqu'à 2012. Cette année-là, le club termine troisième de Serie B, mais échoue en finale des play-offs contre la Sampdoria. Ce n'est que partie remise. La saison suivante, Sassuolo remporte le championnat et décroche ainsi son ticket direct pour l'élite. C'est là que les Noir et Vert vont passer dans une autre dimension. En général, en Italie, les petits poucets qui découvrent ou redécouvrent la Serie A après une longue absence retournent illico à l'étage inférieur. Il n'y a qu'à prendre les récents exemples de Novara, Pescara, Carpi ou Frosinone pour s'en convaincre. Mais les dirigeants de Sassuolo décident de ne pas faire partie de cette caste-là.


À la tête du club, Giorgio Squinzi. Squinzi est l'administrateur unique de la Mapei, l'entreprise locale fondée par son père Rodolfo et qui produit des produits chimiques. Aujourd'hui implantée dans vingt-trois pays, la Mapei a longtemps été connue grâce au cyclisme, avec l'équipe Mapei active entre 1993 et 2002. Sponsor maillot de Sassuolo depuis 1988, elle injecte de l'argent dans le club, ce qui lui permet de grandir avec des comptes sains et en parfait équilibre. C'est là, surtout, que se fait la différence avec les autres petites équipes. Sassuolo a des ressources financières et des dirigeants malins qui savent parfaitement les utiliser et les faire fructifier. L'ascension est alors parue on ne peut plus logique : 17e de Serie A en 2014 grâce notamment à une fin de saison canon (treize points sur les sept dernières journées), Sassuolo décroche la 12e place en 2015, puis la 6e en 2016.

Un bénéfice de 17 millions cet été


Aussi fou que cela puisse paraître, en Italie, on dit que le modèle Sassuolo est celui qui tient le plus la route derrière celui de la Juventus. De fait, contrairement à des clubs comme l'Inter, l'AC Milan, le Napoli ou la Lazio, qui achètent, revendent et composent sans véritable vision à long terme, Sassuolo semble agir en ayant toujours plusieurs coups d'avance. Comme la Juventus, mais sans les moyens astronomiques du club bianconero. Ainsi, Sassuolo accepte son rôle de « petit club » et travaille en étroite collaboration avec des clubs italiens plus réputés, comme la Juventus ou l'AC Milan. Une collaboration qui leur a permis d'avoir dans leurs rangs des joueurs comme Zaza hier, et Berardi ou Matri aujourd'hui.


Vrsaljko, parti cet été à l'Atlético pour 17 millions d'euros, a par exemple été remplacé par le jeune Pol Lirola, prêté par... la Juve. Quant à Sansone, vendu 13 millions à Villarreal, il sera remplacé par Stefano Sensi, vingt et un ans, et dont on dit le plus grand bien. 30 millions d'euros encaissés sur le marché des transferts, seulement 13 dépensés, soit un bénéfice de 17 millions. C'est aussi ça, l'une des facettes du modèle Squinzi.


Évidemment, Sassuolo va cette saison être confronté à l'obstacle des trois tableaux : championnat, Coupe et Coupe d'Europe. Un mur sur lequel pas mal d'équipes italiennes se sont cassé les dents ces dernières années. Eusebio Di Francesco, le coach en place depuis 2012 (hormis pendant quelques semaines en 2014 où il avait cédé sa place à Malesani), veillera à gérer son effectif, qui pourrait encore voir une ou deux arrivées d'ici la fin du mercato. Quant au président Squinzi, après le 3-0 face à l'Étoile rouge, il s'est laissé emporter par l'euphorie : « Quand nous sommes arrivés en Serie A, nous avions l'objectif de nous améliorer de dix points chaque saison. Je fais une petite ristourne cette saison : je dis qu'avec huit points en plus par rapport à la saison dernière, nous nous qualifierons pour la Ligue des champions. » Un appétit d'ogre, encore loin d'être rassasié. Mais en même temps, peut-on lui en vouloir, lorsque l'on sait qu'il y a dix ans, il s'en tenait à la diète de la Serie C et que des 3-0 contre l'Atalanta lui restaient sur le bide ?

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Barry Allen Niveau : CFA2
Euh, Sansone a plus été remplacé par Politano que par Sensi.
Puis je dirais que malgré que le président de Sassuolo soit milanista, il travail plus avec la Juve et la Roma qu'avec le Milan. Hormis, le récent transfert du bide Matri - qui sera sans doute un joueur de rotation à Sassuolo - il n'y a pas eu tant de transaction que ça avec le Milan.

Avec la Juve, on connait tous leurs relations très étroites. Avec la Roma, il y a les jeunes Pellegrini, Politano et encore un autre jeune romain.

Sinon ça parle de Saponara du côté de Sassuolo, ce la peut être un énorme coup pour eux. Car les départs de Vrsaljko et Sansone seront difficile à combler.
Ronniesheva Niveau : CFA
avec Matri c'est le début de la fin pour ce club. on en sait quelque chose...
pourquoi ce bashing sur Matri? C'est pas un foudre de guerre mais c'est un mec fiable, qui pose pas de problème, et qui sera plutôt une rotation qu'autre chose. C'est pas de sa faute si Milan a été assez bête pour lâcher 20 plaques sur lui

Pour Sassuolo ils gèrent bien le coup c'est vrai, grâce au patronage entre autres de la Juventus. Maintenant s'ils veulent s'affirmer sur la durée, il va falloir commencer à penser à conserver ses joueurs, et pas uniquement être la pouponnière de luxe des gros.

(bon on dit ca chaque année et Berardi est toujours là il a l'air de s'y plaire)
Message posté par tottiOuj
Puis je dirais que malgré que le président de Sassuolo soit milanista, il travail plus avec la Juve et la Roma qu'avec le Milan. Hormis, le récent transfert du bide Matri - qui sera sans doute un joueur de rotation à Sassuolo - il n'y a pas eu tant de transaction que ça avec le Milan.

Avec la Juve, on connait tous leurs relations très étroites. Avec la Roma, il y a les jeunes Pellegrini, Politano et encore un autre jeune romain.

Sinon ça parle de Saponara du côté de Sassuolo, ce la peut être un énorme coup pour eux. Car les départs de Vrsaljko et Sansone seront difficile à combler.


Saponara a refusé d'aller à Sassuolo, il ne se voit pas évoluer sur l'aile dans le 4-3-3 de Di Francesco ;)

Pour remplacer Sansone on parle bcp de Papu Gomez de l'Atalanta
Message posté par Horus
pourquoi ce bashing sur Matri? C'est pas un foudre de guerre mais c'est un mec fiable, qui pose pas de problème, et qui sera plutôt une rotation qu'autre chose. C'est pas de sa faute si Milan a été assez bête pour lâcher 20 plaques sur lui

Pour Sassuolo ils gèrent bien le coup c'est vrai, grâce au patronage entre autres de la Juventus. Maintenant s'ils veulent s'affirmer sur la durée, il va falloir commencer à penser à conserver ses joueurs, et pas uniquement être la pouponnière de luxe des gros.

(bon on dit ca chaque année et Berardi est toujours là il a l'air de s'y plaire)


Je suis d'accord avec toi concernant Matri, c'est pas un fuoriclasse mais ça reste un joueur correct. Le mec à quand même connu 4 clubs en 2 ans c'est pas l'idéal pour s'intégrer un à système de jeu et de mémoire il a été plutôt bon lors de son passage au Genoa.
Je suis convaincu que ça va bien se passer pour lui à Sassuolo.
article très intéressant au demeurant, merci !
Ronniesheva Niveau : CFA
Message posté par Horus
pourquoi ce bashing sur Matri? C'est pas un foudre de guerre mais c'est un mec fiable, qui pose pas de problème, et qui sera plutôt une rotation qu'autre chose. C'est pas de sa faute si Milan a été assez bête pour lâcher 20 plaques sur lui

Pour Sassuolo ils gèrent bien le coup c'est vrai, grâce au patronage entre autres de la Juventus. Maintenant s'ils veulent s'affirmer sur la durée, il va falloir commencer à penser à conserver ses joueurs, et pas uniquement être la pouponnière de luxe des gros.

(bon on dit ca chaque année et Berardi est toujours là il a l'air de s'y plaire)


déjà matri c'est 11M que le milan a payé. Entre 11m et 20 m y a un monde. Donc avant d'affirmer quelque chose, faudrait au moins vérifier l'information...sans oublier que la juve avait elle lâche 15 m pour l'avoir
Ensuite, faut simplement l'avoir vu jouer depuis cinq ans pour comprendre. Même avant, la juve était bien contente de s'en débarasser. et à 32 ans, à part une saison à cagliari où il a mis 13 buts, il n'a jamais dépassé les 10 buts en championnat par saison de toute sa carrière...
Donc non pas de bashing. un traitement à sa juste valeur, simplement. on verra bien ce qu'il fera à sassuolo...
Totti Chianti Niveau : CFA
 //  10:07  //  Tifoso della AS Rome
Message posté par Ronniesheva
déjà matri c'est 11M que le milan a payé. Entre 11m et 20 m y a un monde. Donc avant d'affirmer quelque chose, faudrait au moins vérifier l'information...sans oublier que la juve avait elle lâche 15 m pour l'avoir
Ensuite, faut simplement l'avoir vu jouer depuis cinq ans pour comprendre. Même avant, la juve était bien contente de s'en débarasser. et à 32 ans, à part une saison à cagliari où il a mis 13 buts, il n'a jamais dépassé les 10 buts en championnat par saison de toute sa carrière...
Donc non pas de bashing. un traitement à sa juste valeur, simplement. on verra bien ce qu'il fera à sassuolo...


Ce serait pas étonnant qu'il réussisse une bonne saison dans un contexte aussi favorable que le Sassuolo (plus petite équipe, moins de pression, un jeu bien installé et offensif)...

Sassuolo a forcément toute ma sympathie.
Ne serait-ce que par la présence d'Eusebio Di Francesco sur le banc!
Et oui, 168 matchs et un titre de champion avec la Roma... et maintenant un super travail à la tête du Sassuolo. On t'aime toujours du côté de Rome mon cher EDF.
Ronniesheva Niveau : CFA
Message posté par Totti Chianti
Ce serait pas étonnant qu'il réussisse une bonne saison dans un contexte aussi favorable que le Sassuolo (plus petite équipe, moins de pression, un jeu bien installé et offensif)...

Sassuolo a forcément toute ma sympathie.
Ne serait-ce que par la présence d'Eusebio Di Francesco sur le banc!
Et oui, 168 matchs et un titre de champion avec la Roma... et maintenant un super travail à la tête du Sassuolo. On t'aime toujours du côté de Rome mon cher EDF.


attention, je ne souhaite aucun mal à sassuolo, qui a toute ma sympathie (même s'ils nous ont privé d'europe en toute fin de championnat ^^ on pouvait s'en prendre qu'à nous-même). Mais matri je n'y crois vraiment vraiment pas... je me souviens avoir encore vu le trophée tim et quand je l'ai vu jouer contre sassuolo, j'ai vraiment eu peur qu'ils découvrent le subterfuge tellement il n'en avait pas touché une...heureusement il est parti, une des meilleures nouvelles du mercato.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Agüero porte la City
2k 10