Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-PSG

Pourquoi Naïm Sliti va marcher sur Paris

Natif de Marseille, passé par le Paris FC et le Red Star, Naïm Sliti continue de monter, à Lille. Et ce soir, il va dépasser les étoiles.

Modififié
Vendredi 28 octobre 2016, 22h35 : Naïm Sliti emporte le ballon du match sous le bras en l'honneur de son triplé. Le stade Pierre-Mauroy est en feu – dans la mesure de son possible –, Paris à terre. Laurent Paganelli court après le héros de la soirée : « Naïm, oh, Naïm ! Qu'est-ce qu'il s'est passé oh, pourquoi t'en n'as pas marqué cinq ? Ahahah, non, plus sérieusement, c'est un match parfait pour toi ce soir ? » Timide, Sliti reconnaît sa réussite, remercie ses coéquipiers, son entraîneur, son président, les supporters et les jardiniers, termine en plaçant « un gros bisou pour mon petit Imram qui doit dormir à cette heure-là (clin d'œil) » et s'en va saluer le virage nord. De bout en bout, prestation parfaite pour l'ailier de vingt-quatre ans. Naïm Sliti vient de faire une entrée fracassante dans le grand monde de la Ligue 1 en retournant le PSG à lui tout seul.

« Dans un an » , c'est maintenant


Tout est écrit. Mercredi, Sunderland et l'Angleterre ont fait connaissance de Sofiane Boufal et de son pied droit délicieux ; aujourd'hui, c'est le PSG qui va apprendre à écrire le nom de son successeur à Lille, en cinq lettres et 90 minutes. Un blase qui, jusqu'ici, n'avait pas vraiment réussi à franchir la limite du périph'. Car la première fois que Naïm a tenté de conquérir Paris, la tentative s'est soldée par une déroute imprévisible. En 2013, deux saisons et 48 matchs de Ligue 2 dans les jambes, Sliti quitte son Sedan formateur et en dépôt de bilan pour rejoindre le Paris FC, une division plus bas. Il arrive dans le XIIIe avec une étiquette de créateur, le plus gros salaire du club... et ne joue pas. Quatre pauvres matchs de National pour l'ancien Sanglier, qui doit se contenter de la CFA 2. Alors, en fin de saison, il s'échappe du traquenard capital pour poser ses guêtres en banlieue, à Saint-Ouen. Là où on saura l'aimer. Là où il pourra exploser.


Deux saisons avec le Red Star, huit goals en National et quatre en Ligue 2, plus une nomination dans l'équipe type de la dernière levée avant l'arrivée des pizzas, jalonnent la route menant à une place de titulaire au LOSC pour affronter le PSG. Ça, et six éléments offensifs sur le flanc dans les rangs lillois. Sauf qu'Antonetti peut bien affirmer qu'il « l’a pris pour le faire évoluer dans six mois, un an » , la vérité est que Sliti est fait pour être décisif dans les matchs qui comptent. Comme ce 15 mai 2015 où, à Fréjus, il marque deux buts en deux minutes d'arrêts de jeu – un raid solitaire et une reprise de volée à l'entrée de la surface – pour faire revenir son équipe à 3-3. Lefaix conclut la remuntada d'un dernier but, le Red Star est champion, Sliti retrouve la Ligue 2.

À jamais le premier


Trois mois plus tard, le Franco-Tunisien fait un pas de plus vers son adoption par le stade Pierre-Mauroy. C'est à 40 kilomètres, Lens est en fête pour l'affiche face au Red Star : le Racing retrouve son Bollaert-Delelis après 15 mois d'exil amiénois. Jusqu'à la 22e minute et un coup franc à 25 mètres, légèrement excentré côté gauche. Sliti s'avance, poteau rentrant, le stade s'éteint. Pire, les Sang et Or ne le savent pas encore, mais le premier but dans le nouveau Bollaert-Delelis restera à jamais inscrit par un futur Lillois. Et ce soir, à Pierre-Mauroy, l'histoire se répétera : Naïm déposera le ballon dans la lucarne d'Alphonse pour son premier but avec le LOSC en match officiel.


Il aurait pu le faire lors de sa 2e titularisation, la semaine dernière contre Bastia, mais c'est Corchia qui a pris le coup franc et les honneurs. Quelques minutes plus tard, c'était au tour d'Eder de conclure une frappe vicieuse de son ailier. Et si faire marquer Eder est, par les temps qui courent, une performance, alors que dire de cette 63e minute, quand une subtile passe croisée aurait pu mettre le nom de Sankharé au panneau d'affichage si ce dernier avait été à la hauteur de son passeur ? Oui, quatre apparitions ont suffi à faire de Sliti le patron du jeu lillois. Quatre matchs pour se chauffer avant l'explosion contre Paris. Avec l'aide de Sankharé évidemment, dans la grande tradition des ex plantant leur ancien club dans le dos.

Le numéro de Gervinho


La première fois, contre Toulouse, la marche Dupraz était trop haute pour les 30 minutes du numéro 27, l'ancien numéro de Gervinho. Mais depuis, Sliti a eu droit à trois titularisations au mois d'octobre : contre Mouscron en amical, il a obtenu et transformé un penalty avant de délivrer un corner décisif ; à Guingamp, il a envoyé un coup franc sur la barre ; et contre Bastia donc, il a fait marquer Eder. Soit plus de frissons en quatre matchs que Ryan Mendes en quatre saisons, entre autres. Pendant ce temps à l'Olympic, on pleure le départ de Naïm Sliti : sans son meneur, le Red Star galère, 15e de Ligue 2 et pénultième attaque avec sept buts en douze matchs, quand le club de David Bellion avait échoué à un petit point de la montée la saison dernière.


Ce soir, Paris va comprendre la puissance venue de sa banlieue. Sliti, né à Aubagne et passé par l'OM en jeunes, va faire à la défense parisienne ce que son ancien club n'a pas su faire au Parc : la retourner. Avec son mental de Viêt Cong – on ne passe par de la Méditerranée aux Ardennes à quatorze ans sans avoir les nerfs solides –, Naïm Sliti va faire danser Aurier et Marquinhos depuis son côté gauche. Et, devant sa télé, l'ancien parisien Alioune Touré, qui a fait bosser Naïm Sliti au Red Star, pourra arborer un grand sourire : dans quelques minutes, Paganelli va interroger son ancien poulain.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 11:08 Rooney, héros de la 95e minute 17 Hier à 10:21 Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 dimanche 12 août La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 dimanche 12 août La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 64 dimanche 12 août Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1