Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Guingamp-Monaco

Pourquoi Monaco doit craindre pour sa seconde place

Alors que la place de dauphin semblait lui être promise il y a quelques journées encore, l’ASM se retrouve sous la pression de Lyon et Marseille. En effet, les deux Olympiques pourraient profiter du moindre faux pas pour recoller aux basques du club de la Principauté. Et ce n'est pas la déculottée à Paris du week-end dernier qui a de quoi rassurer les hommes de Jardim avant de se déplacer à Guingamp.

Modififié

  • Parce que l’équipe s’est assoupie au pire moment

  • Fin mars, Marseille et Lyon semblaient s’être résignés à laisser Monaco filer vers la seconde place. À la veille de la dernière trêve internationale et au lendemain d’une victoire à Lille (2-1) et de celle de Lyon dans l’Olympico (3-2), l’ASM pointait à sept longueurs de l’OM et neuf de l’OL. Un nul fade à Rennes (1-1) et une fessée à Paris, la confortable avance s’est considérablement réduite à cinq journées de la fin. Le mal qui touche le Rocher ? Un coup de fatigue étonnant quand on sait qu’elle est la seule équipe du « Big Four » à avoir été éliminée des compétitions européennes dès le mois de décembre.


    Alors qu’elle était une valeur sûre, la défense montre quelques signes d’inquiétude : aucun clean sheet, pourtant une spécialité de la maison, n’a été réalisé depuis plus de deux mois (face à Dijon le 16 février). Devant, avec Lemar décevant, Falcao en reprise, Baldé et Jovetić inconstants, l’attaque ne dépend que de la forme étincelante de Rony Lopes (12 buts depuis janvier). Dans ces conditions, difficile de relancer une dynamique quand la plupart des titulaires semblent à plat.


  • Parce qu’il va falloir se remettre de la claque reçue à Paris

  • Le voyage au Parc des Princes a cassé les pattes. Certes, les Asémistes ne comptaient pas forcément sur une victoire face au futur champion de France. « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute » , relativisait Leonardo Jardim en paraphrasant Confucius. Mais avec sept buts encaissés et sans avoir réellement existé dans la partie, la valise est bien plus lourde que prévu, et ils doivent aujourd’hui payer les excédents de bagages. La direction a déjà annoncé rembourser les supporters qui se sont déplacés dans la capitale - offre repoussée par certains, par « amour du maillot » .



    Mais c’est sur le terrain que la note va être salée : Djibril Sidibé est out jusqu’à la fin de la saison et a rejoint Keita Baldé, Adama Traoré, Stevan Jovetić, Pietro Pellegri et Diego Benaglio à l’infirmerie. Certes, le programme monégasque pour la dernière ligne droite (déplacements à Guingamp, Caen, Troyes et réception d’Amiens et Sainté) est abordable, mais il ne faudrait pas que le doute s’installe dans les têtes princières. Et ce, malgré le discours du capitaine Falcao : « Nous allons mieux. Quand le match s'est terminé, on était déçus, mais pendant la semaine, on s'est rappelé qu'il nous restait cinq matchs à disputer, qui sont cinq finales, et qu’on a la possibilité d’atteindre notre objectif. »



  • Parce que les poursuivants finissent pied au plancher

  • Revenus à quatre points avant la 34e journée, Lyon et Marseille semblent tout heureux de pouvoir encore postuler la seconde place. Comme si l’un et l’autre n’en avaient pas demandé autant. « C’est possible, mais difficile, commentait Marcelo, le défenseur de l’OL. Monaco a essuyé une grosse défaite face au PSG. On espère les rattraper d’ici la fin de championnat. Ils sont un peu démotivés. Nous, on est très motivés. On pense également au goal average qui peut être important (+36 pour l’OL ; +37 pour l’ASM, N.D.L.R.). On marque beaucoup de buts en ce moment. Cela peut être important. » En tout cas, les Gones se donnent les moyens de terminer à la manière d’un Marc Raquil dans les cent derniers mètres, restant sur six victoires consécutives, comptant sur un Memphis Depay en feu (5 buts sur les quatre derniers matchs) et le retour à la compétition de son capitaine Fekir.


    La chance de Monaco pourrait résider dans la campagne européenne menée par Marseille. En cas de finale, l’OM pourrait être tenté de jeter ses dernières forces sur la Ligue Europa. Mais difficile de voir Rudi Garcia changer son fusil d’épaule si près du but, lui qui a réussi à appliquer un turn over intelligent et à concerner ses hommes sur les deux objectifs tout au long de la saison. Et si les Marseillais décident de surfer sur la vague du succès européen, Monaco ne devra pas se louper, la marge d'erreur étant très fine. Car si l’OM remporte la C3 et finit sur le podium, la quatrième place du championnat ne sera pas pour autant qualificative en Ligue des champions. Autre scénario, dans le cas d'un OM champion d’Europe et quatrième de Ligue 1, le troisième devra passer un tour qualificatif supplémentaire. Dans toutes ces histoires, les Monégasques restent ceux qui ont le plus à perdre. Et autant s’épargner cela en se rassurant dès ce soir à Guingamp.



    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 12:30 Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 24
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    samedi 18 août Leeds enchaîne 19