En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mon amour
  3. // Épisode 8

Pourquoi Modibo Maïga est meilleur que Diego Costa

Ils sont attaquants et considèrent le football avant tout comme un sport de combat. Pourtant, si Diego Costa a connu un meilleur club à Londres, c'est Modibo Maïga qu'il faut suivre en priorité.

Modififié
Modibo Maïga est ce qu'on peut appeler une aubaine pour les clubs peu fortunés qui veulent quand même exister dans le football moderne. Grand, puissant, quand même technique et rapide, il peut jouer dos au but et surtout se démerder seul devant quand il faut « renforcer le milieu de terrain » . Un profil de combattant ET de buteur qui envoie tous les Trezeguet de la terre à la retraite. Les puristes vont laisser couler une larme, mais ce n'est pas son problème. Le Malien a toujours su qu'il ne devait compter que sur lui-même pour se faire une carrière. Passé par la réserve pour convaincre les dirigeants du Mans de le prendre, il fait le forcing, trois ans plus tard, pour ne pas accompagner le club manceau en Ligue 2. Une petite grève qui paie puisqu'il signe à Sochaux, où il finit 5e, faisant de Francis Gillot la nouvelle hype des coachs français. Au bout d'un an, il fait le forcing pour rejoindre Newcastle. Son club ne veut pas le laisser partir, alors il se met en grève, à nouveau. Trop fort, il est quand même rappelé en équipe première et le mercato suivant, Newcastle revient à la charge. Recalé à la visite médicale, il convainc tout de même West Ham de le prendre. Tout à la force du poignet.

De la sueur et des buts


Un mode de fonctionnement que connaît bien Diego Costa. Avant de briller avec l'Atlético Madrid, braquant tous les projecteurs de la dernière finale de la Ligue des champions sur son éventuelle participation, le buteur a dû lui aussi batailler ferme. Dans le même style combatif. Mais plutôt sur le terrain que dans la presse ou le bureau de ses dirigeants. Penafiel, Braga, Albacete, Vigo en D2, Valladolid et le Rayo Vallecano, Costa a été baladé un peu partout par les dirigeants des Colchoneros. Mais à la fin, il est revenu chez les Matelassiers et il s'y est progressivement imposé, malgré Falcao, qui sera finalement vendu sans regrets. À Chelsea, pareil, la légende Didier Drogba a beau être revenu à Stamford Bridge, elle ne récolte que les miettes du taureau. Qui a encore mieux montré son goût de l'adversité avec son choix de sélection. Brésilien de naissance, il aurait pu être l'avant-centre du Brésil pour une Coupe du monde à domicile. Ses concurrents se nommaient Fred et Jô. Mais non, il a choisi de jouer pour l'Espagne, là où Del Bosque avait facile 40 excellents joueurs à sélectionner, dont une quinzaine déjà champions du monde ensemble et habitués à jouer sans attaquant. Comme tous les autres, Costa s'est planté face aux Pays-bas et au Chili, mais il n'en fait pas un drame et continue à se battre pour la Roja.

Quoi qu'il arrive, Maïga joue


Du coup, on pourrait croire que la vie de Maïga, qui doit affronter la concurrence de Falcon à Metz ou de Cheikh Diabaté et son genou flingué en sélection, est plus facile. Il n'en est rien. Car celui qui va une nouvelle fois franchir la barre des dix buts en Ligue 1 se rajoute toujours des handicaps. À Sochaux, il n'avait pas attendu les prémices d'un transfert pour s'attraper avec les supporters. « J'espère que ce but va leur faire fermer leur gueule » avait-il même lâché un jour, face caméra. En Angleterre, il n'a jamais caché que ses entraîneurs, Allardyce ou Redknapp lorsqu'il fut prêté à QPR, ne seraient jamais ses grands amis, et à Metz, il ne s'est jamais amusé à faire croire qu'il allait accompagner l'équipe en Ligue 2. Pourtant, on l'aligne quand même, car il sait se rendre indispensable sur le terrain. Le coup du mercenaire charismatique que l'on préfèrera toujours dans le film au bon soldat plein de bonnes intentions, qui finit de toute façon toujours par se prendre une balle (ici dans la cuisse).

Et dans le merveilleux monde de la Ligue 1, il y a aussi :

Pourquoi Jordan Ayew est meilleur qu'Alexis Sánchez
Pourquoi Jérémy Morel est meilleur que Jérémy Mathieu
Pourquoi N'Golo Kanté est meilleur qu'Andrès Iniesta

Pourquoi Raphaël Guerreiro est meilleur que Gareth Bale
Pourquoi Claudio Beauvue est meilleur qu'Harry Kane
Pourquoi Julien Féret est meilleur qu'Oscar
Pourquoi Wissam Ben Yedder est meilleur que le Kun Agüero

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 29
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165