1. //
  2. // 14e journée
  3. // Chelsea/Fulham

Pour son premier match sur le banc des Blues contre Manchester City dimanche, Rafael Benítez a servi de réservoir à crachats à tout Stamford Bridge. Un accueil glacial dirigé autant contre l'Espagnol que sur Roman Abramovitch, coupable d'avoir saqué Roberto Di Matteo trop vite.

Modififié
17 26
On n'avait pas connu ça depuis le retour de Fabrice Fiorèse au Parc des Princes sous la liquette de l'OM. À l'époque, l'ancienne idole du PSG avait ramassé. Des banderoles, des chants, des sifflets, des piles Duracel balancées sur chaque corner. Le grand chelem de la haine. Sauf que le Savoyard revenait chez lui avec le maillot du rival. Rafael Benítez, lui, s'est fait bousculer par ses propres fans. Dès son arrivée à Stamford Bridge dimanche après-midi, le sosie de Julien Dray a compris qu'il allait passé une sale soirée. Il faut dire que le patron du club, Roman Abramovitch, n'avait pas fait dans la correction en lourdant sans préavis Roberto Di Matteo, cinq mois après une victoire en Ligue des champions à la tête d'une équipe à bout de souffle. Histoire de faire payer la note au Russe, tout le stade s'est rassemblé autour d'une seule cause : celle du banni.

Entre les chants à la gloire de Di Matteo et les banderoles hostiles à Benítez, le technicien espagnol a dû se sentir bien seul dans un pays qui ne l'a jamais vraiment adopté. Dans quel bordel « le garçon de café espagnol » - son surnom outre-Manche - a-t-il mis les pieds ? Fair-play, Rafa a plutôt joué l'apaisement après la rencontre : « Quand les supporters chantent dans les tribunes, je ne comprends pas bien ce qu’ils disent. Je comprends la rivalité qui était la nôtre par le passé, mais comprenez aussi que je suis un professionnel. Cela ne m’intéresse pas de savoir ce qu’ils chantent sur moi. Les banderoles ? Combien faut-il de personnes pour faire une banderole ? Une ou deux. Si nous commençons à gagner des matchs, les gens vont nous soutenir et je pense que nous allons en gagner beaucoup. » Concrètement, que peut-on reprocher à Benítez ? Historiquement, Chelsea et Liverpool ne sont pas rivaux. Pour comprendre cette haine envers l'Ibère, il faut remonter à 2005.

Le fantôme de Luis García

Nous sommes en demi-finale de Ligue des champions, les Reds de Benítez se frottent aux Blues de José Mourinho. Fidèle à son habitude, le Mou' allume tout sur son passage en conférence de presse. Alors que Chelsea survole la Premier League (Liverpool accuse près de 30 points de retard), Reds et Blues se retrouvent pour une place en finale. Après un triste match nul sans but à Stamford Bridge à l'aller, le match retour va basculer sur un détail. Le fameux but fantôme de Luis García. Malgré 657 ralentis, personne n'est capable de dire encore aujourd'hui si la frappe de l'Espagnol a été repoussée derrière ou devant sa ligne par William Gallas. Peu importe, l'arbitre Lubos Michel, lui, accorde le but. Un caramel que Mourinho qualifiera de « but fantôme » . Le début d'une haine entre les deux clubs. D'autant qu'en l'espace de cinq ans, ils se rencontreront six fois sur la scène européenne.

Depuis, Benítez cristallise toute la rancœur des fans de Chelsea. Pour autant, la vraie raison de cette colère dominicale est instrumentalisée. Le vrai coupable, c'est Roman Abramovitch. En crachant sur Benítez, c'est le Russe que l'on vise. D'aucuns auraient préféré que le patron du club appelle Harry Redknapp ou Josep Guardiola pour prendre la suite de Di Matteo. D'autres - les plus nombreux - n'ont toujours pas compris pourquoi Roberto Di Matteo a été saqué de la sorte alors que son équipe commençait à pratiquer un football collectif, chose rare chez les Blues, même du temps de Mourinho où l'aspect rouleau compresseur prenait le pas sur un jeu en mouvement. Même au sein du vestiaire, le licenciement de Di Matteo ne passe pas. Au détour du match contre City, le capitaine des Blues, John Terry, actuellement blessé, est apparu sur la pelouse vêtu d'un maillot discrètement frappé du numéro 16. Le numéro d'un certain Di Matteo durant toute sa carrière. Un geste fort. Voilà, c'est dit, Rafael Benítez n'est pas désiré dans son nouveau club. Il l'a bien compris. Et s'il se mettait subitement à douter de ce désamour, les fans vont vite le lui rappeler. En effet, ils ont ouvert un site internet sur lequel un décompte s'opère jusqu'au mois de juin 2013, date à laquelle le contrat de l'Espagnol (officiellement engagé jusqu'à la fin de la saison) prend fin. Sympa l'ambiance au boulot. Après tout, la première mèche avait été allumée par le club lui-même. Dans son communiqué officiel intronisant Benítez, ce dernier était qualifié d'entraîneur en chef par intérim.




Par Mathieu Faure
Modifié

Note : -1
Moi je comprends pas pourquoi ils ne s'en prennent pas à Abramovitch, c'est lui qui a viré Di Matteo pour mettre Benitez et non l'inverse.
Puis s'ils avaient vraiment voulu faire passer un message ils auraient du boycotter le début du match et ne pas siffler comme des gosses de riches. Bref c'est tant mieux pour les adversaires si les supporters ne sont pas derrière leur entraineur.
Note : 1
"Chelsea est un grand club avec des joueurs fantastique. Chaque technicien aimerait encadrer une telle équipe. Mais je ne prendrai jamais ce travail dans le respect de mon ancien club, Liverpool. Pour moi, il n'y a qu'un seul club en Angleterre, et c'est Liverpool" Rafa Benitez 2007.

Tu fais un article sur la haine des supporters de Chelsea envers Benitez et tu rates ça, c'est carrément de la faute professionnelle.
dede62137 Niveau : DHR
il va gagner deux matchs, ça sera une idole...
Note : 1
Fredliga : tu délires mec... Entre 2005 et 2007 Liverpool envoyait du lourd, un football vertical qui allait d'un but à l'autre à deux cent à l'heure en Europe (2008 : Chelsea - Liverpool en CL : 4-4 c'est ce que t'appelles un jeu défensif et frileux ???) et un football continental basé sur la possession et les attaques placés en Premier League. Et la première saison de Torres à Liverpool, l'équipe jouait très bien, certes le bloc se positionnait plus bas qu'avant et se projetait seulement après avoir mis le ballon dans les pieds de Torres mais il n'y a qu'aux environs de 2009 que le fond de jeu de Liverpool a commencé se perdre... Je ne vois pas en quoi Bénitez a particulièrement prôné un jeu ultra défensif pendant toutes ces années. Moi si j'étais content qu'il parte du LFC c'était à cause de ses transferts foireux (Voronin, Babel, ou encore la quiche Riera)
Parce que les tribunes de Stamford Bridge n'ont plus rien à voir avec celles.
des décennies précédentes où la blue army pouvait se targuer d'avoir des supporters fidèles et féroces (headhunters...) malgré un niveau moyennasse...
Les travées de Stamford Bridge sont remplies d'enfants'enfants gâtés, de bobos et de badge kissers qui connaissent leur club uniquement en fonction des dires des journalistes et du montant dépensé par joueurs...
Les tabloïds et spécialistes foot menant une croisade contre le bien fondé de la venue de benitez en diffusant 159 fois les images des douloureuses éliminations de Chelsea par Liv'pool, ces spectateurs (à contrario du supporter qui soutiendra son équipe contre vents et marées) suivent comme des moutons le mouvement !
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
A lire ensuite Ruffier comme un paon
17 26