1. //
  2. // Demies
  3. // Portugal-Pays de Galles

Pourquoi les Portugais de France sont-ils tant attachés à la Selecção ?

Les articles de la presse française, à l’encontre du jeu de l’équipe du Portugal durant cet Euro, a fait ressortir le patriotisme des Portugais de France, qui ont mal vécu ces critiques. Insultes, menaces, boycotts, les supporters se sont lâchés sur les réseaux sociaux contre les auteurs de ces papiers. Mais d’où vient cet attachement à la Selecção de ces personnes qui sont pour la plupart nées en France ?

Modififié
5k 79
« Nous sommes venus vous remercier pour votre soutien » , a lancé Ronaldo, micro en main et pas dans le lac, en direction des 500 supporters amassés devant le Centre national du rugby de Marcoussis, où loge le Portugal durant l’Euro. On est vendredi, au lendemain de la qualification des coéquipiers de Pepe pour la demi-finale de la compétition. Et comme tous les jours de la semaine depuis le début de la compétition, les amoureux de la Selecção patientent devant l'enceinte pour rencontrer leurs héros. La majorité d'entre eux vivent en France : le dernier recensement en date indique la présence de 1,2 million de personnes d'origine portugaise. Des supporters qui, malgré un attachement certain à la France, terre d'accueil ou de naissance, ne jurent que par la sélection portugaise.

Le rituel des vacances au bled


Pour les Portugais, le football est une religion. Au café ou à table, entre amis ou en famille, les sujets tournent souvent autour du même sujet : le ballon rond. C’est donc assez logiquement que cette passion du football et de la Selecção se transmet de génération en génération. Pour Victor Pereira, enseignant-chercheur en histoire à l’université de Pau, mais également spécialiste de l'émigration portugaise et du sport, le football permet même de resserrer les liens familiaux : « Soutenir l’équipe du Portugal montre, vis-à-vis de ses parents et de soi-même, une sorte de loyauté au pays d’origine. Les enfants ne parlent pas tous très bien le portugais, ils n’ont pas le même milieu social que leurs parents, le football qui est transgénérationnel permet donc ce rapprochement familial. »


Plus que le football, les enfants ou petits-enfants d’immigrés lusitaniens ont, pour la plupart, un fort attachement au pays. Demandez-leur où ils ont passé toutes leurs vacances d’été depuis leur naissance, et la réponse sera toujours la même : « Au Portugal. » Ce contact perpétuel avec le pays d’origine accentue cet attachement au Portugal et donc à la Selecção comme l’explique à Eurosport le Franco-Portugais Raphael Guerreiro, qui a choisi de porter le maillot rouge : « Mon père est portugais, ma mère est française, mais depuis que je suis tout petit, j’ai toujours préféré le Portugal à la France. Dans ma famille, c’est comme ça. Mes frères, c’est pareil. Avant que je rejoigne Caen, nous allions tous les ans en vacances près de Faro (au sud du Portugal). »

Un attrait également lié au succès


Si Guerreiro n’arrive pas à trouver une réelle explication à sa préférence pour le Portugal, Victor Pereira pense que l’une des raisons de cet attachement est à retrouver dans les cours de récréation : «  À l’école, les autres camarades nous appellent "le Portugais", et inconsciemment on adopte cette mentalité. Le processus d’attachement au pays s’accentue. » Le football portugais qui a connu de nombreux joueurs de classe mondiale ces 15 dernières années comme Luís Figo, Pedro Miguel Pauleta et maintenant Cristiano Ronaldo, permet donc aux enfants de se servir de ce sport pour avoir un moyen de réponse : « Supporter le Portugal permet de retourner le stigmate à son avantage. L’enfant peut répondre avec fierté : "Je suis d’origine du même pays que Ronaldo." »


Le niveau de jeu du Portugal sur les quinze dernières années joue donc un rôle majeur dans l’attachement à la Selecção. Il n’est pas impossible de penser que, si la sélection était classée à la 80e place du classement FIFA, l’attrait pour l’équipe du Portugal serait beaucoup plus modéré. Lors de la Coupe du monde de rugby 2007 en France, il n’y avait pas le même attachement à cette sélection, qui a pris un violent 108-13 contre la Nouvelle-Zélande. En revanche, Victor Pereira rappelle que dans les années 1970, les Portugais de France vibraient au rythme de Joaquim Agostinho, un cycliste lusitanien deux fois troisième du Tour de France et vainqueur de quatre étapes sur la Grande Boucle : «  À part le foot et le rink hockey, les Portugais n’excellent pas dans d’autres sports. Il y a eu ce fort appui au cycliste Agostinho. D’ailleurs, il n’est pas impossible de voir des drapeaux à son effigie dans certains bars portugais de Paris entre les écharpes de Benfica, Porto et du Sporting. » D'ailleurs, il va comment José Azevedo ?

Plus Ronaldo que Premier ministre


La relative faiblesse des Portugais dans les autres sports médiatisés comme le basket, le tennis, le handball ou encore le rugby fait que beaucoup de personnes d’origine portugaise vont supporter l’équipe de France dans ces sports. Mais en football, ces mêmes supporters ne seront pas derrière les Bleus, mais uniquement derrière la Selecção. Les confrontations de 2000 et 2006 entre la France et le Portugal ont accentué cette rivalité footballistique, attisant le besoin de choisir. Preuve qu’en football, les Portugais aiment se retrouver entre eux. Il n’est pas rare de voir en France des clubs « réservés » aux Lusitaniens. On n'en dénombre pas moins de neuf dans l’Essonne, avec par exemple les Portugais Ulis A.S. ou encore les Portugais Ris Orangis U.S.

Le lien familial mis de coté, le football est un des rares éléments qui permettent aux Franco-Portugais de garder une accroche affective avec leur pays d’origine. Victor Perreira rappelle, à juste titre, que « le Français d’origine portugaise s’intéresse plus à la sélection portugaise qu’à la vie politique du pays. Beaucoup ne sauraient pas donner le nom du Premier ministre portugais, alors qu’ils sont tous capables de donner le 11 du dernier match du Portugal. » Si António Costa est le Premier ministre, les supporters ne savent toujours pas qui sera le premier Portugais à soulever un trophée avec la Selecção. Et si c’était CR7, le 10 juillet prochain à Paris, devant toute la communauté portugaise de France ?

Par Steven Oliveira
Modifié

Dans cet article

Note : 3
je sais pas d'où il vient mais les franco-tos sont bien pire niveau manque de lucidité et d'objectivité que les franco-ritales, les franco-espingoins et j'en passe.

les seuls qui peuvent rivaliser, c'est les franco-algériens je crois.

et je parlerai même pas de l'extra-sportif !
Oh le joli Click-bait !

Rorschach Niveau : DHR
Note : 2
Haha, article rédigé par Steven Oliveira. Elle a dû être dur à vivre ta jeunesse.

Désolé.
Message posté par l'hiverpoule
cet article est complètement bancal


Bancal exact. Comme de comparer la popularité du foot et du rugby.

Ce type d'article, traité seulement en surface, sert le plus souvent comme défouloir.
Note : 4
Article rédigé à la truelle, tant il est bourré de fautes...

Bref... Ce qui me fait aimer le Portugal ?
C'est bien le fait que mes deux parents en viennent, qu'ils me l'aient fait découvrir, que j'y aie passé un mois par an en vacances, que quasiment toute ma famille y vive.

Ce qui me fait aimer la sélection portugaise ? Sûrement encore une fois, les origines et le fait que quand tu as des parents qui sont nés et ont vécu dans un pays, ils essaient de t'expliquer ce qu'ils ont vécu et de te faire partager l'amour qu'ils éprouvent pour ce pays.

Ce qui n'est pas plus con que de vouloir partager son amour de la musique, du bricolage ou du PSG....

L'amour d'un pays, d'une sélection, c'est inné..
On ne choisit pas d'aimer un club ou une sélection..

Il n'y a que sa femme qu'on choisit ;)
Message posté par popeye
Le coup de la stigmate dans la cours d'école. Ce peut aussi bien être l'inverse où les deux.


Le fameux pain au chocolat.
Note : 3
Message posté par Pragmatique
J'ai l'impression que les Portugais nés en France parlent parfaitement le Portugais.Je précise car ce n'est pas le cas d'autres personnes nées en France de parents étrangers.

J'ai toujours bien aimé les Portugais.C'est vrai que lorsque il est question de parler de foot, ils ne sont pas toujours objectifs (lors de la non-qualification du Portugal pour la CDM 98,un ami Portugais avait rebaptisé l'arbitre Français Monsieur Batta en Monsieur bâtard, car il était persuadé qu'il était lusophobe.Cela dit, nous étions jeunes donc peut-être qu'il manquait de recul ; + les éliminations 2000 et 2006 au cours desquelles je n'ai vu aucune erreur d'arbitrage, Abel Xavier fait bien une main volontaire et il y a bien faute sur Henry 6 ans après).

Mais sinon, j'aime bien leur mentalité de travailleurs et respectueuse.Et lorsque je faisais du foot en club, les meilleurs footballeurs (les plus complets) étaient souvent Portugais.


On pourrait discuter des heures du penalty en 2006 et ne jamais tomber d'accord, je peux vivre avec. Mais ce match contre l'Allemagne en 1997, c'est sans doute mon pire souvenir de foot.

On traîne comme un boulet un match nul contre l'Arménie en début de qualif. C'est l'avant-dernière journée, on doit gagner en Allemagne pour garder notre destin en main. L'équipe fait le boulot, on mène 1-0. En 2ème mi-temps Artur Jorge décide faire sortir Rui Costa pour densifier le milieu. Le gars sort en marchant comme des milliers de joueurs avant lui et des milliers après. L'arbitre se porte à sa hauteur et lui colle un jaune - le 2ème -. On se retrouve à 10, Kirsten égalise. Le Portugal n'ira pas en France.

Alors évidemment l'arbitre français a été (est) haï (à juste titre) par pas mal de monde au Portugal.
Message posté par Entoutemauvaisefoi
@Deco10: "Si on voulait faire un bon papier inutile quitte à juger, on pourrait faire
"Pourquoi les ressortissants Français aux Etats-Unis (Ou Londres hein) supportent-ils l'Equipe de France?""

C'est pas la même chose puisque l'article, dont le titre est mal tourné, parle en fait des FRANÇAIS d'origine portugaise. Evidemment que les Portugais vivant en France supportent le Portugal! Idem pour les ressortissants Français à l'étranger.


Je pense que l'article traite des français d'origine portugaise.

Mais je pense qu'une très grande majorité est binationale.

Après tu n'as pas tord, il y a beaucoup de "nouveaux" Portugais en France, donc dans tout ça on en perd son latin.
Psychedelic Train Niveau : District
Note : 2
Message posté par kafkarnum
Je pense que l'article traite des français d'origine portugaise.

Mais je pense qu'une très grande majorité est binationale.

Après tu n'as pas tord, il y a beaucoup de "nouveaux" Portugais en France, donc dans tout ça on en perd son latin.


Je dirais même plus : il y a les français d'origine portugaise de première génération, qui le plus souvent parlent un minimum le portugais, parfois l'écrivent, souvent le lisent. Puis tu as les français d'origine portugaise de seconde génération, de par leurs deux parents voire un seul, qui parfois comprennent le portugais, plus rarement le parlent, et quant à le lire et l'écrire, je ne pense pas. Ces derniers sont ceux qui fantasment le plus le Portugal, j'imagine, et peut-être aussi ceux qui accumulent le plus de clichés, bien malgré eux... Dommage que l'article ne fasse pas de différence entre tout ça. Parce que je trouve déjà qu'il y en a une entre un portugais né là-bas, arrivé en France petit et qui y a grandi et un né ici du même âge. Alors les dernières générations, moins "directes", parfois je tombe dessus et ça me fait un peu bizarre.

Personnellement, j'ai des souvenirs du France - Portugal de 84, mais j'avais pas vraiment pris une position, j'ai l'impression. Bien que j'étais le portugais de la classe. Je jouais au foot en club, dans un champ le mercredi, ça me suffisait. Par contre, oui, j'ai observé : les parents et amis de la famille, déçus. Bon, tu vis ça, ça reste gravé. Deux ans plus tard, la victoire de Porto en LdC, en revanche, a scellé quelque chose de plus solide pour ma part, même s'il ne s'agissait pas de l'équipe nationale.

Gwahir, je vois pas ce que supporter l'un ou l'autre à avoir avec un passé d'ancienne colonie : t'entends parler portugais quasiment au quotidien, toute ta famille est au Portugal alors que les potes vont chez leur grand père tous les après-midis, tu t'es forgé des souvenirs dans le pays de tes vieux aussi (les miens, perso, n'ont jamais pleuré devant moi ; certes, ça avait pas l'air d'être la joie, mais ils me parlaient juste de la vie là bas, de l'histoire de la famille), tu manges portugais au quotidien aussi quand tu manges chez tes vieux, jusqu'à ce qu'ils intègrent une ou deux recettes de cuisine française, ce qui peut prendre du temps et ne pas être toujours apprécié. Donc, support la Selecção, pour moi, c'est juste naturel.

Et puis, même s'il y a une hype touristique pour le Portugal, désormais, et que beaucoup se rendent finalement compte que c'est un beau pays, au patrimoine riche, pendant très longtemps, le Portugal, c'était le linge qui pendait aux fenêtres dans les rues de Porto et Lisbonne, et ce pays d'où tant de travailleurs avaient fui. Finalement, la Selecção, c'est une des rares choses "palpables", visibles et positives qui pouvait nous rendre fier. Moi je le vois un peu comme ça, même si je suis fier de plein d'autres choses. C'est incomparable avec les italiens, dont le pays est loué comme étant le plus beau du monde, et qui en plus, sont des descendants de 2, 3 4 et parfois plus de générations, et qui ont une équipe respectée. Pareil pour les espagnols : pour ma part, très peu de connaissances sont fils d'émigrés et pour moi ils sont français en tous points. Après, eux, niveau football, faut pas oublier qu'avant 2008, c'était le néant et cette fameuse malédiction des quarts, il me semble. Bref, je mélange un peu tout, mais pour moi y'a de ça aussi, en réaction à une certaine condescendance, et plutôt que complexe d'infériorité de mon côté, je dirais complexe de supériorité de l'autre. J'ai connu des profs pour lesquels on parlait espagnol au Brésil... Ne pas connaître un minimum d'histoire du Portugal, même quand on enseigne l'EPS, ça craint. Et par contre, les blagues sur les maçons, etc, çam'a jamais vraiment fait rire, surtout que souvent, c'est le premier venu inconnu qui te les sort pour tenter de sympathiser. Avec moi, ça marche pas, bien que je sois pas touché personnellement par le truc.

Dernière chose : en UE, tu n'as pas droit à la bi-nationalité : perso, je suis français et fonctionnaire (pas mon métier mais mon statut, hein!). Seuls les ressortissants d'autres pays que de ceux de l'UE ont droit à la bi-nationalité. Ca n'empêche pas d'avoir le coeur qui penche d'un côté, et sans cracher dans la soupe!

Enfin, c'est dommage de jeter sur l'article : il répond plus ou moins adroitement à des questions posées par certains ces derniers jours, et puis, on a de la chance sur SoFoot d'avoir régulièrement des articles écrits sur le football portugais, autant se donner les chances d'en garder un minimum, parce que, ça doit quand même être la pression d'écrire pour tous les luso descendants ou portugais qui lisent le site : un peu d'indulgence ne fait pas de mal, inutile de la ramener de manière arrogante! Perso, j'apprends pas mal de choses, aussi en lisant les comms, il est vrai!

Voilà voilà, c'est dit!
Message posté par Gwayhir
"Si on voulait faire un bon papier inutile quitte à juger, on pourrait faire
"Pourquoi les ressortissants Français aux Etats-Unis (Ou Londres hein) supportent-ils l'Equipe de France?"

Je pense qu'on lirait la même chose."

Mais de quoi tu parles ? tu mets sur un pied d'égalité des gens vivant à l'étranger et des gens ayant la nationalité d'un pays ??

Pour reprendre ton argumentation :

Si jamais j'émigre un jour aux USA, je continuerai clairement à supporter l'EDF. Si j'ai des enfants là bas qui y naissent et y vivent et reviennent en France pour les vacances, je trouverais ça pas choquant qu'ils supportent la team USA presque étonnant qu'ils se retrouvent dans l'EDF...


@Gwayhir

Je me suis mal exprimé en parlant de ressortissants (oui en effet, c'est logique de supporter le pays dont tu viens)
Je voulais parler de franco-descendants, vivant à l'étranger..
Ça ne serait absolument pas choquant de les voir aimer l'EDF, origines, transmission familiale et j'en passe.

Je dis simplement qu'au vu de l'éducation et / ou transmission de passion familiale, je ne suis pas choqué d'aimer le Portugal ou que mon fils me suive.
J'espère bien qu'il aimera le FC Porto...!
luigidibiagio Niveau : District
Note : 2
Moi je dirais que c'est le conditionnement. Je suis né d'un père français et d'une mère italienne et j'ai toujours supporté la squadra azzura. Pourquoi ? Parce que j'ai majoritairement grandi dans un environnement familial italien donc très vite on est plus conditionné par les personnes avec lesquelles ont vit qu'avec les personnes qu'on côtoie. Pour les portugais c'est la même chose: tu vois tes parents supporter la seleçao, côtoyer les bars portugais et parler H24 portugais, forcément tu vas te sentir plus proche de ton père que tes copains français nés en France.
Spike Spiegel Niveau : CFA2
Message posté par Psychedelic Train
Je dirais même plus : il y a les français d'origine portugaise de première génération, qui le plus souvent parlent un minimum le portugais, parfois l'écrivent, souvent le lisent. Puis tu as les français d'origine portugaise de seconde génération, de par leurs deux parents voire un seul, qui parfois comprennent le portugais, plus rarement le parlent, et quant à le lire et l'écrire, je ne pense pas. Ces derniers sont ceux qui fantasment le plus le Portugal, j'imagine, et peut-être aussi ceux qui accumulent le plus de clichés, bien malgré eux... Dommage que l'article ne fasse pas de différence entre tout ça. Parce que je trouve déjà qu'il y en a une entre un portugais né là-bas, arrivé en France petit et qui y a grandi et un né ici du même âge. Alors les dernières générations, moins "directes", parfois je tombe dessus et ça me fait un peu bizarre.

Personnellement, j'ai des souvenirs du France - Portugal de 84, mais j'avais pas vraiment pris une position, j'ai l'impression. Bien que j'étais le portugais de la classe. Je jouais au foot en club, dans un champ le mercredi, ça me suffisait. Par contre, oui, j'ai observé : les parents et amis de la famille, déçus. Bon, tu vis ça, ça reste gravé. Deux ans plus tard, la victoire de Porto en LdC, en revanche, a scellé quelque chose de plus solide pour ma part, même s'il ne s'agissait pas de l'équipe nationale.

Gwahir, je vois pas ce que supporter l'un ou l'autre à avoir avec un passé d'ancienne colonie : t'entends parler portugais quasiment au quotidien, toute ta famille est au Portugal alors que les potes vont chez leur grand père tous les après-midis, tu t'es forgé des souvenirs dans le pays de tes vieux aussi (les miens, perso, n'ont jamais pleuré devant moi ; certes, ça avait pas l'air d'être la joie, mais ils me parlaient juste de la vie là bas, de l'histoire de la famille), tu manges portugais au quotidien aussi quand tu manges chez tes vieux, jusqu'à ce qu'ils intègrent une ou deux recettes de cuisine française, ce qui peut prendre du temps et ne pas être toujours apprécié. Donc, support la Selecção, pour moi, c'est juste naturel.

Et puis, même s'il y a une hype touristique pour le Portugal, désormais, et que beaucoup se rendent finalement compte que c'est un beau pays, au patrimoine riche, pendant très longtemps, le Portugal, c'était le linge qui pendait aux fenêtres dans les rues de Porto et Lisbonne, et ce pays d'où tant de travailleurs avaient fui. Finalement, la Selecção, c'est une des rares choses "palpables", visibles et positives qui pouvait nous rendre fier. Moi je le vois un peu comme ça, même si je suis fier de plein d'autres choses. C'est incomparable avec les italiens, dont le pays est loué comme étant le plus beau du monde, et qui en plus, sont des descendants de 2, 3 4 et parfois plus de générations, et qui ont une équipe respectée. Pareil pour les espagnols : pour ma part, très peu de connaissances sont fils d'émigrés et pour moi ils sont français en tous points. Après, eux, niveau football, faut pas oublier qu'avant 2008, c'était le néant et cette fameuse malédiction des quarts, il me semble. Bref, je mélange un peu tout, mais pour moi y'a de ça aussi, en réaction à une certaine condescendance, et plutôt que complexe d'infériorité de mon côté, je dirais complexe de supériorité de l'autre. J'ai connu des profs pour lesquels on parlait espagnol au Brésil... Ne pas connaître un minimum d'histoire du Portugal, même quand on enseigne l'EPS, ça craint. Et par contre, les blagues sur les maçons, etc, çam'a jamais vraiment fait rire, surtout que souvent, c'est le premier venu inconnu qui te les sort pour tenter de sympathiser. Avec moi, ça marche pas, bien que je sois pas touché personnellement par le truc.

Dernière chose : en UE, tu n'as pas droit à la bi-nationalité : perso, je suis français et fonctionnaire (pas mon métier mais mon statut, hein!). Seuls les ressortissants d'autres pays que de ceux de l'UE ont droit à la bi-nationalité. Ca n'empêche pas d'avoir le coeur qui penche d'un côté, et sans cracher dans la soupe!

Enfin, c'est dommage de jeter sur l'article : il répond plus ou moins adroitement à des questions posées par certains ces derniers jours, et puis, on a de la chance sur SoFoot d'avoir régulièrement des articles écrits sur le football portugais, autant se donner les chances d'en garder un minimum, parce que, ça doit quand même être la pression d'écrire pour tous les luso descendants ou portugais qui lisent le site : un peu d'indulgence ne fait pas de mal, inutile de la ramener de manière arrogante! Perso, j'apprends pas mal de choses, aussi en lisant les comms, il est vrai!

Voilà voilà, c'est dit!


Je réponds juste sur ce que tu viens de dire quant à l'interdiction de la binationalité par l'UE. Je sais pas d'où tu sors ça gros ? Et encore moins comment tu peux en arriver à penser que l'union européenne voudrait et pourrait imposer une mesure aussi discriminante.

Donc on va la faire simple, ça dépend des pays, pas de l'UE. T'en as qui sont ok avec ça (La France, pour l'instant...) et l'italie par exemple (qui sont mes deux nationalités), mais t'en a un paquet d'autre. Et tu peux même avoir triple nationalité.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5k 79