1. // Ces gestes qui trahissent

Pourquoi les mains sur les hanches ?

C'est un geste, une attitude, que l'on retrouve sur tous les terrains de football. A chaque but encaissé, à chaque défaite, les têtes se baissent, les mains se posent sur les hanches et les regards s'assombrissent. Pourquoi ? Comment ? Tentative de dissection d'une pose pas comme les autres avec deux spécialistes. Bienvenue chez les Psy.

Modififié
232 56
Camp Nou. Barça-Bayern, demi-finale retour de la Ligue des champions. 76e minute, les Catalans encaissent un humiliant troisième but. Terrible coup dur. Alors que Thomas Müller fait le mariole avec ses potes bavarois, Alex Song, Marc Bartra et Thiago Alcántara fixent le vide et posent les mains sur leur taille. Simultanément. L'image est frappante mais pas vraiment étonnante. Car cette posture est probablement le geste technique le plus répété sur les terrains de football. Que l'on soit pro ou amateur. Que l'on ait 12, 20 ou 30 piges. Un temps mort, une défaite, un but encaissé… Tout est prétexte pour prendre la pose, même durant quelques secondes. Certains, comme Juan Román Riquelme, en ont même fait une marque de fabrique. La mécanique, bien huilée, s'accompagne souvent d'un regard de brebis égarée. Logique. « Le corps traduit certaines émotions et certains ressentis. Il est en perpétuelle communication avec l'esprit, explique Grégoire Besnard, psychologue du sport à Bordeaux. Il peut être difficile, à un moment, de verbaliser certaines choses. C'est donc le corps qui va exprimer ce traumatisme. » Le footballeur pense donc tout bas ce que son corps exprime tout haut. Le fameux « body language » . Pas facile à gérer et encore moins à contrôler. Jean-Cyrille Lecoq, autre psy du sport basé à Paris, confirme : « C'est peut-être moins frappant dans d'autres disciplines mais, en foot, un but change tout. Et c'est là que le langage du corps prend toute son importance. Ça témoigne d'un manque de confiance et d'un aveu d'impuissance  » . C'est tout ? Pas sûr.

Gangnam Style et contamination mentale

La pose « main sur les hanches » façon Gangnam Style (du Psy coréen, cette fois-ci) ne reflète pas qu'un mal-être personnel. Elle traduit aussi et surtout les doutes du footballeur envers ses coéquipiers. Notamment après avoir encaissé un pion. « Le fait de prendre un but est toujours l'aveu d'un dysfonctionnement de l'équipe, assure Besnard. Il est donc logique que les membres du collectif se posent la question de la cause de ce dysfonctionnement » . Les spécialistes parlent de « concept d'efficacité collective  » . « Un but peut mettre à mal la confiance que le joueur a dans son équipe. Et ce manque de confiance s'exprime au travers de son corps.  » En réalité, le joueur gagne grâce au collectif et perd à cause de ses coéquipiers. Et il va le faire comprendre au travers de sa posture préférée. Boudeur, le footballeur ? Un peu, oui. Souvent inconsciemment d'ailleurs. « La défaite implique toujours de rechercher une cause, une explication. Il y a toujours un bouc émissaire au sein de l'équipe » , lâche Lecoq.

Un ressenti personnel qui n'explique pas vraiment pourquoi les joueurs réalisent pratiquement tous le même geste au même moment. « Moi j'appelle ça la contamination mentale, explique le psychologue parisien. C'est surtout frappant dans une équipe où le collectif domine, comme le Barça, par exemple. Il y a un phénomène de mimétisme dans la victoire mais aussi dans la défaite » . Et Besnard de préciser : «  Les émotions d'un joueur peuvent tout à fait se retrouver chez un de ses coéquipiers. C'est une sorte de contagion émotionnelle  » . Problème : l'attitude défaitiste des joueurs donne un avantage moral à l'adversaire qui, en face, observe les regards apeurés de ses victimes. Ou pas. « Le fait de laisser paraître les émotions donne forcément quelques indications à l'adversaire, mais les grands sportifs sont capables de se reconcentrer et de se remobiliser rapidement. C'est leur force. L'influence est donc minime  » , développe Besnard.

Comme des moutons

C'est là que le rapport du footballeur à la défaite prend toute son importance. « Certains vont la prendre comme un défi à relever et parvenir à faire le point sur ce qui n'a pas été. Chez d'autres, en revanche, elle est plus difficile à surmonter. » Encore plus, peut-être, dans un stade rempli et avec des dizaines de caméras braquées sur soi. Grégoire Besnard, toujours : « Les manières de réagir dépendent beaucoup du contexte où elles s'expriment. Certains comportements vont être attendus dans certains environnements alors que dans d'autres, ils seront proscrits. C'est ce que l'on appelle l'influence normative » . Un concept selon lequel les membres d'un groupe agissent tous de la même manière. Histoire d'éviter les conflits. Histoire, aussi, de ne pas être rejetés. Et c'est précisément ce schéma qu'appliquent les footballeurs sur les pelouses. Si l'un porte les mains sur ses hanches, l'autre suivra. La théorie des moutons, donc.

Reste la question de la posture en elle-même. Pourquoi le footballeur met-il les mains au niveau de la taille ? Difficile à dire. Lui, ne semble pas y penser. Mais peut-être bien, au fond, qu'il ne peut les mettre ailleurs. Parce que c'est toujours plus classe que d'avoir les bras ballants et plus respectueux que de les croiser. Peut-être, aussi, parce que les shorts de foot n'ont pas de poches. Une chose est certaine : avant que les équipementiers ne se penchent sur le sujet, Thiago, Song, Bartra et les autres devraient continuer à prendre la pose. Match après match. But après but. Et nous rappeler, dans un coin de notre tête, une vieille chanson d'Adamo. Oui, Adamo. Foutu mimétisme.







Par Grégory Blasco
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nononoway Niveau : CFA
Parce que c'est la position qu'on prend quand on reprend son souffle et son calme ?
seb-guillot Niveau : DHR
Parce que s'ils les mettaient dans leur caleçon, ils passeraient pour des pervers !
A chaque but pris, moi j'mets les mains sur ma teub.. Foutu déviance.
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Pourquoi le branlage de mouche?
C'est marrant je pensais à ca dimanche. Grenier était dans cette position à un moment quand l'arbitre a sifflé une faute contre lui après un joli plongeon de Motta. Le PSG venait d'ouvrir le score. Il y avait aucune révolte de sa part, il était comme fataliste... Ca m'a profondément énervé de voir ça. Et effectivement il était les mains sur les hanches...
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
C'est clair que quand tu vois un match et qu'il y a un but, tu as la célébration de l'équipe qui marque mais également toute la chaine de réaction de l'équipe qui vient d'encaisser.

C'est là que le rôle d'un capitaine est primordial pour moi. Si le capitaine direct après le but arrive à remotiver les troupes sur le terrain l'ascendant psychologique est plus fort.

Les grands capitaines de l'histoire du foot étaient excellents à ca. Par exemple je vais parler de ce que je connais le mieux comme capitaine: Kahn.

Ce mec avait une prestance folle sur le terrain, dès qu'il y avait un but contre son équipe c'était une routine: j'engueule un ou deux défenseurs (même si c'est de sa faute), je frappe dans mes mains, j'engueule un petit peu mon milieu, dit à tout le monde de se ressaisir et c'est repartis.

Honnêtement, je pense que c'est là où le capitaine prend une toute autre envergure, remobiliser les troupes dans la défaite.
*somagic* Niveau : CFA
Parce que la main sur les épaules de son coéquipier ça fait une chenille et je pense que ce serait pas l'attitude appropriée qd tu encaisses un but...
*somagic* Niveau : CFA
Message posté par FCB Stern des Südens
C'est clair que quand tu vois un match et qu'il y a un but, tu as la célébration de l'équipe qui marque mais également toute la chaine de réaction de l'équipe qui vient d'encaisser.

C'est là que le rôle d'un capitaine est primordial pour moi. Si le capitaine direct après le but arrive à remotiver les troupes sur le terrain l'ascendant psychologique est plus fort.

Les grands capitaines de l'histoire du foot étaient excellents à ca. Par exemple je vais parler de ce que je connais le mieux comme capitaine: Kahn.

Ce mec avait une prestance folle sur le terrain, dès qu'il y avait un but contre son équipe c'était une routine: j'engueule un ou deux défenseurs (même si c'est de sa faute), je frappe dans mes mains, j'engueule un petit peu mon milieu, dit à tout le monde de se ressaisir et c'est repartis.

Honnêtement, je pense que c'est là où le capitaine prend une toute autre envergure, remobiliser les troupes dans la défaite.


Khan... bordel... quand il relève tous ses coéquipiers après la défaite en finale de ligue des champions... "soyez fiers malgré la défaite"... et Kuffour, qui est un beau bébé qd même, qui se lève sans broncher.. une image incroyable
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Ca s'appelle le langage non verbal.
Exactement. Je me souviens de Thiago Silva avec Matuidi à l'aller contre Barcelone. Après le but du 1/2 il "bouge" Matuidi et c'est lui qui égalise...
Lasourceprochedudossier Niveau : CFA2
Des caméras braquées sur soit... ou sur soi?
Sinon, vivement l'analyse du pourquoi les footballeurs commencent toutes leurs réponses d'interview par "Non".
Message posté par FCB Stern des Südens
C'est clair que quand tu vois un match et qu'il y a un but, tu as la célébration de l'équipe qui marque mais également toute la chaine de réaction de l'équipe qui vient d'encaisser.

C'est là que le rôle d'un capitaine est primordial pour moi. Si le capitaine direct après le but arrive à remotiver les troupes sur le terrain l'ascendant psychologique est plus fort.

Les grands capitaines de l'histoire du foot étaient excellents à ca. Par exemple je vais parler de ce que je connais le mieux comme capitaine: Kahn.

Ce mec avait une prestance folle sur le terrain, dès qu'il y avait un but contre son équipe c'était une routine: j'engueule un ou deux défenseurs (même si c'est de sa faute), je frappe dans mes mains, j'engueule un petit peu mon milieu, dit à tout le monde de se ressaisir et c'est repartis.

Honnêtement, je pense que c'est là où le capitaine prend une toute autre envergure, remobiliser les troupes dans la défaite.


Je plussoie à ce que tu dis... l'attitude de thiago silva après le but au parc est dans la même veine... Après, les mains sur les hanches, je pense que c'est plus lié à la tenue... Au paintball quand tu te fais sortir, tu sors la main sur la tête, et t'as les mains prises avec le lanceur.. .donc pas d'attitude comme ça... Au rugby tu retrouves aussi cette attitude... En me^me temps, il y a un gros temps de latence entre un but ou un essai marqué et la reprise du jeu... T'as 1 ou 2 minutes de vide à combler, temps durant lequel tu t'interroges sur pourquoi tu t'es fait piné... Pas évident...
Message posté par FCB Stern des Südens
C'est clair que quand tu vois un match et qu'il y a un but, tu as la célébration de l'équipe qui marque mais également toute la chaine de réaction de l'équipe qui vient d'encaisser.

C'est là que le rôle d'un capitaine est primordial pour moi. Si le capitaine direct après le but arrive à remotiver les troupes sur le terrain l'ascendant psychologique est plus fort.

Les grands capitaines de l'histoire du foot étaient excellents à ca. Par exemple je vais parler de ce que je connais le mieux comme capitaine: Kahn.

Ce mec avait une prestance folle sur le terrain, dès qu'il y avait un but contre son équipe c'était une routine: j'engueule un ou deux défenseurs (même si c'est de sa faute), je frappe dans mes mains, j'engueule un petit peu mon milieu, dit à tout le monde de se ressaisir et c'est repartis.

Honnêtement, je pense que c'est là où le capitaine prend une toute autre envergure, remobiliser les troupes dans la défaite.


Caaapitaine Kahn, tu n'es pas... de noootre galaxie!
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
DavidV tu fumes quoi? Ca a l'air très bon :)
A part ça, cet article pose une thèse un peu impossible à démontrer. Le rasoir d'Occam, ça dit quelque chose à l'auteur? De deux théories, celle faisant intervenir le moins d'éléments est probablement la moins mauvaise.

En l'occurrence, les mains sur les hanches, c'est juste la position du corps qui, dans une phase de calme/pause/attente, utilise le moins d'énergie pour retenir les bras et se tenir debout. Rien à voir avec l'expression psychologique d'un sentiment négatif. J'en veux pour preuve que les joueurs qui engagent le ballon, que ce soit au début du match ou pendant, se tiennent aussi comme ça.
*somagic* Niveau : CFA
Message posté par Yesodh


Je plussoie à ce que tu dis... l'attitude de thiago silva après le but au parc est dans la même veine... Après, les mains sur les hanches, je pense que c'est plus lié à la tenue... Au paintball quand tu te fais sortir, tu sors la main sur la tête, et t'as les mains prises avec le lanceur.. .donc pas d'attitude comme ça... Au rugby tu retrouves aussi cette attitude... En me^me temps, il y a un gros temps de latence entre un but ou un essai marqué et la reprise du jeu... T'as 1 ou 2 minutes de vide à combler, temps durant lequel tu t'interroges sur pourquoi tu t'es fait piné... Pas évident...


Vraiment pas mal ce parallèle avec le rugby. c'est vrai qu'on a plus en tête l'image des joueurs les mains sur la tête après une pénalité concédée, une mélée foirée, ou un essai qui inverse le score en fin de match. Ce reflexe corporel est qd même plus présent collectivement dans ce sport qu'au foot. J'ai surtout l'image du gars qui concède une pénalité importante contre son équipe. au foot, si on fait le parallèle avec un pénalty concédé, le joueur a plus tendance à nier.
Message posté par FCB Stern des Südens
DavidV tu fumes quoi? Ca a l'air très bon :)


Ich habe eben damit aufgehört :-)
un-proche-du-dossier Niveau : DHR
juste parce qu'ils n'ont pas de poches ;)
*somagic* Niveau : CFA
Un collègue passe devant mon écran et voit le titre de l'article..
et à la question:
"Pourquoi les mains sur les hanches ?"sa reponse:
"parce que c'est l heure de la levrette chérie"...

rien à ajouter...
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Ton collègue est excellent!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Moyes, le volontaire
232 56