Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Ces gestes qui trahissent

Pourquoi les mains sur les hanches ?

C'est un geste, une attitude, que l'on retrouve sur tous les terrains de football. A chaque but encaissé, à chaque défaite, les têtes se baissent, les mains se posent sur les hanches et les regards s'assombrissent. Pourquoi ? Comment ? Tentative de dissection d'une pose pas comme les autres avec deux spécialistes. Bienvenue chez les Psy.

Modififié
Camp Nou. Barça-Bayern, demi-finale retour de la Ligue des champions. 76e minute, les Catalans encaissent un humiliant troisième but. Terrible coup dur. Alors que Thomas Müller fait le mariole avec ses potes bavarois, Alex Song, Marc Bartra et Thiago Alcántara fixent le vide et posent les mains sur leur taille. Simultanément. L'image est frappante mais pas vraiment étonnante. Car cette posture est probablement le geste technique le plus répété sur les terrains de football. Que l'on soit pro ou amateur. Que l'on ait 12, 20 ou 30 piges. Un temps mort, une défaite, un but encaissé… Tout est prétexte pour prendre la pose, même durant quelques secondes. Certains, comme Juan Román Riquelme, en ont même fait une marque de fabrique. La mécanique, bien huilée, s'accompagne souvent d'un regard de brebis égarée. Logique. « Le corps traduit certaines émotions et certains ressentis. Il est en perpétuelle communication avec l'esprit, explique Grégoire Besnard, psychologue du sport à Bordeaux. Il peut être difficile, à un moment, de verbaliser certaines choses. C'est donc le corps qui va exprimer ce traumatisme. » Le footballeur pense donc tout bas ce que son corps exprime tout haut. Le fameux « body language » . Pas facile à gérer et encore moins à contrôler. Jean-Cyrille Lecoq, autre psy du sport basé à Paris, confirme : « C'est peut-être moins frappant dans d'autres disciplines mais, en foot, un but change tout. Et c'est là que le langage du corps prend toute son importance. Ça témoigne d'un manque de confiance et d'un aveu d'impuissance  » . C'est tout ? Pas sûr.

Gangnam Style et contamination mentale

La pose « main sur les hanches » façon Gangnam Style (du Psy coréen, cette fois-ci) ne reflète pas qu'un mal-être personnel. Elle traduit aussi et surtout les doutes du footballeur envers ses coéquipiers. Notamment après avoir encaissé un pion. « Le fait de prendre un but est toujours l'aveu d'un dysfonctionnement de l'équipe, assure Besnard. Il est donc logique que les membres du collectif se posent la question de la cause de ce dysfonctionnement » . Les spécialistes parlent de « concept d'efficacité collective  » . « Un but peut mettre à mal la confiance que le joueur a dans son équipe. Et ce manque de confiance s'exprime au travers de son corps.  » En réalité, le joueur gagne grâce au collectif et perd à cause de ses coéquipiers. Et il va le faire comprendre au travers de sa posture préférée. Boudeur, le footballeur ? Un peu, oui. Souvent inconsciemment d'ailleurs. « La défaite implique toujours de rechercher une cause, une explication. Il y a toujours un bouc émissaire au sein de l'équipe » , lâche Lecoq.

Un ressenti personnel qui n'explique pas vraiment pourquoi les joueurs réalisent pratiquement tous le même geste au même moment. « Moi j'appelle ça la contamination mentale, explique le psychologue parisien. C'est surtout frappant dans une équipe où le collectif domine, comme le Barça, par exemple. Il y a un phénomène de mimétisme dans la victoire mais aussi dans la défaite » . Et Besnard de préciser : «  Les émotions d'un joueur peuvent tout à fait se retrouver chez un de ses coéquipiers. C'est une sorte de contagion émotionnelle  » . Problème : l'attitude défaitiste des joueurs donne un avantage moral à l'adversaire qui, en face, observe les regards apeurés de ses victimes. Ou pas. « Le fait de laisser paraître les émotions donne forcément quelques indications à l'adversaire, mais les grands sportifs sont capables de se reconcentrer et de se remobiliser rapidement. C'est leur force. L'influence est donc minime  » , développe Besnard.

Comme des moutons

C'est là que le rapport du footballeur à la défaite prend toute son importance. « Certains vont la prendre comme un défi à relever et parvenir à faire le point sur ce qui n'a pas été. Chez d'autres, en revanche, elle est plus difficile à surmonter. » Encore plus, peut-être, dans un stade rempli et avec des dizaines de caméras braquées sur soi. Grégoire Besnard, toujours : « Les manières de réagir dépendent beaucoup du contexte où elles s'expriment. Certains comportements vont être attendus dans certains environnements alors que dans d'autres, ils seront proscrits. C'est ce que l'on appelle l'influence normative » . Un concept selon lequel les membres d'un groupe agissent tous de la même manière. Histoire d'éviter les conflits. Histoire, aussi, de ne pas être rejetés. Et c'est précisément ce schéma qu'appliquent les footballeurs sur les pelouses. Si l'un porte les mains sur ses hanches, l'autre suivra. La théorie des moutons, donc.

Reste la question de la posture en elle-même. Pourquoi le footballeur met-il les mains au niveau de la taille ? Difficile à dire. Lui, ne semble pas y penser. Mais peut-être bien, au fond, qu'il ne peut les mettre ailleurs. Parce que c'est toujours plus classe que d'avoir les bras ballants et plus respectueux que de les croiser. Peut-être, aussi, parce que les shorts de foot n'ont pas de poches. Une chose est certaine : avant que les équipementiers ne se penchent sur le sujet, Thiago, Song, Bartra et les autres devraient continuer à prendre la pose. Match après match. But après but. Et nous rappeler, dans un coin de notre tête, une vieille chanson d'Adamo. Oui, Adamo. Foutu mimétisme.








Par Grégory Blasco
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Hier à 15:49 Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? Hier à 14:00 Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 5
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 12:20 Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? Hier à 11:33 Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 9 Hier à 10:00 Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 Hier à 09:54 La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou mercredi 20 juin Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 49 mercredi 20 juin Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 mercredi 20 juin La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain
À lire ensuite
Moyes, le volontaire