Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Faune et pronostics

Pourquoi les animaux passionnent-ils autant pendant la Coupe du monde ?

En période de Coupe du monde, les interactions entre l'animal et le football se multiplient. Entre ceux qui jouent au foot maquillés comme les équipes du Mondial, ceux qui s'essayent aux pronostics pour effacer Paul le poulpe des tablettes et des internationaux proches de la faune, les exemples sont légion. Mais alors, pourquoi en fait-on autant avec nos amies les bêtes pendant le Mondial ?

Modififié
Watson l'otarie, Mme Shiva le cochon d'Inde, une tortue, un taureau, un chameau… Cette année, on ne compte plus le nombre d'animaux pronostiqueurs qui veulent succéder à Paul le poulpe. Le fameux céphalopode de l'aquarium d'Oberhausen, décédé depuis, avait enflammé le Mondial 2010 en proposant un incroyable sans-faute et un buzz sans précédent sur ses choix du premier tour à la finale. « C'est lui qui a véritablement lancé l'idée quand on y pense, sourit Pablo Jouy, dresseur de Watson au zoo d'Amnéville. Mais personnellement, je ne l'ai pas fait en pensant à lui : j'avais vu un reportage expliquant qu'il y avait déjà une tortue au Brésil, un éléphant en Allemagne... Alors je me suis dit :"Pourquoi pas nous ?"Il nous fallait juste un animal marrant, c'est pour ça que j'ai pensé à l'otarie. » Et ça marche. Malgré un échec contre l'Équateur ( « Mais il ne savait pas que Didier Deschamps allait mettre son équipe B ! » ), Watson voit juste pour les Bleus contre le Honduras et la Suisse. Le buzz prend. « Le fait d'utiliser un animal, ça ajoute une part de hasard, affirme Pablo Jouy. Je ne sais pas pour quelle raison les autres utilisent des animaux pour pronostiquer la Coupe du monde, mais j'ai la nôtre : pour s'amuser et amuser nos internautes. On est dans un zoo, donc on souhaitait utiliser ce que les gens viennent voir pour se divertir, rapprocher les gens entre eux et rendre la Coupe du monde plus attrayante. » Pour Watson, le principe est simple : l'otarie choisit au hasard un panneau symbolisant les résultats, et gagne en récompense son lot en poissons. Classique.

« Je crois que ce cochon d'Inde est à côté de la plaque »

En Suisse, la fondation SwissAid surfe également sur la vague des animaux et emploie un cochon d'Inde assisté de Gilbert Gress pour les pronos des matchs de la Nati. « Avec Paul le poulpe, on voyait qu'il ne se trompait pas beaucoup, donc on a voulu suivre ce modèle en voyant les audiences et les admirateurs que cela générait, explique l'ancien entraîneur de Strasbourg notamment. Mais avec Madame Shiva, très franchement, je crois que ce cochon d'Inde est à côté de la plaque pour les pronostics... » Deux échecs en trois matchs, et le nombre de visionnages des vidéos du petit animal tombe comme ses excréments qu'il dépose sur la pelouse pour donner son prono.

Vidéo

Comment peut-on en arriver à une telle croyance ? Même Gress a du mal à conceptualiser la chose. « Je le fais pour une œuvre caritative contre la famine dans le monde, ajoute-t-il. Mes pronostics sont meilleurs, mais je n'ai pas franchement de mérite ! Les animaux, c'est surtout un phénomène de mode : si Paul s'était trompé il y a quatre ans et avait pronostiqué n'importe quoi, personne ne se serait embêté à mettre un cochon d'Inde, un éléphant ou je ne sais pas quoi d'autre. » Un chameau ou une otarie, par exemple.

Mabrouka, le porte-bonheur

Mais en plus des animaux pronostiqueurs, les vidéos de nos amies les bêtes avec un ballon explosent. Liste non exhaustive : les éléphants en Thaïlande, les moutons en Colombie… Tout est bon pour enfiler un maillot à un animal, lui mettre une balle dans les pieds et filmer le tout. « Je ne vois pas d'inconvénient à faire jouer des animaux au football, à condition que l'on ne les utilise pas comme des bêtes de cirque, affirme Reha Hutin, présidente de la fondation 30 millions d'amis. Parfois, on a l'impression qu'ils sont forcés ou qu'on les ridiculise. Maintenant, un animal qui aime jouer au foot avec un ballon, s'il aime ça, ça ne peut pas lui faire du mal. Mais il ne faut pas dépasser la frontière entre maltraitance et amusement. » Surfer sur le buzz Paul le poulpe, approcher le million de vues sur Youtube… Voilà pourquoi autant d'animaux vont tâter le cuir pendant le Mondial : pour le côté absurde de la situation. Et plus c'est stupide, plus ça marche. « Je vais vous dire qui est à l'origine de tout cela, assure de son côté Reha Hutin. Pour le Mondial de 1998, 30 millions d'amis avait une mascotte : Mabrouka. Pour l'occasion, l'équipe de France avait décidé de l'inviter à Clairefontaine pour jouer avec eux. La chienne a donc été dans les buts avec Barthez pour lui faire des bisous, elle a joué avec Zidane et a vu Aimé Jacquet... Elle adorait le foot. On en a d'ailleurs fait un film dans lequel nous annoncions, au contraire de tous les autres médias, que la France allait remporter la Coupe du monde grâce à Mabrouka. Quand on voyait comment Djorkaeff, Zidane et Barthez aimaient jouer avec elle, on ne pouvait que se dire qu'ils allaient gagner. Peut-être que là, l'animal a apporté quelque chose. » C'est sans doute le moment de retenter le coup au Brésil.

Vidéo


Par Paul Arrivé et Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 18:07 Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 72 Hier à 12:10 Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104