Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Jeux video

Pourquoi le Nigeria était-il si fort dans ISS Pro ?

Babangida, West, Amokachi, Oliseh. Plus que des noms, les symboles d'une génération de gamers. Des amoureux de la console de jeu qui, même seize ans plus tard, se rappellent à juste titre des Super Eagles comme de la meilleure équipe d'ISS Pro Evolution. Retour tout en débordements supersoniques et en frappes de mule sur l'équipe la plus mythique du football virtuel.

Modififié
Ils se sont affrontés en vrai. C'était le 3 août 1996, à Athens, Georgie, devant 86 117 personnes et sous les yeux revolver de Pierluigi Collina. Il est 15h45 au Sanford Stadium quand le Nigeria et l'Argentine s'affrontent en finale des Jeux olympiques d'Atlanta. Une drôle d'heure quand on sait qu'en vérité, il n'existe pas de moment précis, d'instant T, pour disputer cette rencontre-là. Cette mythique opposition entre l'Albiceleste de Claudio López (C.Polez, pour les intimes) et le Nigeria de Daniel Amokachi n'a ni début, ni fin. C'est une lutte de tous les instants entre Batman et Joker pour une suprématie virtuelle : le statut de meilleure équipe d'ISS Pro Evolution. Ce jour-là, près d'Atlanta, les Super Eagles, quoique menés à deux reprises, s'imposent 3-2 dans les ultimes instants de la rencontre grâce à un but d'Emmanuel Amunike. Le premier succès d'une génération dorée, pas le dernier. Les Aigles sont vite devenus de drôles de coucous. Des coucous domestiqués et chéris par une génération de gamers qui considère à juste titre le Nigeria de la fin du XXe siècle comme l'équipe la plus sexy de l'histoire de football avec une manette.

Babangida, star pixelisée


1m69, 69 kilos, une malaria, un syndrome respiratoire aigu. Des passages à Roda JC, au VVV Venlo, au Vitesse Arnhem, à Gerçlerbirligi et même à Al Ittihad Djeddah, en même temps que Titi Camara. Même ses sept années passées à l'Ajax Amsterdam (de 1996 à 2003) n'effacent pas la tristesse de la carrière de Tijjani Babangida, 40 ans aujourd'hui. Pourtant, quiconque a déjà touché une Playstation 1 considère le natif de Kaduna comme une star. Un type qui tutoie les Shevchenko, Adriano ou Roberto Carlos, sans aucun complexe. L'explication de ce qui pourrait paraître comme une hérésie pour un non-initié réside peut-être dans ce chiffre 99, fantasme ultime de ceux qui n'ont jamais eu la chance d'avoir une Aston Martin ou une Mustang entre les mains. Babangida, c'était la voiture de luxe la plus abordable du marché. Un R1 en guise d'accélérateur, un curseur en guise de volant et jamais de panne d'essence. Confortablement positionné dans son siège baquet de l'un des côtés de l'inévitable 4-3-3 nigérian, « TJ » incarnait la réussite simpliste mais terriblement efficace d'un football pixelisé, quelque part entre les courses folles, les techniques infaillibles et les slaloms. Des facéties individualistes au service d'un collectif complètement dingue.

À l'West comme Taribo


L'épouse de Tijjani Babangida s'appelle Rabah. Si elle n'a rien à voir avec Madjer, elle n'est autre la sœur de Daniel Amokachi, première véritable star africaine du football virtuel et partenaire d'attaque de « TJ » . Un homme passé par le FC Bruges et Everton, là pour mettre les centres qu'on lui donne au fond et pour ramasser les déchets de son beau-frère envahissant. Mais en dépit de l'émergence de la grande tige Nwankwo Kanu, les secrets des Super Eagles reposent aussi et surtout au milieu de terrain. Les premiers passements de jambe de l'histoire de la console de jeu issus des pieds de Jay-Jay Okocha, les énormes sacoches de 40 mètres de Sunday Oliseh, le nom inversé de Finidi George ou encore les folies de l'autre Nigérian exilé aux Pays-Bas : Garba Lawal. Tout pour rendre quelqu'un heureux, en somme. Tout, même Taribo West. Un homme qui formait une défense de fer avec Peter Rufai dans les buts ou encore Célestine Babayaro et Adepuju, mais surtout, un excentrique qui a permis à de nombreux tarés de créer leur propre joueur avec deux micro-tresses vertes et blanches sur la tête. La création de son propre joueur, avec les notes maximales et les tresses de Taribo West : un rite initiatique avant le passage à l'âge adulte. Les Super Eagles, une bonne manière de retomber en enfance.


Offre spéciale : PES 16 à 49 euros, avec livraison gratuite.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 40 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien