1. //
  2. // Jeux video

Pourquoi le Nigeria était-il si fort dans ISS Pro ?

Babangida, West, Amokachi, Oliseh. Plus que des noms, les symboles d'une génération de gamers. Des amoureux de la console de jeu qui, même seize ans plus tard, se rappellent à juste titre des Super Eagles comme de la meilleure équipe d'ISS Pro Evolution. Retour tout en débordements supersoniques et en frappes de mule sur l'équipe la plus mythique du football virtuel.

Modififié
25k 39
Ils se sont affrontés en vrai. C'était le 3 août 1996, à Athens, Georgie, devant 86 117 personnes et sous les yeux revolver de Pierluigi Collina. Il est 15h45 au Sanford Stadium quand le Nigeria et l'Argentine s'affrontent en finale des Jeux olympiques d'Atlanta. Une drôle d'heure quand on sait qu'en vérité, il n'existe pas de moment précis, d'instant T, pour disputer cette rencontre-là. Cette mythique opposition entre l'Albiceleste de Claudio López (C.Polez, pour les intimes) et le Nigeria de Daniel Amokachi n'a ni début, ni fin. C'est une lutte de tous les instants entre Batman et Joker pour une suprématie virtuelle : le statut de meilleure équipe d'ISS Pro Evolution. Ce jour-là, près d'Atlanta, les Super Eagles, quoique menés à deux reprises, s'imposent 3-2 dans les ultimes instants de la rencontre grâce à un but d'Emmanuel Amunike. Le premier succès d'une génération dorée, pas le dernier. Les Aigles sont vite devenus de drôles de coucous. Des coucous domestiqués et chéris par une génération de gamers qui considère à juste titre le Nigeria de la fin du XXe siècle comme l'équipe la plus sexy de l'histoire de football avec une manette.

Babangida, star pixelisée


1m69, 69 kilos, une malaria, un syndrome respiratoire aigu. Des passages à Roda JC, au VVV Venlo, au Vitesse Arnhem, à Gerçlerbirligi et même à Al Ittihad Djeddah, en même temps que Titi Camara. Même ses sept années passées à l'Ajax Amsterdam (de 1996 à 2003) n'effacent pas la tristesse de la carrière de Tijjani Babangida, 40 ans aujourd'hui. Pourtant, quiconque a déjà touché une Playstation 1 considère le natif de Kaduna comme une star. Un type qui tutoie les Shevchenko, Adriano ou Roberto Carlos, sans aucun complexe. L'explication de ce qui pourrait paraître comme une hérésie pour un non-initié réside peut-être dans ce chiffre 99, fantasme ultime de ceux qui n'ont jamais eu la chance d'avoir une Aston Martin ou une Mustang entre les mains. Babangida, c'était la voiture de luxe la plus abordable du marché. Un R1 en guise d'accélérateur, un curseur en guise de volant et jamais de panne d'essence. Confortablement positionné dans son siège baquet de l'un des côtés de l'inévitable 4-3-3 nigérian, « TJ » incarnait la réussite simpliste mais terriblement efficace d'un football pixelisé, quelque part entre les courses folles, les techniques infaillibles et les slaloms. Des facéties individualistes au service d'un collectif complètement dingue.

À l'West comme Taribo


L'épouse de Tijjani Babangida s'appelle Rabah. Si elle n'a rien à voir avec Madjer, elle n'est autre la sœur de Daniel Amokachi, première véritable star africaine du football virtuel et partenaire d'attaque de « TJ » . Un homme passé par le FC Bruges et Everton, là pour mettre les centres qu'on lui donne au fond et pour ramasser les déchets de son beau-frère envahissant. Mais en dépit de l'émergence de la grande tige Nwankwo Kanu, les secrets des Super Eagles reposent aussi et surtout au milieu de terrain. Les premiers passements de jambe de l'histoire de la console de jeu issus des pieds de Jay-Jay Okocha, les énormes sacoches de 40 mètres de Sunday Oliseh, le nom inversé de Finidi George ou encore les folies de l'autre Nigérian exilé aux Pays-Bas : Garba Lawal. Tout pour rendre quelqu'un heureux, en somme. Tout, même Taribo West. Un homme qui formait une défense de fer avec Peter Rufai dans les buts ou encore Célestine Babayaro et Adepuju, mais surtout, un excentrique qui a permis à de nombreux tarés de créer leur propre joueur avec deux micro-tresses vertes et blanches sur la tête. La création de son propre joueur, avec les notes maximales et les tresses de Taribo West : un rite initiatique avant le passage à l'âge adulte. Les Super Eagles, une bonne manière de retomber en enfance.

Offre spéciale : PES 16 à 49 euros, avec livraison gratuite.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Enorme cet article, quelle nostalgie !

Babangida, c'était le premier mec que j'achetais en mode carrière.
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Merci SOFOOT!
Babangida, Babayaro, c'était magnifique en ligue master
luciusfromvillage Niveau : District
Ho f***k! Moi qui croyait être "quasi" seul à avoir tant joué avec le Nigéria d'ISS Pro!
j'avais 18 ans, premier boulot, premier appart, les potos, la boulette au fond du paquet d'clopes, je jouais ma vie mec! j'ai grandi dans la défaite avec cette équipe des Super Eagles. Et surtout, j'ai gagné des matchs de ouf, à brailler les yeux écarquillés, les bras en l'air à s'manger le pied sur ma table basse et renverser c'qu'il restait de bière!
Babangida mec, BA-BAN-GI-DA!
Sunday Oliseh était facilement un des meilleurs milieux def du jeu !
nasser aimkelesfill
ca me rappelle aussi les premiers Football Manager avec aruna babangida.. iss pro j'étais le meilleur à l epoque comme je suis le meilleur à fifa actuellement :)
Il suffisait d'une seule victoire avec les bras cassés Castello, Miranda, Burchet and co pour se payer Babangida......Et là, la fête pouvait commencer.
gunners25 Niveau : DHR
Parce que 99 en vitesse !
NouveauEnVille Niveau : District
ISS PRO 98 pour moi...
Nintendo 64 les plus belles années de ma chienne de vie.
Heiseinberg Niveau : CFA
putin merci Sofoot vous me rendez complètement nostalgique j'avais 9/10 ans a l'époque et c'est vraiment le meilleur jeu de foot qui a existé sur ps One avec le mini écran c'était au top ! loin maintenant des Fifa qui sont des simulations réels j'aimais bien l'arcade moi :(
Ah Taribo West avec ses mini-dreds vertes fluos, impassable le gaillard dans le jeu !
Message posté par NouveauEnVille
ISS PRO 98 pour moi...
Nintendo 64 les plus belles années de ma chienne de vie.


ISS 2000 était tellement ouf avec son mode Olive et Tom ! :)
Babangida ... Le premier achat de la ligue master forcément ... Ce screenshot me donne envie de me faire un ptit plaisir et de me télécharger un ISS pro évo sur ma vita ...

par contre, l'équipe des pays bas était bien sexy aussi à l'époque ... Overmars, Bergkamp, Davids ... y'avait pas les couettes de Taribo, il faut reconnaître.

Thanks so foot!
"La création de son propre joueur, avec les notes maximales et les tresses de Taribo West: un rite initiatique avant le passage à l'âge adulte."

De part ma propre expérience et avec quelques années d'études supérieures en anthropologie et je ne peux que valider ce constat.

Mais franchement, le meilleur joueur du jeu restait orange 009 à moins que ça soit orange 005. Les Pays-Bas ont toujours été monstrueux.
Bald&bearded Niveau : CFA2
J'ai la larme à l'oeil les mecs. Ce soir je ressort ma ps1 pour rejouer le France Nigéria. Et pis tient je me ferai une muraille de chine sur motoracer en prime.
Magnifique article.
Par contre l'arme ultime c'était quand même les frappes de 45m de Batistuita!!
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 1
Ah, l'époque des jeux sans licence, quand Claudio Polez dribblait Roberto Larcos avant la passe en profondeur pour Batustati...

Sofoot, des airs de Delorean...
Jolie souvenir!

Petite anecdote >> je mettais Roberto Carlos en MIL à l'époque du dernier ISS PRO evolution sur PS1 avt qu'il devienne PES sur PS2. Je peux te dire que le roberto il tirait c'était cagette !!!

Pour le Nigéria, Oliseh était comme le Roberto, Anichebe était là aussi.

Bref ct l'époque où le jeu réseau de foot n'existait pas, où seules les batailles du "gagnant reste sur table" étaient la règle, où tu passais un weekend entier à faire les maillots, les noms des joueurs, et que t'attendais avc impatience justement que tes sauces passent pr leur montrer et surtt qu'ils n'oublient pas leur CARTE MEMOIRE pr les affrontements d'équipes de LM, car Zidane à 17ans et Gullit réunis, ca n'a pas de prix....!

Bref Encore Merci M.Borsellino, 2X que je poste, 2X tu en es la raison!
Une pensée pour Jan Fasten...
Vous etes des tueurs!!!

Epoque Wiltordu, Pourito ou autre Petio.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
25k 39