1. // Billet d'humeur
  2. // Réflexion comparative autour du football

Tout le monde aime les week-end, même les plus ringards. La fin de semaine, pour beaucoup de jeunes urbains, s’apparente généralement à lever tardif/shopping/soirée entre amis et pourquoi pas, pour les plus énervés, night-clubbing. Et le foot dans tout ça ?

13 24
Nous le savons tous, on n’a rarement vu activité plus engageante que le clubbing. A l’instar du ski, du kitesurf ou du Vendée Globe, le clubbing impose une préparation physique et psychologique conséquente. On ne va pas skier en short, au saut du lit. On ne sort pas au Pharaon en jogging-mocassins non plus. Forcément. Le combo jean brut, souliers cirés, chemise négligée, veste en cuir, cheveux peignés et billets en poche est, généralement, un impératif et n’assurera pourtant jamais succès et réussite à celui qui s’en donne les moyens. Tout se joue dans l’attitude. On n’arrive pas en métro, ni en 205 Bic, on privilégie le taxi. On allume une cigarette juste avant l’entrée, on ne choisit pas le chewing-gum. On est fier, on ne baisse pas les yeux. Et probablement, si une allure urbaine et dégagée assure les faveurs du physionomiste, on parviendra à pénétrer les portes massives des arènes de la jouissance crépusculaire.

Et pourtant, rentrer, c’est aussi prendre le risque de s’humilier. Beaucoup de facteurs, très peu de certitudes, bienvenue dans le monde de la nuit. Le tête en l’air qui n’aura pas prix soin de consulter le flyer pourra être surpris du choix musical du DJ résident. L’altruiste pourra s’étonner, au lendemain d’une soirée folle mais solitaire, du montant excessif de ses dépenses en boissons liquoreuses. Le timide vivra difficilement les multiples échecs sociaux et affectifs de ses parades amoureuses. Le clubbing ne pardonne pas, il dicte et impose ses préceptes sans discussions. Beauté et aisance, self-confidence et système immunitaire solide ne sauront se satisfaire des défaillances humaines des faibles et égarés. Personne n’étant parfait, très peu vraiment branchés, nombreux sont les laissés-pour-compte du clubbing.

Tenue correcte non exigée

S’il advenait que le « parté » fut toutefois couronné de succès, renvoyant l’image incertaine d’un homme suant, hélant fièrement un club-chauffeur au bras d’une bête blessée, il est utile de se rappeler que rares sont les princesses qui acceptent de faire l’impasse sur le confort de leur 2 pièces proche tous commerces aux alentours de trois heures du matin. Il convient alors de rester lucide et d’admettre que les embûches sont encore nombreuses. Un excès d’alcool dans le sang conduisant dans 60% des cas à un phénomène d’impuissance. L'éclair de lucidité incitant à reconduire la promesse sexuelle vers la station de taxi la plus proche. Une perte de conscience plongeant le séducteur dans un sommeil agité et riche en traces fécales. Ici encore, rien n’est assuré et l’ambition, le pire ennemi.

Mais face à ces nombreuses désillusions, il existe une parade, un endroit délicieux, où l’on peut même sentir le vent. Ce bon vieux stade. Parce qu’aller au stade n’a jamais mis en péril les fiertés stylistiques les plus improbables, on y accepte même le jogging. Parce que l’entrée du stade n’est que rarement refusée, tant que l’on présente son ticket. Parce que rien ne vaut une bonne bière saucisse moutarde place 27B. Parce qu’on peut faire de belles rencontres dans les travées. Et finalement, rien n’empêche de se pinter après. Ainsi finit la nuit, et commence le jour.

Par Valmont Sicile
Note : -2
Quel bonheur ce serait que celui d'entendre Tony Vairelles répondre à la question posée par le titre de cet article ma foi joliment torché et signé d'un pseudo impeccable ...
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
 //  Supporter du Valenciennes
Note : 2
Greg Coupet aussi l'aurait arrêtée, la lecture de cet article.
J'aime cet article, beau taff M. Sicile
Manitas de la Bitas Niveau : CFA2
Note : 1
@ Valmont Sicile : Aurais-tu passe une sale soiree en boite pour pondre un article pareil ?
Note : -1
L'article est pas mauvais mais on parle pas beaucoup de foot et on aurait pu sortir un peu plus d'argument, non ?
burruchaga Niveau : DHR
Note : 2
Le collier de Miss Deflandre, c'est en prévision de la soirée SM qui va suivre.
Note : -1
La réponse est simple parce que le night clubbing c'est bidon : souvent musique pourrie, impossible de parler, boisson chères et odeurs de sueurs.
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
13 24